Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Le Doubs

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 21 novembre 2019

L'Aindispensable, nouvelle référence au Fly Shop.

Ce billet pour vous présenter la nouvelle référence de nymphe de mon Fly Shop disponible à partir d’aujourd’hui.

Alors, pour être franc, je ne pêche pas avec. Je sais, on a connu des messages plus vendeurs que celui-ci, mais c’est la stricte vérité. En fait, si je mets en référence cette nymphe, c’est parce que mon fils pêche avec depuis quelques années et qu’il en a fait son modèle de prédilection. Jusqu’à ce jour, c’est son pote Victor qui, après lui avoir fait connaitre, lui en offrait de temps à autres. Du coup, je me suis dit qu’en la mettant en référence, il ne serait plus dans le besoin car toujours en stock à la maison.

De plus, cela me permets de proposer une imitation sur une référence d’hameçon différente. Il s’agit du TMC9300 de Tiemco. C’est un hameçon plus fort de fer que le TMC100 et un peu moins que le TMC3769. Cette référence est considérée comme l’une des meilleures par les nympheurs à vue par sa fiabilité.

Mon fils, qui possède déjà un solide vécu sur la rivière d’Ain, est devenu au fil des saisons un fan des grosses nymphes légères. Il leurs trouve une efficacité parfois supérieure aux plus petites nymphes avec des tailles standards comme le 16. C’est pourquoi, par rapport à son besoin, j’ai sélectionné 2 tailles, le 12 et le 14. Ces deux modèles seront plombés de la même manière avec 3 tours de plomb en 4 dixièmes. Des grosses nymphes, mais légères, ce qui permet de faire de grandes dérives même avec un courant très faible, le grand plaisir de Thibaut. Cette référence d’hameçon permet également de pêcher avec un gros diamètre de fil sans risque d’ouverture.

La nymphe en elle-même n’est autre qu’une pheasant tail tête noire. Pour les personnes qui suivent l’histoire de la nymphe à vue en France, vous n’êtes pas sans savoir qu’elle était l’imitation de base de Norbert Morillas. Il l’avait dans sa boîte en toutes tailles et nombreux lestages. Ses pêches sur les belles farios sauvages francomtoises ne laissent aucun doute sur l’incroyable efficacité de cette bestiole. D’ailleurs, comme pour les autres références de mon catalogue, il sera possible (sur demande) de les fabriquer sur d’autres tailles ou/et avec d’autres lestages.

Pour la fabrication, j’ai pris soin de sélectionner mes plus belles plumes de faisan. Bien entendu, comme pour « la cuivre », je dépose une goutte de colle forte sur le fil de montage avant d’enrouler les fibres de faisan afin de confectionner le corps. Par rapport à l’originale, je rajoute un cerclage de trois tours en fil de cuivre noir. Il ne se voit pas pour ainsi dire, mais il apporte une solidité supplémentaire, ce qui me tient à cœur. Le fil de montage n’est autre qu’un polyfloss noir. Il permet de former un sous corps de bonne taille et il s’étale parfaitement. La tête, qui est conséquente, est vernie une fois la nymphe terminée. Pas loin de cinq couches afin d’obtenir une tête noire bien lisse et brillante. Une dernière étape avant la mise en vente consiste à repasser 100% des œillets à l’aiguille pour qu’ils ne soient pas bouchés.

Il ne me reste plus qu’à vous dévoiler son nom : l’Aindispensable. Merci à Stéphane pour m’avoir soufflé cette idée qui va si bien à cette imitation dont Thibaut ne saurait se passer lorsqu’il va tenter les belles sauvages de la rivière d’Ain.

Si vous aussi vous aimez pêcher avec des nymphes de bonnes tailles et peu lestées, cette imitation est pour vous. Rendez-vous sur le Fly Shop.

jeudi 11 juillet 2019

À gagner ! Cartes journalières pour le Lac du Morond (25).

À mes lecteurs, je vous informe d'un petit partenariat pour l'été avec l'AAPPMA la truite du haut Doubs et du bief rouge. Ceci afin de mettre en lumière le Lac du Morond situé à 1400 mètres d'altitude près de Métabief (25) Ce plan d'eau est géré à la façon d'un réservoir avec l'environnement de montagne qui lui est propre.

En jeu, trois cartes journalières offertes pour les trois premiers clients qui se présenteront à mon domicile (sur rendez-vous) pour acheter des mouches, des nymphes ou/et des bas de ligne. Lors de votre venue, je me ferai un plaisir de vous donner ces cartes au nom de l'AAPPMA si vous le souhaitez.

Cela sera sans doute pour vous l'occasion de découvrir seul ou en famille ce lieu vraiment très sympa pour y méler pêche et découverte du massif jurassien.

Toutes les informations complémentaires sur ce Lac en suivant le lien suivant => Lac du Morond.

Au Morond avec mon fils en 2016.

mercredi 7 novembre 2018

Polémique autour des ficelles à cormorans.

Un sujet de plus sur le dos des pêcheurs, comme si l'actualité désastreuse de nos rivières ne suffisait pas.

