Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Ombre commun

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 6 septembre 2020

Bill François.

Je vous propose aujourd'hui une nouvelle interview. L'homme que je reçois est réellement passionant. Vous l'avez déjà peut-être vu à travers l'écran de votre téléviseur. Quoi qu'il en soit, je vous invite à le découvrir de ce pas. De nombreux sujets sont abordés et les réponses de Bill sont des plus intéressantes. Bonne lecture.

Nicolas : Bonjour Bill. Très heureux de te recevoir sur mon blog. Peux-tu débuter par une petite présentation s’il te plait.

Bill : Bonjour Nicolas.  J’ai 27 ans, dont plus de 20 ans de pêche! Je suis passionné par le monde aquatique. J’ai fait des études de Physique et biophysique à l’ENS, et travaille actuellement sur une thèse en hydrodynamique, sur les bancs de poissons, à Paris. Par ailleurs, mon autre monde est celui des mots ; j’interviens comme orateur humoriste dans des spectacles et conférences, et j’aime beaucoup écrire.

Mon invité !

Nicolas : La passion des poissons que tu as en toi depuis tout gamin (lu dans ton livre) t-a emmené jusqu’à tes études. Incroyable cette fascination sur la durée pour la vie aquatique. Tu l’expliques comment ?

Bill : C’est un mystère, mais je pense que ça vient du côté invisible du monde aquatique. C’est tout un univers parallèle qui nous est en grande partie caché par la surface de l’eau (sauf parfois avec un masque de plongée ou de très bonnes lunettes polarisantes …). Du coup, ce monde apporte chaque fois des découvertes nouvelles !

Ils craignent le froid les gens de la capitale ;-)

Nicolas : On peut être passionné de vie aquatique sans forcément être pêcheur. Ce n’est pas ton cas. Tu es devenu pêcheur assez jeune également ?

Bill : Oui, pour moi c’était naturel. La pêche apporte un lien très fort avec la nature. Quand on pêche, on n’est plus un simple visiteur étranger ; on a une place dans l’écosystème. On interagit avec la nature et donc on prend conscience du lien qui nous y relie. Et c’est un moyen formidable de découvrir, observer et comprendre le milieu aquatique.
J’ai commencé par chercher des petites bêtes dans les rochers au bord de la mer… et la soif de la découverte m’a poussé toujours plus loin. Ensuite, ça a été la canne au coup, puis le brochet… j’ai commencé la mouche en vacances aux USA, c’est un ami américain qui m’a appris. Une des rencontres qui m’ont le plus marqué. Car la pêche, c’est aussi une formidable aventure humaine de convivialité, de partage et de découverte, qui fait se nouer de belles amitiés.

Magnifique truite à la mouche.

Nicolas : Est-ce que tes connaissances scientifiques peuvent t’aiguiller sur tes décisions durant la pêche pour être plus efficace par exemple ? 

Bill : La science est utile pour pêcher, bien sûr. Bien connaître la biologie du poisson (ce qui peut se faire par la science comme par la simple observation) est très important.
Ou dans des domaines inattendus… par exemple la mécanique nous apprend beaucoup sur le réglage du frein dans les combats. La violence des touches peut augmenter considérablement l’effet du frein, à cause de l’inertie d’accélération. Si on règle son frein au peson il faut donc le faire en tirant brusquement, sinon on le sous-estime. Aussi, plus un moulinet se vide plus l’effet du frein augmente. Un moulinet à moitié vidé double la force du frein. A méditer pendant les combats …

Superbe bec en plein Paris !

Nicolas : J’ai cru comprendre que tu pratiquais toutes sortes de lieux en variant les techniques. C’est important pour toi de te diversifier ?

Bill : La diversité des espèces est une des choses que j’adore à la pêche. Pouvoir vivre des sensations aussi différentes qu’une touche d’ombre à la nymphe, un départ de thon au broumé, une chasse de perches en pleine ville ou des gobages de fario en haute montagne. Le fait de pouvoir explorer autant de biotopes et paysages différents, de créatures variées…  Cela ajoute à l’émerveillement face au spectacle de la nature, et aide à devenir un meilleur pêcheur. Mais je comprends aussi les gens qui se spécialisent dans une pêche précisément ; c’est une façon de vivre sa passion et une philosophie que j’admire.

Magnifique brochet.

Nicolas : On a tous des préférences. Alors dis-moi, eau salée ou eau douce ? Merci d’argumenter ta réponse, je suis curieux de connaitre tes raisons.

Bill : Ah non c’est trop dur comme question ! La mer, c’est la liberté et la grandeur ; l’eau douce, c’est le calme et la poésie. Comment choisir entre les deux ?  Il y a plus de variété de types de pêches en mer, et les poissons sont plus combatifs ; en eau douce on se sent plus absorbé par le milieu aquatique, et celui-ci semble plus familier. Bref, j’adore les deux.

