Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

dimanche 23 février 2020

Travaux, No-Kill, sentinelles...Le bien-être de la rivière d'Ain est notre priorité.

Vendredi soir s'est déroulée notre assemblée générale. Très heureux car pour notre petite AAPPMA d'à peine 130 sociétaires, avoir 23 présents donne du baume au cœur. Sincèrement. Merci à tous d'être venus parfois de loin.

Un petit verre de l'amitié avant de se quitter.

Nous avons perdu une quinzaine de cartes par rapport à 2018. Pas grave. Merci aux 8 femmes qui nous ont fait confiance. On aimerait un peu plus de jeunesse mais nous sommes conscients d'avoir un parcours assez compliqué pour débuter. L'équation n'est pas simple.

Le grand motif de satisfaction de 2019 fut l'aboutissement d'un enquête suite à un évènement qui s’est déroulé durant le mois de mai dernier. Une situation dont j’ai été le témoin direct et que j’ai dénoncé auprès de la fédération qui a fait le relai auprès de l’AFB. À l'aide de mes photos et vidéos, une enquête a été menée. J’ai les résultats depuis quelques semaines mais avant de vous en parler, je voulais tout d’abord en faire le compte-rendu à l’assemblée générale de notre AAPPMA. C’est chose faite.

Pour souvenir, j’ai été témoin d’une baisse brutale du niveau de la rivière d’Ain entre Crotenay et Pont-du-Navoy alors que j’étais à la pêche. Ce n’était pas la première fois que j’étais témoin de cela. En 2018, je l’avais vu aussi et signalé. Pour la baisse de niveau de mai 2019, j’ai fait de nombreuses images que j’ai mis en ligne. Une enquête de l'AFB a débuté à partir de celles-ci.

Sur la berge en face, on voit une baisse de niveau de près de 30 centimètres.

Tout d’abord, je dois faire mes plus plates excuses au propriétaire du barrage de Pont-du-Navoy qui était le coupable évident d’après moi. Je ne me suis pas gêné pour le pointer du doigt d’ailleurs dans mes articles de l’époque. Il se trouve que cet ouvrage n’y est pour rien.

En réalité, l’enquête menée par un agent de l’AFB a démontré que c’est l’ouvrage de Bourg de Sirod situé plus en amont qui est le responsable de ces variations de niveau en plein étiage. Ce barrage est géré par EDF. Alors nous sommes loin des marnages provoqués par les barrages sur la basse rivière d'Ain qui eux vont finir par anéantir la faune de la rivière, mais c’est quand même non négligeable.

La micro-faune de cette gravière s'est retrouvée au sec en quelques minutes.

La variation a été visible sur plusieurs dizaines de centimètres et ce en plein étiage. Je me dois de conserver confidentiel le PV que l’on m’a fait suivre, mais l’enquête a bien mis en évidence un défaut de gestion de l’automate commandant les turbines du barrage. Cela se produisait durant un certain débit de rivière.    

Aujourd’hui, les réglages de l’automate ont été modifiés. Le responsable du site a admis les dysfonctionnements. On est donc en droit d’espérer que cela ne se reproduira plus. D'autant plus que c'est une contravention de la 5ème classe et qu'un avertissement a été transmis au Procureur de la république auprès du tribunal de grande instance de Lons-le-Saunier.

Au-delà de tout ça, cette procédure rondement menée par l’AFB a permis de bien informer le personnel du barrage des conséquences de ces dysfonctionnements sur le milieu naturel. Il est probable que les personnels en place n'en avaient pas conscience.

Quand on parle des pêcheurs comme premières sentinelles des rivières, cet exemple en est la preuve ! Nous sommes les premiers témoins et notre devoir est de dénoncer tous les maux qui touchent nos cours d’eau. Si parfois vous avez l’impression de le faire dans le vide, sentiment que j’ai régulièrement, il faut continuer encore et encore, car parfois, comme ici, on arrive à un résultat qui semble positif…Bien que je vais rester sur mes gardes. Ne soyez pas que des consommateurs, soyez vigilants et faites remonter ce dont vous êtes témoins. Merci.

Dans les autres sujets évoqués, nous avons parlé des travaux comme des plantations de saules pour retenir certaines parties de berges ainsi que le câblage d'arbre à la berge pour créer des habitats.

Notre Seb en plein boulot ! Merci les copains, sans vous, rien de serait possible !

