Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière,la Hte rivière d'Ain.
La page Facebook du magasin la détente à Champagnole

Accès au Fly Shop Carte de pêche fédérale du Jura Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Grosses truites

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 14 juin 2017

L'histoire d'une truite (38)

Avec mon vécu, mes multiples rencontres, mon expérience, il me parait évident que nous ne voyons pas tous la pêche de la même façon. Certains se fixant des objectifs en mettant tout en œuvre pour les atteindre, d’autres pêchant sans arrière pensée, juste pour le plaisir de profiter d’un paysage, d’une amitié ou encore d’un instant de solitude. De mon côté, et ceux qui me lisent ou me côtoient régulièrement l’ont compris, je pêche aujourd’hui en priorité pour passer du temps avec mon fils. Les poissons étant devenus uniquement la cerise sur le gâteau.

Cette passion commune nous fait vivre des instants de vie tout simplement inoubliables. Nous avons eu la chance de vivre encore récemment quelque chose d’extraordinaire. Ces moments forts que nous vivons ensembles ont forcément une répercussion sur notre relation père/fils de tous les jours. Et cela me rend heureux. C’est ainsi que j’avais imaginé les choses avant d’être père, je suis donc aujourd’hui comblé d'un immense bonheur.  

Chose rare pour nous, cela fait plusieurs fois cette saison que nous faisons des infidélités à notre belle rivière d’Ain pour aller pratiquer un parcours où vivent là-bas aussi des truites sauvages. Jusqu’à dimanche dernier, nous avons eu des réussites diverses avec des conditions changeantes, des niveaux d'eau différents et des poissons pas tout le temps coopératifs. Nous avons aussi aligné les casses et les décroches. Mais dans tous les cas, nous avons passé de très bons moments car le cadre est magnifique. Il est très différent de chez nous, cela nous change un peu. La rivière est compliquée à pêcher et les truites qui y vivent dont certaines depuis de nombreuses années (à voir leur taille) sont très capricieuses malgré une pression de pêche en deçà de la rivière d’Ain par exemple. Je n’en dirais pas plus sur le lieu. Le meilleur moyen de protéger le poisson qui est au centre de ce nouveau récit reste de ne pas donner plus de détails, que cela soit sur internet ou aux copains plus ou moins proches.

Il faut savoir que depuis la diffusion de la photo de LA truite sur les réseaux sociaux dimanche après-midi, je suis assailli de toutes parts avec cette fameuse question qui revient sans cesse : Tu l’as prise où ? Alors quand cela vient d’amis proches, ça ne me fait rien (bien que je ne donne pas la réponse malgré tout pour ce cas précis), mais quand cela vient de personnes qui ne me donnaient plus aucune nouvelle depuis bien longtemps, ça me fait doucement rire. Je suis quelqu’un de très fidèle en amour (hein ma chérie ;-) ) mais aussi en amitié, et j’apprécie moyennement certaines façons de faire. Je ne suis pas en colère ou aigri, bien au contraire après avoir pris un tel poisson ! Mais à un moment donné, il faut aussi que les choses soient dites. Et j’avoue que c’est plus facile à l’écrit. J’ai essayé de répondre avec courtoisie et de façon modérée aux multiples questions que j’ai eu depuis dimanche dernier. Mais il faut bien que certains sachent (ils se reconnaitront, j’en suis certain) que je ne suis pas naïf non plus. Voilà, il fallait que cela soit dit :-) . Je vais d’ailleurs travailler sur moi pour tenter de ne plus jamais demander à quelqu’un où il prend ses poissons. Parce que là, moi, je n’en peux vraiment plus…Je tiens malgré tout à remercier chaleureusement toutes les personnes qui m'ont félicité et qui étaient simplement heureuses pour moi sans aucune arrière pensée. Sans parfois me harceler de questions. Merci beaucoup. Sincèrement.

Photo vite réalisée avant la relâche.

