Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

mercredi 5 octobre 2022

La rivière d'Ain se porte un peu mieux.

La haute rivière d'Ain, comme de nombreux cours d'eau de notre pays et même d'Europe, a énormément souffert des périodes sèches et caniculaires de cet été 2022. La haute rivière d'Ain est descendue jusqu'à 600 litres/seconde de débit et ce durant plusieurs semaines. Ce n'est pas le pire puisque ce débit très faible lié aux températures extérieures caniculaires a rendu l'eau de la rivière beaucoup trop chaudes sur certains parcours avals dont celui de notre AAPPMA.

Les conséquences en terme de survit de la faune aquatiques ont été catastrophiques. J'attends avec un sentiment mêlé d'impatience et de crainte la prochaine période de reproduction pour voir réellement ce qu'il en est au niveau des adultes. En ce qui concerne les juvéniles, on ne pouvait pas mettre un pied dans l'eau sans en faire fuir des dizaines en avril. Que cela soit les ombres ou les truites, il y a eu un taux de réussite exceptionnel. Malheureusement, suite à mes observations personnelles depuis la mi-août sur les périodes de basses eaux, je ne vois plus ces juvéniles. Cela va être compliqué pour certains linéaires de se remettre d'un tel été. La rivière sera toujours là, mais les poissons...

La rivière justement, depuis mi-août, elle se remet doucement avec des pluies au final conséquentes. Pour la période 15 août - 30 septembre, c'est près de 300mm de pluie qui s'est abattue sur notre région. Une vraie bénédiction pour soulager les cours d'eau. Trop tard pour la faune, mais tellement important. Trop tard car avec un mois de juillet avec ses misérables 10mm de pluie, un mois de mai à seulement 37mm et un mois de mars à 40mm, le mal était fait. De la pluie un mois sur deux, ça ne suffit malheureusement pas.

Septembre a été arrosé, espérons de même pour octobre et les mois d'hiver.

La rivière d'Ain chez nous dimanche dernier.

Il est tombé plus de 200mm de pluie en septembre chez nous. De quoi faire gonfler la rivière avec de vraies crues. L'Ain redescend bien vite mais que cela fait plaisir de voir une rivière pleine d'eau !

@Données Jura-Lac-Météo.

Par contre, il ne faut pas se leurrer. Ce n'est pas parce que la rivière est pleine, que le préfet lève un à un les arrêtés sur les restrictions d'eau que tout va bien. Pour les eaux profondes, c'est de ce que je vois toujours dans le rouge. Les fontaines du village n'augmentent pas de débit par exemple. Au contraire, j'ai même l'impression que cela continu de baisser. Les zones de champs inondables qui après de telles pluies comme on vient d'en avoir sont à peine humides. Quelques flaques ici ou là, mais pas grand chose. En observateur attentif de mon territoire, je vois bien qu'il en manque encore énormément. Si la norme de prochains mois pouvait être les 200mm mensuel, cela serait un réconfort.

Croisons les doigts.

 

mardi 13 septembre 2022

Pêche interdite ou les limites d'un arrêté préfectoral.

Dans un de mes derniers articles, j’ai déjà évoqué la fermeture anticipée de la pêche en 1ère catégorie dans le département du Jura. À ce moment-là, j’étais partagé au point de ne pas me prononcer sur le fait que c’était une bonne décision ou pas.

Pour rappel sur l’historique de la situation, un arrêté préfectoral interdisant la pêche de façon temporaire dans les rivières de 1ère catégorie du Jura a été publié le 09 août. La semaine suivante, soit le 16 août, un nouvel arrêté préfectoral a été publié interdisant toutes activités aquatiques sur ces mêmes rivières du Jura. Voilà pour les textes.

