Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Divers

Le fourre tout!!!

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 4 décembre 2019

Manipulation du poisson.

Je suis tombé par hasard il y a quelques jours sur un article fort intéressant. C'est une interview de Mr Henri Persat au sujet de l'ombre. Mr Persat est connu dans "notre monde" comme le plus éminent spécialiste de l'ombre, poisson passionnant pour les pêcheurs à la mouche que nous sommes. Mr Persat travaille comme chercheur à l'université de Lyon 1. Ses connaissances sur ce poisson sont inimaginables. Il est d'ailleurs à l'origine de la découverte très récemment d'une troisième espèce d'ombre européenne. J'ai eu la chance d'avoir plusieurs fois au téléphone cet homme plein de savoir mais également de le croiser sur la rivière d'Ain pour des pêches d'études de l'espèce ombre.

Mr Persat en pêche sur la haute rivière d'Ain (2014).

Au sujet de la 3ème espèce d'ombre découverte par Mr Persat (cliquez sur l'image).

Dans l'article en question, qui en vient au but de ce billet, Mr Persat passe en revu (en répondant à des questions) quelques spécificités de ce poisson. On y apprend bien des choses selon ses propres connaissances avec des données chiffrées. Je vous joins ci-dessous l'article en question. C'est surtout le tout dernier thème qui aura retenu mon attention.

Article Mr Persat (cliquez sur l'image pour une meilleure lecture).

"Le mieux est de le laisser dans l'eau ou dans l'épuisette" peut-on lire... Alors peut-être que si cela vient d'un scientifique, ces écrits auront plus d'écho. On peut toujours y croire. Aujourd'hui encore, que cela soit dans les émissions TV, dans les magazines spécialisés, dans le monde de la compétition, chez les guides de pêche et autres pêcheurs dit médiatiques mais aussi, et c'est un comble, chez les techniciens/pêcheurs, on peut voir de trop nombreuses images/photos de poissons tenus à bout de bras, hors de l'eau, en serrant le poisson. Toutes ces catégories doivent pour moi être exemplaires dans leur manière de pratiquer notre passion. Avoir l'intention de remettre un poisson à l'eau sans tout mettre en oeuvre pour sa survie est contre productif. Mr Persat affirme qu'un ombre manipulé de la sorte peut déclencher une hémorragie interne qui sera fatale au poisson dans l'heure qui suit sa remise à l'eau. 

C'est bien là le problème, le poisson repart quand même. Mais maintenant, après avoir lu les recommandations de Mr Persat, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Il n'est jamais trop tard pour évoluer dans ses manières de faire. Je l'ai fait moi-même depuis peu. Alors laissez vos poissons dans l'eau.

Merci de m'avoir lu, merci pour les poissons.

Ombre capturé par mes soins en 2017 sur le Doubs.

dimanche 1 décembre 2019

Pluviométrie et début des frais.

Enfin un bel automne comme on aime pour le bien être de dame nature. Il fallait de l'eau suite à ce mois de septembre largement déficitaire (32% seulement par rapport à la normale dans notre Jura). Heureusement pour nous, nous avions eu un été excédentaire. Mais septembre a donc tout gâché. Les algues étaient revenues colonisées le fond de la rivière en faisant craindre un frai bien difficile avec ce colmatage.

C'était sans compter sur un automne largement humide avec un excédant en octobre comme en novembre en terme de pluviométrie. Si bien que nous avons dépassé ici les 200mm de pluie sur 2 mois consécutifs. Inespéré !

213mm en octobre, soit 147% de la normale et 209mm en novembre, soit 137% de la normale. La rivière d'Ain et ses cousines n'en demandaient pas autant. Quel régal de voir une rivière pleine d'eau durant autant de semaines. Ce qui va nous amener au final pour 2019 à une année tout à fait conforme à la normale côté pluie puisque il ne manque plus que quelques dizaines de millimètres. Malheureusement, la situation sera bien différente côté températures, mais de cela nous sommes tous au courant.