Complètement absorbé.

Nicolas : Une technique préférée ? Un poisson que tu aimes rechercher plus qu’un autre ?

Bill : Je les aime tous, mais si je ne dois choisir qu’une pêche… ce serait, en eau douce, la pêche à la mouche des salmonidés (truite et surtout ombre), qui pour moi a beaucoup de pureté et de poésie. Et en mer, la pêche « au gros » des grands poissons pélagiques au large, surtout le thon, et le marlin au switch bait… j’adore le grand large, qui procure une sensation de liberté immense et apporte toujours son lot de découvertes (mammifères marins, tortues etc). On y fait à chaque fois des observations incroyables.
On a de la chance car en France, nous avons de merveilleuses rivières très variées pour la pêche à la mouche, et de beaux passages de thons pour la pêche au large.

En eau salée.

Nicolas : Pour tes études, tu es basé dans la capitale. Il y a un phénomène anti-pêche qui prend de plus en plus d’ampleur à Paris. Comment juges-tu leur influence sur le reste de la population ? Sont-ils dangereux pour toi à moyen ou long terme ?

Bill : C’est un phénomène marginal, monté par une association végan d’une centaine d’adhérents extrémistes, qui veulent aussi interdire les zoos, la dératisation (en donnant aux rats des contraceptifs !).  Mais ils sont soutenus par des lobbys puissants et médiatisés, et font beaucoup de désinformation. Du coup ils ont une mauvaise influence sur l’image de notre loisir. Mais quand je pêche à Paris je peux vous dire que l’immense majorité des passants sont positifs avec les pêcheurs, et très intrigués et curieux de découvrir ce loisir.

Originale comme photo !



Ce qui m’inquiète c’est la façon dont ces théories « antispécistes » sont amalgamées avec l’écologie. Alors que ça n’a rien à voir ! Les antispécistes ne défendent pas les milieux naturels, les espèces ni les écosystèmes. Par exemple, ils veulent interdire le nokill, car l’idée de risquer de stresser un poisson pour le loisir les choque. Tandis qu’ils ne disent rien contre les pompages sauvages, les barrages, la pollution, la surpêche commerciale ... qui sont eux de vrais problèmes écologiques (et qui font faire souffrir bien plus de poissons... mais bon, les anti pêche ne sont ni écologiques, ni même logiques !).

Évidemment, le gouvernement et les décideurs profitent de cette confusion. Ils font passer pour écologistes des mesures qui sont en fait animalistes, pour se donner une image écolo qui masque leur inaction face aux vrais problèmes écologiques (pollution, pesticides, surpêche, climat...).

C’est tout notre rapport à la nature qui est menacé par les idées végan extrémistes. Pour eux, la nature devrait être une sorte de sanctuaire intouchable dont l’homme serait exclu. C’est utopique et dangereux. Dans un pays comme la France, de multiples écosystèmes ont besoin de l’activité humaine. Et comment des citoyens pourront-ils protéger la faune sauvage si celle-ci est un ailleurs inaccessible, qu’on voit seulement à la télé ? Les sentinelles de la nature sont avant tout ceux qui la vivent.

Nicolas : Quelle réponse le monde de la pêche doit apporter à ces gens ? Doit-on d’ailleurs leur répondre ?

Bill : On ne doit pas trop réagir aux provocations de ces gens; c’est déjà trop donner de place à leur mouvement.

Par contre, il est fondamental que le monde de la pêche fasse mieux connaître son rôle écologique auprès du grand public. Aujourd’hui les associations de pêche sont les seuls responsables de la protection du milieu aquatique, que les pêcheurs financent et assurent eux mêmes directement. Il faudrait que cela soit mieux connu du grand public.

Si le sujet vous préoccupe, avec Numa Marengo, on a organisé sur la chaîne YT Numa Fishing une grande réflexion avec des philosophes, des sociologues, des scientifiques, pour établir quelle est la meilleure réponse et notre positionnement éthique par rapport à l’animalisme.

Superbe poisson.

Nicolas : Plus globalement et dans les grandes lignes, quel  est ton sentiment sur la gestion de la pêche en France, sur ce que fait (ou ne fait pas) notre Fédération Nationale ?

Bill : Le système de gestion de la pêche en France est assez bancal. L’état s’est démis de ses responsabilités de gestion du domaine public aquatique, en laissant les associations de pêcheurs faire tout le travail, gratuitement. C’est un peu comme si l’entretien des routes du pays était confié aux associations de cyclistes.

