Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Centre de pêche en Bosnie.

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Pollution

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 23 septembre 2022

Elan politique local pour la sauvegarde des milieux aquatiques.

Si vous suivez l'actualité locale du moment, il se peut que vous soyez surpris par l'ensemble des annonces faites par nos instances et politiques locaux. Effectivement, ces derniers temps, certains affichent une réelle envie d'améliorer les choses vis à vis des milieux aquatiques.

La préfecture du Doubs a par exemple annoncé la signature d'un plan nommé : Rivières Karstiques 2022-2027.

Suite à cette annonce, j'ai vu ici et là fleurir des réactions diverses et opposées comme les plus négatives : "Que des belles paroles..." ou encore "C'est trop tard, tout est mort !" au plus positives : "Mieux vaut tard que jamais, restons positifs !" ou encore "Beaucoup d'attentes à travers ce projet."

Je vous laisserais vous faire votre propre opinion. Nous ne connaissons pas à ce jour les détails de ce projet, mais j'ai trouvé dans la presse locale un petit complément. On y lit que la première "force d'intervention" est prévue en mai 2023...Après la période d'épandage et de mortalité printanière...Comme un faux-départ finalement. Un autre regret, celui de ne pas voir dans les intervenants le collectif SOS Loue qui travaille depuis des années sur le sujet et qui par conséquent, possède une pleine expérience de terrain. Quoi qu'il en soit, souhaitons pour les rivières du Doubs que ce projet lancé par les instances du 25 porte ses fruits. Restons positifs puisque finalement, nous avons tous rêvé de lire ces lignes un jour ou l'autre.

Plus près de chez nous, dans le Jura, nous sommes aussi les témoins du prise de conscience politique. Dans un premier temps, la ville de Champagnole va investir afin de rénover son réseau d'assainissement. C'est une très bonne nouvelle pour la rivière d'Ain.

Je n'ai pas d'information officielle, mais des rumeurs courent aussi sur une modification de la lagune de Crotenay où enfin, les responsables seraient tombés d'accord sur des dysfonctionnements récurrents...A suivre...

Toujours chez nous, c'est le lac de Chalain et la qualité de ses eaux qui est aujourd'hui au centre des préoccupations. Il devrait là aussi y avoir des changements. Un peu comme pour la Loue dans le 25, on peut noter que les associations locales qui dénoncent la dégradation depuis longtemps ne sont pas conviées aux discussions.

Finalement, c'est un lot de bonnes nouvelles qui nous arrivent. De plus, j'ai un sentiment de travail bien fait pour l'ensemble des bénévoles qui dénoncent depuis des années voir des décennies la dégradation des milieux et l'inaction de nos instances. J'ai envie de croire que tout ce travail de communication est en partie (même infime) responsable de ces prises de décisions.

Alors continuons notre rôle de sentinelles...Continuons à dénoncer lorsque le besoin s'en fait sentir.

mercredi 25 mai 2022

Pollution de la rivière Valouson dans le Jura

Pour faire suite à cette terrible pollution, je vous partage le reportage de France3. Le silence des politiques locaux sur cette affaire est impressionnant. Aucune réaction, pas un mot. Par contre, pour se faire prendre en photo devant une meule de comté là il y a du monde !

Quoi qu'il en soit, c'est une autre rivière jurassienne détruite par la main de l'homme.

vendredi 20 mai 2022

Pollution au petit lait d'un affluent du Valouson.

À l'heure où le monde agricole communique de façon intense contre ce qu'ils appellent l'agribashing, il faut croire qu'il y a encore du boulot...Et pas forcément pour nous convaincre de leur attachement à notre environnement via des spots vidéo, mais bel et bien pour faire le ménage dans leurs propres rangs. De cette façon, nous serons convaincus et ce même sans campagne de communication. La réalité du terrain rattrape toujours le virtuel de la com !

Oui, car une fois de plus, une petite rivière du Sud Jura, en l’occurrence un affluent du Valouson à Nancuise, a été victime d'une négligence individuelle. Une très grande quantité de petit lait s'est déversée dans le cours d'eau ne laissant guère de chance aux habitants du dit cours d'eau. L'OFB a fait les analyses sur les lieux et la source de pollution ainsi que le responsable ont été identifié. À suivre donc...

Les truites succombent...

lundi 9 mai 2022

La Loue au plus mal depuis 2010.