 

Nous sommes très heureux aussi d'avoir finaliser notre volonté de protéger 100% du linéaire de notre parcours. Les derniers 400 mètres avals le seront désormais. Les truites sauvages sont bien trop rares de nos jours pour finir la nuque fracassée.

Denis toujours là !

Merci infiniment à tous les membres de notre AAPPMA, car si c'est moi qui communique, nous sommes une vraie et belle équipe. C'est tous ensemble que nous arrivons à faire un peu pour la rivière. Continuons !

vendredi 7 février 2020

Une décennie de truites.

À l'image des deux derniers articles sur le sujet, je vais revenir aujourd'hui sur la décennie passée côté poissons cette fois-ci. Je dois déjà vous dire que cela m'a remémoré bon nombre de grands et beaux souvenirs lorsque j'ai parcouru mes photos pour n'en choisir qu'une seule par année. Chose que je n'ai pas pu faire pour 2012 d'ailleurs.

J'ai pu également me rendre compte que j'avais évolué dans la prise photo avec le temps. Et si je le savais déjà, revoir toutes ces photos m'a convaincu qu'il fallait se battre corps et âme pour nos rivières ! Elles nous donnent tant de bonheur et d'émotion à travers ces poissons fantastiques !

C'est parti pour 10 ans de truites...

  • 2010

Je me souviens de ce poisson comme si c'était hier. Le lieu précis, l'approche et la joie qu'il m'a donné. C'est surtout son caractère extrêmement sauvage qui m'a laissé un souvenir impérissable.

  • 2011

La photo n'est pas très belle. La truite posée sur le sable...pas terrible. J'ai évolué, heureusement. Ce poisson était un véritable bœuf en terme de puissance. Je l'avais capturé au petit jour. Je me souviens d'un combat où je ne voyais pas la fin. Incroyable poisson.

  • 2012

Compliqué car cette année là, j'ai pris deux "symboles" à mes yeux. Ce premier poisson qui est plus grand que le second (comme quoi les photos sont trompeuses) a été pris dans ce merveilleux et splendide parcours de la Papeterie. Un lieu où les truites étaient protégées jusqu'à ce 14 mars prochain. Toujours pas digéré cette décision.

2012 c'est aussi la capture de ma plus grande truite en sèche. Elle a d'ailleurs fait la couverture de mon livre. Un poisson pris en compagnie de mon ami Gaël. Cerise sur le gâteau, j'ai pris ce poisson à vue. Elle est venue gober ma SL-mai devant mes yeux ébahis. Immense souvenir !

  • 2013

Une saison de fou dans mes souvenirs. Ce poisson n'était pas zébré, presque sans point et d'un jaune vif dans l'eau ! Je le voyais arriver de très loin. Sa capture m'a rempli de joie car il m'a fallu quelques sorties pour concrétiser l'affaire.

  • 2014

Alors elle, j'en ai encore mal au bras ! Ce gabarit de poisson, en pleine possession de ses moyens, est un véritable tracteur. J'ai pris ce poisson en sortie de radier. J'ai quelques zones d'ombres dans ma mémoire sur la nymphe utilisée par exemple, mais pour le reste, c'est encore bien présent. Sacrée truite !

  • 2015

L'année de ma plus grande et grosse truite sur ma rivière de toujours (celles prises ailleurs comptent pour du beurre au final ;-) ) . Chaque détail est présent, quelque part dans ma mémoire, chaque geste, chaque réaction du poisson, chaque émotion...Je n'ai jamais recherché spécifiquement les gros poissons, je n'ai pas le tempérament pour cela, mais malgré tout, quel pied de tomber sur cette truite par hasard !

  • 2016

Une truite vue alors que je ne pouvais la pêcher où j'étais. Je suis retourné au même endroit le lendemain en changeant mon approche. Le poisson était toujours là. Grande truite...Fine...Mais superbe poisson sauvage !

  • 2017

Première année avec la Hardy. Laisser la GLX au placard n'a pas été simple ! Mais il faut croire que le bonhomme est plus important que le matériel ;-) . Grand souvenir avec cette truite que j'ai prise en déroulant un paquet de soie. Le ferrage à grande distance reste le summum de la nymphe à vue pour moi.

  • 2018

Une autre très belle truite prise en fin de saison après un été difficile. D'où le fait qui lui manque quelques grammes au compteur. Malgré ça, elle m'aura fait un combat dantesque. Très belle truite.

  • 2019

La seule à la robe non jurassienne de cette décennie. Mais je ne pouvais pas passer à côté. Quelle truite ! J'en tremble encore !

vendredi 31 janvier 2020

René Sansonnens soutient notre AAPPMA.

