Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Votre spécialiste toutes pêches - JURA PÊCHE à Champagnole - 09-67-81-34-41

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Grosses truites

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 6 mai 2018

Thibaut a retrouvé ma truite !

Voilà une histoire de pêche vraiment peu commune. Le genre d'histoire que nous nous souviendrons, Thibaut et moi, jusqu'à la fin de nos jours.

Revenons à la saison de pêche 2014. Un jeune homme venant des Pyrénées me contacte pour une commande de mouches. Il vient à la maison et j'accroche assez vite avec lui. Il est là pour un long séjour axé nymphe à vue. Je n'ai plus de souvenirs bien précis, mais il se trouve que nous nous sommes croisés au bord de l'eau un ou deux jours après. Il en a profité pour me regarder pêcher un peu. J'étais ce jour-là sur une vaironnée. Quelques belles truites picoraient les vairons sur leur lieu de reproduction. J'avais bien du mal à les faire mordre d'ailleurs. A tel point que je me suis décidé à nouer un streamer au bout de ma pointe et de faire une première dérive inerte un peu comme en nymphe. Une truite a mis un coup de gueule sur le côté, j'ai ferré, elle était à moi. Cette truite que j'ai estimé à l'époque à 45cm avait comme particularité d'avoir des tâches et non des points sur les flancs. Elle était aussi très jaune et avait un léger bécard ce qui pouvait laissé penser que c'était un mâle. Nous étions avec mon compagnon du jour en admiration devant ce poisson. Il était reparti dans son élément sans aucun problème.

Lors de la saison 2015, et ce vers la fin du printemps, j'étais à la pêche avec Akira, mon ami japonais et mon fils. Le niveau était idéal pour une partie de nymphe à vue. Je me souviens que Thibaut avait réalisé un très joli coup de ligne devant les yeux admiratifs d'Akira. De mon côté, et après avoir pris en photo Thibaut en pleine action, je suis monté dans le radier en amont. Alors que j'étais encore sur la berge, j'ai repéré une très belle truite qui remontait le courant tout en piochant sur le fond. J'ai à peine mis un pied dans l'eau pour me décaler afin d'avoir une bonne fenêtre. Je pouvais tenter le poisson. A la première dérive de ma cuivre, elle s'est soulevée. Elle était à moi. Ce que je ne savais pas, c'est que ce poisson était le même que j'avais pris l'année d'avant au streamer. Elle était encore plus belle, plus longue. Et ces tâches irrégulières sur les flancs jaune, une merveille de la nature. Une fois de plus, elle est repartie au mieux.

Prendre le même poisson deux ans de suite, c'est déjà assez cocasse. Cette truite avait du prendre 5 centimètres environ. Je ne l'ai pas revu en 2016, ni en 2017. Je ne vous cache pas que j'étais certain qu'il lui était arrivé malheur. Nous avons eu beaucoup de mortalité sur la population de gros poissons ces deux années là, j'étais donc persuadé qu'elle faisait parti du lot.

Ce samedi, Thibaut s'est levé tôt. Il n'arrivait pas à dormir. Bref, il s'est vite branché à sa console pour faire une ou deux parties. J'étais à l'étau. Je lui ai dit une fois : si tu veux, je t'emmène où tu as envie à la rivière, il faut super beau. Pas de réaction, une autre partie de console. Sa mère, quelques minutes après moi, lui dit qu'il devrait profiter du beau temps. 9h30, Thibaut me dit, papa, je mets le waders et tu m'emmènes stp. Ben voilà !

Thibaut n'avait pas pris la canne depuis le tournage de Seasons. Je l'ai donc laissé à la rivière sur un parcours de son choix pour 2 petites heures. Je devais le récupérer à 12h car il avait un match de foot à l'extérieur. Je n'ai d'ailleurs pas pu aller le chercher car j'avais des clients à la maison. C'est donc sa maman qui y est allée. A peine la voiture devant la maison à leur retour que je suis sorti à leur rencontre. Sa maman me dit : il fallait y aller ce matin ! Et Thibaut d'enchaîner, j'ai fait une truite de 61cm papa !