En parallèle, le code de l’environnement est rempli de lois archaïques, dont certaines datent de l’ancien régime et n’ont jamais évolué ! Beaucoup des mailles en vigueur aujourd’hui datent du roi Charles X, et certaines lois sur la pêche des migrateurs aux engins datent de Colbert ! On devrait pouvoir changer plus facilement des lois qui n’ont plus aucun sens aujourd’hui, comme l’interdiction de la pêche de nuit.

Ce genre d’absurdités existe aussi en mer, où des poissons comme la sériole, les marlins, ou les coryphènes n’ont pas de maille car ils n’étaient pas connus des bureaucrates du 19eme siècle… et rien n’a changé depuis !

Je suis donc émerveillé par la passion et le travail bénévole incroyable de nombreuses AAPPMA qui, malgré toutes les difficultés du système, gèrent brillamment leurs parcours.

Pour ce qui est de la fédération, je suis, disons... plus mitigé. Il faut reconnaître que leur tâche n’est pas facile : ils doivent concilier toutes les différences de culture, de générations ou de mentalités entre les pêcheurs... et se financer en vendant des cartes. Certaines de leurs politiques vont dans le bon sens : mettre l’accent sur le tourisme pêche, sur le lien entre les générations, sur les femmes et les jeunes à la pêche, sur le rôle écologique engagé des pêcheurs...

Mais ils ont encore trop de prises de position lamentables et passéistes. Par exemple, leur proposition de retarder la fermeture de la truite pour compenser le confinement et « amortir le permis » est d’une bêtise inqualifiable.

Leur communication « grand public » reflète bien la vision de la pêche de la Fédé... ils présentent la pêche comme un loisir populaire un peu « beauf », pour se détendre sur une chaise pliante avec une bière en attendant que la truite de bassine fasse couler le bouchon. Ils tentent de faire du populisme pour vendre des cartes. A mon avis c’est une grave erreur, car ils s’aliènent ainsi les pêcheurs les plus passionnés, modernes et influents, toute la nouvelle génération, qui ne se sent pas du tout représentée par cette vision de la pêche. Ce sont pourtant ces pêcheurs passionnés qui sont nos meilleurs ambassadeurs.

A chacun de faire le maximum pour faire bouger cette fédération dans le bon sens !

Du lourd.

Nicolas : Es-tu impliqué dans une structure pêche ? Penses-tu que c’est indissociable avec le fait d’être pêcheur ?

Bill : Ce qui est indissociable avec le fait d’être pêcheur, c’est pour moi l’engagement pour la protection du milieu aquatique. Cela peut se faire via des AAPPMA traditionnelles, mais aussi des associations locales ou internationales, comme la Team River Clean, L’ADRM, l’IGFA, Trout Unlimited, etc.
Je suis impliqué dans diverses structures, qui vont du CA de l’Union des pêcheurs de Paris aux programmes de marquage des thons de la Fédération de pêche de Monaco.

Quand on pêche en eau douce, s’engager dans son AAPPMA est à mon avis important. Si on n’essaye pas de changer le système, il n’est pas légitime de s’en plaindre. La bataille se joue avant tout sur le terrain. Cependant, s’investir dans une AAPPMA exige souvent des horaires incompatibles avec une activité professionnelle… et beaucoup d’AAPPMA sont par conséquent la chasse gardée de retraités qui ont du temps. C’est regrettable, car cela crée parfois un conflit de générations. Il est important de faciliter l’engagement dans les AAPPMA pour les jeunes actifs.

Ombre à la mouche.

Nicolas : Passionné par les poissons, par la pêche, mais aussi par les mots. Tu as remporté sur France2 le grand oral, un concours TV d’éloquence. Cette passion des mots t’es venue de quelle façon ?

Bill : C’est comme la pêche, ça me passionne depuis très longtemps. Je trouve que les mots sont un moyen génial de transmettre des émotions, des idées, par le rire et le divertissement. Et c’est aussi un matériau artistique, comme la peinture, la musique ou la photo. Grâce à des mots, on peut fixer la beauté de la nature et la partager avec d’autres. C’est une manière de célébrer la vie ! On ressent tous cette joie du partage lorsqu’on raconte nos histoires de pêche.

Cherchez France2, le grand oral, Bill François, vous trouverez sa prestation.

Nicolas : Quand on aime les mots, on aime écrire. Ton livre dont j’ai déjà fait le retour ici-même est un régal. As-tu d’autres projets du même genre ou bien dans un domaine assez proche ?

Bill : Oui, beaucoup de projets ! Un deuxième livre bien sûr, mais  aussi dans le domaine des documentaires, et  un spectacle humoristique sur scène quand les théâtres rouvriront dans de bonnes conditions !
Je suis aussi en pleine adaptation de mon livre dans plusieurs langues, et j’aimerais en créer aussi une version illustrée, adaptée pour les enfants.

