Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Votre spécialiste toutes pêches - JURA PÊCHE à Champagnole - 09-67-81-34-41

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Matériels et achats.

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 3 avril 2019

Acheter ses mouches directement chez l'artisan.

Ce court billet pour informer la clientèle de mon Fly Shop qu'il est aussi possible de venir chercher ses mouches et ses bas de ligne directement à la maison. Effectivement, mon atelier est chez moi. Il vous sera donc possible de le visiter à cette occasion.

Bien entendu, il faudra convenir ensemble d'un rendez-vous au préalable. Une belle idée d'étape lors de votre séjour de pêche dans la région.

Mon atelier de montage.

Quelques photos de clients et amis pour illustrer cet article...

Thomas avec une truite magnifique prise entre autre avec un bas de ligne du Fly Shop.

Truite Croate prise par Niko avec une cuivre !

Truite du Sud-Ouest prise par Jérémy avec un bas de ligne du Fly Shop.

Jurassienne prise par mes soins avec une cuivre référence 12TC-16

vendredi 29 mars 2019

Plus de magasin de pêche à Champagnole.

Oui, plus de magasin de pêche à Champagnole ! C'est une bien triste nouvelle. Mais pas une surprise finalement. C'est la suite logique de notre mode de consommation, nous pêcheurs.

Mercredi, comme un coup de tonnerre, j'ai appris la fermeture imminente de l'unique magasin de pêche de Champagnole, Jura Pêche. Pourtant, Arnaud son propriétaire et Fabien le vendeur attitré ont tout mis en œuvre pour que cela fonctionne. Un magasin spacieux entièrement remis à neuf, un matériel complet, moderne dans toutes les techniques de pêche et ce pour tous les budgets. Il y avait un vrai choix de qualité et de quantité. Pour parler de mon domaine, je n'avais jamais vu dans cette ville un tel rayon mouche, c'était le top !

Je n'avais jamais vu ça ! Magnifique !

De plus, des animations gratuites ont été mis en place, carpe, montage de mouche, etc...Mais au final, quoi qu'il se passe, rien ou presque rien. Nous étions trop peu à nous déplacer au magasin. Alors, on pense à la localisation, la communication ? Non, toujours pas ça, puisque mercredi soir dernier, à l'annonce de l'arrêt de l'activité du magasin et de la liquidation du matériel à -70%, les gens ont fait la queue jeudi matin pour littéralement piller le stock ! Un truc de fou ! Là, tout le monde a retrouvé le chemin du magasin, comme par magie, tels des vautours sur une carcasse encore vivante...Oui, vous m'excuserez, mais c'est cette image qui me vient à l'esprit en premier.

Mesdames, messieurs, nous ne sommes pas à féliciter, car c'est nous les premiers responsables de cette fermeture. Nous préférons commander tranquillement depuis notre clavier à la maison en se disant à chaque fois, c'est quand même moins cher...Oui, forcément, lors que l'on commande des produits similaires dans un pays qui n'a pas les mêmes règles fiscales et patronales, c'est moins cher...Mais bon, ne nous plaignons pas alors !

Du coup, aujourd'hui, à Champagnole, ville où sont nées les célèbres mouches Devaux, où j'ai vu dans cet atelier au-dessus du pont de l’Épée jusqu'à 7 monteuses, ville qui a eu jusqu'à 5 détaillants pêche différents dans ma jeunesse, qu'est ce qu'il reste ?? Un rayon pêche dans une grande surface !! C'est terrible ! Quelle tristesse !

Ce n'est pas à Brico ou Super U que l'on va trouver du dubbing !

Merci Arnaud, merci Fabien pour y avoir cru, pour avoir tout mis en œuvre pour nous offrir un bel établissement. Que vos projets futurs vous apportent bonheur et sérénité.

PS : Les -70% sur le matériel restant sont valable toute la semaine prochaine. S'en suivra la fermeture définitive.

lundi 25 février 2019

Retour sur le SANAMA 2019

Nous avions pris la décision avec Thibaut depuis quelques semaines d'aller au SANAMA à St-Étienne le dimanche 24. De une pour avoir moins de monde sur les routes, de deux pour avoir moins de monde dans les allées du salon, bingo ! Tout juste dans les deux cas. Alexandre et Victor nous ont fait le plaisir de nous accompagner. Nous sommes arrivés peu après l'ouverture des portes à 9 heures le matin afin de profiter pleinement de cette journée. J'avais quelques besoins bien particulier en terme de matériel de montage de mouches, les seuls petits achats que j'ai effectué au final. La base de ce déplacement hors de mes terres reste la possibilité de rencontrer des personnes que je vois jamais ou bien trop peu. Nous avons passé de très bons moments avec de nombreux amis. J'ai revu avec plaisir plein de monde et fait la connaissance de quelques autres.

