Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Votre spécialiste toutes pêches - JURA PÊCHE à Champagnole - 09-67-81-34-41

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Pensée personnelle

Tout ce qui me passe par la tête.............

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 24 septembre 2018

Pêcheur de rivière

Je remets en ligne cet article écrit en 2011. Plus les années passent et plus mon sentiment s'intensifie. Je croise de plus en plus de consommateurs qui vont et viennent...Bref, bonne lecture si vous découvrez cet article.

 

Pour ceux qui suivent ce blog, vous le savez maintenant, ma rivière de cœur est et restera à jamais la rivière d'Ain dans sa partie amont. C'est ainsi qu'on lui donne le nom de Haute rivière d'Ain.

La belle.

1.jpg

Si je devais avoir un souhait, cela serait celui d'être identifié à cette rivière que j'aime tant. J'ai toujours eu et j'ai encore une grande admiration et un profond respect pour tous ces personnages qui ont réussi de façon volontaire ou non à associer leur nom à une rivière. J'ai d’ailleurs eu la chance de rencontrer durant ces dernières années des hommes qui ont cette caractéristique. Pour moi, c'est quelque chose qui passe avant la technicité du pêcheur lui-même et ses prouesses face aux poissons. J'ai adoré ma rencontre avec Fabrice Bergues, quand les gens parlent de lui, ils pensent de suite au Gave d'Oloron, cela parait une évidence. Dans le même cas, des pêcheurs comme Daniel Rojon, Toni Ieropoli, Anthony Muracciole, Christian Triboulet sont des gens à qui on associe forcément une rivière ou une île dans le cas d'Anthony. Personne ne parle de Daniel sans évoquer la basse rivière d'Ain, le Doubs que défends avec vigueur Christian comme l'Albarine pour Tony. Anthony est LE pêcheur de l'île de beauté. Je pense aussi à Jean-Michel Radix que j'ai la chance également de connaitre. A lui tout seul, il est la définition du pêcheur de rivière comme je l'entends. Cette saison, il a pris la canne à mouche une seule et unique fois pour pêcher aux masters Pêches Sportives à la fin septembre. Il n'a pas souhaité pêcher le Doubs après ce qu'il avait subit, mais surtout, il ne se voyait pas pêcher ailleurs ! Sa rivière, c'est le Doubs. J'adore cet homme et son amour pour le Doubs, c'est extraordinaire et en parfait accord avec ce que je ressens pour ma rivière.

La Haute avec ses gravières de rêves qu'il faut préserver

3.jpg

Je suis né à quelques centaines de mètres de la haute rivière d'Ain, et je ne m'en suis jamais éloigné depuis. A mes débuts de pêcheur, je ne me doutais pas que j'allais avoir cette "relation" si particulière avec cette rivière. Elle s'est crée au fil du temps, dans les meilleurs moments comme dans les pires. Depuis toutes ces années, je pense la connaitre de A à Z.

L’Automne, c'est là qu'elle est la plus belle.

4.jpg

Il ne se passe pas un jour où je ne la vois pas de mes yeux. La haute rivière d'Ain est encore une belle rivière (pour combien de temps ??) mais si je souhaitais faire plus de poissons ou des plus gros, il me serait facile d'aller ailleurs comme sur les zones de barrages de la basse rivière d'Ain voisine. Et pourtant, à part une ou deux fois dans l'année pour aller voir un copain, je ne le fais pas. Cela vient simplement du fait que je ne ressens rien ou pas grand chose hors de mes bases, ailleurs que sur ma rivière. J'ai vu des rivières et des paysages bien plus beaux que la plaine de l'Ain dans mon Jura, mais sans mes racines, sans mon attachement à ce cours d'eau, je prends beaucoup moins de plaisir à la pêche...

L'hiver, la saison où elle est la plus claire.

L'Ain

La haute rivière d'Ain s'est faite connaitre à travers des personnages comme Aimé Devaux  et André Terrier. D'ailleurs, on retrouve encore le nom de la ville de Champagnole dans le logo des mouches Devaux alors qu'il n'y a plus rien là-bas. Il faut savoir aussi que les cendres de Norbert Morillas ont été déversé sur une gravière de cette rivière si chère à mon cœur. Tant de bons pêcheurs, tant de mouches crées sur cette rivière...

Même virage que la 1ère photo mais en été.

2.jpg

J’essaie de transmettre cet amour que j'ai de la haute rivière d'Ain à mon entourage, que cela soit à mon fils ou aux copains du club. On voit de plus en plus de pêcheurs de poissons, des consommateurs, sans repère ni racine. Des pêcheurs qui suivent les modes, qui vont de plus en plus à l'étranger sans toujours trouver mieux que chez nous. Des pêcheurs qui sont sur un cours d'eau quand les gammares bougent, qui vont sur une autre rivière quand les mouches de mai sortent et qui bougent encore et encore lors de la même saison pour diverses raisons dans un seul but, prendre plus de poisson et des plus gros. Je ne critique pas, chacun fait bien ce qu'il veut, mais je souhaite que les gens que j'aime deviennent des pêcheurs de rivières, pour qu'ils puissent à leur tour créer une relation forte et passionnée avec la Haute rivière d'Ain, pour qu'ils puissent continuer à la défendre contre vents et marées. C'est uniquement avec un amour profond pour sa rivière que l'on peut donner de son temps pour la défendre, autrement, c'est impossible et c'est facilement compréhensible.

