Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Votre spécialiste toutes pêches - JURA PÊCHE à Champagnole - 09-67-81-34-41

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Haute rivière d Ain

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 16 novembre 2018

Je comprends enfin les paroles des vieux du village…

Lorsque j’étais ado et que la pêche était au-dessus de tout dans ma vie, j’avais parfois du mal avec les anciens du village. Combien de fois ai-je entendu des propos du genre : « Je n’ai plus la foi ! » ou encore « Je n’y vais plus, il n’y a plus rien. » mais aussi « Pas la peine de sortir la canne, il n’y a plus de gobage ! »

Ces phrases qui résonnent encore dans ma tête sont celles des vieux pêcheurs du village. Ils me les répétaient à chaque occasion. Lors de nos échanges, je tentais de leur faire entendre raison car moi, à cette époque, j’étais persuadé du contraire. Je prenais des truites, des ombres, ça gobait de partout, bref, la pêche était fabuleuse au milieu des années 80 quand j’ai débuté. Je ne comprenais absolument pas qu’ils puissent penser ce qu’ils me disaient. Pour moi, c’est gens là étaient dépassés, ils ne savaient plus pêcher et me sortaient ces balivernes en guise d’excuses ou encore parce qu’ils étaient frustrés. J’avoue même mettre moqué d’eux parfois. Quel idiot !

C’est évident qu’ils avaient raison, que leurs sentiments étaient légitimes. Je faisais moi connaissance avec la rivière, eux, la pêchait depuis des décennies. Alors certes, pour moi, comme pour beaucoup d’autres, les populations de poissons sauvages dans la rivière d’Ain à cette époque étaient fabuleuses. Mais pour eux, qui l’avaient connu 30, 40 ou plus de 50 ans avant cela, la rivière d’Ain n’était plus que l’ombre d’elle-même. Elle était moribonde. Que de sottises pensais-je !

Les choses ont bien changé dans mon esprit. J’ai ce même sentiment aujourd’hui avec la jeune génération. La Grande différence avec un grand "G" est que moi, gamin, j’avais ce décalage d'idées avec des pêcheurs âgés de plus de 60-65 ans.  Aujourd’hui, je n’en ai que 44. Vous saisissez à quel point la dégradation s’accélère dans le temps. C'est effrayant ! Je compare aujourd’hui à une dizaine d’années seulement. Pas au siècle dernier ! Car il y a seulement 10 ans, à aucun moment je n’aurais imaginé un avenir si noir. Pour moi la rivière d’Ain ne pouvait pas devenir malade, les truites ne pouvaient pas disparaitre à cette vitesse. C’était impossible. Et pourtant…J’en suis quasiment persuadé aujourd’hui.

Je comprends enfin à mon âge ce que devaient ressentir ces anciens lorsqu’une jeune pousse leur soutenait qu’il y avait encore plein de truites. Un peu comme aujourd’hui quand je rencontre des gens qui me disent avoir vu plein d’ombres sur tel ou tel parcours à Champagnole ou ailleurs. Ho ! Vous plaisantez !!! J’ai vu de mes yeux plus de 100 ombres frayer à la base de la roche à Champagnole…Que des beaux et gros poissons…Et j’ai 44 balais, je ne suis pas un ancêtre. Aujourd’hui, que cela soit un gamin ou un touriste qui découvre la rivière pour la première fois, il s’extasie devant un banc d’ombres de 7-8 individus. Waouh Nicolas, tu sais, y’a plein d’ombres là-bas et des beaux qu’ils me disent. J’en ai mal au ventre.

Mais c’est tout à fait normal qu’ils me racontent cela car pour eux, et pour ne pas avoir connu « avant », c’est déjà très bien. Pour mon gamin c’est pareil, il me sort souvent ce genre de phrase après une sortie de pêche. Papa, c’était tout dehors, j’en ai vu une bonne dizaine de poissons. Oui, pour lui c’est une belle journée de voir et tenter autant de poissons différents, je le conçois. Mais bon, 10 poissons différents (dans les très bons jours) c’est juste ridicule, sincèrement. Je me souviens avoir pêché à vue un banc de truites début octobre quand la pêche fermait plus tard en amont du viaduc de Syam qui était composé de plus de 80 truites. Elles étaient toutes devant moi à moins de 10 mètres...Vous voyez le truc...Et ce n'était pas il y a 50 ans.

Je vais vous donner un autre exemple dont je parle souvent à mes amis. Durant les saisons 2008, 2009 ou encore 2010, il m’arrivait régulièrement de faire 1,2 même 3 truites dans la grosse heure que j’avais le matin avant d’aller au boulot. Je parle ici de truites au-delà de 45cm car je pêchais uniquement à vue en sélectionnant les belles truites. C’était très commun. C’était hier. Depuis 3 saisons, et durant ce même laps de temps qui je le conçois une fois encore est très court, je fais un beau poisson par semaine, tout au plus. La voilà l’évolution. Là voici la réalité.

