Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Pollution

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 4 juillet 2021

Dossier Comté sur France Inter

Le Comté fait de plus en plus parler de lui, et pas qu'en bien malheureusement. Ne nous trompons pas, c'est bien l'intensification de sa production qui doit être montrée du doigt et non pas le fromage en lui-même. La Franche-Comté n'a pas la surface de sol pour nourrir de Comté la terre entière. Il n'y avait pas autant de problème avant que les tonnages explosent et que le fumier laisse sa place au lisier.

France Inter a diffusé une émission ce matin sur le sujet assez complète avec tous les acteurs. La prise de conscience est lente mais présente. Le travail doit continuer, doit s'intensifier pour améliorer les choses. Vous avez la possibilité de réentendre toute l'émission en suivant ce lien => Le Comté, un modèle de production en question.

Le nouveau conseil d'administration de la Fédération de Pêche du Jura tout nouvellement élu n'a pas perdu de temps sur le sujet. Le dialogue est renoué avec les agriculteurs et l'on peut souhaiter un avenir où tous les acteurs travailleront ensemble pour le bien être de nos rivières et donc des citoyens franc-comtois !

Article du Jura agricole de la semaine passée.

vendredi 25 juin 2021

Qualité des eaux de baignade - Jura 2021

J'ai mis un titre à cet article de façon à ce qu'il soit accroché par Google de la même manière que les autres papiers sur le sujet. Ainsi, peut-être que les internautes à la recherche d'informations sur les eaux de baignades jurassiennes passeront par là pour avoir un complément qui me semble nécessaire.

Depuis quelques jours, les médias locaux se font le relai de l'ARS sur la qualité des eaux de baignade de notre département. Aussi surprenant que cela puisse paraitre pour celui qui se promène de temps en temps au bord de l'eau, plus de 80% des sites sont classés " qualité excellente", soit le plus haut classement du barème.

Alors je ne connais parfaitement tout le Jura, mais je sais par exemple que sur la rivière Loue les truites et les ombres crèvent par centaines depuis des mois et encore actuellement. Comment peut-on communiquer sur une qualité d'eau excellente alors qu'elle devenue un véritable poison pour la survie de ses habitants dont les truites ?? Le jour où nous ne pourront plus respirer dehors on nous dira aussi que ce n'est pas la qualité de l'air qui est en cause ?

Sur la Loue, les poissons crèvent, mais la qualité de l'eau est donnée excellente !

Même chanson sur la rivière d'Ain puisque les zones de baignades sur Vouglans sont bien entendues de top qualité ! Vouglans, c'est bien ce lac de barrage qui est alimenté par la rivière d'Ain ? Rivière où je passe ma vie et qui est régulièrement souillée par l'activité humaine ? Je connais des dizaines de rejets d'égouts défaillants ou même non raccordés. Sans vouloir alarmer les futurs baigneurs, je souhaite juste qu'ils connaissent la vérité. L'eau ne peut pas être de bonne qualité quand on voit tout ce qui se jette dedans enfin.

Exemple de rejet d'égout dans la rivière d'Ain avant d'arriver dans Vouglans.

 

Assez consternant quand même quand on connait la réalité de terrain et qu'on voit ce genre de communication où tout semble être parfait à en croire la carte globale. Si on nous prend pour des imbéciles de la même façon sur les autres sujets, on est pas sorti le cul des ronces !

vendredi 14 mai 2021

La crue, si bienfaitrice que ça pour la rivière d'Ain ?

C'est bien souvent notre premier sentiment lorsque le niveaux des rivières s'élève...Nous sommes heureux de voir la rivière pleine d'eau, moi le premier. Qui plus est après une très longue période où les intempéries auront été rares et avant un été qui s'annonce à l'image des précédents, sec et très chaud.

Ce que l'on imagine moins, c'est ce qu'on pourrait appeler l'envers du décors de la crue. Tout ce qu'il se passe durant ces un ou deux jours de fortes pluies mêlés à la montée des eaux. Tous les dysfonctionnements que la rivière subit accompagnés par les actes de personnes bien mal attentionnées. Le week-end dernier et ce début de semaine, il y a deux vagues de pluie dont une très forte ce lundi. 60 à 70mm dans la journée selon sa localisation autour de chez moi. Pas grand chose pour certaines régions, un record pour le mois de Mai sur une journée chez moi. Ce n'est donc pas anodin.