Dans les faits, c’est un peu différent quand même. Pour parler de ce que je connais et dans l’idée d’éviter de dire des bêtises, je vais me focaliser sur la haute rivière d’Ain qui est totalement concernée par les deux arrêtés préfectoraux. Au réel, la pêche a été possible sur les parcours avals (à partir de Crotenay et en dessous jusqu’à Chatillon jusqu’au 20 juin par-là. La température de l’eau devenant beaucoup trop élevée par la suite (au-dessus de 19 degrés, la truite entre en stress hydrique). Les pêcheurs étant des gens de terrain pleinement conscients de la situation que subissaient les rivières, ils ont stoppé la pêche d’eux-mêmes à cette date sur ces linéaires. Il y a bien dû avoir un pêcheur ici ou là mais c’était négligeable tant la rivière était désertée en juillet (j’en suis le témoin par mes rondes régulières). L’amont restait praticable en particulier sur le haut du linéaire de Champagnole et sur Sirod. Ensuite, avec les semaines qui passaient et une météo inchangée, la situation s’est dégradée partout pour devenir intenable lors de la première semaine d’août. Mais une fois de plus, les pêcheurs, dans leur très grande majorité avaient conscience de la situation et ne pêchaient plus même sur les parcours amont de la rivière.

Finalement, un arrêté préfectoral est venu acter la fin de la pêche d’un point de vue de la loi au 9 août. Il a fallu attendre une semaine de plus pour stopper les activités de baignades et autre canoé. Arrêté publié durant un épisode de pluie qui a donné près de 72mm au cumulé. Autant dire que sur le terrain, il n’y a eu aucun effet puisque les conditions étaient totalement différentes (débit et température de l’eau). De plus, et cela est un fait réel de terrain, une fois l’épisode humide passé, les baigneurs étaient de nouveau présents aux mêmes endroits et il y avait régulièrement des canoés sur l’eau (propriétaire privé et non loueur). J’ai reçu des photos durant toute la fin du mois d’août et j’ai vu aussi de mes yeux des « contrevenants » à l’arrêté préfectoral. En revanche, je n’ai pas vu de pêcheur.

Tout ça pour dire qu’au final, la plupart des pêcheurs n’ont pas besoin d’un arrêté préfectoral leur interdisant la pêche lors de ces périodes sèches et caniculaires. Alors je suppose qu’il fallait néanmoins le mettre en place pour être crédible afin d’obtenir l’arrêté préfectoral sur les autres activités aquatiques. Mais comme je vous l’ai dit plus haut, les touristes encore là se sont baignés quand même et sincèrement, je pense que les gendarmes ont autre chose à faire que de venir verbaliser ou même faire de la pédagogie pour ce genre de situation. C’est très complexe finalement. D’autant plus que l’arrêté temporaire interdisant la pêche est devenu définitif (et ce sans concertation). C’est assez rageant car la pêche est tout à fait praticable depuis quelques jours sur la haute rivière d’Ain et ce même sur les parcours avals.

Après deux années de Covid où les débuts de saison ont été tronqués, voici une troisième année de pêche consécutive avec de nombreuses semaines de privation pour la plupart justifiées, certes, mais pas pour celles de septembre de mon point de vue. Pour résumer, et si je prends nos lots, la pêche n’était pas praticable du 20 juin jusqu’à l’épisode pluvieux du 14 au 19 août. L’arrêté couvre finalement 1 semaine sur cette période. C’est la réalité. Du coup, après le 20 août avec une rivière au débit 3 fois supérieur à celui de début août (où là la pêche était autorisée), nous n’avions pas le droit de pêcher. On voit là toutes les limites d’un arrêté préfectoral avec son temps de mise en application dans un tel contexte. Au final, il est à côté de la plaque.  

Personnellement, je suis plutôt agacé par la situation car je me suis abstenu de pêcher depuis le 20 juin sur nos lots et qu’avec les copains, on aurait bien ressorti les cannes pour passer quels bons moments ensemble à la pêche lors de ces derniers jours de la saison. On le fait d’ailleurs tous les ans chez nous…On stoppe bien souvent en plein été à cause des températures de l’eau trop chaudes et on recommence les dernières semaines…Sauf que là, c’est interdit par la loi. Je suis d’autant plus agacé quand je vois que dans le même temps des professionnels du canoé reprennent du service ou quand je vois que des pêches électriques d’inventaires sont organisées. Je me dis que le pêcheur de loisir est vraiment le dindon de la farce dans cette histoire.

Reprise de la navigation par les professionnels.

Pour la reprise de la navigation de loisir, cela ne me choque pas du tout puisque les conditions sont redevenues normales. Mais pourquoi les canoés et pas la pêche ? C’est nous les lanceurs d’alerte et on finit le cul tout rouge ! Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne suis pas vraiment fan de l’auto-flagellation.

