Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Centre de pêche en Bosnie.

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

dimanche 9 juin 2024

La STEP de Champagnole encore et toujours...

Déjà condamnée, moultes fois dénoncée, la Station d'épuration de Champagnole n'en fini pas de dysfonctionner.

Je crois que la condamnation date de 2016. De souvenir, en février 2022, il y avait déjà eu un évènement similaire à celui de la semaine dernière.

Février 2022. Sortie de la STEP de Champagnole dans la rivière d'Ain.

Nouveau témoignage en images d'un jeune pêcheur qui passait par-là. Le triste évènement date de quelques jours. Même sortie, même dysfonctionnement ou pas d'ailleurs...À voir en vidéo ici => https://youtube.com/shorts/hkgX09Odp50?si=9qTiytEWHbzSVdNH

J'ai fait suivre à l'OFB qui m'a dit aller voir. Je n'ai pas de nouvelle depuis. De qui que ce soit d'ailleurs. Encore une fois, ici on se rend compte de ce qu'il se passe car c'est signalé. Mais pour toutes les fois où ce genre de chose se passe sans témoin...

Depuis le temps que ça dure, c'est quand même dingue. Tous les élus de la communauté de communes qui a la compétence assainissement sont au courant, les élus de la ville de Champagnole ainsi que ceux de la pêche également. Mais force est de constater que rien ne change. On nous sort des études sur de multiples paramètres, on fait de la promotion, on fait toutes de sortes de choses, mais ça, la base de tout, avoir une eau de qualité. Ben rien. Les années passent et les évènements se répètent. Toujours les mêmes...Je n'invente rien. C'est la réalité. Les faits sont là.

D'ailleurs, si la pollution agricole est souvent mise en avant et à juste titre, n'oublions pas le dégât du rejet des eaux usées quand les systèmes d'assainissement sont dysfonctionnels ou qu'il y a de mauvaises manipulations. C'est le cas de la lagune végétale de notre village. Pareil, moultes fois dénoncé, elle n'a jamais vraiment fonctionné. C'est encore le cas aujourd'hui. Comme Champagnole, comme Montigny (pour aller encore plus loin), il y a eu plainte. Pour notre village, rien n'a changé. C'est toujours une catastrophe. Je vous mets une image du parcours quelques centaines de mètres en aval de la sortie de lagune dans la rivière d'Ain. Photo prise par mes soins le 28 mai de cette année. À cette date, il y avait de l'eau en quantité depuis 8 mois ! Aucune chaleur et un ensoleillement réduit de moitié par rapport à la normale. Et pourtant...

Colmaté avec une sacrée épaisseur !

Après la crue de ces derniers jours, ces algues ont été arrachées partiellement. Mais pas partout malheureusement. Des fonds colmatés sont encore présents alors que le soleil n'est pas encore apparu.

Après la crue.

Après on s'étonne que les populations de truites sauvages baissent régulièrement d'année en année. Mais quand on voit ça, il n'y a rien d'étonnant.

dimanche 26 mai 2024

Une histoire de référentiel.

S'il reste ici où là quelques poissons sauvages dans nos rivières jurassiennes et plus particulièrement sur la haute rivière que je connais mieux que les autres, il est important de rappeler que les rencontres macabres sont toujours d'actualité malheureusement. Pas de grosses mortalités sur des épisodes plus ou moins courts comme les autres rivières du département mais les pêcheurs trouvent régulièrement des poissons morts.

À travers certains métiers ou autres missions d’associations, la plupart des communications sont positives sur les réseaux sociaux. C'est compréhensif. Rien à redire pour cela. Il faut bien embellir le tableau afin de faire venir les touristes.

