Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Interview de pêcheurs

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 9 octobre 2019

Robert Escaffre

Une interview, cela faisait bien longtemps que je ne vous en avait pas proposé. C'est chose faite aujourd'hui. Je reçois comme on dit un vrai personnage et c'est peu de le dire. Si vous ne connaissez pas Robert, je vous invite à lire cet entretien et si vous le connaissez déjà bien, vous ne serez pas déçu ! Bonne lecture.

Nicolas : Bonjour Robert, je suis très heureux de te recevoir sur mon blog. Pour les quelques lecteurs qui ne te connaissent pas, peux-tu s’il te plait nous faire une petite présentation.

Robert : Bonjour à tous…Tout d’abord merci à toi Nicolas pour ta considération, j’y suis très sensible. Je m’appelle donc Robert ESCAFFRE, issu de famille paysanne de l’Aubrac où ma mère était la 19ème et la plus jeune de cette fratrie des hauts plateaux ! Je vais fêter en début d’année mon 72ème printemps. Père de 3 enfants et marié aujourd’hui à Véronique, je suis un homme parfaitement heureux !

Mon invité !

Nicolas : J’ai l’impression qu’en suivant tes aventures, la rumeur qui dit que les retraités sont débordés est vraiment fondée ! D’où tires-tu une telle énergie ?

Robert : Alors, c’est une question qui m’est familière. S’il y a une chose que je ne supporte pas, ce sont les « mous », le mot ennuie ne m’a jamais effleuré dans la vie. J’ai fait beaucoup de choses dans mon existence. Après de traire les vaches, je me suis lancé, sang auvergnat aidant, dans le commerce bistrot, j’étais ambitieux et je rêvais d’avoir une affaire avec une tireuse de bière avec 10 « becs verseurs » (comme les auvergnats de Paris). J’y suis arrivé, mais que de travail et mon affaire a pris une telle ampleur que je suis monté à avoir 40 employés. J’étais arrivé à mes fins. A 60 ans j’ai dit stop, j’ai vendu mon affaire à un Parisien et place à mes passions. Je n’ai jamais fumé, je m’étais interdit complètement l’alcool, car avec le boulot que je faisais aucune dérogation n’est possible, sinon c’est une porte ouverte au suicide, l’alcool étant un très mauvais ami. Aujourd’hui à la retraite…par contre je ne crache pas sur un bon vin ou un bon armagnac ! Qu’on se le dise !!! La retraite, c’est souvent la moisson de la vie et quand on a la chance d’avoir une bonne génétique il faut la bouffer avant que ce ne soit elle. Je suis un gagnant, je n’y peux rien c’est ainsi. Je l’ai été dans ma vie professionnelle, je le suis à bientôt 72 ans dans mes passions ! Je fais toujours le maximum dans la mesure de mes possibilités. On ne se refait pas ! Comme il me plait de le dire, j’ai toujours mes 32 dents...pas perdu une !!!

L'affaire de Robert durant son activité.

Nicolas : Avant d’en arriver là, il a fallu un tout début. Justement, comment le jeune Robert est venu à la pêche ?

Robert : La question me plait. D’abord, j’avais un père qui pêchait, il pêchait le blanc, il chassait aussi tout gibier…évolution aidant j’ai suivi mais pêche à la mouche et chasse à la bécasse. Cela remonte très loin…quand j’étais jeune. Sur l’Aubrac, quand le temps était à la pluie, que nous ne pouvions pas faner l’été, j’allais à la pêche à la sauterelle, j’avais 10-12 ans, dans une petite rivière qui s’appelle l’Argence vive et qui était bourrée de truites à la robe noire magnifique avec des points rouges vifs. Quand elles avaient leur cave sur le sable, elles avaient le ventre doré, j’en ai la nostalgie de ces truites qui étaient la souche primaire, disparue aujourd’hui. De temps en temps, je braconnais la nuit, tout jeune avec une lampe électrique, c’était la fin des années 50. J’allais seul à la pêche à la Fourchette, la nuit les truites ne bougent pas à la lampe, il fallait juste faire attention de ne pas se planter la fourchette aiguisée dans la botte…ou le soir je posais des « araignées » espèce de filet de 7 à 8 mètres...Je barrais la rivière en travers et à la pointe du jour avant le travail des champs, j’allais relever, c’était plein de truites, les écrevisses les avaient déjà attaquées ! Souvent aussi des « tarides » dans les prés. Cela consistait dans les petits ruisseaux à les barrer à l’aide de cailloux et de mottes de terre pour virer l’eau par un autre écoulement dans les prés. Et quand l’eau commençait à manquer sur 50 à 80 mètres, les premiers « Fla-fla » se faisaient entendre, ce qui faisait battre la chamade à mon cœur ! Cela changeait l’ordinaire à table, cuites à la crème de lait que l’on prenait le matin dans les bidons mis dans l’eau de la source pour les tenir au frais. C’était simplement une merveille pour les papilles !!! Alors quand on part dans l’aube d’une vie avec de telles expériences, il ne faut pas s’étonner qu’au crépuscule de cette même existence on parte encore avec la même soif ! J’ai commencé à pêcher à la mouche en 1968 !

Robert avait 23 ans sur cette photo (1971).

Nicolas : En un peu plus de 30 ans de pratique, j’ai vu les rivières, les populations de poissons et d’insectes sombrer. Avec ton vécu, cela doit être quelque chose. Quel est ton sentiment sur cette évolution et sur l’avenir ?

Robert : Dans la question précédente, je parle de ma jeunesse, temps révolu où je voyais des myriades d’insectes sur l’eau, où il fallait forcément nettoyer les pares brises après avoir conduit la nuit. Je peux dire que dans les années 70, je pêchais à la mouche sèche dès l’ouverture et quand tout était contre, je rapportais quand même ma dizaine de truites. Aujourd’hui ce n’est même pas la peine d’y penser quand la météo est contraire. Les poissons ont bel et bien changé de comportement, la raison directe est bien entendu la nourriture. Je me dis que si autrefois dans les années 60 on avait connu la nymphe. Non, il valait mieux pas ! L’avenir est inquiétant…Surtout avec ces périodes de sècheresse à répétition, surtout que les scientifiques nous annoncent que le pire est à venir. Même si le poisson a un pouvoir d’adaptation exceptionnel, il faut de l’eau ! On le sait, elle n’est plus de qualité, la pollution agricole avec les pesticides détruisent flore et faune aquatique, ce qui touche autant les oiseaux que les poissons. La pollution même si elle ne se voit pas est présente. S’il n’y a pas de poissons morts, on pourrait croire que tout va bien, hors je pense que c’est la reproduction qui ne se fait pas correctement, si la qualité de l’eau suffit aux « adultes » elle ne suffit pas aux alevins...et là est tout le mal, car cela ne se voit pas !!!