Je vous le donne en mille, c'est le jour choisi par un agriculteur de la région pour faire plusieurs voyages entre sa fosse à lisier et ses parcelles...Dont une en dévers à moins de 100 mètres de la rivière d'Ain...Alors une fois de plus, j'entends bien le monde agricole qui crie à l'agribashing, je les entends me répéter qu'ils suivent déjà un cahier des charges Comté très strict, oui, je l'entends bien. Et puis il y a aussi les actes, il y a ce que l'on voit sur le terrain. Alors, je ne sais pas si c'est illégal ou non d'agir ainsi. Mais je sais qu'épandre sur plusieurs voyages d'immenses quantités de lisier sous une pluie record aussi près d'un cours d'eau est immoral et ce au minimum. J'en avais mal au ventre. D’autant plus lorsque l'on voit le résultat en fin de journée. Quasiment plus une seule trace de lisier, uniquement le passage du véhicule. Tout a été lessivé en un temps record et de façon instantanée. Tout est parti à la rivière d'Ain...

La rivière se trouve en bout de champ.

La rivière d'Ain ne supporte pas malheureusement que ce genres d'actions durant la crue. Il y a aussi tous les dysfonctionnements de nos structures d'assainissements. C'est terrible à quel point la rivière doit absorber toutes "ces merdes" en si peu de temps ! On peut trouver des poissons malades une fois que le niveau baissera de nouveau, c'est tout sauf étonnant !

Ici, c'est la lagune de mon village qui sature complètement avec une arrivée d'eau claire bien trop importante. De grosses erreurs de branchement de réseau au départ et voilà le résultat. Des années que notre AAPPMA le dénonce. Nous avons été même reboutés au tribunal devant la communauté de communes et Véolia. Pourtant, il me semble que les images sont parlantes mais le jugement a dit le contraire ! Les dernières rumeurs parlent d'une nouvelle étude visant l'arrivée d'eau claire qui gène le bon fonctionnement de la lagune...Ou même un projet de stopper cette lagune et relier les rejets de notre village à la STEP de Montigny...Une façon de donner raison à notre AAPPMA hors tribunal finalement. Quoi qu'il se passe, nous souhaitons juste que les choses fonctionnement bien. Car aujourd'hui et depuis de trop nombreuses années, c'est uniquement la rivière qui en subit les conséquences et accesoirement les villageois qui paient une taxe d'assainissement pour un service non rendu.

Tout déborde et part un peu partout. Les images sans les odeurs, c'est mieux pour vous amis lecteurs !

Il y a aussi durant les coups d'eau tous ces points noirs qui existent depuis des décennies sans qu'il n'y ait eu aucune action. Ce n'est pourtant pas faute de le dire, de le répéter, de le dénoncer. J'ai entendu parler d'un gros investissement en matière d'assainissement sur la commune de Champagnole. J'espère sincèrement que c'est vrai et que ces zones qui datent d'un autre temps avec de l’égout en direct dans la rivière disparaissent une bonne fois pour toutes.

Je souhaite à tous les baigneurs qui vont envahir nos gravières dès les premiers rayons de soleil du bon temps. N'oubliez pas la douche en rentrant chez vous et surtout, frottez fort !

lundi 10 mai 2021

Suisse, vote du 13 juin, les explications.

Le 13 juin le peuple suisse devra voter pour des sujets qui me tiennent à coeur. J'aimerais sincèrement avoir l'opportunité de le faire ici en France. Quelques explications sur ce jour très important avec Benjamin.

Nicolas : Bonjour Benjamin. Merci de nous faire une petite présentation et de nous dévoiler tes engagements dans le monde de la pêche en Suisse.

Benjamin : Salut Nicolas, Voici un bref résumé de mon existence, en tant que pêcheur assidu. J’ai 38 ans, pêcheur depuis l’âge de 4 ans, moucheur depuis l’âge de 13 ans, de nombreux voyages de pêche à mon actif, dont un tour du monde de 2 ans avec ma copine, dont le tracé a souvent été orienté vers des destinations où coulent de belles rivières (Patagonie, Canada, Nouvelle-Zélande, Mongolie, …). J’ai même tenté de créer un petit Fly-shop, aventure à laquelle j’ai mis fin, faute de temps à y consacrer (j’ai déjà un boulot à plein temps et d’autres occupations à côté !).

