Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Centre de pêche en Bosnie.

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

mardi 31 octobre 2023

Consultation ARP 2024 Jura.

Je vous informe de la mise en ligne de la consultation publique pour l’ARP Pêche 2024 dans le Jura. Celui-ci est visible sur le site internet de Jura Gouv. Je vous donne les liens et la marche à suivre ci-après. Avant cela, un petit rappel sur le contexte en ce qui concerne la rivière d’Ain jurassienne. Vous vous souvenez sans doute que le président de l’AAPPMA de Clairvaux a demandé la suppression des deux parcours no kill sur son linéaire, soit au cumul sur plus de 11 kilomètres de parcours.

Cette demande m’avait profondément attristé et même mis en colère. Vous avez été très nombreux à réagir il y a quelques semaines lorsque la nouvelle était tombée. Effectivement, les linéaires concernés, Pont-du-Navoy, Montigny, Châtillon, etc…font partie des plus pauvres en termes de population de truites sauvages de notre rivière d'Ain. Une récente pêche électrique le prouve sans conteste ! Malgré cela, le triste sire qu'est le président Serge David voulait supprimer cette ultime mesure de protection des dernières truites sauvages. La DDT a pris sa décision en suivant les différents avis de la fédération départementale et de l’OFB.

La fédération est allée contre la demande de Clairvaux pour mon plus grand bonheur et certainement celui de beaucoup de passionnés.

L’OFB est allée dans le sens de l’AAPPMA à ma grande surprise ! Je n’en reviens toujours pas. Je vous laisse vous faire votre avis mais le mien est déjà acté vis-vis de ces gens là.

La DDT a tranché en suivant l'avis de la fédération de pêche du Jura. L'ARP2024 propose donc le maintien de ces parcours.

Bref, il est très important de répondre à la consultation publique en donnant votre avis favorable au premier projet d’arrêté concernant la réglementation de l’exercice de la pêche en eau douce. C’est là qu’apparaissent les parcours no-kill en question. Ainsi, vous valider le maintien de ces parcours. Vous pouvez également faire connaitre votre satisfaction de voir la DDT invalidé la décision de l'AAPPMA qui allait contre la protection des derniers poissons sauvages.

Vos observations peuvent être transmises :

• par voie électronique à l'adresse qui vous est proposée : ddt-participations-public@jura.gouv.fr

Il est nécessaire d’indiquer le mot « PÊCHE » au début de l’objet du courriel.

• ou par papier (courrier classique) à l'adresse ci-après : Direction départementale des territoires à l'attention du service "SEREF- bureau eau" 4, rue du Curé Marion CS 60648 39030 Lons-le-Saunier Cedex

Les observations devront être identifiées par projet d’arrêtés et doivent parvenir impérativement avant la date de clôture de la participation du public, à savoir le 19 novembre 2023 inclus. Après la clôture, une synthèse des observations reçues, les motifs de la décision et la décision seront mis en ligne sur le site internet des services de l’État dans le Jura pendant 3 mois.

Participation du public du 30 octobre 2023 au 19 novembre 2023 inclus.

Le lien de l'ARP général :

https://www.jura.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Environnement/Participation-et-consultation-du-public/Participation-et-consultation-du-public-en-cours/3-projets-d-arretes-prefectoraux-relatifs-a-l-exercice-de-la-peche-dans-le-Jura-2024

Le lien de l'ARP (qu'il faut citer) concernant les parcours no-kill :

https://www.jura.gouv.fr/contenu/telechargement/28022/217715/file/Projet%202024_projet%20arr%C3%AAt%C3%A9%20p%C3%AAche%20g%C3%A9n%C3%A9ral%20et%20p%C3%A9riode%20de%20peche_VF.pdf

Si vous manquez d'inspiration, voici un exemple de mail à envoyer en "bidouillant" à votre sauce.

Objet : Pêche ARP 2024

Bonjour,

Pour faire suite à la consultation publique mise en place, je vous donne un avis favorable pour le projet d’arrêté concernant la réglementation de l’exercice de la pêche en eau douce. Je tenais également à vous faire part de ma satisfaction suite au maintien des parcours No-Kill de Montigny et Châtillon sur la rivière d’Ain alors que l’AAPPMA détentrice du droit de pêche souhaitait contre toute attente les supprimer. Merci d’avoir suivi l’avis de la fédération départementale qui correspond à la réalité de terrain.

Bien cordialement.   

Enfin un mois pluvieux !

