Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Cormoran

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 17 octobre 2022

Cormorans, plus que les yeux pour pleurer.

Comme si la saison estivale n'avait pas été assez meurtrière, l'automne et l'hiver devrait être du même acabit. Pas d'un point vu caniculaire cette fois-ci mais via les airs par les ombres noires qui vont s'abattre sur nos eaux sans aucun risque.

Comme vous le savez peut-être, les tirs de régulations du grand cormoran sur les eaux libres ont été suspendus. L’arrêté ministériel officialisant cela est paru. Le ministère concerné demande des études pour justifier la régulation des cormorans devant les attaques répétées de la LPO. C'est une véritable farce puisque ces études existent un peu partout en Europe.  Une étude danoise montre que le grand cormoran peut consommer 30% des truites et jusqu'à 78% des ombres des rivières qu'il colonise. Sa pression de prédation suffit à expliquer les déclins localement observés de ces espèces.

Photo @AUPRA (prise sur leur page facebook)

Au-delà des études, il y a l'observation des pêcheurs et des professionnels (pisciculteurs) depuis des années. Pour cela, il faut passer plus de temps au bord des rivières en automne et en hiver que derrière son bureau ! Des journées entières pour se rendre compte de l'incroyable efficacité de ces oiseaux. Chez nous, où les ombres sont bien rares, ils se vengent sur les truites survivantes. Un ami naturaliste m'a dit avoir observé samedi matin un cormoran qui pêchait sur notre linéaire alors qu'il était en affut pour observer un martin pêcheur. En moins de 30 minutes, l’oiseau a capturé 2 truites d'environ 30 centimètres d'après lui. Quand on connait le nombre de poissons qu'il reste dans le coin, c'est désespérant. Sans avoir fait de grandes études, imaginez que ce seul oiseau reste par-là quelques semaines en boulotant deux truites par jour si ce n'est plus...

Les pêcheurs ne demandent pas l'extermination de l'espèce, bien entendu. Mais il y a des faits très clairs. La population de cormorans se porte bien mieux et ce n'est rien de le dire que celle des truites sauvages dont ils se nourrissent. En particulier chez nous. Quand je vois ces vols de plusieurs dizaines d'oiseaux venant des grands lacs jurassiens pour faire des virées régulières sur les têtes de bassins de la rivière d'Ain et de ses affluents, cela annonce une catastrophe. Comment peut-on laisser faire ça sérieusement ??

De toutes évidences, tout n'est pas clair dans cette histoire d'interdiction de tirs de régulations sur les eaux libres. D'après les dires de l'AUPRA (une des grosses AAPPMA de la basse rivière d'Ain), le directeur technique de la fédération nationale aurait donné sa caution en tant que représentant des pêcheurs. Je n'ai bien entendu aucun moyen de le vérifier. Mais cela met en évidence un problème important de mon point de vue. Dans nos AAPPMA ainsi que dans nos fédérations, il y a encore de trop nombreuses personnes, élus ou techniciens, contre ces tirs de régulation. Mon sentiment là-dessus est clair. Cela doit cesser. Commençons par le commencement. Pour les élus, c'est plutôt simple, il suffit ne vous renseigner et de ne pas voter pour eux. Par exemple, je sais qu'il y a eu et qu'il y a encore actuellement à la fédération du Jura des administrateurs totalement contre ces tirs de régulation. je sais qu'il y a au moins un président d'AAPPMA jurassienne contre ces tirs de régulation. Des pêcheurs prêts à tout pour défendre ces oiseaux. Moi, cela me pose problème parce que ces gens-là ne défendent pas la pêche et les pêcheurs, ce qui est pourtant leur rôle en tant qu'élus. Plus grave encore pour les techniciens de fédération dont le salaire vient en partie au moins de l'argent des pêcheurs. J'en ai connu et j'en connais encore ! Chacun ces idées et principes de vie, c'est bien compréhensible, mais allez jusqu'au bout messieurs, quittez le monde la pêche pour rejoindre les rangs de la LPO !

Qu'on nous laisse protéger ces dernières zones à salmonidés sauvages sinon les cormorans finiront le travail, c'est certain. 

Photo @AUPRA (prise sur leur page facebook)

Edit du 22/10/2022 : Vu sur la page facebook de l'Aupra qui rectifie ses écrits : Après un long et fructueux entretien téléphonique avec l’intéressé M. Hamid Oumoussa (directeur technique de la fédération nationale), il apparait que s’il a bien été un des interlocuteurs du Groupe de travail sur le Grand Cormoran, il n’a pas donné d’avis favorable, bien au contraire.

vendredi 29 juillet 2022

Consultation publique tir de régulation des cormorans.

Je me fais ici le relai de l'ensemble des fédérations de notre territoire qui appellent les pêcheurs à répondre défavorablement à la consultation publique sur l'éventuelle suspension des tirs de cormorans dans les eaux libres. Voici un texte écrit par la Fédération de l'Ain :