J'ai adoré !

Nicolas : Revenons à la pêche. Je suppose que tu suis ici et là les actualités parfois bien moroses de certains cours d’eau. Comment vois-tu l’évolution de la pêche de loisir en eau douce dans notre pays ?

Bill : Les problèmes de sécheresse et d’eutrophisation sont dramatiques, sans parler des pollutions…
C’est une tendance générale de perte de la biodiversité qui est catastrophique.
Pour la pêche de loisir, je vois des évolutions qui me rendent plus optimiste. Le no-kill s’est généralisé. Beaucoup d’activités de guidage se développent sur des pêches nouvelles et spectaculaires ! Thons au lancer ou à la mouche, migrateurs, truites sauvages deviennent de plus en plus accessibles et font de notre pays une vraie destination halieutique. La pêche à la mouche se démocratise avec des poissons comme la carpe ou le chevesne qui sont un premier pas vers l’ombre ou la truite.  Beaucoup d’enfants se mettent à la pêche, en particulier dans les villes, où le streetfishing fait émerger une génération nouvelle. C’est frais et positif.
J’espère que cette évolution rendra les pêcheurs encore plus engagés pour protéger la ressource halieutique et les milieux aquatiques.

Bill touche vraiment à tout.

Nicolas : Es-tu déjà venu voir nos zébrées ? Si oui, qu’en as-tu pensé ?

Bill : J’ai eu la chance de découvrir les zébrées avec l’ami Nikola Mandic, sur l’Albarine et la Valserine. C’était un moment génial. Il m’a fait découvrir des parcours splendides et admirablement bien gérés. Les rivières de votre région sont un trésor, largement dignes des plus célèbres rivières du monde entier.
Je n’imaginais pas voir de telles densités de truites sauvages, sur des parcours aussi beaux, ailleurs que dans un rêve. Je n’imaginais pas non plus qu’elles seraient si difficiles ! J’ai appris beaucoup de choses en loupant beaucoup de poissons…  Même les ombres « bleus » sont extrêmement éduqués là-bas. Rien à voir avec mes habituels poissons de Normandie, ou de Haute Seine, qui sont pourtant déjà très méfiants. J’ai hâte d’avoir ma revanche sur ces truites fabuleuses et insaisissables.
J’ai aussi rencontré des zébrées un peu différentes, de souche niçoise, sur la Gordolasque, que m’a fait découvrir l’ami Alex Meyer, de Catch my fly. Des poissons d’altitude de toute beauté !

Une ambiance qui me parle.

Nicolas : Voyageur ? Tu es prêt à aller loin pour pêcher ? A faire des sacrifices pour découvrir d’autres contrées ?

Bill : Ah oui, dès que j’en ai l’occasion, je pars découvrir de nouveaux poissons. Que ce soit dans nos régions de France, ou à l’étranger. J’adore le Maroc, où la pêche du marlin blanc en switch and bait, à vue, est extraordinaire. Pour la truite, j’ai eu l’occasion de pêcher dans le Wyoming et le Montana, régions exceptionnelles. J’aimerais beaucoup découvrir les gros ombres des Balkans et de Scandinavie. Il y a tellement de voyages dont je  rêve…
Mais ce n’est pas nécessaire de partir loin pour faire des pêches exotiques. A quelques heures de train, on peut être tout complètement dépaysé par les chasses de thon du Delta du Rhône, ou les fario de torrent des Alpes !

Outch !

Nicolas : Merci d’avoir répondu à mes questions Bill. Au plaisir de te croiser au bord de l’eau. Beaucoup de bonheur pour la suite.

Bill : Merci à toi Nicolas, et bravo pour tout ce que tu fais pour la pêche à la mouche et pour nos rivières. J’espère qu’on se croisera bientôt au bord de l’eau !

vendredi 15 mai 2020

23 ans de fermeture de l'ombre et maintenant ?

L'ombre sur la haute rivière d'Ain, plus globalement dans le Jura, c'est une longue et triste histoire. Ce poisson emblématique des cours d'eau francomtois est interdit à la pêche depuis 1997. Vingt-trois ans de protection totale pour quel résultat à ce jour ? Une espèce totalement dilapidée de nos rivières jurassiennes et finalement, qui s'en soucie ? Cette situation est tellement tombée dans l'oublie que la plupart des pêcheurs vont finir par oublier que ce poisson était roi sur l'Ain, la Bienne, la Valouse, la Basse Loue et j'en passe...

Il y a 20 ans déjà, et ce même dans les plus hautes sphères de la pêche du département du Jura, la majorité des dirigeants en place n'avaient que faire de l'avenir de ce poisson. Il a fallu se battre comme un beau diable seulement 2 ans après la parution de l'arrêté qui protégeait l'ombre jurassien. 4 ans après, soit en 2001, et malgré un rapport accablant sur les populations existantes, toutes les AAPPMA (sauf une) souhaitaient la réouverture aux prélèvements de ce poisson. Tragique !