De mon côté, et même si j'ai une activité commerciale liée à la pêche, j'ai toujours mis la priorité sur ma fonction de président d'AAPPMA en étant transparent sur la réalité de terrain. Les effectifs en truites et en ombres, dans le meilleur des cas (avec une protection totale), baissent légèrement. Le plus souvent ils baissent rapidement. Sur la plupart des parcours de la haute rivière d'Ain aujourd'hui, les pêcheurs débutants ou moyens seront totalement perdus. La densité de poissons ne permettant plus de s'en sortir pour eux. Sur les parcours avals, seuls les très bons pêcheurs arrivent à tirer leur épingle du jeu avec un poisson de temps en temps pour plusieurs sorties. Pour pratiquer depuis bientôt 40 ans la même rivière sur les mêmes linéaires, il faut, malgré une expérience toujours plus grande et un savoir-faire correct, toujours plus d'heures de pêche pour prendre un poisson. C'est ça la réalité aujourd’hui. Alors oui, les têtes de bassin offrent encore des densités intéressantes pour des pêcheurs débutants ou moyens mais en rien comparables à celles d'il y a à peine 10 ans. Cette baisse d'effectifs est continue depuis des années. Je trouve même qu’elle s’accélère ces dernières années. C'est d'autant plus vrai sur les parcours non protégés...Et il en reste beaucoup trop à mon goût puisque finalement, nous sommes toujours la seule AAPPMA qui protége 100% des poissons sauvages. Certains ne se cachent pas pour me dire que j’exagère, que je noircis le tableau volontairement. C'est totalement faux. Cela m'énerve même qu'on pense cela. Je suis simplement réaliste. Nos divergences sont souvent liées au référentiel qui est totalement différent selon le vécu de chacun ou alors au fait de ne pas vouloir voir les choses en face, mais là c’est un autre débat.

Le fameux référentiel. Le mien sur la haute rivière d’Ain compte plusieurs décennies. Je comprends qu’un jeune pêcheur qui possède trois ou quatre saisons de pêche derrière lui sur la rivière soit enthousiaste après avoir vu quatre truites dans son après-midi dont une belle de plus de cinquante centimètres. Il n’a jamais rien connu d’autre, ça reste parfait pour lui. Les personnes avec un référentiel très court parlent aujourd’hui de la haute rivière d’Ain comme d’un paradis. Mon Dieu…J’ai toujours une boule au ventre quand j’entends ça. Lorsque j’avais leur âge à ces jeunes pêcheurs, je faisais des saisons à plusieurs centaines de truites zébrées et d'ombres tout en tuant une grande partie de mes captures. Souvent huit poissons par jour étaient prélevés. Depuis quelques années, c’est tout juste quelques dizaines par saison en remettant tout à l’eau. Du coup, quand j’entends que la rivière va bien, qu’il y a encore pas mal de poissons, que si, que ça, je préfère ne plus répondre. Je laisse ces personnes dans leur vérité. J’ai la mienne. Elle est bien différente. A croire qu'ils ont déjà oublié (c'est un petit exemple de rien du tout) que la pêche de l'ombre est fermée depuis 27 ans ! Les fonds devraient être bleus tant ce poisson se multiplie facilement. Ben non en fait, ils sont d'une autre couleur. J'y viens...

Ce fameux référentiel peut aussi se porter sur l’état de la rivière en elle-même. Car oui, il y a aussi à dire sur ce sujet. J’ai repris le boulot cette semaine après presque deux semaines de vacances. Treize jours plus exactement. J’ai eu trois jours sans pêche pour cause de débits trop élevés mais sinon, j'ai profité chaque journée. Des sorties de deux à six heures avec parfois plusieurs sorties par jour pour "chopper" les horaires d'activité. J'aurais pu sur cet article ou un autre vous partager des photos de poissons tout en profitant de faire de la pub pour les produits de mon Shop. J’ai plutôt souhaité vous partager quelques images de la haute rivière d'Ain. Photo prise fin de semaine dernière et aujourd’hui. Personne n'en parle, alors je m'y colle. Il faut bien un vilain petit canard pour ternir le beau tableau. Depuis huit mois, la pluie tombe sur le Jura sans discontinuer. En excédent lors du dernier trimestre 2023 et selon les normales sur les cinq premiers mois de 2024. À ce jour, aucun pic de chaleur. L'ensoleillement est réduit de moitié en ce mois de Mai. Là aussi, que de demander de mieux pour la rivière.

Haute rivière d'Ain après 8 mois de pluie !

Pourtant, voilà à quoi ressemble le fond de la haute rivière d'Ain aujourd'hui. Colmaté sur sa largeur, verte, marron avec une couche algale déjà bien épaisse qui tapisse les gravières. Je vous parle de cela puisqu’encore aujourd’hui j’ai croisé un touriste pêcheur qui m’a dit que la rivière était superbe lors de notre conversation. Il était heureux de la voir bien en eau. Toujours une histoire de référentiel. Les gens s’habituent à la médiocrité. A force de voir toujours les rivières comme ça, c’est devenu invisible. Et la rivière est belle…

Photo que vous ne verrez pas sur les dépliants pêche ou touristique.

Sacrée épaisseur !