Si rien n’est fait au point de vue pesticides, je pense que dans quelques décades, les rivières hormis peut-être quelques rivières des Pyrénées et des Alpes, ce ne sera que souvenirs ou truites de remise dans une majorité de rivières de moyenne altitude, les rivières de basses altitudes ne seront que poissons blancs !

Robert en action à la pêche.

Nicolas : Pour que l’on ait un aperçu de ce que tu as pu connaitre, as-tu un lointain souvenir de pêche à nous raconter ?

Robert : Dans mes souvenirs, j’ai parlé de ceux de ma première jeunesse plus haut qui étaient des souvenirs plutôt « braconnage » mais à l’époque c’était le jeu. J’oserais presque dire normal en ces hauts plateaux d’altitude. Puis, en 68 la mouche, cela m’a attrapé comme un mal de ventre. J’étais très avant-gardiste dans ma région, personne pour m’apprendre, je ne pêchais bien entendu qu’en sèche ! Mais j’avais le sens de l’eau et j’ai eu tôt fait de comprendre que pour bien faire nager une mouche dans les bordures d’en face ou dans les contre-courants, il fallait 2 fois la canne de bas de ligne. Trois ans après, je prenais 30 truites de moyenne par sortie. A l’époque personne ne pratiquait le No kill et cela n’offusquait personne de ramener 50 truites à la maison ! Je m’étais fait faire un panier en Haute Lozère,  on m’avait pris alors le tour de taille pour que sa forme épouse mon dos, c’était un panier « d’optimiste » car il y rentrait 12 kg de truites. Les copains que je prenais à l’époque me disaient : quand on te voyait arriver sur la route avec la main sous le panier pour pas qu’il te scie l’épaule, on avait compris qu’il était plein.

En principe, sur des truites en moyenne de 25 cm, il y en rentrait 50 et cela arrivait très souvent !! Rien de choquant en ces temps. Depuis 1989 début de la compétition, je n’ai plus tué les truites. No kill intégral ! S’il fallait raconter un souvenir, cela serait celui-ci…Dans les années 70, la pêche à la mouche est devenue à la mode, le must de la pêche. Mais dans les têtes la mouche c’était à partir du 1er mai…Avant, même pas la peine d’y penser...Mais cela n’était que dans les têtes ! Voici pourquoi j’avais compris, 3 ans après avoir commencé cette pêche, que les heures chaudes en début de saison étaient favorables aux éclosions et j’avais l’habitude de pêcher au toc une petite rivière pleine de truites qui s’appelle « le Viau » dans les monts de Lacaune à quelques 900 m d’altitude. Je me suis mis à pêcher à la mouche sèche de midi à 15 h au mois de Mars cette rivière…Oh ce n’était pas des robages flagrants mais dans les bordures et les amortis contre les herbes, une simple « bulle » laissait envisager le poisson. Et plus il faisait froid ou neige, meilleur c’était. Je croisais souvent des pêcheurs de toc, qui avaient souvent du mal en ces temps froids à mettre truites dans le panier. Je me rappelle, c’était en 71, le temps était pourri brouillard, flocons...Je contrôlais alors complètement cette pêche dans cette petite rivière pleines d’arbres, c’était vraiment de la pêche très fine et très technique, les truites n’étaient que dans les amortis contre les bordures. Deux fois la canne de bas ligne pour contrôler une petite mouche N° 20 que j’appelais « la manil » qui était une petite araignée grise et corps rouge que j’avais en 3 dimensions, c’était toute ma boite ! Je prenais des truites dans tous les amortis tant et si bien que souvent, mais en particulier cette fois-là, tous les pêcheurs que je rencontrais pliaient leur canne et me suivaient…ce jour-là, j’en avais 3 derrière moi...complètement abasourdis par ma technique de pêche. J’avais commencé à Midi...A 15 h, je m’en souviens comme si cela était hier, j’en avais 33...Inutile de vous dire que j’ai fait école et j’ai mis à mal les croyances de « pas de pêche à la mouche avant mai ». Ces gens-là me posaient alors de multitudes questions quand c’était fini et me prenaient alors pour un extra-terrestre !

Toujours aujourd'hui un immense savoir-faire.

Nicolas : Tu es aujourd’hui encore un compétiteur hors pair. Je suis bluffé à chaque rendez-vous par ta régularité au haut niveau malgré ton âge (promis, je n’en parle plus !). Quand et pourquoi as-tu rejoins le monde de la compétition ?

Robert : Tout d’abord Nicolas, il faut que l’on sache que mon âge ne me pose aucun problème. Partant du principe que l’on a qu’une vie et que l’on ne peut être et avoir été, je vis très bien ma condition de septuagénaire et il arrive un temps où il faut comprendre que le canapé est un très mauvais ami, aussi, il faut l’éviter le plus possible. De par mes passions et mon travail toujours debout, j’ai usé mes genoux. Ces dernières années, j’ai tellement souffert que je ne pouvais plus. Je suis tombé de 1ère division...je me suis fait posé, la fleur au fusil…2 prothèses totales...une, bien entendu à chacun de mes genoux. Ma 2ème a maintenant presque 3 ans, je suis reparti à la pêche et à la chasse comme à 50 ans...c’est tout simplement formidable, pas de rééducation, je suis allé à la pêche et je suis bien mieux en général que les gens qui ont fait 1 mois de rééducation en centre. Les passions ça se nourri et plus on les nourri, plus elles vous donnent du plaisir. Je pars en compétition aujourd’hui comme un enfant à qui on a promis un cadeau avec la même soif d’évoluer. A un moment de sa vie, il faut penser à durer car il y a des âges et beaucoup ne l’ont pas compris...s’arrêter, c’est finir. C’est une philosophie de vie...Sinon, c’est « les feux de l’amour » et « questions pour un champion ».