Ho super ! Montres moi vite les photos que je vois ce poisson. Et là, de suite à la première vision, je regarde Thibaut et je lui dis : Thibaut, c'est ma truite bordel ! On s'est donc précipité tous les deux à mon atelier où j'ai un agrandissement encadré de ce poisson pris la deuxième fois en 2015. Thibaut a mis son téléphone à côté et nous avons comparé les points. Le doute n'était plus permis, ma truite était en fait toujours vivante, plus belle que jamais et c'est mon fils qui l'avait prise. Quelle histoire extraordinaire. Il y avait beaucoup de joie, car un tel poisson, ce n'est pas tous les jours, mais en plus avec un tel passif, c'est vraiment hors normes. Le bécard est encore plus prononcé, ce mâle a du transmettre ses gênes durant tous ces hivers. Et quels gênes. Il est passé entre les mortalités. Quel poisson, quel combattant.

Après l'émotion partagée, Thibaut m'a raconté sa prise. Il venait de casser une truite au ferrage de sa faute avec un mouvement beaucoup trop sec ! Sa pointe était donc neuve. Il avait une cuivre au bout. Il venait de voir dépasser dans le radier amont un museau. Il s'est donc déplacé pour être en face du poisson. Elle était là, au fond. Il a fait deux dérives avec la cuivre sans aucune réaction du poisson. Rien.

Il a donc décidé de nouer un gammare JFD-14. Il a fait poser sa nymphe trois bons mètres en amont du poisson, légère animation et là, la truite s'est bien soulevée pour prendre son imitation. Un joli combat s'en est suivi pour se terminer dans son épuisette. Thibaut n'est pas comme son père, il a son mètre lui. 61 centimètres, soit environ 11 de plus qu'en 2015. La truite est repartie comme une furie et nous espérons tous les deux la revoir avec une immense joie en 2019.

Aux personnes qui pensent que de relâcher un poisson est inutile, dites vous que si cette truite avait été prélevé en 2014, elle aurait frayée 4 hivers de moins...Et cela représente quelques truites au final, pas une seule !

2014, le papa - Estimée à 45cm.

2015, le papa - Estimée à 50cm.

2018, le fils - Mesurée à 61cm.

mardi 1 mai 2018

Les algues brunes et la mort sont de retour.

Les belles gravières blanches ont laissé place avec une vitesse foudroyante à un planché glissant composé d'algues brunes. Les fonds de la haute rivière d'Ain sont méconnaissables. Les premiers affluents que sont la Serpentine, la Saine et la Lemme sont également touchés. En particulier la Saine d'ailleurs dans un état lamentable. Tous les fonds sont brun foncé. Les galets ne respirent plus.

Tout cela est apparu vraiment très vite. Il y a encore 15 jours, lorsque j'ai participé au tournage TV pour Seasons, la rivière était magnifique. Les fonds superbes et je n'avais eu aucun signalement de poisson mort ou malade. Bref, le moral était au beau fixe. Et puis, il a fallut seulement quelques jours de soleil et de chaleur pour que les algues brunes envahissent d'heures en heures les fonds de la rivière d'Ain. C'est incroyable à la vitesse où cela évolue. On est passé d'une rivière splendide à un truc bien moche. Bien sûr, cela coïncide avec la fin des épandages. Oui, le comté est l’emblème de notre région mais à quel prix ? Combien de rivières vont subir l'envers du décor de la production laitière ? Toutes, certainement. La pêche et les pêcheurs ne font pas le poids contre cette économie et le monde agricole, c'est évident. Le seul espoir, et c'est certainement utopique de penser cela, c'est que les truites, au fil des générations, "s'habituent" à ce bouillon de substances et renforcent leurs défenses immunitaires naturelles. Bref, autant croire au père Noël...