Vingt ans après, quand on connait le peu de poissons qui vivent encore dans nos eaux, on imagine facilement que ce vote, s'il avait été validé par les services de l'état, aurait anéanti à jamais les quelques ombres qui survivent dans nos rivières.

Je vous laisse découvrir ou redécouvrir un article paru dans la presse halieutique de l'époque sur le sujet.

Merci Jean-Louis pour cette archive ! Très heureux de constater que les choses ont bien changé depuis toutes ces années où, il faut bien le dire, je me sentais bien seul. Il reste encore aujourd'hui des AAPPMA qui sont dans le déni vis à vis de la réalité, mais globalement, quelle amélioration !

Norbert Morillas, qui est à l'origine de cet arrêté de protection de l'ombre, en serait certainement très heureux. Comme il l'était de m'avoir en soutien à chacun de ses exposés pour défendre ce poisson. Le seul soutien.

Si la réouverture de l'ombre n'a jamais eu lieu, c'est finalement dû à un concours de circonstances. La volonté était là, mais d'après les services de l'état, ouvrir l'ombre voulait aussi dire que l'impact des grands cormorans n'était plus aussi flagrant et que les tirs octroyés tous les ans pour ces oiseaux pouvaient être suspendus. Les présidents majoritaires, à contre cœur, ont choisi de pouvoir continuer à tirer les oiseaux piscivores plutôt que de manger les derniers ombres...Juste incroyable. Les derniers ombres jurassiens ont été sauvés par les cormorans...du moins dans les textes !

Oui, car dans la vraie vie, les quelques noyaux de populations qui vivent ici et là, ne peuvent se développer en autre, à cause de la prédation des grands cormorans doublée depuis quelques années par celle des harles bièvres. Nous avons d'ailleurs le plaisir et l'honneur de vous annoncer notre première nichée sur notre linéaire cette année. Quelle joie ! Une maman harle avec 8 petits qui vont se délecter des 3 ou 4 ombres qu'il reste dans le coin et certainement de quelques truites sauvages au passage...Cette situation devient absurde puisque l'espèce protégée (allochtone) se porte mieux que l'espèce (autochtone) dont elle se nourrit !!! Y'a pas un lézard là ?? Alors c'est bien beau de faire des études et autres comptages depuis 1997, mais il ne faut pas avoir fait de grandes études pour comprendre ce que l'on voit !

Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas écrit, je ne pointe pas ces deux oiseaux piscivores comme premiers responsables du déclin des ombres jurassiens à la fin des années 90, mais par contre, ils sont pour moi, aujourd'hui, le premier obstacle à leur recolonisation. L'ombre est le premier touché par cette prédation. La truite se cache, lui reste en pleine eau. Il est confronté tous les jours à cette nouvelle prédation dans l'efficacité est tout simplement redoutable. Sans y être préparé. Sans avoir les armes pour se défendre. C'est dans le contexte actuel, impossible pour ce poisson de faire grandir ses rangs.

Alors laissons faire, et le vote de 2001 sera exaucé. Les derniers ombres jurassiens disparaitront et tout espoir de les voir de nouveau plus nombreux sera anéanti.

vendredi 17 avril 2020

Des nouvelles de la rivière d'Ain, de la Bienne et d'autres.

Très compliqué de savoir ce qu'il se passe sur les berges de nos rivières en période de confinement. Pour ma part, j'ai cette chance, et ce depuis ma naissance, d'avoir la rivière d'Ain dans mon kilomètre réglementaire actuel. Alors sur une sortie d'une heure, ce n'est pas simple de faire un état des lieux précis, mais je m'y attèle depuis le 17 mars à midi, jour de la mise en place du confinement. Je réalise des virées régulières en partant à pied depuis la maison. De plus, j'ai quelques contacts amis plus haut sur la rivière ainsi que plus en aval. Cela permet d'en savoir un peu plus et de rester connecter au cours d'eau malgré la situation actuelle.

Au début du mois, j'ai reçu des appels téléphoniques de pêcheurs sociétaires de notre AAPPMA pour m'avertir de sauts de cabris sur les courbes de niveaux de la rivière d'Ain sur la station de Bourg de Sirod. J'avais moi-même vu cela et averti très vite l'agent de l'OFB qui avait eu en charge le dossier l'an passé suite déjà à nos observations sur le terrain cette fois (à lire ici).

Courbes de niveaux avec un souci le 6 avril par exemple.