 Vivement le soleil et la chaleur, pour le coup, la haute rivière d’Ain devrait être vraiment chouette !!!

vendredi 17 mai 2024

Un printemps humide.

Compliqué de trouver une bonne période depuis la mi-mars pour pêcher à vue dans le Jura. La météo qui sévit dans notre département depuis le 20 octobre dernier reste constante. Nos rivières s'en portent que mieux d'ailleurs. Elles ne cessent de faire le yoyo entre crues, petits coups d'eau, gros coups d'eau sans connaitre de niveau bas et encore moins d'étiage. Si finalement les trois derniers mois de 2023 ont été largement excédentaires en terme de pluviométrie, les cinq premiers de 2024 sont tous autour des normales (calculées sur la période 1990-2020) sans excès. Difficile à croire tant il pleut souvent, mais les chiffres ne trompent pas. Sur la station locale de Champagnole par exemple, on trouve ces chiffres pour ce début d'année :

  • Janvier 2024 : Normale à 137mm pour 129mm tombés durant le mois.
  • Février 2024 : Normale à 118mm pour 86mm tombés durant de mois.
  • Mars 2024 : Normale à 122mm pour 121mm tombés durant ce mois.
  • Avril 2024 : Normale à 115mm pour 135mm tombés durant ce mois.
  • Mai 2024 au 17 du mois : Normale à 137mm pour plus de 100mm tombés alors qu'il reste 14 jours...

Donc rien non plus d'extraordinaire pour ce début d'année. Juste une pluviométrie conforme à la région sur une moyenne des 30 dernières années. Malheureusement, cela ne nous met en rien à l’abri d'une période difficile durant l'été. Dans notre département, et ce malgré un historique récent favorable, il suffit de 4 à 5 semaines sans pluie pour que nos rivières soient en étiage. Si on ajoute à cela de grosses chaleurs, cela sera de nouveau très très compliqué et tous ces mois de pluie seront oubliés.

À ce jour, les rivières se portent bien. Elles sont bien en eau à tel point que la pêche à la mouche sera (encore) compliquée durant ce week-end à rallonge à l'image des précédents. Pour nous qui vivons au bord de l'eau à l'année, nous nous en plaignons pas, bien au contraire. Certes, le temps de pêche est limité pour nous aussi, mais ils nous est plus facile de "chopper" les bonnes fenêtres de pêche. Elles sont rares. 

Mon fils a eu la chance de tomber sur un de ces très rares moments d'activité où le niveau permettait de pêcher en sèche. Il a ainsi pu tester sa nouvelle canne, la JMC Pure NGX en 9 pieds soie de 5 => https://www.pecheur.com/achat-canne-mouche-jmc-pure-ngx-297712.html#af=326409

Un poisson mesuré à 60 centimètres.

 

De mon côté, pas de miracle. Malgré une forte présence sur les berges, je ne suis pas tombé en face. Pour vous dire à quel point c'est compliqué. J'ai eu quelques très rares occasions en nymphe où ma fidèle cuivre m'a une nouvelle fois donné entière satisfaction.

Un poisson magnifique capturé à distance avec une cuivre sur 14.

Ces pluies régulières et le niveau d'eau souvent trop haut m'ont aussi empêché d'observer si oui ou non le frai de cette année avait réussi. Je me dit toujours que trop d'eau vaut mieux que pas assez. Nous verrons bien. Les hirondelles et les guêpiers d'Europe sont eux arrivés en nombre. Ce petit monde coloré et chantant profite des petites éclosions ici et là. Toujours captivant de suivre les saisons à travers les migrateurs. 

Ce régime de pluie et de coups d'eaux pour les rivières jurassiennes va continuer si on en croit les prévisions. En tous les cas déjà jusqu'à la fin du mois. Si tout le monde attend le soleil et la chaleur, je croise les doigts pour que le robinet ne se coupe pas définitivement pour les mois de Juin, Juillet et Août...En tous les cas, ce qui est pris n'est plus à prendre. Chouette printemps pour les truites, un peu moins pour les pêcheurs, mais c'est tellement mieux que le contraire !

dimanche 12 mai 2024

Les rivières du Jura de nos jours.

Une vidéo réalisée et mise en ligne par des amoureux de la Bienne circulent depuis plusieurs jours. Elle a pour but de sensibiliser et d'atteindre les politiques Jurassiens et autres professionnels du tourisme de notre département. Les images sont la réalité du moment en ce qui concerne la Bienne. Je ne sais pas quel sera l'impact de cette vidéo, mais je souhaitais la partager.