J’ai commencé la compétition en 1989. C’est la faute aux copains, je prenais tellement de truites  qu’ils m’y ont poussé. Seulement, j’étais empêtré dans le travail, je venais d’acheter mon entreprise avec 8 employés que j’avais surpayé en rapport à son emplacement de premier ordre ! Les comptables disaient que j’étais fou, les banquiers m’avaient hypothéqué tous mes biens parce qu’ils hésitaient à me prêter...j’avais emprunté 600 millions de centimes en 87 alors, il ne fallait pas penser qu’à la pêche sinon je me serais retrouvé à la rue vite fait. J’ai travaillé comme un fou, et vite, je suis passé de 8 employés à 34...puis c’est monté à 40. C’était tellement difficile avec les banques que la nuit, je mettais la TV pour ne pas penser ! Mon affaire c’était ouvert 365 jours de l’année 20 h par jour…alors j’ai quand même fais de la compétition, mais j’allais plus m’entrainer et je prenais mon gilet comme je l’avais posé à la dernière compet…En 91, j’étais pourtant N° 2 au PSM rien qu’en sèche. En 3 ans, ma plus mauvaise place était 7ème...en sèche, sur mes acquis, je ne craignais personne…Puis la nymphe est arrivée avec les gens de l’Ain...et n’ayant pas le temps de m’entrainer, j’ai subis jusque dans les années 2000 où j’ai enfin, travail aidant, sorti mon affaire des difficultés financières et après tout a été différent. J’ai alors monté 4 SCI commerciales...banque...supérette, boulangerie, hôtel…etc. 11 magasins en tout.

En 2008, j’ai vendu mon affaire à un Parisien…ce qui m’a mis à jamais à l’abri de tout soucis financier. Alors là, j’ai repris à fond mes passions de jeunesse et j’ai enfin évolué à toutes les pêches parce que j’y ai accordé beaucoup de temps. Voilà ce qu’a été m’a vie ! On dit qu’il n’y peut y avoir de réussite sans à un moment une part d’inconscience…je confirme !!!

Robert en compétition.

Nicolas : J’ai souvenir d’une compétition sur l’Ubaye et l’Ubayette où le contrôleur qui était venu avec moi a eu le plaisir te t’accompagner durant le week-end. Il avait été sidéré par ta technique de pêche en sèche que tu utilisais exclusivement. C’est donc la compétition et le besoin de résultat qui t’ont obligé à passer sous la surface ?

Robert : Quand on fait de la compétition, on y va toujours pour faire le mieux possible, sinon pourquoi faire parfois près de 1700 km aller-retour si ce n’est que pour figurer. Même à un âge certain, évoluer fait encore partie de la personnalité, apprendre, s’améliorer, trouver sont des vecteurs de satisfaction personnelle. J’y suis très sensible…dire je sais est toujours négatif ! J’ai eu la chance de côtoyer tous les meilleurs Français d’aujourd’hui et tous les meilleurs Espagnols. Il y en a 2 qui m’ont fait beaucoup avancer, c’est Sébastien DELCOR et l’espagnol Pablo Castro. Ce sont 2 amis et je leur dois beaucoup ! Si depuis les années 1992 ou 93 on ne pêche pas en nymphe, ce n’est pas la peine de faire de la compétition...alors j’ai mis tout mon possible pour évoluer dans cette pêche et il me reste encore beaucoup à apprendre. La sèche, bien qu’ayant un peu perdu ma superbe parce qu’aujourd’hui on y pêche peu, pas de problème. Le temps dont tu parles, sur l’Ubaye, je m’étonnais parfois moi-même en sèche où j’allais parfois prendre des truites dans les branches à la limite du possible. Je dominais alors complètement cette pêche, mais je le redis, j’ai quand même perdu la haute voltige ! Je me rappelle que jeune, je m’imposais des sorties qu’en revers !

Nicolas : Que t’apporte le monde de la compétition. En tant qu’homme et en tant que pêcheur bien sûr ?

Robert : On est compétiteur ou on ne l’ait pas, c’est comme dans la vie...on a envie de s’investir ou on reste fonctionnaire...c’est un choix qui se respecte autant d’un côté comme de l’autre ! Par contre, les gens qui n’aiment pas la compétition, en grande majorité, si on scanne leur vie, elle reste linéaire et sans surprise. Ceci dit, on ne peut ne pas en faire, mais comprendre...et ce n’est pas pareil ! La compétition en premier lieu, m’a fait comprendre qu’il ne fallait plus tuer notre partenaire de jeu  partant sur le bon principe que les joueurs de tennis ne bouffent pas leur balle.ça, les anti compétitions qui sont souvent des « anti tout » ne l’ont pas compris, ils leur semblent que les compétiteurs ne voient que par leur égo...ce qui n’est absolument pas le cas. En compétition, l’égo en prend souvent un coup et il faut le mettre dans sa poche ! Si on ne fait pas de compet, en général, je dis bien en général, (parce que quelques-uns sont différents, je pense à toi Nicolas) prennent leur gilet et leur boite à mouches comme ils l’ont posé...sans chercher à évoluer allant dans la portion de rivière qu’ils connaissent par cœur, à l’heure voulu et souvent se prennent pour des champions...casquette qu’ils ont eux-mêmes vissée sur leur tête ! Combien en 31 ans en ai-je vu venir bombant le torse parce qu’ils se considéraient comme des champions et 3 compétitions après, repartir en ayant pris une dérouillée mémorable…et on ne les a plus vu !

Au montage de mouches.

Nicolas : Au-delà du compétiteur, tu as été le manager de l’équipe de France. Une fonction bien particulière. Quelles sont les qualités requises pour performer à un tel poste ?

Robert : Alors là, je vais dire une chose, finir sa vie et sa passion en étant Manager d’une équipe de France, c’est le graal ! J’ai vécu d’intenses moments avec ceux que j’appelle mes loulous ! Sans jamais avoir une once, une simple virgule de problème avec eux et entre eux !!! Je les adore !