Après avoir pris contact avec le gestionnaire de la centrale hydroélectrique, l'OFB m'a informé que les réglages issus des constats de l'an passé n'ont pas été suffisants. À la suite de nos nouvelles constatations sur les courbes, de nouveaux réglages ajustables manuellement au jour le jour ont été mis en place. La solution paraissant moyennement viable mais la vétusté des automatismes ne permet pas de faire mieux à ce jour. Une rénovation complète du système est en cours et devrait se terminer dans l'année.

Les courbes à la suite de notre intervention.

Il me semble que c'est beaucoup mieux. Même si j'étais resté attentif, merci aux fidèles de m'avoir averti. En espérant que les alevins de l'année n'en aient pas souffert. Quand une rivière possède un débit aussi faible, la moindre variation trop rapide peut être fatale à bon nombre de truites de l'année. Pour terminer sur le sujet, je tiens à souligner que c'est une nouvelle fois les pêcheurs (qui plus est de notre AAPPMA) qui ont donné l'alerte. Sur ce sujet et dans le contexte actuel, un simple clic suffisait, cela démontre quand même bien des choses.

Durant cette terrible sécheresse que nous vivons, la rivière perd de l'eau inexorablement. Nous sommes au 37ème jour consécutif sans pluie chez moi. Cela me laisse sans voix. Ce triste évènement constitue un nouveau record. Celui-ci étant toujours en cours pour s’aggraver au moins jusqu'à demain...Cette période fait d'ors et déjà partie des 5 sécheresses les plus sévères depuis 1945 chez nous en terme de jours consécutifs sans précipitation.

La rivière en tout début de mois.

Deux semaines plus tard. La gravière se découvre toujours plus...

Alors comme souvent, dans ces situations exceptionnelles, il y a du bon et du moins bon. Commençons s'il vous plait par les bonnes nouvelles car nous en avons tous besoin. C'est même parfois des nouvelles assez surprenantes. La rivière d'Ain est extrêmement basse oui. Moins de 2 m3 à ce jour. À la mi-avril, je ne me rappelle pas avoir vu ça. D'un autre côté, la température de l'eau est encore froide. Cela ne va pas aller dans le bon sens avec des températures de l'air proches des 25 degrés prévues ce week-end. Quoi qu'il en soit, le fond de la rivière chez nous reste propre en visuel, ce qui n'était pas du tout le cas l'an passé. J'ai été surpris encore hier de voir des zones en plein soleil avec une hauteur d'eau de quelques centimètres encore clean. Pour mémoire, l'an passé, les fonds étaient bien marron.

La rivière d'Ain le 16 avril.

Par contre, le débit fait vraiment peur. Toujours le 16 avril.

Paradoxalement, ce niveau super bas est parfait pour les éclosions d'alevins de l'année. Il y en a vraiment beaucoup et rien ne peut me rendre plus heureux. Voir cette nouvelle génération de truites sauvages évoluer est une vraie bonne nouvelle. C'est pour cela qu'il faut rester vigilant vis à vis des micro-centrales pour ne pas que le fruit exceptionnel de la reproduction sauvage soit anéantie.

Que la nature est belle !

Même tout en aval de nos secteurs, du côté de Châtillon, la rivière reste propre sur le fond. Les ombres communs (car c'est là-bas qu'ils sont le plus nombreux et de bonne souche) ont pu frayer dans des conditions correctes. Les alevins de truites y sont aussi nombreux. C'est vraiment top comme nouvelle. On connait tous la hausse de la thermie en été sur ces parcours avals, c'est d'autant plus remarquable. Ces poissons sauvages nous montrent à quel point leur envie de survivre est forte ! Merci Arnaud pour tes observations.

La rivière d'Ain en aval. On y voit des nids réalisés par les ombres communs.

Pour finir dans le dossier bonne nouvelle, sur l'ensemble de mes sorties à ce jour, je n'ai vu aucun poisson malade ou mort. Cela ne veut pas dire qu'il y en a pas, mais vu la visibilité que l'on a, c'est compliqué de passer à côté. L'activité des truites n'est pas ouf n'ont plus. Peu ou pas d'éclosion et je ne voit pas tant de truites que ça. On peut juste remarquer des comportements qui se rapprochent grandement de ce que je peux observer en octobre lorsque la pêche est fermée. Sauf qu'au printemps, les truites sont bien plus en chair et reste farouches comme jamais !

Une belle en maraude.

Bien entendu, il y a aussi le côté plus sombre du confinement. Certains diront que l'absence de l'être humain est une bonne chose au final, que les truites peuvent vivre en paix. C'est ce que l'on peut penser quand on est bloqué chez soi sans se rendre compte des réalités de terrain effectivement. Sur notre linéaire, nous avons fait le choix de protéger 100% du parcours en y interdisant les prélèvements. Pas par mode, pas pour embêter une catégorie de pêcheurs, mais simplement parce l'espèce truite était en danger de disparition. Nous avons ainsi réduit considérablement la baisse des effectifs. Ceux-ci vont être malheureusement mise à mal durant ce confinement, c'est certain. En temps normal, les harles bièvres ne font que de courtes escales chez nous car ils sont sans arrêt dérangés. Ce printemps, les couples prennent leur quartier et s'installent plus durablement.