Le mois d'octobre se termine et il se termine bien pour nos rivières ! Chez moi, en région de Champagnole dans le Jura, nous avons dépassé les 210mm de pluie. Une bénédiction pour nos sols et nos cours d'eau. Mise à part un coup de 20mm le vendredi 13 octobre, la pluie est tombée en deuxième partie de mois. La journée la plus arrosée fut le 19 avec plus de 30mm de pluie. Les conséquences pour la rivière d'Ain jurassienne et ses affluents furent de belles crues comme il y a longtemps que nous n'avions pas vu. Il faut dire qu'on venait de subir 3 mois consécutifs en dessous de la normale en terme de pluviométrie.

Octobre met fin à cette série "sèche" en dépassant largement la normale (145mm en octobre sur la période 1991-2020). Je ne vous cache pas qu'il faudrait que ce mois soit le début d'une série positive afin de rattraper le déficit accumulé. Car en plus de Juillet-Août et Septembre, Mai et surtout Février ont été terriblement secs cette année. Cela fait beaucoup. L'avenir nous le dira...

En tous les cas, c'est un régal de voir la rivière de nouveau "pleine". Lors de ces derniers jours, aucune observation n'était possible sous l'eau. Malgré tout, en y passant du temps, on peut quand même observer la vie d'une autre manière. La douceur des températures avec une moyenne des maximales à 20 degrés pour une normale à 16 en est certainement la cause. Le niveau devrait rester haut encore quelques jours. Tant mieux !

Couché de soleil d'octobre sur la rivière d'Ain.

mercredi 25 octobre 2023

Travaux sur la Bienne, acte 2.

Après les anciennes carrières de Jeurre, c'est le site de Lavancia qui a bénéficié de travaux de restauration. Si cela s'avère être une réussite comme pour l'aval de Jeurre, ce ne sera que bénéfice pour la Bienne. Je vous laisse découvrir si ce n'est pas déjà fait la vidéo du Parc naturel régional du Haut-Jura.

jeudi 19 octobre 2023

Catastrophe suite à travaux sur la rivière d'Ain à Sirod.

Une nouvelle atteinte au milieu aquatique a eu lieu récemment sur la rivière d'Ain jurassienne. Plus précisément sur le linéaire de l'AAPPMA de Sirod. Je vous livre ci-dessous le texte publié sur un réseau social pour le président de l'AAPPMA.

Je ne suis pas habitué à m'étaler sur sur les réseaux sociaux, mais en raison du nombre de questions et d'appels que j'ai reçus, je préfère désormais aborder publiquement la situation pour la clarifier. Comme le montrent les images ci-dessous, le tronçon de la rivière d'Ain, que je préside, a subi une agression sans précédent.
Des travaux ont été réalisés par des entreprises privées sur l'un des seuils (qui appartient à un particulier). Ces travaux avaient été autorisés par la Direction Départementale des Territoires (DDT) avec des restrictions strictes, notamment un préavis de huit jours avant le début des travaux et une réduction progressive du niveau de l'eau. Cependant, d'après les services de l'État, aucune de ces conditions n'ont été respectée et une purge total du seuil a été faite !
Pour résumer la situation, les rives de la rivière ont été asséchées brusquement, laissant la faune aquatique sans issue ainsi que les endroit où le débit était déjà affecté par l’étiage actuel.
De plus, il y a eu un déplacement soudain de sédiments en aval du barrage en raison du non-respect de l'abaissement progressif.
Étant en déplacement professionnel, je ne suis pas sur place, mais d'après les membres du conseil d'administration de l'AAPPMA, les riverains et les services compétents de l'État (OFB), nous avons constaté une mortalité.
Actuellement, aucun bilan ne peut être établi quant aux causes et aux responsables de cette situation. Nous laissons donc les services compétents de l'État mener leur enquête pour déterminer les responsables.
D'un point de vue personnel, je ressens à la fois de la colère et de la tristesse. Je suis attristé de voir que des rivières déjà fragiles passent toujours et encore au second plan des interventions humaines. Cette agression vient perturber l'équilibre d'un environnement déjà mis à rude épreuve dans certaines régions.
Je tiens à remercier les acteurs locaux, les bénévoles, les élus, ainsi que les services de l'État, l'OFB, la DDT, et la Fédération de pêche du Jura pour leur réactivité exemplaire, témoignant d'une cohésion admirable pour protéger le vivant.
 
Les photos jointes à ce message :
 
Voilà qui est avant tout très triste. Mais avec ce sentiment de tristesse, il y a aussi un réel sentiment de colère. Toutes ces demandes d'autorisations de travaux ou de dérogations faites au préalable existent justement pour éviter ce genre de drame. Donc pour ma part, avant de féliciter tout le monde pour leur réactivité, j'ai envie de leur dire pourquoi et comment est-ce possible d'arriver à une telle situation ? À un tel désastre ? C'est juste inadmissible !

vendredi 13 octobre 2023

Elu de terrain ou pas.