Être manager, c’est tout donner, c’est anticiper, c’est prévoir les problèmes et les résoudre avant qu’ils n’arrivent. C’est faire en sorte que l’équipe n’est que la pêche à penser. C’est se mettre à leur service, c’est mettre de l’ambiance, c’est enlever du stress, c’est rire ensemble…et quand c’est ainsi, comme à su si souvent me le dire Olivier Jarreton...quand l’ambiance est comme ça dans l’équipe, c’est la médaille assurée ! Être Manager, pour moi, c’est aussi penser à la communication à ceux qui veulent savoir en France. C’est leur faire vivre la compétition comme s’ils étaient au stade...mais que c’est dur...pour cela et je le dis tout haut, faut aimer les autres. Communiquer quand il n’y a pas de couverture et se déplacer pour envoyer, communiquer pendant que l’équipe va aux réceptions cocktail ou autres, communiquer en partant tout seul dans le hall de l’hôtel parce que dans la chambre ça ne passe pas et le tout à des heures parfois indues, je vous le dis de suite, c’est un métier et une volonté à part entière. C’est parfois en dehors de ce que l’on peut imaginer. A l’étranger, c’est carrément donner de soi-même. Mais quand on voit qu’à la fin du mondial en Slovaquie, où nous avons été champions du Monde sur 24 nations présentes, que mon dernier post a fait 50808 personnes, et ça que pour de la pêche, croyez-moi, j’ai été payé de mes efforts !

En 4 ans, j’ai 11 médailles internationales...pas si mal pour quelqu’un qui y comprenait rien...vous comprenez de qui je parle !

Le niveau des équipes est aujourd’hui phénoménal. Mon plus mauvais souvenir aura été celui de l’année dernière en Italie où le Mercredi avec les embrouilles de Fédérations, nous ne savions pas encore si nous allions participer. On nous a mis des bâtons dans les roues, l’ambiance était plombée alors avec notre Fédération et avec Olivier, on savait où nous allions, nous avons fini 6ème…encore heureux…plus jamais ça !! J’en suis encore très amer, je dédouane complètement mes garçons, parce que à l’impossible, nul est tenu ! Pour gagner aujourd’hui à un mondial il faut tous les voyants au vert, si un facteur manque, c’est cuit ! Une autre grande récompense a été aussi les mots de Julien Daguillanes sur mes prestations en tant que Manager, lui qui a, à son actif une douzaine de Mondiaux !!! Merci Juju.

L'année du Colorado. Vice-champion par équipe et champion en individuel pour Julien.

Nicolas : Il me semble que tu en gardes des souvenirs merveilleux. Des victoires, des échecs, mais surtout une belle aventure humaine. Si tu devais conserver en mémoire qu’un seul et unique instant de cette période, quel serait-il ?

Robert : Quand la Marseillaise retentit et que l’on te donne une médaille d’or. Quand tu vois le sourire du bonheur sur tous les visages des membres de ton équipe, ça c’est un souvenir merveilleux ! J’ai vécu une aventure humaine hors du commun, avec des personnes merveilleuses, que je ne remercierais jamais assez pour ce qu’ils m’ont apporté !

Nicolas : Tu es toujours manager, mais cette fois-ci des vétérans. Quelle est la prochaine compétition à venir et quel objectif vous êtes-vous fixés ?

Robert : L’année dernière en désaccord complet avec ma fédération, on a essayé de nous mettre sur le dos des fautes qui n’étaient pas nôtres ! J’ai posé ma démission à cette fédération, j’avais jamais démissionné de quoi que ce soit de ma vie tout comme je n’ai jamais porté plainte, ce n’est pas en moi. Mais là, la démission était en la circonstance, ma seule arme de contestation ! Il se trouve que cette Fédération n’a pas eu gain de cause et la majorité des compétiteurs sont allés pour faire de la compétition reconnue jeunesse et sport, à la seule qui se devait par la force des choses compétente. Ma démission prenait donc fin puisque ce n’était plus la même FD. Les loulous m’ont demandé de revenir, mais vu mon âge, pas que je ne m’en sente pas capable, mais cela faisait un peu désordre, un vieux, avec les jeunes trentenaires...et avant que l’on me dise : Hé ! Le Vieux ! Faudrait peut-être laisser ta place, je l’ai laissé...avec un peu de nostalgie, je le reconnais. Mais je l’ai laissé surtout parce je voyais un remplaçant possible ayant toutes les qualités pour ce poste, sinon je serais resté...en la personne de Thierry LELIEVRE. Un homme intelligent, sérieux, parlant parfaitement la langue de Shakespeare et au profil correspondant parfaitement à ce poste. Bon vent Thierry, tu vas te régaler avec tes hommes !!!

L’année dernière, j’ai fait le championnat du Monde Vétérans en tant que Compétiteur. C’était en Espagne dans les Asturies. On n’a fait une chose inédite dans les championnats du Monde, j’avais à la réunion des capitaines tiré le secteur 3 pour commencer. Le parcours que tout le monde voulait dans ce secteur, c’est le 8 ou le 9 qui avaient 2 bras formidables. Je suis monté dans le car le matin et au fur et à mesure que le car s’arrêtait, je n’étais pas cité...puis arriva...France secteur 8...vous imaginez ma joie…hors quand le car s’arrête, moi qui connaissais les lieux je leur dis : ce n’est pas mon parcours…Et là, les responsables, très embarrassés, me disent à demi-mots, car je parle Espagnol : il y a eu une erreur ce matin, les contrôleurs se sont trompés de car et vous faites le secteur 4...impensable en championnat du monde.. Le tirage au sort lors de la réunion des capitaines...c’est la messe ! J’avais 2 solutions. Ou je ne descendais pas du car et je foutais le championnat dans la merde...ou j’acceptais cette supercherie ! Je ne suis pas un fouteur de trouble et je suis descendu...j’ai eu en suivant 2 parcours de merde qui n’auraient pas dû être les miens et bizarrement le parcours du secteur 9 du secteur 3 a gagné...c’était l’espagnol...en plus, le Néo-Zélandais s’est trompé et a fait la moitié de mon parcours…décidément ! Je n’ai pas porté réclamation, ni pour une chose…ni pour l’autre. Heureusement, le lendemain j’ai eu les bons parcours et j’ai fait 3ème et 1er. J’avais tiré à ce championnat Les parcours de gagne, le destin en a voulu autrement. Nous aurions aimé un mot d’excuse à la fin de l’organisation. Nous en avons eu point. L’Espagne avait gagné, bravo à eux...mais…je n’en dirais pas plus !!

