Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Vidéo de pêche

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 14 juin 2020

Nouvelle campagne Pub TV de la FNPF

Vous l'avez peut-être vu sur vos petits écrans, notre fédération nationale a lancé depuis le 5 juin dernier une campagne publicitaire. Quatre spots de 15 secondes chacun diffusés sur les plus grandes chaines TV. 

L'immense majorité des réactions dans le monde de la pêche est très critique pour ne pas dire plus vis à vis de ces spots. On y voit des personnes parlant seules, sans décor "pêche". Il est vrai que s'en est presque ridicule. Je vous livre ci-dessous deux exemples.

Pas un chant d'oiseau, pas de rivière en fond, rien. Difficile de comprendre. Tellement incompréhensible que j'ai fini par penser que ces pubs étaient destinées à un public bien ciblé comme les non-pêcheurs. Car de toutes évidences, ces images ne pouvaient par faire rêver un pêcheur. J'ai donc utilisé mes réseaux sociaux pour leur poser la question, voici leur retour.

  • Réponses négatives :

Jérôme : Dommage que les spots ne soient pas tournés au bord de l'eau.

Isabelle : Je ne pêche pas ! Pour moi, ce sont des pubs pour la radio. Il manque l'essentiel qui n'a pas besoin de commentaire en voix off : montrer la rivière, son calme, les poissons et toutes les émotions qui sont "dites" dans les pubs. Montrer sans dire c'est beaucoup plus fort.

Manon : Je suis une femme et j'ai pêché qu'une fois dans ma vie avec mon grand-père quand j'avais moins de 10 ans. Je suis donc la cible dont tu demandes l'avis ici. Premier point : même si on voit une femme parler, ces 4 pubs ciblent clairement des hommes. En tant que femme, je ne me sens pas du tout être la cible de cette pub SAUF pour ce qui est de mes enfants (et donc dans le rôle de mère, mais pas pour moi personnellement). C'est déjà un gros point négatif. 2ème point encore plus important : c'est 4 pubs parlent d'histoire de famille. ça présente la pêche comme quelque chose qui se transmet de génération en génération (ce qui est le cas d'ailleurs !) et donc du coup, ça exclut tous ceux qui n'ont pas de pêcheurs dans leur famille. ça ne fait que renforcer ce que je pense (et qui m'énerve au plus haut point) concernant la pêche : soit tu connais quelqu'un de proche (ton père, ton grand-père principalement) qui te montre, soit tu peux très difficilement rentrer dans ce milieu. (et je pense la même chose de la chasse ! ce sont des milieux fermés).

Premier spot "Tom et son grand-père" 2ème "Les garçons" 3ème "avec mon père" et le 4ème "Papa se levait tôt". En fait, on dirait des pubs sexistes tout droit sorties des années 80. Une des images que j'ai des pêcheurs (attention, je n'y vais pas par 4 chemins, mais je pense pas être la seule non-pêcheur à imaginer cela), c'est une image d'hommes qui se lèvent tôt pour être au bord de l'eau et qui laissent leur femme gérer la maison et les enfants. Est-ce qu'on imagine la maman de la famille se lever à 5h et laisser toute la maison sans sa surveillance pour aller pêcher ? à l'évidence non. En tous les cas, ces pubs ne l'imaginent même pas, elles proposent juste de reproduire les schémas "classiques". Mais après tout, c'est peut-être exactement la cible qu'ils visaient. Et je pense bien comme dit plus bas, que le but de ces pubs est + de faire reprendre leur carte de pêche à ceux qui l'ont déjà eu un jour que de chercher à toucher de nouveaux publics.

  • Réponses positives :

Nicolas : Je ne pêche pas mais j’ai regardé quand même, j’aime beaucoup.

Amandine : C'est pas mal du tout. On sent le plaisir de chacun, les valeurs, la nature...
En tant que non pêcheuse je suis surtout touchée par la dame qui parle du moment convivial en pleine nature. Ca donne envie.

Romain : Des vidéos qui donnent envie de se lever tôt pour admirer la nature même sans pêcher.

Ces réactions hors monde la pêche sont très intéressantes. Mais après coup, et Manon en parle dans son commentaire, il se trouve que ces spots publicitaires ne ciblent pas uniquement les non pêcheurs, mais aussi les pêcheurs, qui par la crise du Covid, auraient laissé ce loisir de côté. On le découvre sur le site de l'agence verte qui a tourné ces spots et qui explique tout ça. Je cite :

LA QUESTION POSÉE :La pêche est une activité populaire pratiquée par plus de 1,5 million de Français de tous âges et de tous milieux. 
Au 1er trimestre 2020, l’épidémie du COVID-19 nous a confiné chez nous.  Conséquence pour la Fédération Nationale de la Pêche en France : moins de cartes de pêche donc moins de ressources financières pour l’entretien de nos rivières, la gestion des ressources ou encore la protection de la biodiversité. 
Comment, dès la fin du confinement, inciter les français à (re)prendre leur carte de pêche ? 
 