Pour les pêches électriques, je suis bien conscient que celles-ci ont un but scientifique mais cela reste une pêche avec de nombreuses manipulations du poisson. La pêche de loisir n’est pas plus nocive. Enfin, sauf si on casse la nuque des poissons bien entendu.

C’est aussi pour cette raison que Je suis encore plus agacé puisque notre AAPPMA a toujours fait les choses dans l’ordre. Cet arrêté d’interdiction de pêche a été mis en place pour protéger les milieux et leurs habitants, les truites sauvages en l’occurrence. Soit ! Quid de ces truites au mois de mars prochain où partout, sauf chez nous, les pêcheurs qui le souhaitent trouverons des linéaires pour casser des nuques de truites. C’est clair que ça valait le coup de ne pas pêcher en septembre afin de les protéger…Oui, parce qu’à ce jour, seule notre AAPPMA protège les truites sur 100% de son linéaire. De plus, notre AAPPMA communique depuis des années sur l’importance de la température de l’eau avec pour consigne écrite sur le livret fédéral de ne plus pêcher au-delà de 18 degrés. Nous tentons d’informer et d’éduquer sur ce nouveau paramètre à prendre en compte dans notre loisir afin d’avoir toujours un plus grand pourcentage de pêcheurs responsables. C’est pour toutes ces raisons que cela me fait mal d’être privé de pêche dès lors que les conditions redeviennent « normales » ou à minima « moins pires ».

Avant d’être acteur dans la protection de cette rivière si chère à mon cœur, je suis un pêcheur passionné et je l’assume. Mon envie de pêcher reste intacte et sincèrement, les conditions étaient réunies pour une reprise en septembre. Si j’étais partagé sur le bien-fondé de cet arrêté il y a encore quelques semaines, le fait que la pêche de loisir, au détriment du reste (exemple de la reprise des canoés) soit toujours impossible me fait penser que ce n’était pas une bonne décision d’autant plus que durant la période 1er juillet – 08 août (période où la pêche était autorisée), les conditions étaient bien pires que ce que l’on connait depuis mi-août (période où la pêche est interdite).

Je tiens à préciser que ces propos n’engagent que moi et non pas mon AAPPMA car je n’en ai pas parlé avec l’ensemble du bureau. Je suis également bien conscient que l’ensemble du personnel de la fédération et son C.A fait du mieux possible. Mais aujourd’hui, mon sentiment est que je suis en désaccord avec le déroulement des évènements. J’ai toujours pensé que la pêche n’était pas un problème lors de ces épisodes de sécheresse et j’en suis toujours convaincu.   

Il reste les souvenirs...

dimanche 14 août 2022

Pêche fermée dans le Jura.

Je m'étais pourtant interdit de "publier" durant mes vacances, mais on ne se refait pas. Donc, comme vous le savez certainement, la pêche dans les cours d'eau (ceux qui coulent encore en fait) est interdite temporairement. Cela concerne les rivières de 1ère catégorie et ce depuis le 09 août. On nous explique que cela a pour but de protéger les espèces du milieu aquatique. Très bien. Ci-dessous le mot de la préfecture trouvé sur Facebook.

Je vais parler de notre AAPPMA car je ne connais pas le point de vue des autres. A la demande de la fédération de pêche du Jura, nous avons répondu ceci le 28/07/2022 à la question d'une éventuelle fermeture de la pêche sur nos lots :

Bonjour,

Voici la position de l’AAPPMA de Crotenay pour faire suite à votre demande.

-Étant donné que notre AAPPMA ne considère par le loisir pêche comme un problème vis-à-vis de la situation actuelle sur notre linéaire (plus de pêcheur depuis des semaines sur nos lots).

-Étant donné que les problèmes vis-à-vis de la situation actuelle sont avant tout liés aux baigneurs et navigateurs (canoës) qui dérangent les poissons survivants sur les zones refuges (sans le savoir).

-Étant donné que votre message ne nous assure aucunement que les autres activités aquatiques seront suspendues au même titre que la pêche.