Donc en 2020, je vais prendre le capitana des vétérans, car j’estime, là aussi qu’en étant septuagénaire même si je me sens capable de gagner, ce n’est pas moral pour un sport. A l’encadrement ce n’est pas pareil ! Donc nous avons un challenge à relever, j’ai déjà été manager de l’équipe Vétérans au Portugal en 2017 avec 2 médailles d’argent à la clé. Le challenge qui nous attend est d’être champion du monde Vétérans. Nous avons le potentiel et nous allons y penser fortement !

Avec les vétérans.

Nicolas : Pour quitter le temps d’une question le monde de la pêche, je te sais passionné de chasse à la bécasse. Trouves-tu des similitudes entre la pêche et la chasse ?

Robert : Voilà une autre question qui m’intéresse. Il y a de fortes similitudes entre la pêche à la mouche et la chasse à la bécasse, car elles demandent toutes les deux endurance, réflexion et grand savoir pour parfaire. Cela fait 50 ans que je me passionne de cette chasse, je suis le contraire d’un chapeau à plume, je mets ma salopette, la même qu’à la pêche, et je suis comme un sanglier dans les fourrés avec mes 2 adorables setters Francis et Marius. Ma montre est GPS et je fais par sortie entre 10 et 22 km en moyenne hors sentiers battus (avec 2 prothèses aux genoux). La bécasse ça se mérite, c’est une chasse exigeante, qui demande une parfaite connaissance du terrain, de l’oiseau, des mollets de fer, des chiens excellents, des territoires divers en biotopes et altitudes, bien tirer et surtout être en santé parce que l’endurance par tous les temps met le corps parfois à rude épreuve, j’ai la chance d’avoir une force en moi à la pêche comme à la chasse…c’est le mental...je ne lâche jamais rien !!!

C’est une chasse de solitaire, tout comme la pêche à la mouche, sauf qu’à la bécasse il y a un facteur obligatoire, c’est d’avoir d’excellents chiens ! Quand arrive en octobre les premiers frimas, que la nature commence à sentir l’humidité, que les premières grives musiciennes s’entendent la nuit en pleine migration, il se passe quelque chose en moi…que seul les initiés peuvent comprendre...c’est presque de la magie…de l’irréel...de l’abstrait...Mais que c’est fort !!!!

Robert et ses setters !

Nicolas : Pour revenir à la pêche et précisément sur les différentes techniques possibles avec une canne à mouche. Laquelle a ta préférence et si elle est différente, laquelle reste la plus productive d’après toi en termes de poissons capturés ?

Robert : Je pense pratiquer aujourd’hui toutes les pêches, j’en ai même mise une au point qui s’appelle la frisque que je pratique beaucoup en loisir...que pour le plaisir...mais en compétition, je pratique suivant le profil de la rivière, du temps qu’il fait ou de l’heure, différents modes de pêche. La nymphe est certes pas la plus belle à regarder mais souvent la plus productive, la pêche à l’Espagnole m’est de loin préférable à « la roulette » mais ma préférée aujourd’hui en dehors de la sèche est la sèche-nymphe à l’espagnole parce qu’elle peut être meurtrière quand le poisson est actif...c’est une pêche plus technique qu’il n’y parait, une pêche où on prospecte beaucoup et vite. Une pêche précise, très efficace. Ceci dit, il faut que ce soit une petite ou moyenne rivière. Une pêche aussi qui doit être reine, c’est la pêche à vue...mais nos rivières du Sud-Ouest n’ont pas la réputation d’être faite pour cette pêche ! Sauf la pêche en sèche à vue.

Il est pas heureux notre homme !

Nicolas : Quelles sont pour toi les principales qualités qu’un compétiteur doit avoir pour réussir de façon régulière et sur la durée ?

Robert : La principale qualité du compétiteur est d’abord le mental...le physique et surtout la soif de s’améliorer et d’apprendre…de ne jamais se contenter de ses acquis. Aujourd’hui on ne pêche plus comme dans les années 90. L’évolution a aussi touché la pêche. Beaucoup sont en retard. Un compétiteur se doit d’être humble même si des fois il faut féliciter son égo !

Nicolas : Je suis la compétition internationale depuis mes années André Terrier. J’ai vu une évolution au niveau des nations dominatrices. L’Espagne en particulier. Peux-tu nous parler un peu de cette nation et pourquoi d’après toi sont-ils devenus aussi redoutables ?

Robert : Dans les années 90, L’Espagne ne pêchait pas en lac et peu pêchaient à bon niveau la nymphe. Aujourd’hui ils sont pratiquement devenus les rois du Monde dans cette discipline. Je vais vous expliquer car peut-être que je suis le mieux placé...car connaissant très bien tous les membres de l’équipe d’Espagne comme de France d’ailleurs. Ne comparons pas nos 2 pays question pêche...en Espagne, la pêche revêt un caractère social...alors que chez nous, c’est du 2ème degré pour le commun des mortels ! Le nombre de licenciés chez nous est carrément dérisoire en rapport à l’Espagne. Ils ont l’avantage d’avoir toujours la règlementation des cotos depuis le Franquisme...et cela facilite énormément les choses. Celui qui veut faire une complétion, il réserve les cotos qu’il lui faut 7 à 8 mois à l’avance et le jour « J » il a les cotos libre de tout pêcheur...facile !!! Tous les membres de l’équipe d’Espagne « Monde » pêchent minimum 3 à 4 jours par semaine mais c’est souvent 5 ou 6 jours. En France, s’ils font 2 ou 3 sorties par mois et pas toujours c’est déjà bien. Les Espagnols sont au niveau « Pro », nous au niveau « loisirs » pourtant nos hommes sont là, ils les accrochent, et font mieux parfois. Ils ont des rivières poissonneuses un peu partout de Catalogne à la Galice…et chez eux, la sèche à pignon sur rue, puisque il y a beaucoup plus d’activité de surface que chez nous. Aujourd’hui, toutes les nations arrivent avec le même matériel performant. Toutes pêchent le lac et tous ont toutes les pêches. Autrefois nos équipes avaient une telle avance en nymphe, qu’ils pouvaient se permettre de louper une manche. Dans les mondiaux aujourd’hui, pas de droit à l’erreur !!! Les Espagnols sont avant-gardistes en tout sport et cela se retrouve à la pêche !

Une équipe de France championne du monde !

