Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Votre spécialiste toutes pêches - JURA PÊCHE à Champagnole - 09-67-81-34-41

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Basse rivière d Ain

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 21 mai 2018

EDF tue la Basse rivière d'Ain, les pêcheurs portent plainte.

Une fois encore, EDF tue les habitants de la basse rivière d'Ain. Une fois encore, c'est les pêcheurs qui s'en préoccupent et seulement eux. A tel point que les trois grosses associations de la BRA ainsi que la fédération de pêche du 01 ont porté plainte. J'ai demandé à un de ces bénévoles de répondre à mes questions pour vous aider à comprendre ce qu'il se passe sur cette rivière fantastique.

Nicolas : Plainte a été déposée contre EDF par plusieurs associations de pêche de la basse rivière d’Ain. Quels sont les évènements qui ont déclenché cette procédure ?

Association : Effectivement les 3 associations (PPVA, PLA et AUPRA) qui gèrent la BRA et la FDAAPPMA 01 ont déposé des plaintes en 2017 contre X pour destruction d’habitat d’espèces protégées. Cette procédure fait suite aux nombreuses constatations d’échouages de juvéniles de salmonidés. Ce phénomène arrive quand les barrages ferment brutalement leurs vannes. L’eau de la rivière baisse trop rapidement et les poissons n’ont pas le temps de regagner le lit de la rivière. Ils finissent morts échoués sur la berge. Toute la faune de la rivière subit les conséquences de ces éclusées, les invertébrés paient eux aussi un très lourd tribu.

Ces plaintes ont eu le mérite de faire bouger l'Etat et de faire entendre un peu plus fort la voix des pêcheurs. Malgré les améliorations obtenues, les pêcheurs ont prévenu que les mesures proposées pour 2018 ne seraient pas suffisantes pour éviter la mort des juvéniles de salmonidés. Comme on pouvait malheureusement s'y attendre, en 2018 les AAPPMA ont de nouveau constaté de grosses mortalités. Elles ont décidé de re-porter plainte en 2018, malgré le résultat incertain des procédures de 2017. À ce jour nous savons que le Procureur de la République de l'Ain a commandé une enquête aux services de l'AFB. En 2017 l'AFB a réalisé un travail colossal pour tenter de répertorier toutes les mortalités observées. N'ayant pas de nouvelle de la procédure, la FDAAPPMA 01 a envoyé un courrier de relance auprès du Procureur de la République début 2018. A notre connaissance nous n'avons toujours pas de réponse, mais il semblerait que nos plaintes aient été classées sans suite.



Nicolas : D’un œil extérieur, on pouvait penser que le dialogue était instauré entre les pêcheurs et EDF. Que des accords étaient actés. Ce n’est pas le cas ? EDF ne respecte pas sa parole ?

Association : On va essayer de résumer au maximum, mais c'est une longue histoire. Depuis plus de 30 ans des discussions sont en place avec l'Etat (DDT, DREAL, ONEMA, Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse), EDF, le syndicat de rivière (SBVA) et les pêcheurs. Une première convention frayère avait été signée dans les années 90. Les mesures de cette convention étaient simples, mais on pouvait constater une certaine efficacité. Ces actions étaient loin d'être suffisantes, mais utiles à la survie de la rivière.

Puis dans les années 2010, EDF a brutalement dénoncé cette convention au motif qu'elle était trop coûteuse et restrictive. Les pêcheurs sont alors montés au créneau pour obtenir une nouvelle convention plus ambitieuse et surtout réellement efficace. En parallèle l'AFB (ONEMA à l'époque) consciente des problèmes sur la basse rivière d'Ain, a mené des campagnes de suivis des frayères et des échouages/piégeages. En 2013 cette agence sort un dossier complet sur l'impact de l'hydroélectricité et surtout tout un panel de mesures pour améliorer le fonctionnement des barrages. À partir de là, l'Etat et EDF ne pouvaient plus dire que les barrages et leur gestion catastrophique n'avaient pas un lourd impact sur la faune. Les pêcheurs se sont alors appuyés sur ce rapport et ses préconisations pour négocier une nouvelle convention.