Pour suivre ces sujets de mortalités/pollutions jurassiennes depuis le début avec attention, je le sentiment que l'on est dans une impasse. Toutes les décisions qui amèneront à améliorer la qualité de l'eau que cela soit dans le domaine de l'assainissement ou agricole, sont très coûteuses et donc impopulaires. Aucun politique local ne prendra des décisions qui lui coûteront au final sa place d'élu auprès de son électorat. La mairie de Saint-Claude en est le parfait exemple en annonçant publiquement quelques jours avant le pic de mortalité sur la Bienne une importante réduction des travaux d'assainissement de sa ville à cause des coûts trop élevés. C'est de souvenir le troisième très gros épisode de mortalité depuis 2012 sur la Bienne. Rien de surprenant puisque rien n'a changé. Aucune raison que cela ne se reproduise pas. Les très nombreux rejets en direct dans la Bienne dénombrés il y a quelques années par l'AAPPMA locale sont toujours là. La politique d'épandage reste la même sur le bassin versant et les autres.

Si la Bienne était la seule concernée, mais ce n'est pas le cas. C'est la plus médiatisée mais loin d'être la seule. Pour suivre les politiques jurassiens sur les réseaux, il est facile de comprendre que ce sujet n'a pas d'importante pour eux et ne sera pas pris en compte. Il y a eu des catastrophes encore plus dramatiques ces dernières années dans notre département. Par exemple ce qui s'est passé sur le Valouson avec l'anéantissement de toute vie sur plusieurs kilomètres. On de parle pas d'une partie de la population de truites là, on parle d'une remise à zéro totale ! Quelles ont été les prises de paroles de nos politiques ? Rien, absolument rien. Il ne faut surtout pas froisser l'électorat agricole et plutôt s'afficher à tous les comices de la région, c'est tellement plus efficace en terme de voix dans les urnes ! De la même façon pour la destruction totale de 2 kilomètres sur la Furieuse avec toutes les truites sur le dos. Notre tout nouveau sénateur a préféré parler sur ses réseaux de l'action trop "policière" de l'OFB tout en ajoutant que le comice n'avait fait qu'endommager la rivière en aval. Non, la rivière n'a pas été endommagée, elle a été détruite.

Je pourrais lister encore de nombreux exemples sur la non action et la non implication flagrante des politiques locaux sur ces sujets de pollutions de rivières. Et au-delà des politiques, vous pensez que les citoyens seraient prêts à mettre X euros en plus dans leurs factures d'assainissements quand on voit les travaux colossaux qu'il faudrait faire par endroit ? J'en doute. Les gens sont souvent indignés devant leur écran, mais quand il faut mettre la main au porte-feuille, c'est plus compliqué. Même chez les pêcheurs, la prise de conscience n'est pas totale, loin de là.

La biennoise, suite à cet épisode de mortalité, a communiqué avec un message pour les pêcheurs.

Vous pouvez aller vous balader sur les réseaux. Vous trouverez des pêcheurs qui, malgré toute l'information qu'il y a eu, publient des photos de leur séjour récent en plein épisode de mortalité sur la Bienne avec des truites hors de l'eau prises à pleine main. Quand il ne s'agit pas de photos d'ombres...C'est fou. Je soutiens malgré ces comportements non responsable la décision de la biennoise de maintenir la pêche ouverte. Une rivière sans pêcheurs est une rivière sans donneurs d'alertes. Mais chez les pêcheurs, la majorité reste des consommateurs et seulement ça. Bien triste ! 

De toutes évidences, les politiques menées à ce jour n'ont rien donné. Si les instances de la pêche veulent conserver des rivières en état, c'est dans les tribunaux que cela doit se passer. Il n'y a pas d'autres alternatives. C'est la seule façon de faire plier les décisionnaires. Du côté des pêcheurs, quand on voit la poignée de personnes qui s'investissent et qui donnent de leur temps pour que tous les autres en profitent sans même respecter les demandes des AAPPMA, ça fait réfléchir, vraiment !

jeudi 2 mai 2024

Communiqué de la biennoise.

Suite à l'épisode de mortalité qui a fait son apparition depuis plusieurs jours sur la Bienne, l'AAPPMA locale a fait part d'un communiqué.

Le voici (cliquez sur l'image pour l'agrandir) :

- page 1 de 98