Nicolas : Quand Robert veut pêcher pour lui, uniquement pour le plaisir. Dans quelle région as-tu tes préférences pour t’évader ?

Robert : J’ai pêché un peu autour du Monde mais celle qui m’a laissé le meilleur souvenir c’est la pêche au « réo » (truite de mer) dans les Asturies, sur les rios Cares, Sella et Narcea. J’ai d’ailleurs gagné en 2008 le championnat international de la truite mer à Cornellana sur le rio Narcea. C’est l’ami Guy Roques qui m’a introduit en Espagne dans les années 80 et je ne saurais jamais assez le remercier, car l’Espagne m’a beaucoup apporté en matière pêche. Je connais un peu tout le monde de la compétition là-bas et j’y suis très bien introduit, j’y ai de nombreux amis. J’adore ce pays et c’est là-bas outre Pyrénées que je trouve mon bonheur quand je m’évade !

Nicolas : Les années défilent, mais je suis certain qu’elles vont te donner encore des tonnes de moments merveilleux en compétition ou ailleurs. Je te souhaite tout le meilleur Robert et j’espère te croiser de nouveau. Merci d’avoir répondu à mes questions. Pour mon plaisir, mais aussi pour celui de mes lecteurs.

Robert : Il est certain que tant que le destin me donnera la force de participer, je serais là, je reste toutefois conscient que mes années sont comptées. Alors je ne laisse rien, je ne lâche rien… je me régale !

Merci à toi Nicolas, je suis ton profil par l’intermédiaire de Facebook, tu as une excellente presse et tu es très apprécié dans le milieu de la pêche et c’est très justifié, tu es un vaillant, tu es de ceux qui ont compris que rien ne tombe cuit…et qu’il faut aller le chercher...tu es sur le bon chemin…foi d’un ancien. Si d’aventure, je passe un jour avec mon épouse et le camping-car pas loin de chez toi, ce serait pour moi un grand plaisir de t’accompagner même sans canne quelques heures sur ta rivière.

Merci Robert et conserves cette joie de vivre !

Nicolas : Je vais laisser maintenant la parole à mon copain Julien Daguillannes qui connait très bien Robert. La tradition de mes interviews veut qu’un ami de l’invité dise un petit mot. Merci Juju pour ces quelques lignes.

Julien : Comment parler de Robert simplement ? Je le connais depuis des années et il me semble que sa motivation n’a jamais faiblit, c’est incroyable, une vrai leçon de vie !!!

Nous avons été ensemble dans la même équipe lors de 2 championnats du Monde, l’un dans le Colorado et l’autre en Slovaquie, que de bons souvenirs (enfin presque….lol) Ce qui est bien, c’est qu’avec sa « grande gueule » et sa motivation, tout est possible. Après, sa grande gueule, ça passe ou ça ne passe pas, mais au moins c’est direct et c’est dit.

Il a durant ces 2 années, organisé et managé ces championnats de main de maitre, rien n’était laissé au hasard, du jour du départ jusqu’au retour, tout était pensé bien à l’avance. Il a été aux petits soins pour nous, petit déjeuner, repas, permis de pêche, comme si on était ses enfants. Nous avions plus qu’à penser à la pêche.

En dehors des championnats du Monde, il m’a ouvert les portes de l’Espagne pour faire des compétitions et rencontrer des gens formidables. Par contre, je pense être la seule personne (peut être au monde) à avoir réussi  à le faire taire pendant de très longues et interminables minutes !!! Ahhhh cette partie de belote, certains s’en souviendrons longtemps !!

En tout cas, j’aimerai bien être aussi en forme à son âge, et pour cela, comme il dit, il faut avoir eu toute sa vie une hygiène de vie correcte. Quand on l’écoute parler (fort), on se dit qu'il faudrait vraiment qu'il écrive un livre recensant toutes ses paroles, anecdotes et bien d'autres choses.

En tout cas c’est toujours un plaisir de le côtoyer et d’écouter ses paroles et sa façon de voir la vie.

Julien et Robert.

mercredi 6 février 2019

Jordan Hernandez

Pas simple de définir mon invité du jour, il y a tellement à dire. Peut-être un fou furieux ou encore un passionné d'un autre monde mais plus sûrement un pêcheur ultra complet, surdoué, en permanence dans la progression et qui possède un mental sans faille. C’est aussi et surtout un jeune homme d’une gentillesse exceptionnelle.

J’ai la chance dans mon parcours de pêcheur de rencontrer de nombreux passionnés. De tous bords et de tous âges. Jordan en fait parti. Il est même dans le peloton de tête. C’est un garçon que j’apprécie énormément pour ces qualités d’homme et de pêcheur. On se connait seulement depuis quelques années, mais pour dialoguer régulièrement, on tombe souvent d’accord sur les sujets qui tournent autour de la pêche. De plus, étant très restreint (par choix) sur ma façon de pêcher, je porte énormément d’intérêt sur sa façon de voir les choses, c'est très enrichissant. Echanger avec lui est toujours un immense plaisir car malgré son jeune âge, il possède déjà un parcours hors normes. A votre tour de le découvrir maintenant, bonne lecture !

Nicolas : Salut Jordan. Très heureux de te recevoir sur mon blog. Pour mes lecteurs qui ne te connaissent pas, peux-tu nous faire une petite présentation, merci.

Jordan : Salut Nico et bonjour à tes lecteurs. Merci à toi pour ton invitation, c'est un plaisir d'être reçu sur ton blog. Je trouve le principe de ces interviews très intéressant et franchement ça change, donc forcément j'adhère !

Moi c'est Jordan Hernandez, je souffle ma 26ème bougie en même temps que je réponds à ton interview... c'est cadeau !

Je suis originaire et je vis actuellement dans le département de la Loire (42, plaine du Forez), en région Rhône Alpes. Comme tu le sais déjà, je travail exclusivement les week-ends en mécanique industrielle et je consacre le reste de ma semaine à mes activités favorites, pêche et sport !

Mon invité, Jordan Hernandez.

Nicolas : Comme je le répète souvent à mes amis, j’en ai déjà croisé des fondus de pêche, mais des comme toi, jamais ! Tu en es conscient ou pour toi c’est la normalité ?