Ce salon est vraiment une belle réussite. L'espace était spacieux et un grand nombre de professionnels étaient présents. Un petit Disneyland pour un passionné de la pêche à la mouche. Je vous fais maintenant un petit retour en images. 

A notre arrivée devant le salon avec Alexandre et Victor.

Très heureux d'avoir revu Claire, cela faisait longtemps ! Bien content d'apprendre sa réussite dans le groupe Pacific Pêche et d'avoir pu discuter un peu également avec Thibaut, Matthias et Florian.

Premier passage obligé sur le magnifique stand Hardy ! Content d'avoir revu l'ami Greg.

Un petit coucou chez Pierrot pour parler des patchs en cuir de Joël qui m'accompagneront cette saison.

Un coucou aux amis de chez JMC, Manu et Marc. Une fois de plus, le stand qui proposait la gamme la plus complète du salon. Un énorme choix en terme de quantité et de qualité.

Un autre passage obligé. Tellement content de revoir Raphaël du Domaine de Veirières lieu de notre pèlerinage annuel avec Thibaut. Vivement !

Moment partagé avec Jordan et son pote Guillaume. Bien cool !

Thibaut en test de la nouvelle canne de chez Hardy. Une nouveauté 100% "made in England". Tout comme le nouveau moulinet HBX. Pour la canne, nous situons l'action entre la Zéphrus et la Wraith. Un vrai bon produit !

Un petit tour comme à chaque SANAMA chez Florian, qualité et sérieux, comme toujours ! Top produits !

La Vila Baca, haut lieu de pêche en Slovénie. Un régal ce stand ! ;-)

PAC Voyages avec Piam bien sûr. Un immense plaisir de revoir Jean-Pierre, Martine et Marie.

On a trouvé notre grillon préféré qui passait par là...Il a presque pas beaucoup causé ! Je plaisante bien entendu. Un allié de poids pour Alexandre afin de défendre la Bienne au jour le jour.

Ce salon s'est terminé en queue de poisson avec la rencontre d'un dromois !

jeudi 21 février 2019

Pourquoi un thermomètre ?

Il va être temps de changer ses habitudes ne croyez-vous pas ? Si on fait le tour des accessoires du pêcheur, on trouvera un mètre dans la plupart des cas, parfois même un peson, mais le thermomètre encore trop rarement...

Si vous me permettez de donner mon avis, je trouve cela dommage. Oui, car les instruments de mesure si précieux au regard des pêcheurs pour mettre des chiffres sur les mensurations d'un poisson n'ont finalement aucune importance dans le respect de celui-ci. Qu'est-ce qui est important au final ? Connaitre la taille d'une truite après l'avoir capturé ou savoir si les conditions de pêche sont correctes sans porter atteinte au-delà des limites acceptables à la survie des poissons ? Vous pensez peut-être que je vais trop loin, je vous réponds, si c'est le cas, que vous avez tort.

Dans le Jura, ces trois derniers étés, nous avons subit de terribles sécheresses ainsi que des canicules sévères (ce qui n'est pas la même chose). Cela engendre une montée assez remarquable de la température de l'eau sur certains secteurs de la rivière d'Ain que je connais bien. Il me parait donc logique de prendre cette température en début de partie de pêche durant les périodes estivales. Je vais vous donner quelques chiffres afin de mieux comprendre où je veux en venir.

D'après de nombreux auteurs, on peut considérer qu'une truite peut vivre "normalement" dans une plage de températures allant de 4 degrés à 19 degrés. Une étude en laboratoire a été menée en faisant communiquer deux bassins dont la température de l'eau était différente d'un seul petit degré. C'est à dire que lorsqu'un bassin était à 13 degrés par exemple, l'autre affichait 14 degrés. L'étude a mis en évidence que jusqu'à 16 degrés, les truites allaient n'importe où sans avoir de réellement préférence. Mais qu'à partir de 16 degrés, les poissons restaient figés dans le bassin où la température était la plus froide.

Par exemple, avec deux bassins à 17 et 18 degrés, plus de mouvements de poissons, toutes les truites restaient dans le bassin à 17 degrés. Ensuite, passage à 18 et 19 degrés, pareil, plus de mouvements, tous les poissons dans le bassin à 18 degrés. Pour les personnes ayant déjà observé des truites sur une froidière en été, cela peut vous parler.