J'avais déjà un avis assez tranché sur cet oiseau piscivore mais après l'avoir vu une nouvelle fois chasser hier, je suis intimement persuadé que c'est un fléau pour les populations. Une fois de plus, quelques pêcheurs et autres protecteurs vivants dans le monde parallèle des bisounours vont me tomber dessus. La nature reprend ses droits qu'ils vont me dire. Ce n'est pas les harles qui font disparaitre les truites pour d'autres...Certes, je l'entends bien. Mais je sais ce que j'ai vu par contre ! Il faut bien comprendre qu'une truite n'a qu'une seule façon de se sentir en sécurité, c'est de rester immobile sous sa cache. D'ailleurs, pour ceux qui ont pratiqué, vous le savez. Rien de plus facile que de prendre une truite à la main. Elles sont bêtes comme tout une fois planquées. Hier après-midi, alors que j'étais en mauvaise posture dans la ripisylve, j'ai aperçu un gros remoud en bordure bien plus en aval de moi. Je me suis alors immobilisé. Un autre remoud, puis un autre...Un canard ? Une poule d'eau ? Finalement, je l'ai vu. C'était un harle mâle en chasse. J'ai pu l'observer quelques minutes. Assez pour voir ce que je pensais impossible. J'étais persuadé que les eaux basses l'empêchait de chasser avec efficacité. J'ai pris peur ! Cet oiseau fouillait méticuleusement chaque faille, chaque cavité, chaque cache potentielle de truite avec son bec crochu. Dans des zones si peu profondes que l'animal dépassait hors de l'eau. très vite, il s'est saisit d'une truitelle de 10-12 centimètres devant mes yeux.

Alors soit, cet oiseau doit se nourrir, je le comprends bien. Mais dites-moi s'il vous plait où est la logique quand un animal est protégé à 100% alors que ses populations se portent mieux que l'animal dont il se nourrit ??? La truite sauvage autochtone n'a si peu d'intérêt que l'on favorise une espèce allochtone à son détriment ?? Cette situation me rend fou sérieux ! Je me sens si impuissant face à une telle bêtise. Si les deux couples que j'ai vu à chaque sortie se reproduisent sur notre linéaire, c'est plus de 20 oiseaux présents cet été. Le parcours sera alors décimé.

Couple de harles bièvres bien peinard avec ce confinement. 

Il y a d'autres espèces qui profitent aussi de la non présence des pêcheurs comme cette truite arc-en-ciel qui n'est pas vraiment à sa place.

Pour la suite des mauvaises nouvelles sur la rivière d'Ain, remontons si vous le voulez bien tout en amont en compagnie de Dylan. Historiquement, le visuel à cette époque est toujours plus triste à voir en ce qui concerne le fond de la rivière sur Sirod. En effet, le haut de la rivière subit de plein fouet les effets des épandages printanier du plateau de Nozeroy par le biais de la Serpentine. C'est ainsi que l'on peut observer un contraste saisissant entre l'amont et l'aval. Les fond sont noirs et remplis d'algues brunes entre Sirod et Contes. Alors est-ce que c'est les faibles débits qui ont empêchés à ce jour ces effets d'arriver chez nous, aucune certitude. En tous les cas, Dylan a vu dans le même temps deux poissons adultes morts, deux truitelles et quelques chabots...

Une fois de plus, c'est un constat que nous pêcheurs faisons annuellement. Même si quelques agriculteurs travaillent dans le bon sens vis à vis de l'environnement, force est de constaté que ce n'est pas le cas de tous.

Les cailloux sont tous marrons et gluants.

Difficile de vire dans de telles conditions.

Pour la Cuisance, j'ai les mêmes échos que chez nous. Une rivière extrêmement basse pour la saison mais des fonds relativement encore en bon état. Pourvu que cela dure. Cette rivière est déjà à bout de souffle.

Du côté de la Bienne, c'est un peu plus délicat avec une progression rapide du salissement du fond de la rivière. Au niveau de St Claude, cela s'est vu sur seulement quelques jours. Ici aussi, la bassin versant est tellement vaste que la densité de polluant est très importante avec des débits aussi faibles.

Début du mois, la rivière reste magnifique en apparence.

Le 16 avril, plus la même chanson.

Du coup, quelques poissons malades observés par Emre mais relativement peu quand même vu la situation. Après, la population est si faible que c'est compliqué de faire plus.