Comme vous pouvez le savoir maintenant, de nombreuses AAPPMA doivent faire face à la prédation du cormoran. Ceci en particulier lors de la reproduction hivernale des truites sauvages. Pour se faire, et ce depuis des années, les pêcheurs bénévoles tendent des ficelles au-dessus de leurs parcours afin d'éloigner les oiseaux noirs. Les truites pouvant ainsi frayer sans le stress permanent d'une attaque par une espèce, qui je le rappelle, ne fait pas parti à la base de ses prédateurs endémiques. 

Photo d'archive (2013 sur notre AAPPMA)

Mais sans compter sur une association de protection des oiseaux, j'ai nommé Birdlife Suisse qui critique ce procédé.

Je vous laisse découvrir les propos de son responsable => Birdlife Suisse

Alors j'entends bien ce monsieur. Mais ce que je trouve insupportable, c'est que toutes ces associations sont contre productives. Où sont ces associations lorsque qu'une AAPPMA et/ou une Fédération se bat pour la qualité de l'eau suite à une pollution massive ou un dysfonctionnement récurent d'un assainissement ? Parce qu'au final, et comme toujours, si ce problème qui est à la base de tout le reste est réglé, les autres le seront également. 

Je ne vois plus d'oiseau sur le bord des rivières...Plus rien car il n'y a plus d'éclosion, plus de nourriture. Plus d'insecte car la qualité de l'eau est médiocre voir calamiteuse. C'est ça le vrai combat, rien d'autre. Se tirer dans les pattes pour un bout de ficelle de fera rien avancer. Soyons unis pour une seule et même cause.

Il n'est pas difficile de comprendre qu'une eau de qualité produira plus d'insectes, donc plus de poissons et par conséquent plus de nourriture pour les oiseaux qu'ils soient insectivores ou piscivores...Dans tous les cas tout le monde sera content.

Tout mon soutien à mes amis de la Franco-Suisse, Patrice, Thierry et tous les autres que vous pouvez entendre sur le reportage ci-dessous visible en replay quelques jours...Ces pêcheurs passionnés font ce qu'ils peuvent avec des moyens modestes pour sauver le peu qu'il reste de la population de truites sauvages du Doubs...Qui elle est endémique, et cette différence est quand même primordiale.

vendredi 2 novembre 2018

La sècheresse et la concentration des polluants.

Avec cette sècheresse qui nous subissons, la concentration des polluants est en augmentation dans nos rivières. Cela est évident. Nos rejets restent les mêmes...Il y a ceux qui sont couplés au réseau et les autres, les sauvages.

Pour ces derniers, ils sont connus de tous. Sur la Bienne par exemple, l'AAPPMA locale les a tous répertoriés. Les élus sont informés. Plus de 100 rejets en directs...Autour de chez moi, sur la rivière d'Ain, je connais des rejets en directs depuis plus de 30 ans...Nombreux ont été identifiés et transmis aux élus via ce DVD en 2011. Aujourd'hui, rien n'a changé. Les élus se cachent derrière des sommes déjà allouées ou d'autres excuses de politiciens.

Pourtant, lorsque l'on voit ce genre d'information (à lire article de presse ci-dessous), on est en droit de se poser des questions.

Sources Hebdo 39

La rivière d'Ain est moribonde, elle décline tous les ans à une vitesse folle et on est prêt à investir 30000 euros d'argent public pour faire aménager un accès sur une zone de l'Ain qui est à sec tous les étés. Soyons sérieux quelques secondes s'il vous plait...

Si la rivière d'Ain a besoin d'aide, ce n'est pas des barrières sur ses berges qui vont l'aider !

Et pour mémoire, et même si certaines installations sont en dysfonctionnements, comme la lagune de mon village, les habitants eux paient une taxe d'assainissement tous les ans. Que cela fonctionne ou pas, on prend notre argent. On est en droit d'avoir un service conforme lorsque l'on paie non ? Et c'est loin d'être le cas dans bien des situations. Dans le cas présent, mon village, et vu la situation, c'est tout simplement du vol depuis des années.

Quoi qu'il en soit, et comme je le disais en début d'article, les rejets eux ne cessent pas de couler pour rejoindre nos rivières, enfin, ce qu'il en reste. En témoigne la vidéo ci-dessous réalisée par Patrice sur le bassin du Doubs.

Ce qui est effrayant finalement, c'est lorsque vous parlez à des amis ou collègues qui sont complétement éloignés de ce genre de sujet. Ils sont à chaque fois surpris d'apprendre que des égouts se jettent directement dans nos rivières à notre époque. Faut voir la tête des gens qui se baignent dans des milieux naturels autour de chez moi lorsque je leur dit ce qui se jette quelques mètres en amont...Non seulement ce n'est pas gagné, mais je pense sincèrement que cela va encore empirer !

Les poissons d'eau douce ont encore bien du souci à se faire...

lundi 24 septembre 2018

Pêcheur de rivière

L'air du temps...

Lire la suite »

- page 1 de 17