Au milieu des années 2010 la convention salmonidés voit le jour, un comité de pilotage (COPIL) et un comité technique (COTECH) sont créés. Ces comités sont pilotés par la DREAL Rhône-Alpes Auvergne et la DDT 01. Les participants à ces comités sont la DREAL, les DDT 01 et 39, l'AFB, l'Agence de l'eau, le syndicat de la basse rivière d'Ain, des scientifiques (dont Henri Persat), EDF, un bureau d'études (ECOTEC), la FDAAPPMA 01 et les 3 AAPPMA de la BRA. Lors des COTECH d'autres intervenants ou utilisateurs de la rivière peuvent être sollicités (Micro-centrales, Agriculteurs, filiales spécifiques d'EDF...). Le but de ces comités est de faire un état des lieux de la situation et de trouver des solutions en vue d'améliorer le fonctionnement des ouvrages. EDF joue la montre et demande des études d'études, avec différents scientifiques qui travaillent pour eux à l'appui. Le but de leur démarche est de prouver aux membres des comités que la disparition des salmonidés est de cause multifactorielle, afin de se dédouaner de leur responsabilité. Certes l'hydroélectricité n'est pas le seul facteur qui dégrade la rivière. Mais l'anéantissement de la reproduction des poissons et des invertébrés est bien le fruit d'une mauvaise gestion des ouvrages hydroélectriques de la rivière d'Ain, c'est le gros point noir de la BRA.

Depuis cette nouvelle convention, quelques mesures bénéfiques ont été mises en place, mais on est encore loin du compte. En plus EDF vient régulièrement renégocier les miettes que nous avons si chèrement obtenues. C'est pour cela qu'en 2016 la FDAAPPMA 01 a dénoncé son partenariat avec EDF et que les AAPPMA ont menacé d'engager des procédures judiciaires. Suite à ces événements les AAPPMA ont pris des dispositions en vue de mener des actions judiciaires et de communication.

Nicolas : Qu’attendent les associations de cette plainte ? Qu’est-ce que réellement cela peut apporter ? Pensez-vous arriver un jour à mettre en place avec tous les acteurs un système viable pour la rivière et ses habitants ?

Association : Nous ne sommes pas dupes, on ne compte pas gagner au pénal face à une entreprise comme EDF qui gère des ouvrages appartenant à l'Etat. Mais nous avons bon espoir d'obtenir des mesures efficaces, afin de permettre aux poissons de se reproduire dans des conditions acceptables. Sur d'autres rivières (Dordogne, Doubs...) les pêcheurs ont su faire bouger les lignes et ils ont obtenu des résultats concrets. Nous avons donc contacté les personnes qui ont menées ces actions, afin de comprendre comment ils ont réussi à faire bouger les lignes.

Pendant des années les AAPPMA de la BRA ne se sont pas entendues, ce qui a fait le jeu des fossoyeurs de la rivière. Depuis quelques années les pêcheurs ont compris que pour sauver la rivière, il fallait être soudés coûte que coûte.

Nous effectuons ce travail bénévolement et aux dépens de notre temps de pêche. Si nous ne pensions pas avoir nos chances de faire bouger les choses, nous ne mènerions pas ce combat. Nous sommes lucides, cela fait des dizaines d'années que ça dure, on ne va pas résoudre l'équation en un claquement de doigt. La basse rivière d'Ain a encore un potentiel magnifique, certes elle est malmenée, mais en jouant sur les bons leviers, on a espoir de retrouver un paradis pour la pêche et de transmettre ce patrimoine aux générations à venir.

Nicolas : Un message pour les pêcheurs qui liront ce billet et qui souhaiteraient vous soutenir. Par quel moyen peuvent-ils le faire ?

Association : Le plus simple est de nous suivre sur les réseaux sociaux, de partager nos publications sur ce sujet. Il faut dénoncer cette pseudo énergie qu'on nous vend comme verte et qui fait des ravages sur beaucoup de rivières. Avec nos actions de communication (réseaux sociaux, journaux, télévision), on se rend compte que beaucoup de gens n'avaient pas connaissance du problème; même certains pêcheurs ne se rendaient pas compte du désastre qui a lieu sur les rivières où l'hydroélectricité dicte sa loi. C'est la pression auprès de nos élus qui fera bouger les choses. L'Etat n'aime pas voir en une du journal local qu'une entreprise qui gère ses ouvrages est attaquée en justice pour destruction d'habitat d'espèces protégées. Nos élus locaux commencent à se sentir concernés par ce problème, car leurs administrés leurs en parlent régulièrement.

Là où nous sommes pour le moment très déçus, c'est sur le positionnement des élus du syndicat de rivière local (SR3A), on ne peut pas dire que la démarche des pêcheurs soit très soutenue, espérons que ça change rapidement.

Nicolas : Merci beaucoup pour tous ces éclaircissements. J'espère très sincèrement que vous arriverez à faire bouger les choses. J'ai une pensée pour tous ces bénévoles que vous êtes (Alex, Niko, Marco pour ceux que je connais un peu mieux) qui donnent de leur temps au-delà de ce que peuvent imaginer les gens. Merci pour ça, vous êtes des exemples.

Facebook AAPPMA PLA

Facebook PPVA

Facebook AUPRA

lundi 12 juin 2017

EDF continue son massacre.