Jordan : Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais ! J'ai envie de te répondre les deux. Lorsque j'en parle autour de moi, la réaction des gens me fait souvent prendre conscience que ce n'est pas vraiment ordinaire. Mais d'un côté, quand il s'agit de ton quotidien, par la force des choses ça devient normal. Donc les deux !

Un quotidien pas si ordinaire...

Nicolas : Revenons au tout début. Depuis quand cette passion est née pour toi et comment cela t’es venu ?

Jordan : Cela m'est venu par mon père qui nous emmenait avec mon frangin dès notre plus jeune âge. Il y a plus de vingt ans, je me rappelle de ces premières sorties en famille à la découverte de la truite au toc et des carnassiers. De sacrés souvenirs !

Un des premiers brochets aux leurres de Jordan (avec son grand frère Kévin, collector la photo !!).

Nicolas : C’est donc une histoire de famille. Il y a la pêche et le reste chez les Hernandez ?

Jordan : Oui c'est bien ça ! Le reste, qui n'est pas des moindre, encore une fois avec mon père qui a clairement géré sa transmission de passions. Ce qui fait que nous le suivons à la pêche, dans la nature, à la chasse et aussi dans le sport (cyclisme). Les semaines sont biens remplies chez les Hernandez !

Vélo avec son papa.

Nicolas : Tu es devenu au fil de temps un pêcheur complet en termes de poissons capturés et de techniques pratiquées. Quel a été ton cheminement personnel ?

Jordan : Mon parcours perso dans la pêche est plutôt varié, dans le style " touche à tout ". A partir du moment où j'ai été assez autonome au bord de l'eau, j'ai commencé à me consacrer à la pêche au coup. C'est là que j'ai pris part à mes premières compétitions (adulte) et que j'ai réalisé mes premières victoires du haut de mes 11/12 ans à l'époque.

La suite de mon adolescence, j'ai alterné la pêche de la carpe et celle des carnassiers. Avec une première participation à un événement de plus grande ampleur, le championnat de France carpiste en 2008 en binôme avec mon frère.

Puis, à ma période lycéenne, je m’investis exclusivement dans la pêche des carnassiers aux leurres artificiels. Tout va très vite, avec plusieurs victoires et podiums lors de dates du championnat de France bateau, l'arrivé des premiers sponsors. Une détermination toujours grandissante nous pousse, mon frangin et moi, à nous lancer dans les plus grandes compétitions européennes où nous nous hisserons sur quelques podiums.

Enfin, venons à la partie que tu préfères...La truite ! Comme je l'avais cité plus haut, j'avais suivis mon père et mon frère lors de quelques sorties truites étant très jeune mais ça restait anecdotique. C'est il y a seulement quatre ans que je me suis mis à parcourir les rivières aussi bien à la mouche qu'aux leurres.

3ème place prédator tour en Hollande.

Nicolas : Aujourd’hui, quels sont les poissons et les techniques que tu préfères ?

Jordan : J'adore tous les carnassiers aux leurres, avec une préférence pour toutes les pêches qui demandent d'avoir beaucoup de tactile. Et la pêche à la mouche, forcément, avec un plus pour la pêche en sèche.

Nicolas : Tu as une belle complicité avec ton frère avec qui tu fais aussi des compétitions carnassiers aux leurres. Que t’apporte ce genre d’évènement par rapport à une pêche loisir ?

Jordan : Ce que ce genre d'événement m'apporte, tout d'abord de l'expérience. Ça me pousse à rehausser mon niveau, à être beaucoup plus réfléchi et concentré. Chose qui est difficile à reproduire en pêche loisir. Pour moi, ces événements sont une étape importante pour ma progression.

Brochet de 123cm pris en compétition internationale.

Nicolas : Ton frère Kévin est connu pour être plutôt un pêcheur de spécimen, comment tu te définirais de ton côté et pourquoi cette philosophie ?

Jordan : Kévin préfère la qualité à la quantité, moi c'est l'inverse. Je mise tout sur la quantité. La recherche de spécimen est un mode spécifique qui demande à s'adapter au comportement d'une minorité de poisson. Personnellement, je suis plus intéressé par le comportement de la majorité, donc forcément des poissons plus petits. Ça n'empêche pas de croiser de beaux poissons, comme tu as pu le remarquer sur mon bateau ! ;-)

Choisir la quantité n'empêche pas de prendre gros !

Nicolas : Ce que j’apprécie chez toi, c’est ta simplicité qui dénote malgré ce monde parfois farfelu pour ne pas dire autre chose de la pêche moderne. Que penses-tu justement de cette évolution dans ton domaine de prédilection qu’est le leurre ?

Jordan : Merci, je te retourne le compliment. Tu connais mes principes de pêche, simple et efficace ! Je pense que cette évolution dépasse un peu la pêche. Comme par exemple, le faite de connaître le dernier leurre qui vient de sortir, ou de connaître le nom de millier de références, etc... Savoir tout cela n'a jamais fait attraper de poissons donc je ne m'y intéresse guère. Au fil du temps, je pense me détacher de cette évolution, de ces mentalités qui ne me correspondent pas.

Nicolas : On est sur un blog de pêche à la mouche, alors on va laisser tes trucs en plastique de côté. Pourquoi avoir voulu aussi pêcher à la mouche ?

Jordan : Oui, revenons-en à nos plumes !

Tout simplement parce qu'un jour, alors que je pêchais aux leurres, un ami pêchant à la mouche m'a littéralement mit une leçon. Au coup du soir, il m'a fait tester son fouet et je prends deux truites correctes en quelques passages en nymphe au fil. Tu t'imagines bien qu'à partir de ce moment là j'ai voulu savoir faire. Le lendemain, j'avais commandé mon premier ensemble mouche !

La première truite de Jordan avec une canne à mouche.

Nicolas : Toi qui excelles dans la pêche aux leurres, trouves tu des similitudes avec la pêche à la mouche ou est-ce que pour toi c’est deux mondes totalement différents ?

Jordan : Pour moi, il y a de grandes similitudes. Que l'on utilise un leurre en plastique ou une mouche faite de plume, tout deux restent des imitations artificielles. N'en déplaise aux puristes, ces deux techniques sont assez proches, à quelques variantes près du comportement de nos truites. J'estime qu'un bon pêcheur de truites se doit de maîtriser la pêche à la mouche, aux leurres ainsi qu'au toc afin de s'adapter à toutes les situations que l'on rencontre au cours de la saison. Je prends l'exemple du pro " pêche à vue seulement " qui se retrouve au chômage technique lors des crues pendant que moi je me régale aux leurres…Quel dommage ! Il n'y a pas de techniques supérieures ou plus honorables que d'autres, ni de méthodes qui rajoutent de la valeur aux truites...Il n'y a que des bons pêcheurs qui agissent avec passion !