Ces pluies parfois conséquentes ont eu pour effet de blanchir le fond de la rivière afin d’accueillir au mieux les premiers reproducteurs. J'ai observé mon premier nid à la mi-novembre avec un couple actif dessus. Depuis, et avant la dernière montée des eaux en milieux de semaine, j'ai pu voir des choses intéressantes et d'autres qui étaient plutôt effrayantes. Même après près de 35 ans à trainer mes guêtres sur la rivière d'Ain, j'arrive à être surpris, dans un sens comme dans l'autre. Surpris aussi que le suivi de frayères de soit pas au centre du travail des techniciens de fédération, de l'Onéma comme des bénévoles des AAPPMA. On y tire tellement d'enseignements (ce qui permet d'éviter de dire de grosses bêtises !) et c'est notamment bien moins dérangeant qu'une pêche électrique de comptage par exemple. Pour ma part, je ne donnerais pas de chiffre ou autres indications ici si ce n'est les deux photos qui vont suivre, j'informerai mes sociétaires présents à l'AG de notre AAPPMA de mon constat sur notre parcours et plus globalement, sur le linéaire amont de la rivière d'Ain que j'ai parcouru comme tous les ans en long et en travers.

Photos réalisées il y a quelques jours. Oui, il reste de la vie, protégeons là !

samedi 30 novembre 2019

René Brugère nous a quitté.

Ces quelques mots pour vous informer de la disparition de René Brugère. Il fut un compétiteur aguerri et membre de l'équipe de France de pêche à la mouche. Je l'ai moi-même croisé en compétition lors de mes débuts à la fin des années 80. Il faisait parti de cette génération dorée où figurait André Terrier sous le capitanat de Roger Gentelet que René a rejoint au paradis des pêcheurs. Toutes mes plus sincères condoléances à la famille.

Ici (foulard rouge) aux championnats du monde en Finlande - 1989.

dimanche 20 octobre 2019

La rivière d'Ain est sorti de son lit.

Ce n'était plus arrivé depuis le mois de mars de cette année. Alors oui, ce n'est qu'une simple crue, mais comme cela devient tellement rare, on a tendance à en parler un peu plus. Celle-ci est admirablement bien placée. Deux effets positifs. Les truites adultes ont du se gaver et le font encore pour reprendre des forces. Les fonds vont êtres blanchis pour la période de reproduction qui va débuter d'ici quelques semaines.

Nous sommes dans une situation totalement opposée à celle de l'an dernier où les fonds au début du frai étaient totalement colmatés. Où la rivière avait un débit de tout juste 800 litres/seconde. Un filet d'eau...

Souvenez-vous un an en arrière jour pour jour.

Si le mois de septembre a été pauvre en intempérie, octobre est lui généreux pour notre Jura. Samedi matin au lever du jour, la Normale Mensuelle de 145mm pour ce mois était déjà atteinte. Et c'est plusieurs dizaines de millimètres supplémentaires qui sont tombés depuis. Un mois donc largement excédentaire alors que nous sommes que le 20. C'est à noter.

Même endroit que la première photo un an après.

Il fallait ça. Car septembre a été particulièrement sec. Juillet et août ont été eux aussi excédentaires en terme de pluviométrie. 145mm en août et 115mm en juillet. Finalement, la rivière a réellement souffert du 20 juin au 20 juillet. Une période plus courte que les étés précédents ce qui a permis aux truites de la passer sans trop de difficultés.

À gauche, octobre, à droite mars 2019. Crue plus importante au printemps.

La rivière d'Ain et la Saine ont frôlé la crue biennale. Un bon coup d'eau salvateur pour la faune, la flore et finalement pour tous les écosystèmes. De nouvelles pluies sont attendues ce lundi, on prend !

Ce matin, la rivière baisse gentiment.

samedi 19 octobre 2019

Gilbert Arnaud, créateur du gilet Sorguett nous a quitté.

Ce court billet pour informer mes lecteurs de la triste disparition d'un grand monsieur de la pêche à la mouche. Mr Gilbert Arnaud nous a quitté.

Ses créations de gilets de pêche à la mouche ont fait sa renommé. L'originalité, le savoir-faire et la fiabilité de ces gilets étaient incroyables. A tel point qu'à l'époque, dans mon esprit, c'était le graal du vêtement de pêche. En particulier celui en jeans.

Je me souviens encore du jour où j'ai pu mettre le billet pour l’acquérir, un rêve se réalisait pour le jeune pêcheur que j'étais...

Mes plus sincères condoléances à la famille Arnaud en ce jour de deuil.

Il y a bien longtemps avec mon Sorguett sur les épaules.

- page 1 de 62