Voilà, on comprend déjà un peu mieux "la cible". Ce n'est pas du tout le pêcheur passionné qui est lui on ne peut plus critique sur ces pubs. Mais pourquoi des tournages sans rivière, sans esprit nature ? Peut-être une réponse :
 
LA SOLUTION :
-Des portraits de famille, vrais et touchants qui installent la pêche, au-delà d’un loisir, comme une émotion, un certain rapport à la nature qui se transmet de génération en génération... 
-Une campagne populaire, qui touche au cœur, avec des mots simples.
-Un tournage responsable et agile avec un bilan carbone quasi neutre (équipe technique, réalisateur, comédiens tous présents dans un rayon de 5km + réunions de pré-prod et post-proden visio ou avec un bon vieux téléphone + 1 catering bio et local + 1 équipe de prod réduite au maximum en période d’épidémie.
-Un plan média national et des décrochages régionaux pour combiner visibilité et proximité.
-Une campagne TV conçue pour se décliner sur tous les autres canaux : presse, affichage et web.

Du coup, on en sait un peu plus. Après est-ce que c'est judicieux ? Je vous laisse juge. Quoi qu'il en soit, sur le fond, rien à redire. Une fédération se doit de communiquer pour fidéliser ses adhérents et éventuellement en trouver d'autres. Sur la forme, on a tous nos avis. Je souhaitais juste approndir un peu plus sur ce sujet et avoir des avis hors monde de la pêche. Merci aux personnes ayant répondu à mon appel.

lundi 8 juin 2020

L'histoire d'une truite (49)

Il y a une dizaine de jours, alors que j'étais à la terrasse de la maison avec des amis, mon fils s'est décidé d'un coup à partir à la pêche. Il a salué tout le monde et en avant vroum dans la Clio 20 ans d'âge. Cette année, peut-être à cause du confinement, il pêche avec une intensité plus élevée que les saisons précédentes. Il est d'ailleurs au coup du soir au moment où j'écris ces lignes.

J'avais dans l'idée de le rejoindre par la suite. C'était la fin de matinée. Quoi qu'il en soit, nous avons continué à refaire le monde avec les amis. Un peu plus d'une demie-heure après le départ de Thibaut, je reçois un sms. J'annonce aux copains qu'il doit venir du gamin...Pas manqué, c'était une photo d'un beau poisson. Il n'avait pas trainé ! Dix minutes plus tard, un autre sms, une autre photo. De nouveau dix minutes plus tard, une autre photo...De toutes évidences, le gosse était bien chaud et les poissons dehors. D'autant plus que les truites étaient toutes de belle taille.

Après avoir salué à mon tour mes amis à leur départ, j'ai pris le temps de manger avant de rejoindre Thibaut. Il ne faut quand même pas éliminer des étapes importantes comme celle-là. On s'est donc retrouvé au bord de l'eau en début d'après-midi sur le haut de la rivière.

Les truites étaient effectivement en place. C'est plaisant à voir car cette saison, ce n'est pas souvent que j'ai eu l'occasion de "bien tomber". Thibaut a repris un poisson devant moi. Plus petit. Ce fut ensuite mon tour. La pêche était vraiment agréable d'autant plus que j'étais en très bonne compagnie. Nous pêchions l'un à côté de l'autre, parfois même l'un en spectateur de l'autre. Des moments de vie qui comptent. Les plus beaux.

La rivière devenait plus large, plus lente. Nous arrivions à une belle trouée comme on dit chez nous. Une zone de berge où il est possible de fouetter sans que la végétation ne nous embête. Thibaut s'est alors accroupi derrière moi pour me regarder. Sur ma droite, il y avait une jolie truite d'environ trente cinq centimètres en aval d'un petit saule. Devant les yeux de mon fils, j'aime m'appliquer. À la première dérive, la truite est montée entre deux eaux pour venir pousser ma nymphe du bout du nez sans ouvrir la bouche, refus ! Thibaut a adoré la scène ! Moi, un peu moins...Nouvel essai avec encore moins de réaction du poisson. J'ai alors dit à Thibaut de l'essayer. J'ai donc pris sa place et lui la mienne. Mais au moment de tenter le poisson, il m'a dit :

-Je ne vais pas pêcher ta truite papa, je vais plutôt tenter celle-ci.

-Laquelle, j'en ai vu qu'une moi !

-La toute belle qui est au fond de la fosse sur ma gauche dans les bois morts.

Là, il a fallut encaisser. Je n'ai jamais vu ce poisson. Et je ne voulais pas risquer de me relever pour le voir.

-Vas-y gros, elle risque plus que toi cette truite.