La haute rivière d'Ain fin avril, y'a pas comme un soucis ? (merci Sébastien)

Comme les dernières années, c'est les gros poissons souvent au-delà des 45 centimètres qui trépassent en majorité. Rien que ce week-end, on m'a signalé de nombreux cas. Merci aux personnes qui m'ont fait passer les informations.

- 2 truites mycosées trouvées mortes sur Sirod (merci Andy).

- 3 poissons mycosés agonisants sur Crotenay amont (merci Guillaume).

- 1 truite morte (photo ci-dessous) de 54 cm trouvée sur l'aval de Crotenay (merci Bernard).

- 1 truite retirée de l'eau de 55 cm (photo ci-dessous) à Montigny (merci Gilles).

- 1 truite trouvée morte à Villard sur Ain (merci Gaël).

- J'ai moi-même vu une truite agonisante d'environ 50 cm mycosée sur Pont-du-Navoy.

C'est uniquement des signalements du WE. Je pense que c'est juste le début et que l'on va en voir pas mal dans les jours qui viennent malheureusement. J'ai plusieurs sentiments qui se mêlent au final entre dégout, désespoir, espoir, colère...

Oui, car j'ai malgré tout ça encore envie d'y croire. J'ai aussi vu des truites de l'année, de l'an passé et des poissons de 2 ans. Mais j'avoue que c'est bien triste de pêcher une rivière dans un tel état. On en vient à se poser des questions...Sans oublier que l'on est pêcheur.

Je sais très bien que par mes actions (Blog, Seasons, livre, etc...) je fais parti des acteurs pour la promotion du tourisme pêche sur la rivière d'Ain. J'ai toujours essayé d'être honnête vis à vis de mes lecteurs. Donner envie aux gens de venir dans notre région mais sans leur mentir. Oui, à ce jour, la population de truites sur la haute rivière d'Ain reste acceptable et d'un point de vue personnel, je pense que l'on peut continuer à pratiquer la pêche de loisir. Par contre, il devient inacceptable de continuer à prélever les truites adultes au vu des mortalités dans cette classe d'âge depuis 3 ans. J'évoquerai ce point au prochain C.A de fédération sans illusion malheureusement.

Dans le cas où vous pêchez pour remettre ensuite votre poisson à l'eau et au vu de la fragilité de certains individus, faites le de la meilleure des façons possibles. Décrochez votre poisson dans l'eau et relâchez-le vite sans le sortir de son élément tout en évitant des manipulations excessives. Si vous pêchez sans ardillon, on n'a pas besoin de toucher le poisson normalement. C'est le mieux pour lui.

A suivre...

mercredi 4 avril 2018

Romain Casiraghi.

Mon ami Romain...

Lire la suite »

samedi 17 mars 2018

La Reproduction des Truites Géantes en vidéo.

Je vous présente aujourd'hui un document exceptionnel. Prenez bien le temps de visionner les 40 minutes de cette vidéo qui retrace les péripéties des grandes truites lacustres des lacs alpins pour tenter de se reproduire.

Il y a des images incroyables. Les séquences de pêches électriques sont fantastiques, et que dire de ces poissons magnifiques. A regarder sans modération.

samedi 25 novembre 2017

Retour sur la saison de pêche 2017.

Une de plus !

Lire la suite »

jeudi 21 septembre 2017

Joli clap de fin sur cette saison 2017.

Superbe fermeture !

Lire la suite »

mercredi 19 juillet 2017

Petites vacances bien méritées pour le Fly Shop.

Un peu de repos ne fait pas de mal...

Lire la suite »

vendredi 14 juillet 2017

Un Week-end à Veirières.

Un super séjour en compagnie de mon fils...

Lire la suite »

mercredi 5 juillet 2017

Vidéo : Thibaut Team Hardy.