Depuis un peu plus de 2 ans, je me suis engagé au sein du Comité Directeur de la SVPR (Société Vaudoise des Pêcheurs en Rivière) en tant que caissier. J’espère, par certains engagements de ma part, réussir à faire évoluer certaines mentalités sur la pêche dans le Canton de Vaud, mais ce n’est pas de tout repos et souvent ingrat, tu en sais également quelque chose en tant que membre d’un comité d’APPMA !

Bref, je suis un (doux) taré de la pêche, mais c’est un autre sujet que je souhaite aborder ici, qui touche tous les pêcheurs de Suisse.

Nicolas : Le 13 juin, le peuple Suisse devra s'exprimer sur deux initiatives populaires "Pour une eau potable propre" et "Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse". Peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?

Benjamin : D’abord un bref explicatif pour ceux qui ne seraient pas familiers au système civique suisse : Une initiative populaire peut être lancée par n’importe quel citoyen ou groupement de citoyens. Il s’agit de récolter 100'000 signatures, afin de proposer une modification de la Constitution ou d'une loi fédérale et de la soumettre à la votation populaire. C’est ce qui a été fait pour ces deux textes, lancés par des comités indépendants.

  • La première : « Initiative pour une eau potable propre » propose, notamment que :

La Confédération veille à la sécurité de l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires saines et en eau potable propre.

Les paiements directs sont exclus pour les agriculteurs qui emploient des pesticides, des antibiotiques à titre prophylactique ou dont le système de production requiert l’administration régulière d’antibiotiques.

Un délai de 8 ans est prévu pour mettre en place ces pratiques.

Les textes complets de cette initiative figurent ici : https://www.initiative-sauberes-trinkwasser.ch/fr/initiative/

  • La seconde « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » propose, notamment que :

L’utilisation de tout pesticide de synthèse dans la production agricole, la transformation des produits agricoles et l’entretien du territoire est interdite.

L’importation à des fins commerciales de denrées alimentaires contenant des pesticides de synthèse ou pour la production desquelles des pesticides de synthèse ont été utilisés est interdite.

Un délai de 10 ans est prévu pour mettre en place ces pratiques.

Les textes complets de cette initiative figurent ici : https://lebenstattgift.ch/fr/initiative/#initiativtext

Nicolas : Pour votre Conseil fédéral et le Parlement, les initiatives vont trop loin. D’après eux, si elles sont acceptées, beaucoup d’exploitations agricoles produiront moins de denrées alimentaires. Il faudra donc, toujours d’après eux, en importer davantage, ce qui reviendra à déplacer le problème de la pollution à l’étranger. En face, pour les comités d’initiatives, la politique agricole viole le droit à une eau potable propre, menacée par l’usage massif de pesticides, l’utilisation exagérée d’antibiotiques et l’épandage excessif de lisier. Selon lui, il faut réorienter les subventions, car ces dommages écologiques et ces risques pour la santé sont financés par nos impôts.

Je suppose que les associations de pêcheurs sont plutôt favorable aux comités d’initiatives ?

Benjamin : Dans l’ensemble, les pêcheurs sont favorables à ces deux initiatives. Un comité de soutien aux deux initiatives (https://2xoui.ch/) a d’ailleurs été mis en place par des membres du Comité de la FSP (Fédération Suisse de Pêche).

Il n’empêche qu’il y a parfois conflit d’intérêt de la part de pêcheurs proches des milieux paysans. La fédération valaisanne de pêche ne soutient d’ailleurs pas ces initiatives, car trop de ses membres sont proches des milieux agricoles. Côté SVPR, il aura fallu batailler pour que le Comité Directeur finisse par soutenir le camp du 2xOUI après un vote.

Il n’y a toutefois de loin pas que les pêcheurs qui soutiennent ces initiatives, mais également des médecins, des agriculteurs, des agronomes, biologistes et des associations environnementales.

Nicolas : Le débat doit faire fureur dans votre pays entre tous les acteurs pour ou contre. Peux-tu nous faire un retour sur l’ambiance actuelle s’il te plait.

Benjamin : En effet, la bataille fait rage ! Les agriculteurs (sur lesquels la pression en général est déjà élevée) sont en grande majorité contre. Ils ressentent ces initiatives orientées contre eux, alors que ce n’est pas le cas. Les initiatives visent l’emploi des pesticides, pas le monde agricole. Mais partout en campagne fleurissent des pancartes dans les champs « 2xnon aux initiatives phyto extrêmes ». L’agro pharma, très présente en Suisse, fait du lobbysme pour que ces initiatives ne passent pas.