Pour comprendre une rivière, pour connaitre son évolution, pour être crédible dans ses discours, il faut passer un minimum de temps au bord de l’eau. J’en suis intimement convaincu.

Il faut d’abord passer beaucoup de temps à pêcher. Le regard du pêcheur voit des choses que le simple observateur ne verra pas. Il faut également passer beaucoup de temps à observer sans pêcher. Le regard de l’observateur voit des choses que le pêcheur ne verra pas.

Que la pêche soit ouverte ou fermée, que cela soit en automne-hiver lors de l’arrivée des oiseaux piscivores ou du frai des truites, que cela soit en au printemps-été lors de l’éclosions des alevins ou des étiages estivaux, la présence sur le terrain doit être régulière. C’est pour moi la base pour obtenir une fonction importante au sein d’une AAPPMA afin de faire des retours aux pêcheurs et autres interlocuteurs qui sont en phases avec la réalité de terrain.

Au sujet de la rivière d’Ain jurassienne sur l’aval de Champagnole, n’importe qui passant un tant soit peu de temps sur la rivière se rendra vite compte de la baisse toujours plus importante des populations de truites sauvages. Les causes sont identifiées. En première ligne et ce depuis trop longtemps, la médiocre qualité de l’eau qui malheureusement n’est pas une priorité de nos élus à ce jour. En deuxième ligne, la thermie qui devient un problème toujours plus mortel au cœur de l’été. Sur les parcours avals, l’eau monte régulièrement (sur des périodes toujours plus longues) au-delà des 20 degrés. Ensuite vient la présence journalière des oiseaux piscivores, harles et cormorans.

La pollution, la thermie, les piscivores « prélèvent » déjà bien au-delà de ce que la rivière d’Ain peut produire aujourd’hui. Cela est une évidence pour peu qu’on passe du temps à observer cette rivière. Du coup, notre AAPPMA, comme d’autres, a mis en place une règlementation no kill qui ne résoudra rien, bien entendu, mais qui n’augmentera pas encore les prélèvements déjà trop élevés à cause des pollutions, de la thermie et des piscivores. C’est uniquement une mesure pour préserver le loisir pêche sur le court terme, nous en sommes bien conscients. Un pansement certes, mais indispensable. Il suffit de connaitre les résultats des pêches électriques réalisées encore cette année sur ces linéaires pour en être convaincus.

Tout cela parait être logique et évident. Pas pour tout le monde en fait. Lorsqu’on est un élu à responsabilités totalement inactif en tant que pêcheur, que l’on ne met plus un pied au bord de l’eau, il faut croire que la vision de la réalité est bien différente. La demande du président de Clairvaux pour la suppression des parcours no kill en est la preuve. Il faut être complètement déconnecté de la réalité de terrain pour faire une telle demande ! C’est le danger avec ce genre d’élu qui passe leur temps derrière leur clavier et non pas au bord de l’eau. Ils ne sont plus du tout en phase avec le monde réel. La preuve encore sur le sujet cormoran. Pour avoir échangé directement avec le président de Clairvaux, son discours se rapproche de celui de la LPO. Ne comptez pas sur lui pour obtenir des tirs de régulation. Pour lui ce n’est pas un problème. Encore une fois, en étant derrière un clavier, on ne peut pas voir les oiseaux monter la rivière TOUS les jours pour venir faire pitance. Quel décalage avec la réalité et le besoin des pêcheurs.

Hier encore, j’ai lu un article de presse relatant l’alliance Clairvaux-Dole-Fraisans pour la création éventuelle d’une carte réciprocitaire entre les 3 AAPPMA. Une nouvelle façon pour le président de Clairvaux de créer le chaos afin de fragiliser financièrement la fédération départementale. Ne vous y trompez pas, le but n’est pas de satisfaire les pêcheurs ou de travailler pour les milieux aquatiques, ceci n’est que façade. Le but est bien de fragiliser notre fédération. Le résultat sera alors une baisse des revenus fédéraux qui engendrera une baisse des actions ainsi qu’une perte de salariés. Encore une belle action pour le bien des pêcheurs et des milieux ! Affligeant !

Vous pêcheurs avez ce pouvoir de choisir les hommes qui vont diriger les AAPPMA. À travers mes exemples ci-dessus, vous pouvez vous rendre compte que ce choix n’est pas anodin ! Vous avez le choix d’élire des hommes de terrain avec une réelle connaissance des linéaires dont ils auraient la gestion ou encore des hommes complètement déconnectés des réalités et inactif en tant que pêcheur.

Photo prise par mes soins ce mercredi 11 octobre sur l'Ain aval.

- page 3 de 95 -