Pour en revenir au poisson du jour et donc à cette nouvelle histoire, nous étions avec Thibaut et sa copine Lucie au bord de l’eau dès 9 heures ce matin-là. Le temps était au beau fixe, presque chaud pour un tel horaire. Les coups de soleil de Lucie s'en souviennent ! Nous étions venus à la pêche en touristes pour profiter d'une matinée ensemble. Ma chérie était d'aprés-midi et il fallait donc que nous soyons à la maison un peu après midi. Après avoir pris quelques truites chacun de son côté avec difficultés en nymphe à vue, nous avons terminé la matinée sur les berges de la grosse fosse du parcours comme on le fait maintenant par habitude. Il y a quelques truites qui vivent dans ce trou assez incroyables. Le fameux poisson que j’avais aperçu pour la première fois en fin d’hiver dernier était enfin de sorti alors que je n’avais jamais pu le voir lors de nos dernières visites. Une masse ce poisson ! Il me faisait presque peur !  La truite était active qui plus est. C’était ce jour-là ou jamais ! C’est le genre de poisson que l’on croise une fois dans sa vie. Le coup de ligne n’a rien de spécial et c’est pour cette raison que je ne vais pas épiloguer. J’aurais pu broder et vous faire croire à n’importe quoi, mais ce n’est pas le genre de la maison. C’est moins passionnant à lire pour le coup, mais c’est la réalité. J’ai ferré cette truite avec quelques mètres de soie dehors au premier passage. J’avais fait deux nymphes au cas où spécialement pour elle sur du TMC3769 en taille 8. J’avais également refait minutieusement ma pointe de 3.50 mètres en 18° pour l’occasion. Le poisson a pris ma nymphe à pleine bouchée. Dans son comportement et sa façon de prendre ma nymphe, elle m'a rappelé les grosses truites de la chaîne de barrages de la basse rivière d'Ain que je pêchais avec mes amis Adrien et Gaël à l'époque. Cette sensation étrange au ferrage. Rien de bouge. Cette lourdeur ensuite. Cette puissance ! Ce fut un combat rapide (environ cinq minutes) mais intense avec un poisson qui a tenté de se réfugier sous toutes les caches rocheuses de la fosse où elle vit. Mais un 18°, c’est vraiment un gros fil. En tous les cas pour moi et ce que j’ai l’habitude d’utiliser tous les jours. J’étais sûr de mon hameçon, sûr de mes nœuds, sûr de mon fil avec ma pointe neuve. L’élasticité de mon bas de ligne n’est sûrement pas étrangère à la réussite de ce combat, c’est certain. Ma 8 pieds 6 pour soie de 5 était cintrée en permanence, mais elle s'est drôlement bien comportée. J’ai bridé en force durant toute la durée de la bagarre sans laisser le moindre répit au poisson pour me donner toutes les chances de le voir de plus près. De l’admirer. De faire plaisir à mon fils. De nous offrir un souvenir inoubliable dont on reparlera de nombreuses fois en famille ou entre amis.  

Après avoir tout tenté avec une force incroyable, le poisson a fini par venir en surface. Les gerbes d’eau quand il tapait de la caudale à droite et à gauche étaient énormes ! Thibaut tendait les bras pour rapprocher l’épuisette au maximum. Il était inquiet. Il s’est même retourné en me disant qu’il y allait avoir un problème avec la taille de l’épuisette. Effectivement, elle paraissait minuscule d’un seul coup. Mais Thibaut a super bien géré une fois de plus. Dès que l’énorme tête du poisson eut passé le cercle de l’épuisette, il l’a soulevé pour emmener la truite dans un petit calme peu profond à proximité. Il avait la banane mon fils ! Quel pied !   

Mais qu’est ce que c’est que ce poisson me suis-je exclamé en la voyant enfin ! Malgré la grande joie qui nous transportait, notre priorité était que le poisson reparte en bonne santé. Elle paraissait épuisée cette truite. Un vieux poisson sans aucun doute. Nous ne l’avons pas mesuré et encore moins pesé. Les chiffres sur les poissons, ça m’a toujours passé au-dessus de la tête et j’y porte peu d’importance. Nous avons juste fait quelques photos et nous l’avons relâché au plus vite. Ce qui est certain, et pour les passionnés de chiffres justement, c’est qu’elle passe largement les 80 cm et les 7 kilos.  

Un poisson venu d'ailleurs !

Cette truite est un poisson hors normes. Je pense qu'il est difficile d’imaginer un tel gabarit de poisson pour une truite sans avoir eu le privilège de l’avoir eu entre les mains. C’est la seule façon de comprendre à quel point cette truite est exceptionnelle. C’est un truc de fou !!! Tout est disproportionné. Cette masse derrière la tête, l’adipeuse grosse comme un pouce, une caudale gigantesque. Un poisson juste incroyable. Mes mains ressemblent à celles d'un minimoys à côté, sans parler de la canne qui fait office de cure-dents.

Elle est bien repartie après avoir récupéré dans sa fosse profonde de 4-5 mètres environ (Je n’ai encore jamais pu voir le fond). J’espère qu’elle vivra de très longues années dans son trou d’eau où elle règne en Reine des lieux. D’ailleurs, elle a déjà été revue à ma grande surprise ! Elle paraissait en bonne santé. J’en suis très heureux. C’est une très bonne nouvelle. J’avais cette grande crainte qu’elle ne se remette pas du combat. Tout est bien qui finit bien.

La dernière fois que j’avais pris une très belle truite, j’ai eu un seul vrai regret, celui que Thibaut n’ait pas été à mes côtés ce jour-là. Cette fois-ci, on a pu vivre ce moment tous les deux. Mon plus grand souhait maintenant est que nous puissions encore de très longues années profiter ensemble de cette passion qui nous unit... 

vendredi 10 mars 2017

Sur la Haute Rivière d'Ain, chaque vie comptera.