Cela donne donc une indication sur le confort des truites vis à vis de ce paramètre qui conditionne de plus en plus notre passion avec ce fameux réchauffement climatique. D'autres éléments qui peuvent intéresser le pêcheur sont ressortis. L'alimentation de la truite est optimum entre 12 et 14 degrés. C'est à dire que dans cette plage de températures, le moindre gramme de nourriture absorbé est converti au mieux en terme de besoin/croissance. Autour des 16 degrés, c'est là que la truite doit manger les plus grandes quantités afin de satisfaire ses besoins. Au-delà de cette température, une truite devrait encore plus manger pour au moins égaler ses besoins avec une température inférieure. Cela devient dangereux car on sait aussi qu'à partir de 18 degrés, on décèle chez certains individus des problèmes cardiaques.

De cette étude, il y a deux gros bémols à retenir. Le premier, et vous l'aurez noté, c'est que cela a été réalisé en laboratoire dans un milieu parfaitement sain. Le deuxième c'est que les poissons concernés par cette même étude sont des juvéniles. On est donc en droit d'imaginer que dans un milieu impacté comme nos rivières aujourd'hui et avec des poissons plus âgés, que ces chiffres peuvent être revus à la baisse.

Après, bien entendu, une truite peut survivre dans une eau qui monte à 21 degrés par exemple. Mais elle y paviendra uniquement si elle évite toutes formes de stress supplémentaires à cette donnée comme celles déjà présentes dans son milieu (pollution, prédation naturelle, etc...).

Vous l'aurez donc compris facilement, prendre 20 secondes en début de partie de pêche (cela concerne quelques semaines par an uniquement) pour s'assurer que les poissons capturés repartiront dans de bonnes conditions n'est pas déconnant, loin de là ! En tous les cas, tellement plus important que de savoir si le poisson pris fait 51 ou 52 centimètres...Surtout si cela est fait dans une flotte à 20 degrés et qu'il a toutes les chances d'aller crever quelques minutes après relâche parce que son cœur aura lâché...Vous voyez le truc ?

C'est dans cette logique que nous avons fait rajouter ceci dans le livret fédéral du département pour notre parcours. Celui-ci est fortement impacté lors de ces périodes de chaleurs car la rivière d'Ain devient plus lente et qu'en particulier sur notre partie aval, la végétation n'est pas assez dense pour contrer un trop important ensoleillement.

Merci de respecter notre demande.

De plus, ce petit outil de mesure n'est pas un investissement de fou quand on regarde un peu les kilomètres que peuvent faire certains pêcheurs pour pratiquer leur passion tous les ans. Vous trouverez facilement des thermomètres à moins de 10 euros tout à fait fonctionnels. Il me semble important lorsque l'on pratique nos rivières jurassiennes que ce geste devienne un reflexe.

Pour compléter cet article, je vous présente un modèle qui est au-dessus du budget ci-dessus. Après, comme tout accessoire, on est en droit de se faire plaisir avec des objets plus sympas que la moyenne. Qui plus est lorsqu'ils possèdent plusieurs fonctions. Voilà, pour 2019, j'aurais en permanence avec moi le themomètre C&F Design.  En plus d'être un outil de qualité qui me permettra d'être fiable, il possède une autre corde à son arc toute aussi importante à mes yeux. Il fait récupérateur de fil également. Vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, il y a une sorte de spirale sur le côté (flèche rouge) qui permet d'enrouler ses pointes de fil usagées autour du thermomètre en coinçant à chaque tour le fil dans les espaces dédiés de cette spirale. Une fois rentré à la maison, il suffit de glisser des ciseaux dans la rainure au dos de l'objet pour libérer le thermomètre du fil en le coupant avant de le jeter. 

On voit encore trop de fil de pêche dans la nature malheureusement...

Pour l’anecdote, il possède aussi un petit aimant au dos où l'on peut, en cas de changement précipité d'une mouche, laisser son imitation en attente. Mais là, oui, c'est de l'ordre du gadget.

Et si toutefois vous pratiquez des rivières qui ne sont pas impactées par des hausses de température, cet outil vous permettra sans doute de mieux comprendre les périodes de haute activité des truites de votre rivière. Chez nous, dans le Jura et particulièrement sur nos grandes rivières, c'est pour se donner une limite acceptable à la remise à l'eau des truites sauvages dans de bonnes conditions.

lundi 4 février 2019

Nouvelles bobines Teklon, comment est-ce possible ?