Vu la profondeur, Thibaut changea de nymphe pour mettre une cuivre sur hameçon de 16. La base de toutes tentatives. Après avoir sorti quelques mètres de soie dans les airs, le premier poser fut parfait. Suite à une animation très légère, la truite est montée sur près d'un mètre pour venir intercepter la nymphe de mon fils. Ferrage appuyé en treize centièmes et la truite était prise ! C'est en fait la première fois où je la voyais ! Quel poisson !

Dès les premières secondes de combat, la truite a décidé de traverser la rivière aussi large soit-elle à cet endroit. Thibaut a alors sauté à l'eau sur un fond vaseux. Il a eu bien des maux à s'extirper de ce mauvais pas pour ensuite se positionner en milieu de rivière avec la truite qui tentait de rejoindre les obstacles en berge opposée. De mon côté, j'étais aux premières loges. Je me suis même permis une remarque qui m'a fait comprendre que je n'étais plus dans le coup du tout ! Thibaut pendant qu'il gérait le poisson se déplaçait sur sa gauche. Je lui ai conseillé de rester en place. Mais sa réponse était sans équivoque. Il voulait se placer devant les bois morts près de notre berge pour empêcher la truite d'y retourner sur un dernier rush proche de lui. Logique. Et c'est de plus ce qui est arrivé en fin de combat. La belle a tenté le coup mais le pêcheur avait déjà tout compris. Bravo.

La mise à l'épuisette fut un réel moment de joie collectif. La truite était pour le parcours d'une beauté fantastique. Nous l'avons admiré tout en la laissant dans l'eau. Thibaut ce jour-là a fait une pêche extraordinaire. Il m'a laissé les miettes avec deux truites. Mais quel régal de partager de tels moments tous les deux.

J'en redemande !

Une jolie truite de chez nous.

dimanche 17 mai 2020

Une bien belle récompense.

Si les personnes que j'ai eu au téléphone ces jours voient ce qui va suivre, elles vont me traiter de menteur. Pourtant, il me semble avoir dit la vérité. La rivière est devenue pêchable en nymphe à vue, mais avec une activité vraiment médiocre pour ne pas dire pire. De plus, les conditions météo avec un grand soleil doublé d'une bise assez puissante faisait que tout était réuni pour bien galérer.

Avant même d'espérer prendre un poisson, il faut en trouver un. À ce petit jeu, Thibaut a eu plus de nez que son père aujourd'hui. L'histoire ne dira pas que c'était l'inverse la veille ;-) .

Je suis parti bien après mon fils aujourd'hui à la pêche. Au moment où je l'ai retrouvé au bord de l'eau, je l'ai vu alors qu'il était encore à 100 mètres de moi. Au loin, j'étais persuadé de voir sa 9 pieds pliée de sa plus belle courbe. Je me suis dit, ce n'est pas vrai, il le fait exprès ! Je le voyais serein, donc je ne me suis pas pressé. je l'ai vu descendre de la berge pour aller dans l'eau épuiser son poisson. En arrivant vers lui, en surplomb de sa position, il a levé sa petite tête dans ma direction avec son petit sourire de couillon ! Elle est belle hein qu'il me dit. Tu m'étonnes ! Belle bête.

Voilà comment mon fils, à 20 ans, alors qu'il me suit depuis plus de 15 ans sur les rivières du coin, m'offre tant de bonheur. C'est à chaque scène de ce genre que je pense être le plus chanceux des papas. Merci mon fils pour ces moments, que cela dure une éternité !

dimanche 3 mai 2020

Vidéo, le nouveau film de Patagonia.

Peu de chose à dire si ce n'est le fait de vous conseiller de profiter. Un film de pêche rare. Bon visionnage.

dimanche 12 avril 2020

Seasons - Nymphe à vue dans le Jura

Pour occuper votre temps libre à la maison, j'ai mis aujourd'hui en ligne un des neuf chapitres du reportage de 52 minutes réalisé pour la chaine Seasons en juin 2015. Merci d'ailleurs à Rémi et David pour avoir accepté ma demande car c'est exceptionnel.

Souvenir de tournage avec Mathieu.

Cette séquence qui dure un peu plus de sept minutes a été tournée sur trois heures durant le coup de midi. Là où la luminosité est souvent la meilleure. Le but de cette partie de pêche était de prendre un joli poisson en nymphe à vue. Pour ceux qui connaissent les parcours avals de la rivière d'Ain, rien n'est écrit à l'avance. L'échec guette chaque tentative, qui plus est avec une contrainte de temps et une caméra dans le dos.

Nous avons croisé la route de trois poissons différents ce jour-là. Une truite attaquée depuis la berge, deux autres en étant dans l'eau. Vous verrez aussi que la boite de nymphes ne fait pas le résultat...On dit souvent que c'est les cordonniers qui sont les plus mal chaussés...Cela doit être vrai quand je revois ces images.

Bon visionnage et prenez soin de vous.

- page 1 de 40