J'ai fait un article il y a peu sur les éclusées d'EDF sur la basse rivière d'Ain. Pour ce printemps, ils ont fait très fort. A force de marnages, les alevins de truites et d'ombres de l'année ont été décimé en aval de la chaîne de barrages. En amont, sur le lac, les frayères artificielles mises en place par les bénévoles ont été mises à sec. Amont, aval, la coupe est pleine, tout est mort ! 

PPVA, une société de pêche dynamique de la basse vallée de l'Ain a réalisé une vidéo plus que démonstrative sur les conséquences irréversibles de ces éclusées. Merci à tous ces bénévoles qui se battent au jour le jour pour cette belle rivière.

jeudi 30 mars 2017

EDF et les éclusées, une histoire mortelle avec la rivière d'Ain.

Un cauchemar en continu !

Lire la suite »

vendredi 23 décembre 2016

Zoom sur une AAPPMA : PLA (les Pêcheurs à la Ligne de l’Ain).

Une AAPPMA super dynamique !ombre_BRA_418.JPG

 

Lire la suite »

vendredi 4 novembre 2016

Projets d’arrêtés permanents réglementant l’exercice de la pêche dans l’Ain en 2017.

Merci de prendre le temps de répondre.

Lire la suite »

vendredi 26 juin 2015

Nouveaux sites web de pêche.

Du nouveau sur la toile....

Lire la suite »

mardi 31 mars 2015

Que d'eau, que d'eau !

Déjà deux crues biennales début janvier et début mars pour la rivière d'Ain. C'était sans compter sur des précipitations liées à un vent très fort pour faire fondre une très grosse quantité de neige en très peu de temps. La rivière la plus touchée, et ce n'est pas une surprise au vu de son bassin versant, a été la Bienne. Tout simplement une crue vicennale (tous les 20 ans en moyenne) à Morez.

Graphique du 30 mars 2015
morez.jpg

A Jeurre, plus bas, on a atteint le niveau de la décennale comme le Tacon par exemple, affluent de la Bienne. Bref, une vraie belle crue. Pic à Jeurre autour des 565 m3, ça bouge un peu d'eau là !!
Plus près de chez moi, l'Ain a passé le niveau de la biennale (Moyenne de crue tous les deux ans) une fois de plus cette année avec un pic à Bourg de Sirod à près de 130 m3. Mais c'est la Saine qui a tout explosé. Même la courbe de niveaux car dès 4 heures du matin hier, plus aucune données. Elle était alors déjà à 130 m3. On se rend bien compte que ces crues sont dues à la fonte du manteau neigeux puisque les rivières de plaine ont vécu plus des coups d'eau qu'autre chose. A noter aussi le contraste des précipitations dans le même département (39) avec par exemple 5 à 10 mm de pluie autour de Dole et 100 mm aux Rousses dimanche !!
On lit souvent des commentaires catastrophés sur ces crues et leurs conséquences. Je pars du principe que la nature est bien faite, je ne me fais donc pas de soucis pour les poissons, les alevins, et les frais d'ombres. D'ailleurs, ceux-ci sont au moins sûrs de ne pas être piétinnés durant les jours qui viennent ce qui arrive tout le temps et qui, à mon avis, est bien plus néfaste que ces crues.
Je vous laisse avec quelques images de l'Ain filmées hier matin à Pont-du Navoy.

L'Ain en crue au 30 mars 2015 from Nicolas Germain Fly Shop on Vimeo.

 

samedi 17 janvier 2015

Qui s'occupe de nos rivières ?

Voici une vidéo de qualité réalisée par Fabrice Rencurel. Elle nous fait rentrer en immersion avec des personnes dirigeantes de trois AAPPMA. A travers leurs discours, on se rends compte de la complexité de la tâche qui leur incombe et aussi de leur motivation pour faire du mieux possible dans l'intérêt de tous. Bien sûr, tous les problèmes ne sont pas exposés, mais ce genre de vidéo fait du bien, car c'est aussi cela la pêche. Des hommes, des bénévoles qui donnent de leur temps pour les autres. On peut être, ou ne pas être d'accord avec leurs idées et donc ce qu'ils mettent en place, mais ils méritent avant tout le respect, car le bénévolat part en fumée ces dernières années. Merci à eux et merci à Fabrice d'avoir si bien mis en image cette autre facette de la pêche et donc de notre passion commune.


Qui s'occupe de nos rivières ? from fabrice on Vimeo.

jeudi 13 novembre 2014

Arrêté 2015 pour l'Ain et pour le No-Kill sur la Loue.

Merci de donner un coup de main...

Lire la suite »

mardi 30 octobre 2012

Matthieu Cosson

Découvrez ou redécouvrez ce pêcheur hors normes ! Sesel_Saint-Joseph_Mahi_Mahi_2011.jpg

Lire la suite »

- page 1 de 5