Vous êtes très nombreux à me contacter pour connaitre la situation actuelle de la Loue. Les dernières nouvelles sont assez catastrophiques. D'après les témoignages, nous sommes proches de la situation de 2010 avec un stock de poissons sains très faible.

Romain, qui a parcouru la Loue ces derniers jours témoigne : Ca fait de la peine à voir. De ce que j'ai vu entre Vuillafans et Lods, je dirais qu'il y a environ entre la moitié et les 2/3 des poissons vus qui étaient soit morts soit avec de la mousse blanche. Et puisque j'ai envie de terminer sur une bonne note, j'ai vu pas mal de truites juvéniles entre 5 et 15 centimètres. voilà pour les infos.

Romain m'a fait passer quelques images également.

De son côté, Stéphane qui passe beaucoup de temps sur les berges de la Loue témoigne également : C’est très préoccupant. Les stocks de poissons sont au plus bas, c’est certainement encore pire que 2010. Pour exemple à Vuillafans là où nous avons perdu près de la moitié des poissons l’année passée cette année il n’en reste plus que 1/4 de l’année passée dont 1/4 de malade.

Pour illustrer tristement ses propos, Stéphane a réalisé une vidéo.

Pour terminer, à lire cet article d'une nouvelle atteinte à cette rivière mourrante => Nouvelle pollution sur la Loue.

Donc si votre séjour sur la Loue doit s'annuler, penser à prévoir par exemple un pourcentage financier même infime de cette annulation pour SOS Loue et rivières comtoises. Faites un don, merci.

mardi 22 février 2022

Pendant ce temps là...

Pendant que les pêcheurs protègent les dernières populations sauvages par des parcours no kill, pendant que les chargés de mission et autres techniciens empilent les études ou mettent en place des réhabilitations physiques de cours d'eau, les vrais problèmes perdurent inlassablement et ce depuis que j'ai assez de mémoire pour m'en souvenir.

Oui, nous tous, à nos différents niveaux, avec les outils qui sont à notre disposition, on peut faire ce que l'on veut. Le résultat sera le même. Celui d'un échec collectif désastreux.

Hier, un jeune homme en promenade sur les berges de l'Ain à Champagnole a été le triste témoin d'un "dégazage" volontaire au niveau de la station d'épuration de Champagnole. Volontaire, oui, car avoué par le personnel présent lorsque ce jeune homme les a interpellé. La réponse exacte était celle-ci : "je dois nettoyer la goulotte, et donc oui je n’ai pas le choix que de laisser la merde sortir là"

Bien entendu, rien d'étonnant puisque ce "phénomène" a déjà été observé de nombreuses fois dans le passé. On voit ici que malgré ça rien ne change. C'est un fait. C'est comme ça pour tous les principaux systèmes d'épuration puisqu’ils ont tous été pointés du doigt, mis en demeure ou même débattus au tribunal pour des dysfonctionnements divers et variés...La Lagune de Crotenay ou encore la STEP de Montigny plus en aval pour ne citer qu'eux. C'est mieux maintenant ? Non.

Champagnole, la perle du Jura. Merci Lucas pour les photos.

Je me souviens d'une époque dans mon village où les systèmes dépurations étaient individuels, où le lisier n’existait pas au profit du fumier...Je me souviens de la rivière et de sa multitude d'insectes aquatiques à cette époque. Aujourd'hui, nous avons des systèmes d'épurations collectifs qui lorsqu'ils dysfonctionnent sont des destructeurs de milieux aquatiques. Nous avons aujourd'hui du lisier à la place du fumier avec en parallèle une production de comté en hausse constante et des sols complètement saturés.

Oui, on se bat tous à notre niveau avec nos armes. Mais un brin de paille face à un bouclier de fer n'a jamais gagné une bataille. Sans parler du fait que les températures de l'eau ne cessent d'augmenter ce qui finalement devrait tout régler.

Difficile de rester motivé bien qu'il le faille. Que les pêcheurs continuent de protéger la souche sauvage en évitant de prélever les dernières truites jurassiennes, que les chargés de mission et autres techniciens continuent de faire du mieux qu'ils peuvent à leur niveau. Mais ne soyons pas dupes, nous savons tous quels sont les vrais problèmes et qu'il sera difficile voire impossible d'inverser cette tendance qui ne varie pas depuis des décennies...Et ce n'est pas les débats de l'élection présidentielle à venir qui vont nous rassurer sur ce point !

- page 2 de 6 -