L’AAPPMA de Crotenay est contre une fermeture anticipée de la pêche sur ses lots dans ces conditions.

Bien cordialement.

Voilà, notre position était claire. Fermer la pêche, ok, mais à la seule et unique condition que tout soit interdit et que plus personne ne mette un pied dans l'eau.

Visiblement, une décision a été prise contre notre volonté. Notre AAPPMA le regrette. D'autant plus que depuis, et ce tous les jours, baigneurs et canoés sont dans la rivière. J'en ai encore vu ce jour dimanche 14 août. Sans doute maintenant que la fin de saison se profile avec une météo plus instable et des températures plus faibles, nous allons voir arriver une interdiction de ces activités. Trop tard pour le coup.

Pourtant, quand on voit le débit de la rivière d'Ain ce dimanche 14 août, on devine facilement que les truites encore en vie ont besoin d'une pleine tranquillité pour rester en place sur les zones de refuges thermiques. La pêche n'est pas le problème bien qu'elle soit la seule interdite. Incompréhensible pour ma part.

La Fédération de Pêche de l'Ardèche, innovante sur bien des points, a fait une proposition à sa préfecture. Elle est claire, précise et d'une logique à toutes épreuves. Je vous laisse la découvrir ci-dessous. Je partage ce point de vue à 100%.

Et la suite ? Puisque c'est une interdiction temporaire...Si par le plus grand des bonheurs des pluies conséquences et durables viennent à tomber sur notre Jura pour redonner vie au cours d'eau, on ouvre de nouveau quelques jours ? Avec les réglementations en place ? Je rappelle juste qu'à part l'AAPPMA de Crotenay et la biennoise (sauf erreur de ma part), les autres AAPPMA du département possède une majorité de linéaire où le prélèvement de 3 truites par jours est possible...Je ne vous fais pas un dessin en cas de coup d'eau mi septembre sur l'activité des poissons après cet épisode sècheresse.

D'ailleurs, il me semble opportun de protéger à 100% les populations de truites sauvages restantes pour 2023 et même les années à venir dans notre département.

vendredi 5 août 2022

Fermeture du Blog...

...de façon temporaire. Je vous retrouve dans quelques semaines en espérant de la pluie et un moral plus haut qu'aujourd'hui. Si en plus mes Co-citoyens pouvaient faire preuve d'un peu plus de civisme, cela m'éviterait des hausses de tension. Encore hier soir, et ce malgré l'affichage d'interdiction présent à la fontaine du village, un habitant y lavait sa voiture. Cela résume bien des choses...Quelle tristesse.

Je vous laisse avec un article de presse paru aujourd'hui dans le canard local où j'ai répondu au journaliste. J'ai besoin de retrouver une dose de joie de vivre après ce mois de juillet à pleurer chaque jour ma rivière de cœur. C'est un désastre...

Page 1/2 (source le Progrès)

Page 2/2

jeudi 21 juillet 2022

La rivière d'Ain n'est pas seule !

La rivière d'Ain n'a jamais été seule car de nombreux défenseurs ont toujours été à son chevet mais voilà qu'est arrivé pour mon plus grand soulagement un nouveau souffle ! De jeunes pêcheurs amoureux de cette rivière mythique vont tout donner pour elle. C'est une bénédiction de voir une nouvelle fois la passion et l'amour prendre des initiatives pour faire entendre la voix de cette rivière si chère à mon cœur.

Cela ne devait être qu'un rendez-vous entre un président d'AAPPMA et une équipe TV pour faire un reportage sur la catastrophe en cours. Cela s'est transformé en à peine quelques jours en une magnifique journée de partage en compagnie de belles personnes venues parfois de très loin. Il y a eu de nombreuses interventions avec des discours souvent poignants. De belles émotions partagées par tous les présents. Un vrai chouette moment malgré la situation actuelle qui nous rendait si tristes.

Merci aux organisateurs. Merci à toutes et à tous d'être venus partager cette belle journée au chevet de cette rivière en total souffrance.

Voilà la rivière à 700 mètres de la source !

En route pour le point de rassemblement.

Bernard (vice-président de notre AAPPMA) au micro.

L'article de presse du jour.

Reportage France3 à partir de 4 minutes.

- page 2 de 87 -