J'espère que cette rivière me fera rêver encore de longues années et qu'elles fera rêver beaucoup d'autres pêcheurs après moi.

jeudi 12 juillet 2018

Ho ! Une éclosion d’A4…

Bonne lecture !

Lire la suite »

dimanche 28 janvier 2018

Pensées de pré-ouverture...

Quelques semaines...

Lire la suite »

dimanche 12 novembre 2017

Retour sur 20 ans de présidence d'AAPPMA.

Retour en arrière...

Lire la suite »

vendredi 6 octobre 2017

Papa, 20 ans, un manque irremplaçable.

Le temps ne fait pas tout oublier...

Lire la suite »

vendredi 7 avril 2017

Sécheresse printanière, un mal pour un bien ?

A se poser des questions...

Lire la suite »

vendredi 10 mars 2017

Sur la Haute Rivière d'Ain, chaque vie comptera.

Le 11 mars, jour de l'ouverture de la pêche dans le Jura, c'est demain. C'est un jour béni pour nous pêcheurs. Des mois que nous l'attendons parfois même en comptant les jours sur le calendrier.

L'ouverture, et les jours qui vont suivre, c'est aussi la période où les prélèvements sont les plus nombreux sur la rivière. La densité de pêcheurs est très importante lors de ces premières semaines de la saison de pêche. Pour l'année 2017, et comme l'an passé, le nombre de truites autorisées est de trois maximum par jour sur le bassin de la rivière d'Ain. Si vous suivez un peu l'actualité de la rivière d'Ain dans sa partie amont de Vouglans via ce blog par exemple, vous savez sans doute qu'elle a énormément souffert ces deux dernières années. A tel point que la pêche a été fermée par anticipation l'an passé. De nombreuses truites ont été trouvées mortes ou agonisantes sur les linéaires avals (Crotenay et Pont du Navoy pour les plus touchés).

C'est donc suite à cette triste situation, suite aux nombreuses observations que j'ai pu faire sur les frais cet hiver que je demande expressément aux pêcheurs de limiter leurs prélèvements et de ne pas aller jusqu'aux trois truites autorisées. Je vous assure pour être sur la rivière toute l'année, que ces linéaires ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils ont été. Chaque truite, chaque vie est importante. Si vous souhaitez absolument conserver un poisson, faites-le, mais remettez les suivants à l'eau s'il vous plait. Ne gardez pas trois poissons sauvages, la rivière d'Ain n'en a plus les ressources. Et si toutefois vous devez garder un poisson, dans la mesure du possible, faites-le dans les classes d'âge des poissons de tailles moyennes, genre 25-32 cm. Remettez les plus beaux géniteurs à l'eau, les truites au-delà de 40cm. C'est elles qui ont le plus souffert, il en reste très peu. Je ne parle même pas des truites de plus de 50cm.

Il est compliqué de faire des règlements différents en particulier sur le même cours d'eau, en tous les cas dans notre département au vu du fonctionnement de notre DDT. Mais si cela ne tenait qu'à moi, l'Ain à partir de Crotenay serait interdit au prélèvement afin d'aider la population de truites sauvages survivantes aux deux derniers étés de se maintenir voir de se refaire une santé.

Si vous aimez cette rivière, vous comprendrez mes écrits, j'en suis certain.

En ce qui concerne les pêcheurs qui pratiquent le no-kill de façon régulière. Faites-le correctement. J'ai pu voir durant l'hiver sur les réseaux sociaux encore bon nombre de vidéos où l'on voit des truites faire des apnées de 30-40-50 secondes pour le plaisir du pêcheur et de la photo. Cela dépasse même parfois la minute (vous tenez plus d'une minute sous l'eau après un effort vous ?). Ce n'est plus possible ce genre de comportement. Ce n'est guère mieux que de lui tordre le coup au final. Remettre un poisson à l'eau est une très bonne chose, alors autant le faire du mieux possible.

Je le répète, sur la rivière d'Ain, de Crotenay à Blye, les populations ont payé un très lourd tribut, en particulier les belles truites, n'en rajoutons pas. Pratiquons notre passion avec envie et respect en ayant conscience de la fragilité des populations de truites sauvages sur ces linéaires. Merci de m'avoir lu et un immense merci à tous ceux qui appliqueront ces quelques "conseils" au bord de l'Ain à partir du 11 mars.

mercredi 1 juin 2016

Réflexions sur les habitudes du pêcheur.

A réfléchir...

Lire la suite »

dimanche 22 novembre 2015

La nymphe à vue

Pour en savoir un peu plus sur cette merveilleuse technique...4.JPG

Lire la suite »

samedi 4 avril 2015

De bien belles courbes…

Un bon gamin ! RIMG0296.JPG

Lire la suite »

- page 1 de 4