Voici un montage vidéo réalisé dans le but de remercier la Team Hardy pour la confiance apportée à mon fils Thibaut. Tous les poissons présents dans la vidéo ont été capturé avec les Zephrus en 9 pieds ou 8 pieds 6. En bonus, quelques images de ma grosse truite...

La musique est signée de mon copain Fred. C'est son dernier titre enregistré, c'est donc une exclusivité ;-)

Thibaut - Team Hardy. from Nicolas Germain Fly Shop on Vimeo.

vendredi 10 mars 2017

Sur la Haute Rivière d'Ain, chaque vie comptera.

Le 11 mars, jour de l'ouverture de la pêche dans le Jura, c'est demain. C'est un jour béni pour nous pêcheurs. Des mois que nous l'attendons parfois même en comptant les jours sur le calendrier.

L'ouverture, et les jours qui vont suivre, c'est aussi la période où les prélèvements sont les plus nombreux sur la rivière. La densité de pêcheurs est très importante lors de ces premières semaines de la saison de pêche. Pour l'année 2017, et comme l'an passé, le nombre de truites autorisées est de trois maximum par jour sur le bassin de la rivière d'Ain. Si vous suivez un peu l'actualité de la rivière d'Ain dans sa partie amont de Vouglans via ce blog par exemple, vous savez sans doute qu'elle a énormément souffert ces deux dernières années. A tel point que la pêche a été fermée par anticipation l'an passé. De nombreuses truites ont été trouvées mortes ou agonisantes sur les linéaires avals (Crotenay et Pont du Navoy pour les plus touchés).

C'est donc suite à cette triste situation, suite aux nombreuses observations que j'ai pu faire sur les frais cet hiver que je demande expressément aux pêcheurs de limiter leurs prélèvements et de ne pas aller jusqu'aux trois truites autorisées. Je vous assure pour être sur la rivière toute l'année, que ces linéaires ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils ont été. Chaque truite, chaque vie est importante. Si vous souhaitez absolument conserver un poisson, faites-le, mais remettez les suivants à l'eau s'il vous plait. Ne gardez pas trois poissons sauvages, la rivière d'Ain n'en a plus les ressources. Et si toutefois vous devez garder un poisson, dans la mesure du possible, faites-le dans les classes d'âge des poissons de tailles moyennes, genre 25-32 cm. Remettez les plus beaux géniteurs à l'eau, les truites au-delà de 40cm. C'est elles qui ont le plus souffert, il en reste très peu. Je ne parle même pas des truites de plus de 50cm.

Il est compliqué de faire des règlements différents en particulier sur le même cours d'eau, en tous les cas dans notre département au vu du fonctionnement de notre DDT. Mais si cela ne tenait qu'à moi, l'Ain à partir de Crotenay serait interdit au prélèvement afin d'aider la population de truites sauvages survivantes aux deux derniers étés de se maintenir voir de se refaire une santé.

Si vous aimez cette rivière, vous comprendrez mes écrits, j'en suis certain.

En ce qui concerne les pêcheurs qui pratiquent le no-kill de façon régulière. Faites-le correctement. J'ai pu voir durant l'hiver sur les réseaux sociaux encore bon nombre de vidéos où l'on voit des truites faire des apnées de 30-40-50 secondes pour le plaisir du pêcheur et de la photo. Cela dépasse même parfois la minute (vous tenez plus d'une minute sous l'eau après un effort vous ?). Ce n'est plus possible ce genre de comportement. Ce n'est guère mieux que de lui tordre le coup au final. Remettre un poisson à l'eau est une très bonne chose, alors autant le faire du mieux possible.

Je le répète, sur la rivière d'Ain, de Crotenay à Blye, les populations ont payé un très lourd tribut, en particulier les belles truites, n'en rajoutons pas. Pratiquons notre passion avec envie et respect en ayant conscience de la fragilité des populations de truites sauvages sur ces linéaires. Merci de m'avoir lu et un immense merci à tous ceux qui appliqueront ces quelques "conseils" au bord de l'Ain à partir du 11 mars.

- page 1 de 20