Alors certains pêcheurs, parfois même des amis pensent que je raconte tout cela pour éloigner les pêcheurs de la rivière d’Ain. Vous êtes sérieux ? Vous pensez que j’invente ?

Si vous, en découvrant la rivière ces dernières années vous pensez qu’elle est bien peuplée parce que vous avez pris 4 beaux poissons sur X sorties, parce que vous vous satisfaites de pêcher des truites qui se nourrissent sur un fond colmaté, parce que vous êtes indifférents au fait que nous pêchons dans une eau toujours plus chaude, toujours plus basse, libre à vous. Mais laissez-moi le droit de penser le contraire et que ces poissons pris par rapport au potentiel réel de la rivière sont ridicules, que les conditions de pêche ces dernières années sont désastreuses en terme de débit et d’éclosions. Laissez-moi le droit de me souvenir de mes anciens villageois qui n’étaient pas du tout d’accord avec moi et avec qui je suis d’accord aujourd’hui. Laissez-moi le droit de vous dire que vous avez tort et ce même si vous pensez avoir raison, comme moi plus jeune à votre place. Tout est histoire d’échelle de comparaison. Ce n'est pas parce qu'on continue à prendre quelques truites que la rivière se porte bien, car heureusement qu'un pêcheur comme moi continu à en prendre. Je dis régulièrement à qui veut l'entendre que le jour où il restera seulement 3 truites sur les kilomètres de linéaire en bas de la maison, je saurais les trouver et les prendre si je le souhaite. Aucune prétention de ma part, sincèrement, mais je passe plusieurs jours par semaines depuis des décéniies sur ces parcours et ce durant les 4 saisons. Donc oui, on prend toujours des truites, mais c'est ce ration temps passé/truite capturée qui a dégringolé ces trois dernières années. Rien de plus. Pour conclure sur ce point précis, cela ne vient pas du pêcheur pour les esprits taquins puisque j'ai fait des pêches extraordinaires sur d'autres rivières qui pouvaient correspondre à ce que je faisais sur l'Ain il y a 10 ans.

Quel intérêt j’aurais à communiquer de cette façon franchement ? Oui, j’insiste car cela m’est revenu aux oreilles plusieurs fois et tout ceci me chagrine car ce n’est pas moi. Je vous rappelle que j’ai une activité commerciale liée à la pêche, pas de pêcheur, pas de business. C’est pourtant simple non ? A l'inverse, il me serait tellement plus facile de raconter le contraire. D’écrire que tout n’est pas si mal finalement. Que les populations souffrent mais qu’il y a toujours moyen de s’amuser. De publier au jour le jour mes photos de poissons sans autre forme de procès. De continuer à faire des articles qui vous feraient rêver afin de vous faire venir sur l’Ain et qui m’aideraient à vendre des mouches encore et encore. Non, désolé, j’ai fait un choix de transparence en racontant aussi l’envers du décor, de dire la vérité. La triste vérité.

Si je suis alarmiste sur la situation actuelle de la rivière, sur les populations de truites sauvages, c’est que je le ressens de cette manière, que pour moi ce n’est rien d’autre que la terrible réalité qui découle d’un vécu de plus de 32 ans de pêche et d'observations sur les mêmes parcours.

Alors pensez ce que voulez de mes écrits, mais je n’en changerais pas.

Après cette mise au point que je pensais nécessaire, je tiens pour terminer ce billet à présenter mes excuses à mes vieux pêcheurs, le Coco, le Roland, Le Marcel, Dominique, René, Gilbert "dit le russe", mon ami Charles et bien d’autres tous au paradis des pêcheurs aujourd’hui. L’idiot du village, ce n’était pas un de ceux-là, mais bien moi ! Si j’avais pris la pleine mesure de leurs paroles, j’aurais dénoncé le mal être de cette rivière et uniquement celui-ci dès le début. Je n’aurais pas pensé qu’à pêcher ou perdre mon temps dans des histoires sans fin de règlementation en me disant que ces papys divaguaient et qu’il y avait bien assez de poissons pour s'amuser…Alors jeunes gens ou vous qui découvrez la rivière récemment, pensez-y et ne répétez pas l’histoire...

vendredi 2 novembre 2018

La sècheresse et la concentration des polluants.

Avec cette sècheresse qui nous subissons, la concentration des polluants est en augmentation dans nos rivières. Cela est évident. Nos rejets restent les mêmes...Il y a ceux qui sont couplés au réseau et les autres, les sauvages.

Pour ces derniers, ils sont connus de tous. Sur la Bienne par exemple, l'AAPPMA locale les a tous répertoriés. Les élus sont informés. Plus de 100 rejets en directs...Autour de chez moi, sur la rivière d'Ain, je connais des rejets en directs depuis plus de 30 ans...Nombreux ont été identifiés et transmis aux élus via ce DVD en 2011. Aujourd'hui, rien n'a changé. Les élus se cachent derrière des sommes déjà allouées ou d'autres excuses de politiciens.