Bien sur, ça ne reste que mon avis.

Une magnifique truite prise au leurre, reste une magnifique truite.

Nicolas : Avec ta canne à mouche, ta priorité est de pêcher en adaptant la technique aux conditions ou est-ce que par exemple tu vas chercher à pêcher à vue en priorité ?

Jordan : Oui, j'essaie toujours de m'adapter au mieux aux conditions de chaque sortie. Mais, si j'ai l'occasion de pêcher à vue, je ne m'en prive pas.

Truite de N.Z prise en nymphe à vue.

Nicolas : Tu reviens d’un voyage en Nouvelle-Zélande en duo avec Franck. Globalement, que retiens tu de ce trip pas comme les autres ?

Jordan : Ce que je retiens le plus c'est que, réellement, on est très loin des vidéos que l'on peut voir sur le net. En réalité, les poissons sont beaucoup plus méfiants et difficiles à aborder. Il faut rajouter à cela des conditions climatiques qui compliquent beaucoup la pêche avec régulièrement une météo mitigée et quotidiennement un vent très fort. Lorsqu'on additionne tous les facteurs négatifs, prendre un poisson devient alors une performance.

Nicolas : En quoi la pêche est-elle différente de ce que tu connais ici ?

Jordan : La seule grosse différence, c'est que l'on croise très peu de petits poissons. La taille moyenne est vraiment haute. Par contre, on en croise beaucoup moins, ce qui est logique. Il faut parfois parcourir plusieurs kilomètres avant de voir une truite.

Plusieurs kilomètres avant de croiser celle-ci !

Nicolas : Tu peux nous raconter l’histoire d’un poisson capturé lors de ce séjour ?

Jordan : Pour rassurer les lecteurs qui auraient en projet ce voyage, mon anecdote sera positive. J'aborde une 60+ avec l'une de tes cuivres, je la prend rapidement et la relâche. Puis j'attaque un nouveau poisson une quinzaine de mètres plus haut, postée en plein courant. Je lui propose une bille montée par mes soins. Après quelques passages, je finirai par la convaincre sur une animation. Ce n'est que lors de la séance photo que Franck me fait remarquer qu'elle a des ressemblances à celle que je venais de prendre juste avant. Et en effet, il y avait plus que des similitudes puisque c'était le même poisson prit deux fois à quelques minutes d'intervalles. De loin le coup de chance du voyage avec cette truite à la mémoire de poisson rouge.

Deux fois la même truite en quelques minutes.

Nicolas : Pour te connaitre un petit peu, je te sais homme de défi qui aime, en autre,  se donner des objectifs ? En as-tu encore de non réalisés côté pêche ?  

Jordan : J'ai réalisé beaucoup de mes objectifs mais il m'en restera toujours. Dès lors que j'en réussi un, je m'en fixe un nouveau plus difficile, plus fou. De manière à ce que la boucle ne soit jamais bouclée !

Le record truite à ce jour de Jordan, et il compte bien le battre !

Nicolas : Merci beaucoup Jordan d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. J’espère te croiser de nouveau cette année.  

Jordan : Pas de quoi Nico, merci à toi. C'était un plaisir et tu sais que tu es toujours le bienvenu sur mon bateau ! ;-)

Tu sais Jordan, il est de tradition sur mon blog lors des interviews qu’un proche de l’invité fasse une petite apparition. Je n’ai pas cherché longtemps à vrai dire. Ton Frère Kévin a bien voulu se prêter au jeu et je trouve qui l’a très bien fait ! C’est pour toi Jordan (et aussi un peu pour nous).

Kévin : S'il fallait faire un résumé du parcours pêche de Jordan, voici ce qu'il serait...

Jordan tient sa force de sa polyvalence dans les techniques, de son mental et de son imperméabilité à toutes les choses annexes !

Maitriser la pêche de plusieurs espèces tout en appliquant des techniques et des principes de base est le principal moteur de ce joli parcours.

Personnellement, c'est pour moi un équipier sûr en compétition car je sais qu'il prendra des poissons qui comptent et ensemble, en plus des souvenirs, nous avons réalisé de belles choses.

Pour les anecdotes de pêche concernant Jordan, je garde un super souvenir de son brochet de 123 cm capturé durant la dernière heure de compétition et qui nous propulse en 3ème place du Predatortour !

Je pense aussi à cette truite de 63cm capturée dans la Loire sur une action improbable alors qu'il n'avait que 10ans...

Il y a aussi ce jour où, au Léman, je lui ai envoyé le blank de ma canne Big bait en plein derrière la tête lors d'un lancé...La casquette, les lunettes, tout avait volé !

Et enfin, un sandre du Rhône que nous avons capturé 2 fois dans la journée, chacun à notre tour. Jordan le fait en verticale, c'était un poisson moche, avec les nageoires abimées et plein de cicatrices...L'après midi, sur la même zone, je prends une touche en linéaire puis arrive ce poisson au bateau. Je lui lance : "il est moche, on dirait le tient"

- "Non, le mien était plus gros" réplique t'il...

Après vérification photographique, il s'agissait bien du même poisson, capturé 2 fois le même jour !

Pour conclure, je pense que ce parcours va encore s'embellir dans les années à venir. Les défis sont là, il y a encore des records à battre et des trophées à aller chercher !

Les deux frangins !

Merci à tous les deux, c’était vraiment top. Je pense que mes lecteurs ont pris autant de plaisir à vous lire que j’en ai eu à réaliser cette interview. Au plaisir de vous revoir et ne changez rien !

mardi 11 septembre 2018

Lucas, jeune moucheur baroudeur.

Un régal cette nouvelle interview !

Lire la suite »

mercredi 4 avril 2018

Romain Casiraghi.

Mon ami Romain...

Lire la suite »

mercredi 24 janvier 2018

Julien, c'est ton cadeau de départ.

Un homme en or !

Lire la suite »

- page 1 de 13