C'est suite à une discution sur mon profil facebook avec les personnes qui me suivent que j'ai eu l'idée de rédiger cet article. Tout est dans le titre ! Comment peut-on avoir une idée aussi saugrenue ?

Cela ne vous à sans doute pas échappé, d'autant si comme moi vous êtes fan de ce nylon depuis des années, le changement de conditionnement du Teklon pose problème. Il y a quelques mois maintenant le Teklon est passé sur des bobines aux dimensions grotesques si on veut les transporter sur soi durant une partie de pêche. Effectivement, nous sommes passés sur des bobines qui font aujourd'hui 10 centimètres de Ø pour 2.5 centimètres de largeur. Alors que les anciennes bobines ne faisaient que 8 centimètres de Ø pour 1.5 centimètre de largeur. Bien entendu, tout cela pour une contenance identique, soit 100 mètres. Je vous avoue ne pas comprendre le choix marketing là...Il y a quelque chose qui m'échappe.

Deux bobines de 12 centièmes, la nouvelle à gauche. 

Mais ce n'est pas tout, car lorsqu'on y regarde de plus près, le fil n'est plus le même également. J'ai réalisé quelques mesures dans un local climatisé avec un micromètre étalonné. De plus, et cela tombe fort bien, je suis métrologue de métier. Parce qu'avoir les outils est une bonne chose, savoir les utiliser dans les conditions adéquates en est une autre. Vous trouverez mes résultats dans le tableau ci-dessous.

On peut remarquer que ce fil se rapproche du Ø de fil annoncé sur l'étiquette. Il était clairement surdimensionné sur les anciennes bobines, mais cela n'est pas important si on le sait dès le départ. Le principal pour moi, c'est que le fil actuel conserve son état de surface pour le traitement que je lui fais subir sur les gros Ø (du 50 au 20 centièmes). C'est le cas, donc je rassure de suite les fans des bas de ligne rouges, rien ne change ! Cela aurait pu être le contraire. Mon traitement ne prenant pas sur toutes les marques de fil, loin de là. 

Maintenant, avec ces grosses bobines, il est clair que cela le pénalise pour les pointes à cause de la place qu'elles prennent. Je me suis donc mis à la recherche d'un autre nylon depuis l'an passé pour mes pointes. Un nylon conditionné dans des bobines au format qui correspond le mieux à mon besoin avec les qualités similaires au Teklon. Une recherche identique à celle que j'avais fait lors de la disparition du fil Ashima à l'époque. Je vous ferais un retour sur mes investigations.

jeudi 24 janvier 2019

Retour "matos" de la saison 2018.

Vu que nous sommes en plein dans la saison des salons de pêche, il me semble opportun de vous faire un retour sur le matériel utilisé l'an passé. Je reviens uniquement dans cet article sur du matériel qui nous a sincèrement plu. Pas de retour commercial ou mensonger. Si vous avez vu défiler du matériel en présentation sur ce blog et que je ne vous en parle pas ci-dessous, c'est que nous n'avons pas trouvé ça génial. Pour accéder aux produits, il suffit de cliquer sur les liens en bleus placés au-dessus des photos.

  • Pour débuter, les nouvelles polarisantes JMC. C'est celles du bas sur la photo. Thibaut a donc pu pêcher toute la saison avec les nouveaux verres made in France 720 commercialisés par JMC. Il a adoré. Pour mieux en parler, je lui ai piqué sur quelques sorties. Les verres jaunes sont justes parfaits pour nos rivières. Même par temps sombre, ils illuminent la rivière et leur qualité "anti-reflet" est à la hauteur de notre attente. De plus, il y a un grand choix de montures à disposition. 

Polarisante JMC verres 720 : 139 euros.

  • Après un an d'utilisation intensive, je peux revenir avec objectivité sur mon nouvel outil de travail, l'étau Régal Médaillon. Sans faire de mauvais jeu de mots, c'est un véritable régal de travailler avec un tel outil. Simple au fonctionnel, d'un robustesse sans pareille, cet étau est fantastique. Petits comme gros hameçons, il sait tout faire. Sa tête rotative permet un accès sous tous les angles de la mouche sans avoir toute une batterie d'accessoires autour. A voir dans le temps, mais après des milliers de serrages, il est comme neuf ! Rapport qualité prix au top pour moi après en avoir testé pas mal.

Etau Régal Médaillon : 380 euros.