Du côté des acteurs du pour (et du contre également), comme expliqué plus haut, toutes les organisations concernées n’arrivent pas à s’unir pour un soutien unanime, même si tout le monde est concerné ! BioSuisse (la faîtière du Bio en Suisse) a d’ailleurs d’abord rejeté les deux initiatives avant de se raviser et de soutenir « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ».

Le sujet est hautement émotionnel, il y a des débats parfois très virulents sur le terrain, les réseaux sociaux et des affiches et pancartes ont été vandalisées (il ne faut pas oublier que nous sommes en démocratie). Certains agriculteurs soutenant ces textes n’osent pas s’afficher, de peur de représailles…

Mais le débat est lancé, on voit régulièrement de nouveaux reportages dans les médias et la campagne bat son plein.

Les résultats du premier sondage officiel montrent une légère avance aux deux initiatives. Mais rien n’est gagné. Souvent, pour les initiatives populaires, les résultats annoncés dans le 1er sondage s’effritent et pour qu’une la loi passe, il faut la double majorité, du peuple et des cantons.

Nicolas : En conclusion, quelle est ta position personnelle et que souhaites tu dire aux suisses (toujours très nombreux) qui vont nous lire en vue de ce vote.

Benjamin : Comme beaucoup de pêcheurs, j’assiste à la lente agonie de nos rivières et de l’environnement en général depuis bien trop longtemps et il est grand temps que les choses évoluent !

Ma position, en tant que pêcheur et amoureux de la nature, est clairement orientée sur le 2xOUI ! Tous les pêcheurs devraient soutenir ces textes car s’ils ne passent pas, l’état de nos rivières ne peut que continuer de s’empirer.

L’entier de la population Suisse doit se sentir concernée. C’est triste à dire, mais bien que considérée comme le château d’eau de l’Europe, la Suisse dispose de 1 million d’habitants dont l’eau du robinet est contaminée par des pesticides ! Ces initiatives vont bien plus loin que de ne défendre (égoïstement) que nos rivières, elles s’attaquent à des problèmes qui concernent la santé de chacun.

Un pays comme la Suisse, qui se veut souvent exemplaire dans beaucoup de domaines se doit d’empoigner le taureau par les cornes face aux problèmes que représentent les pesticides. Il faut voir ces initiatives comme des opportunités pour changer un système de faire qui, à terme, nous mène droit dans le mur.

Si des lecteurs de cet article souhaitent commander des drapeaux, des affiches ou encore soutenir ces initiatives, n’hésitez pas à commander du matériel (gratuit) sur les sites des campagnes :

https://www.initiative-sauberes-trinkwasser.ch/fr/

https://lebenstattgift.ch/fr/

https://2xoui.ch/

ou à partager certaines de leurs publications sur les réseaux sociaux !

Nicolas : Merci beaucoup Benjamin pour ces informations. Bon combat en terres suisses pour la sauvegarde de nos rivières !

Benjamin : Un grand MERCI à toi pour m’avoir accordé un peu de place sur ton blog dans le soutien à ces initiatives ! En effet, bien que tu ne sois pas directement concerné, car n’habitant pas en Suisse, tu vois tous les jours les effets d’une agriculture trop intensive et des pesticides sur tes cours d’eau. Souhaite-moi que ces initiatives soient acceptées le 13 juin, je te souhaite en retour qu’elles fassent des petits, passent de l’autre côté de la frontière et vous permettent également de protéger vos rivières, entre-autres !

vendredi 16 avril 2021

Plainte contre X, le film.

J'ai passé ma journée à la rivière, mais pas de pêche...Ou presque. Rendez-vous était donné ce jour avec l'équipe des films Du Bouchon pour participer au tournage d'une émission orientée protection des milieux. Celle-ci sera diffusée dans l'année sur la chaine Seasons.

Une occasion pour faire passer quelques messages et revenir sur mon vécu de lanceur d'alerte. Divers sujets seront abordés dans ce documentaire dont le problème de la production de Comté en Franche-Comté. De nombreux intervenants ont participé à ce tournage et ce dans toute la France. Un film de pêcheurs engagés.

Interview sur les bords de la rivière d'Ain.

Le résumé du documentaire. À retrouver sur le site officiel des films du bouchon.

Merci infiniment à Antoine et Didier pour cette journée. J'ai passé un très bon moment en votre compagnie. Au plaisir.

- page 1 de 4