Une truite de 60 centimètres mycosée ici.

La bonne nouvelle pour la Bienne est la reproduction. Comme chez nous, Emre a observé bon nombre d'alevins de l'année. C'est une nouvelle fantastique pour cette rivière qui souffre encore plus que les autres.

Alevins de truite de la Bienne.

J'ai également eu aussi hier un retour de l'ami Tibo à propos de l'Oignin. Rivière qui retrouve la rivière d'Ain en aval du barrage de Coiselet. Tibo souhaiterait véhiculer l'idée que sur cette rivière, qui n'a pas vu un seul pêcheur depuis l'ouverture, et au profit d'un étiage sévère (digne de juillet) qu'il n'a jamais vu autant de jolis poissons se nourrir. Que cela soit en terme de densité ou de taille. Il a été surpris de ne voir que des jolis poissons se nourrir. Son avis est que les premiers jours de nourrissage en mars mais surtout avril sont sûrement décisifs pour que les poissons notamment les géniteurs (pas vu une seule en dessous de 40cm, alors que s'en est cafis en été) se refassent une santé après la frai. Comme ici, les comportement sont aussi très différents avec ce confinement. Des truites postées à 20cm sous la surface au dessus de fosses...Comme dans une réserve. 

Nous avons échangé entre nous. Si moi aussi j'ai pu voir des comportements "type réserve" sur certains poissons, j'ai émis un bémol sur une plus forte activité dû au confinement. En tous les cas, je ne l'ai pas observé sur mon secteur. Selon les rivières, c'est sans doute complètement différent.

Voilà pour le petit tour des rivières du coin. Merci aux copains pour leur aide. Nous sommes a n'en point douter, les premières sentinelles de nos rivères !

Je vous laisse avec deux photos d'hier, prenez soin de vous !

mercredi 4 décembre 2019

Manipulation du poisson.

Je suis tombé par hasard il y a quelques jours sur un article fort intéressant. C'est une interview de Mr Henri Persat au sujet de l'ombre. Mr Persat est connu dans "notre monde" comme le plus éminent spécialiste de l'ombre, poisson passionnant pour les pêcheurs à la mouche que nous sommes. Mr Persat travaille comme chercheur à l'université de Lyon 1. Ses connaissances sur ce poisson sont inimaginables. Il est d'ailleurs à l'origine de la découverte très récemment d'une troisième espèce d'ombre européenne. J'ai eu la chance d'avoir plusieurs fois au téléphone cet homme plein de savoir mais également de le croiser sur la rivière d'Ain pour des pêches d'études de l'espèce ombre.

Mr Persat en pêche sur la haute rivière d'Ain (2014).

Au sujet de la 3ème espèce d'ombre découverte par Mr Persat (cliquez sur l'image).

Dans l'article en question, qui en vient au but de ce billet, Mr Persat passe en revu (en répondant à des questions) quelques spécificités de ce poisson. On y apprend bien des choses selon ses propres connaissances avec des données chiffrées. Je vous joins ci-dessous l'article en question. C'est surtout le tout dernier thème qui aura retenu mon attention.

Article Mr Persat (cliquez sur l'image pour une meilleure lecture).

"Le mieux est de le laisser dans l'eau ou dans l'épuisette" peut-on lire... Alors peut-être que si cela vient d'un scientifique, ces écrits auront plus d'écho. On peut toujours y croire. Aujourd'hui encore, que cela soit dans les émissions TV, dans les magazines spécialisés, dans le monde de la compétition, chez les guides de pêche et autres pêcheurs dit médiatiques mais aussi, et c'est un comble, chez les techniciens/pêcheurs, on peut voir de trop nombreuses images/photos de poissons tenus à bout de bras, hors de l'eau, en serrant le poisson. Toutes ces catégories doivent pour moi être exemplaires dans leur manière de pratiquer notre passion. Avoir l'intention de remettre un poisson à l'eau sans tout mettre en oeuvre pour sa survie est contre productif. Mr Persat affirme qu'un ombre manipulé de la sorte peut déclencher une hémorragie interne qui sera fatale au poisson dans l'heure qui suit sa remise à l'eau. 

C'est bien là le problème, le poisson repart quand même. Mais maintenant, après avoir lu les recommandations de Mr Persat, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Il n'est jamais trop tard pour évoluer dans ses manières de faire. Je l'ai fait moi-même depuis peu. Alors laissez vos poissons dans l'eau.

Merci de m'avoir lu, merci pour les poissons.

Ombre capturé par mes soins en 2017 sur le Doubs.

vendredi 19 juillet 2019

Un petit tour à la pêche avec moi

Session du jour en vidéo, bon visionnage :-)

- page 1 de 10