  • Pour continuer, un retour sur un combo idéal pour moi. Le moulinet Hardy Ultralite MTX et la soie Vaviras Ultimate distance. Ce nouveau moulin 2018 m'a accompagné toute la saison avec succès. Il équilibre parfaitement ma 8 pieds 6 avec la version MTX 3000 (122 grammes). Le fonctionnel est parfait, même supérieur aux précédents Hardy que j'ai pu avoir. Le frein possède une grande capacité de réglages très précise. Gros coup de coeur ce moulin.
  • La soie Vaviras que j'ai découvert grace au magasin Jura Pêche à Champagnole est juste parfaite pour mes besoins et ma façon de pêcher. Très bonne flottabilité même sur le long terme, bonne lanceuse, couleurs dispos sympa, pas de mémoire, elle possède toutes les qualités que je demande à une soie pour pêcher à vue.

Moulinet Hardy Ultralite MTX : 399.90 euros.

Soie Vaviras ultimate distance : 72 euros.

  • Pas du tout amateur des filets en silicone, j'ai voulu découvrir la nouvelle épuisette Brodin qui a développé un cadre carbone sur le modèle ci-dessous. Du coup, il n'y a plus du tout cette sensation de lourdeur comme on peut l'avoir avec un ensemble bois + silicone. Vraiment légère, elle se fait de suite oublier dans le dos accrochée au gilet. D'un look plutôt sympa, elle est dispo en plusieurs coloris. Super produit au final.

Epuisette Brodin Carbone : 199 euros.

Voilà. Pour terminer cet article, je vous remets ci-dessous quelques liens de petites bricoles qui sont devenues mon quotidien depuis que je les utilise. De très bons produits.

samedi 5 janvier 2019

Nouvelle référence au Fly Shop.

Pour bien débuter l’année, je vous propose une nouvelle référence d’ors et déjà disponible au Fly Shop: le sedge passe-partout. Dans le même ordre d’idée que les passe-partout olive et brune qui ont un grand succès auprès de mes clients comme des poissons, je souhaitais ajouter une référence pour avoir une imitation de trichoptère dans ma collection. C’est chose faite aujourd’hui.

J’ai donc travaillé le montage de la même manière que les modèles cités plus haut en associant le croupion de canard au poil de chevreuil. Ce duo fonctionne à merveille. Il permet à la mouche d’être encore « pêchante » après plusieurs prises. Ce qui n’est pas forcément le cas pour une mouche 100% croupion de canard par exemple. Devant l’aile, je termine la mouche avec un dubbing naturel en lièvre. Ceci permet à la mouche de ne pas pêcher trop haut sur l’eau. De plus, on évite ainsi tout phénomène de vrillage de la pointe en nylon.

Une vraie mouche de pêche.

La PP-Sedge sera au catalogue en taille 14 (hameçon TMC100), ce qui me semble être un bon compromis pour ce genre d’imitation. C’est une passe-partout, que cela soit en taille et en couleurs. Elle est donc faite pour palier à un maximum de situations. Toutefois, et seulement sur demande (en prenant en compte un délai supplémentaire), il est possible de commander sur des tailles inférieures ou supérieures.

Une fois de plus, et cela vaut pour toutes mes références, c’est une mouche de pêche par excellence. Vous trouverez sans mal des imitations mieux réalisées mais comme j’aime à le répéter, je suis avant tout un pêcheur, et non un monteur de mouches. C’est donc dans cet esprit que cette nouvelle référence a été conçue. Pêcher à bon niveau, sans vriller le fil, rester « pêchante » un maximum de temps en mêlant le choix des matériaux et la solidité de l’ensemble. Et le plus important à mes yeux, être efficace !

Si vous êtes intéressés, c'est ici => Fly Shop.

Utilisation de matériaux naturels.

lundi 10 décembre 2018

Besoin d'une pause: stop l'étau !

Un peu de repos...

Lire la suite »

dimanche 9 septembre 2018

Portes ouvertes chez Jura Pêche à Champagnole !

A vos agendas !

Lire la suite »

lundi 27 août 2018

Vidéo : Chest Pack JMC Compétition.

Je tenais à vous présenter cette vidéo réalisée par Julien Daguillanes. Vous allez découvrir à travers sa démonstration tous les avantages du Chest Pack JMC compétition. Ce produit a déjà séduit un grand nombre de pêcheurs depuis sa sortie.

Avec les explications de Julien, qui a participé au développement du produit, vous aurez sans aucun doute les réponses à vos questions.

Si toutefois vous souhaitez vous le procurer, je vous invite à cliquer sur le lien suivant => Chest Pack JMC Compétition.

- page 1 de 8