Le 11 mars, jour de l'ouverture de la pêche dans le Jura, c'est demain. C'est un jour béni pour nous pêcheurs. Des mois que nous l'attendons parfois même en comptant les jours sur le calendrier.

L'ouverture, et les jours qui vont suivre, c'est aussi la période où les prélèvements sont les plus nombreux sur la rivière. La densité de pêcheurs est très importante lors de ces premières semaines de la saison de pêche. Pour l'année 2017, et comme l'an passé, le nombre de truites autorisées est de trois maximum par jour sur le bassin de la rivière d'Ain. Si vous suivez un peu l'actualité de la rivière d'Ain dans sa partie amont de Vouglans via ce blog par exemple, vous savez sans doute qu'elle a énormément souffert ces deux dernières années. A tel point que la pêche a été fermée par anticipation l'an passé. De nombreuses truites ont été trouvées mortes ou agonisantes sur les linéaires avals (Crotenay et Pont du Navoy pour les plus touchés).

C'est donc suite à cette triste situation, suite aux nombreuses observations que j'ai pu faire sur les frais cet hiver que je demande expressément aux pêcheurs de limiter leurs prélèvements et de ne pas aller jusqu'aux trois truites autorisées. Je vous assure pour être sur la rivière toute l'année, que ces linéaires ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils ont été. Chaque truite, chaque vie est importante. Si vous souhaitez absolument conserver un poisson, faites-le, mais remettez les suivants à l'eau s'il vous plait. Ne gardez pas trois poissons sauvages, la rivière d'Ain n'en a plus les ressources. Et si toutefois vous devez garder un poisson, dans la mesure du possible, faites-le dans les classes d'âge des poissons de tailles moyennes, genre 25-32 cm. Remettez les plus beaux géniteurs à l'eau, les truites au-delà de 40cm. C'est elles qui ont le plus souffert, il en reste très peu. Je ne parle même pas des truites de plus de 50cm.

Il est compliqué de faire des règlements différents en particulier sur le même cours d'eau, en tous les cas dans notre département au vu du fonctionnement de notre DDT. Mais si cela ne tenait qu'à moi, l'Ain à partir de Crotenay serait interdit au prélèvement afin d'aider la population de truites sauvages survivantes aux deux derniers étés de se maintenir voir de se refaire une santé.

Si vous aimez cette rivière, vous comprendrez mes écrits, j'en suis certain.

En ce qui concerne les pêcheurs qui pratiquent le no-kill de façon régulière. Faites-le correctement. J'ai pu voir durant l'hiver sur les réseaux sociaux encore bon nombre de vidéos où l'on voit des truites faire des apnées de 30-40-50 secondes pour le plaisir du pêcheur et de la photo. Cela dépasse même parfois la minute (vous tenez plus d'une minute sous l'eau après un effort vous ?). Ce n'est plus possible ce genre de comportement. Ce n'est guère mieux que de lui tordre le coup au final. Remettre un poisson à l'eau est une très bonne chose, alors autant le faire du mieux possible.

Je le répète, sur la rivière d'Ain, de Crotenay à Blye, les populations ont payé un très lourd tribut, en particulier les belles truites, n'en rajoutons pas. Pratiquons notre passion avec envie et respect en ayant conscience de la fragilité des populations de truites sauvages sur ces linéaires. Merci de m'avoir lu et un immense merci à tous ceux qui appliqueront ces quelques "conseils" au bord de l'Ain à partir du 11 mars.

dimanche 5 mars 2017

Serge Bonnafoux, guide de pêche en Nouvelle-Zélande.

Un vrai personnage !IMG_0869.jpg

 

Lire la suite »

samedi 25 février 2017

Sortie club au Réservoir du Martinet.

Une vraie belle journée avec les copains !P2122457.JPG

 

Lire la suite »

mercredi 8 février 2017

Julien Lorquet

Une première, un pêcheur belge !12719615_10209370749611291_4458284089801026595_o.jpg

 

Lire la suite »

samedi 31 décembre 2016

Une dernière au Martinet avec les copains.

Une sacrée belle journée !RIMG2792.JPG

 

Lire la suite »

vendredi 23 décembre 2016

Zoom sur une AAPPMA : PLA (les Pêcheurs à la Ligne de l’Ain).

Une AAPPMA super dynamique !ombre_BRA_418.JPG

 

Lire la suite »

mercredi 7 décembre 2016

Retour et analyse de ma saison pêche 2016

Une saison bien compliquée...RIMG2692.JPG

 

Lire la suite »

lundi 14 novembre 2016

Un dimanche au réservoir du Martinet avec les copains.

Quelle journée !RIMG2755.JPG

 

Lire la suite »

dimanche 6 novembre 2016

Alexis nous raconte son expérience Néo-Zélandaise.

Un retour complet sur ce pays qui fait tant rêver...8.JPG

 

Lire la suite »

- page 1 de 19