Les autres membres de notre société de pêche ne m'en tiendront pas rigueur, j'en suis certain.

Je souhaitais vivement aujourd'hui remercier publiquement un tout nouveau membre de notre AAPPMA, qui plus est notre nouveau doyen. Monsieur René Sansonnens, par le biais de sa prise de carte de pêche à l'AAPPMA de Crotenay, nous fait un grand honneur. Sans trop me tromper, je pense que c'est une manière de nous encourager dans la voie qui est la notre afin de protéger au mieux notre linéaire sur la rivière d'Ain. Nous en sommes très flattés.

83 ans en août prochain et toujours debout sur sa barque. (automne 2019 pour la pose des fils).

René représente l'attachement sans faille à une rivière et cela nous correspond très bien, tant notre amour pour la rivière d'Ain est immense.

Néanmoins, pour certains de nos membres, nous aurons le plaisir d'aller saluer René et la famille Sanso à Cademène sur les berges de la grange Golgru comme chaque année. Cela fera 100 ans en 2021 que la famille Sansonnens vit à cet endroit. Qui voit ce lieu pour la première fois ne peut qu'en tomber amoureux et y revenir. Il me tarde donc le samedi 4 avril qui donnera le coup d’envoi de la saison sur la Loue à Cademène.

Colette et René Sansonnens à Cademène. (printemps 2019)

Merci beaucoup René pour votre soutien et au plaisir de venir vous saluer sur vos terres !

mercredi 29 janvier 2020

Rediffusion du 52 minutes en terres jurassiennes.

Ce reportage a été filmé et diffusé en 2015, mais peut-être que vous venez seulement d'avoir Seasons à la maison et que vous ne l'avez jamais vu. La rediffusion aura lieu ce Jeudi 30 Janvier à 20h45. Je vous liste ci-dessous les autres dates et vous glisse également un extrait. Toujours un régal de revoir ces images en compagnie de mon fils. Mon Dieu qu'il a changé !

  • Jeudi 30 Janvier 20:45
  • Vendredi 31 Janvier 17:45
  • Samedi 8 Février 17:10
  • Lundi 10 Février 19:45
  • Mardi 18 Février 16:15
  • Mercredi 19 Février 13:30
  • Dimanche 23 Février 15:00
  • Jeudi 27 Février 21:40

Voici l'extrait.

lundi 27 janvier 2020

Bienne : les truites meurent toujours.

Quoi de neuf sur la Bienne ? Dans l'eau, c'est malheureusement toujours le même rituel morbide. Des truites mortes ou malades sont vues régulièrement par les pêcheurs qui s'y promènent ces derniers jours. Des pêcheurs passionnés par cette rivière qui en reviennent avec un moral bien bas. Et ce n'est pas les quelques truites observées en pleine forme qui vont faire pencher la balance de l'autre côté. D'après deux retours que je viens d'avoir, on peut penser que près de 50% des truites vues sont mortes ou mycosées. C'est un énorme pourcentage. La qualité de l'eau, l'empoisonnement des sédiments ou que sais-je encore tuent tous les jours sur la Bienne. C'est un fait. Les quelques truites assez fortes qui passent entre les gouttes doivent encore faire face aux nombreux harles bièvres présents sur la rivière. Ils pêchent tous les jours eux...et plutôt bien en plus !

Oui, rien de vraiment neuf sous le soleil de la vallée de la Bienne. On est alors en droit de s'interroger sur les priorités de la ville de Saint de Claude et du Parc Naturel du Haut-Jura lorsque l'on sait que des travaux conséquents ont été lancés. Ceux-ci ont pour but de redonner à la rivière un fonctionnement plus naturel et d'améliorer le cadre de vie du quartier en question. On pourra donc faire de belles promenades le long de la rivière qui sera elle un cimetière à poissons. Une fois de plus, je suis dans l'incompréhension.

Néanmoins, il ne faut pas lâcher l'affaire. Il y a depuis peu une nouvelle équipe qui a formidablement pris le relai du travail de l'ancienne (une pensée pour Charles). Ils ont besoin de tout votre soutien et cela débute par votre présence lors de la prochaine assemblée générale. Celle-ci se tiendra le dimanche 9 février à 9h30 à la Salle Bavoux Lançons de St Claude (1 avenue de Belfort). Ne pensez pas qu'à venir à la pêche, soyez investis !

Photos réalisées dans le week-end entre Lavancia et Chassal.

- page 1 de 69