Amis pêcheurs,
Je requiers votre attention sur le projet d’arrêté ministériel fixant les plafonds départementaux concernant les grands cormorans pour la période 2022-2025.
Cet arrêté fixe le choix de n’accorder aucun plafond hors pisciculture devant la difficulté à justifier ces derniers. Seule une dérogation pourrait-être accordée si des études locales démontraient l’impact de l’espèce sur l’état de conservation de poissons protégés et/ou menacés.
Alors que de nombreuses études prouvent l’impact du grand cormoran sur les populations piscicoles à grande échelle, cette décision nous semble surtout être un moyen de contourner ces dernières en chargeant les associations locales d’en amener la preuve.
Cette proposition n’est pas anodine au vu de la difficulté d’étudier l’impact de cet oiseau piscivore sur des milieux de grande envergure et à petite échelle ainsi que des moyens humains et financiers que cela représenterait pour nos associations locales.
Le rapport final du recensement national des grands cormorans du 28 février 2022 dont la coordination a été réalisée par un membre de la LPO fait état de l’inefficacité des tirs. Deux hypothèses se présentent donc à nous : soit le tir est réellement inefficace, soit les plafonds sont insuffisants pour réguler la dynamique de la population. Dans tous les cas, nous ne pouvons être satisfait de cette décision d’inaction alors même que l’espèce pullule.
Les milieux aquatiques sont, d’autant plus cette année compte tenu de la sécheresse, fortement en danger et il serait pour nous inacceptable qu’une telle position puisse être maintenue.
La pêche de loisir constitue un patrimoine culturel, social et économique impliquant des centaines de milliers de citoyens dans la protection de nos milieux aquatiques. Un tel non-sens pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’acceptation sociale de ces oiseaux et sur la défense de nos milieux naturels alors même que la gestion de ces derniers sur notre territoire a toujours été exemplaire.
Nous considérons qu’il s’agit là d’un détournement intéressé sinon abusif du principe de précaution et qu’aucune étude supplémentaire ne viendra alimenter le conflit d’intérêt idéologique concernant cette espèce (MECHIN C. 2007. - Une espèce jugée invasive dans l’espace français : le Grand Cormoran).
L’écologie est l'affaire de tous et doit être raisonnée de manière concertée et systémique, en considérant l’ensemble des espèces, sans privilégier arbitrairement celles à poils, à plumes ou à écailles.
S’assoir ainsi sur le volet social et économique de la problématique revient à tourner le dos à ce qui constitue le fondement de tout développement durable.
Nous mettons en garde sur la dérive dogmatique et autoritaire défendue au travers de cet arrêté.
La consultation du publique est ouverte jusqu'au 15 Aout à ce lien : http://www.consultations-publiques.developpement-durable....
Merci de commenter DEFAVORABLEMENT l'adoption de cet arrêté en mentionnant bien le nom de votre AAPPMA.
Partagez l'information et le lien pour faire entendre votre voix.

lundi 18 avril 2022

Romain nous parle des oiseaux piscivores (vidéo)

Je publie aujourd'hui une vidéo tournée sur le plateau du chasseur français. Vous y verrez l'interview de Romain. Ce jeune pêcheur passionné nous parle de la problématique des oiseaux piscivores en faisant un focus sur cette espèce allochtone qu'est le harle bièvre. Ce sujet est parfois complètement éclipsé des préoccupations de nos fédérations et pourtant, il devrait être au centre de la table. Cela devient une urgence !

Merci Romain pour ton intervention. Pour souvenir, cet article complet au sujet du Harle à lire => Harle Bièvre.

jeudi 24 mars 2022

Retour de terrain sur la prédation du Cormoran.

Pour les pêcheurs qui continuent de passer leur temps au bord des rivières en hiver, cela n'est pas une surprise. Pour les autres, peut-être. Voici une vidéo que je trouve très bien réalisée nous venant de l'Allier. Les scènes filmées sont très parlantes et que dire des photos de contenus stomacaux en fin de vidéo !

Comme je ne vois jamais nos fédérations départementales ou nationales s'offusquer de cet état de fait, je m'en fait le relai. Encore une fois, je sais moi aussi ce que j'ai vu cet hiver sur la rivière d'Ain !

dimanche 13 février 2022

Cormorans, notre Fédé écrit à la ministre.

Selon les avis de chacun, mais surtout des différents vécus, les avis diverges sur les actions à mener ou non pour contrer l'augmentation des populations de cormorans. Comme j'ai déjà pu l'écrire sur un précédent article, ma vision des choses a bien changé sur le sujet après ces 5 derniers mois passés au bord de la rivière de façon intensive. Qu'on ne me dise plus que sa prédation (couplée à celle du harle bièvre) reste négligeable. C'est totalement faux.

Quoi qu'il en soit, face à la prolifération inquiétante de l'espèce qui impacte la biodiversité aquatique et l’annulation de nombreux d'arrêtés préfectoraux sur les prélèvements d'oiseaux, la FNPF a adressé un courrier à Bérangère Abba, secrétaire d'état à la biodiversité. Les mesures demandées sont :

  • Mise en place d'un groupe de travail national pour suivre la gestion consolidée des populations.
  • Définition de modalités de sécurisation juridique des arrêtés départementaux de régulation.
  • Etude et suivi de l’impact de cet oiseau sur le peuplement piscicole par l'OFB.

Le courrier en question :

Certains trouveront que c'est encore une perte de temps et qu'il faut agir au plus vite, d'autres penseront que c'est inutile avec le discours réccurent qu'il y a d'autres priorités...Un éternel recommencement finalement.

Je souhaite terminer cet article par des images qui parlent souvent mieux que mille mots. Voici un exemple de prédation filmé cette année. Le vol le plus important que j'ai vu sur la haute rivière d'Ain cet hiver était de 18 individus. J'étais déjà en PLS en pensant à la prédation éventuelle tout en souhaitant très fort que ces oiseaux ne se posent pas sur notre linéaire (ils sont montés sur Champa). Mais là, un vol comme ça, je deviens fou !

À voir surtout à partir d'une minute.

- page 1 de 2