Pourtant, lorsque l'on voit ce genre d'information (à lire article de presse ci-dessous), on est en droit de se poser des questions.

Sources Hebdo 39

La rivière d'Ain est moribonde, elle décline tous les ans à une vitesse folle et on est prêt à investir 30000 euros d'argent public pour faire aménager un accès sur une zone de l'Ain qui est à sec tous les étés. Soyons sérieux quelques secondes s'il vous plait...

Si la rivière d'Ain a besoin d'aide, ce n'est pas des barrières sur ses berges qui vont l'aider !

Et pour mémoire, et même si certaines installations sont en dysfonctionnements, comme la lagune de mon village, les habitants eux paient une taxe d'assainissement tous les ans. Que cela fonctionne ou pas, on prend notre argent. On est en droit d'avoir un service conforme lorsque l'on paie non ? Et c'est loin d'être le cas dans bien des situations. Dans le cas présent, mon village, et vu la situation, c'est tout simplement du vol depuis des années.

Quoi qu'il en soit, et comme je le disais en début d'article, les rejets eux ne cessent pas de couler pour rejoindre nos rivières, enfin, ce qu'il en reste. En témoigne la vidéo ci-dessous réalisée par Patrice sur le bassin du Doubs.

Ce qui est effrayant finalement, c'est lorsque vous parlez à des amis ou collègues qui sont complétement éloignés de ce genre de sujet. Ils sont à chaque fois surpris d'apprendre que des égouts se jettent directement dans nos rivières à notre époque. Faut voir la tête des gens qui se baignent dans des milieux naturels autour de chez moi lorsque je leur dit ce qui se jette quelques mètres en amont...Non seulement ce n'est pas gagné, mais je pense sincèrement que cela va encore empirer !

Les poissons d'eau douce ont encore bien du souci à se faire...

mercredi 31 octobre 2018

L'automne le long de la rivière d'Ain.

Quelques belles photos...

Lire la suite »

lundi 22 octobre 2018

Vidéo : automne 2018.

Comme tous les ans, dès que la fermeture de la truite est acquise, je troque ma canne à mouche pour mon reflex. Cette année, ce fut compliqué. Les conditions que vous connaissez tous ont fait que j'ai pris peu de plaisir. J'ai vu les truites souffrir, j'ai vu la rivière dans un sale état...Pour autant, j'ai passé de nombreuses heures à veiller la rivière et ses habitantes. Je ne peux me résoudre à faire autrement.

Très peu d'activité, encore moins d'éclosion...Ces truites sauvages, enfin le peu qui reste, m'étonneront sans cesse par leur capacité à survivre. Elles galèrent tout de même depuis des mois dans une eau souvent trop chaude, sans débit et dans un milieu très pauvre en nourriture.

Profitez de ces images qui ce veulent être un témoignage des potentielles dernières truites sauvages de la rivière d'Ain...

Cliquez sur HD et mettez tout ça en plein écran. Merci Fred pour la musique...

Automne 2018 sur la rivière d'Ain ou la survie des dernières truites sauvages. from Nicolas Germain Fly Shop on Vimeo.

vendredi 19 octobre 2018

Les truites n'ont plus de nourriture.

Je le vois depuis des semaines, mais l'image que j'ai fait cet après-midi le démontre mieux que mille mots. Les truites qui résistent, celles qui ont encore un peu d'eau au-dessus de la tête ont un autre très gros problème. La nourriture. Presque totalement absente, j'ai rarement vu ça. Jamais je pense à telle époque.

Dans la séquence filmée qui va suivre, c'est un poisson sauvage adulte qui est l'acteur principal. Pas une truite de cirque hein. Un poisson sauvage qui peut vous rendre dingue lors d'une belle éclosion pour prendre un malin plaisir à éviter vos plus belles imitations. Là, elle effectuait de très long circuits et ne trouvait sur son chemin que des feuilles mortes indigestes qu'elle tentait malgré tout d'avaler...Triste...

dimanche 30 septembre 2018

Des nouvelles de la haute rivière d'Ain.

Des nouvelles de la belle...IMG_3084.JPG

 

Lire la suite »

lundi 24 septembre 2018

Pêcheur de rivière

L'air du temps...

Lire la suite »

mercredi 5 septembre 2018

Qui s'amuse avec la rivière d'Ain ?

Un désastre...un de plus !

Lire la suite »

lundi 3 septembre 2018

Des mouches appartenant à Aimé Devaux.

Quel cadeau !

Lire la suite »

samedi 11 août 2018

Message à l'attention des pêcheurs de la haute rivière d'Ain.

Voici un message que je voulais faire passer après avoir parcouru le secteur de notre AAPPMA aujourd'hui.

- page 1 de 32