Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Votre spécialiste toutes pêches - JURA PÊCHE à Champagnole - 09-67-81-34-41

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Pollution

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 8 juin 2018

Retour sur la pollution de l'Ain datant de 2010.

Je souhaitais faire un retour par le biais de ce billet sur la grosse mortalité datant de 2010 sur la haute rivière d'Ain et plus particulièrement sur le parcours public en aval de Pont-du-Navoy.

Pour mémoire, dès juillet 2010, les pêcheurs (les seules sentinelles des rivières finalement) avaient donné l'alerte suite à des observations de poissons mort sur la rivière d'Ain. Fin aôut, un arrêté avait été mis en place pour interdire la pêche du barrage de Blye à l'amont de station d'épuration de Montigny. Interdiction de pêche renouvellée pour toute la saison 2011.

A l'époque, on parlait de cyanobactéries et d'autres causes possibles. Mais beaucoup, dont les pêcheurs, pointaient du doigt la STEP de Montigny et sa gestion calamiteuse par Véolia, encore eux !

En novembre 2010, la fédération de pêche du Jura ainsi que les deux AAPPMA touchées décidèrent de porter plainte contre X. Novembre 2010, vous avez bien lu !

Le mardi 29 Mai 2018, soit presque 8 ans plus tard, le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier convoquait 4 prévénus sur cette affaire. (Source le Progrès du 30/05)

  • 1er prévenu : Jura Terroir. Les activités de l’entreprise de Pont-du-Navoy étaient marquées par des eaux usées très fortes en phosphore, à cause d’un outil de préconcentration de sérum.
  • Second prévenu : La communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura, propriétaire de la STEP de Montigny-sur-l’Ain. L’intercommunalité n’aurait pas anticipé l’augmentation d’activité du site.
  • Troisième prévenu : Véolia qui assure la gestion du site. Le géant de la gestion de l’eau aurait arrêté son traitement ferreux sur le site de Montigny-sur-l’Ain sans prévenir ses partenaires. 
  • Quatrième et dernier prévenu : le salarié de la station d’épuration. Cet homme, qui pilotait le site, avait un regard privilégié sur le niveau de production des boues, mais pas de maîtrise sur les eaux qui arrivaient la station.

Selon le ministère public, il y a un lien entre le rejet et la pollution. La forte teneur en phosphore a entraîné une prolifération de cyanobactéries dans la rivière d’Ain, qui ont eu un impact sur la santé physiologique des poissons. La forte mortalité de salmonidés dans ce secteur, constatée entre 2010 et 2011 par les pêcheurs, en serait la conséquence. Le parquet a poursuivi les quatre acteurs pour rejet de substance nuisible dans une rivière, infraction prévue au code de l’environnement. Des peines d’amende ont été requises, notamment 15 000 euros dont 10 000 euros avec sursis à l’encontre de l’intercommunalité et 20 000 euros d’amende pour Véolia. L’entreprise est désignée comme le premier responsable de cette pollution dont le préjudice dépasse les 200 000 euros, selon la fédération de pêche du Jura. Le tribunal correctionnel rendra son délibéré le mardi 3 juillet.

Voilà pour le retour "journalistique". Véolia et la communauté de communes sont une fois de plus bien impliquées. Le phosphore avait été désigné très tôt. Jura terroir (le chalet du comté à Pont-du-Navoy) avait déjà des autorisations au-delà des limites acceptables par la communauté de communes pour leur rejet. Et malgré cela, ils les ont encore dépassés. Cela a engendré des quantités de boue que Véolia ne pouvait plus gérer. Véolia a fini par ne plus traiter le phosphore !! Rien que ça ! Manque de bol, il restait des truites dans la rivière et quelques passionnés pour les voir crever !

Mais bordel, personne n'a de gosses ou une perpective d'avenir chez Véolia et/ou les politiques qui donnent des autorisations au-delà des limites sans connaitre les effets que cela va avoir sur la faune et la flore ? Sincèrement, je n'arrive pas à comprendre. C'est votre passion de tout foutre en l'air notre environnement proche ? Et dire que le département du Jura mise sur le côté nature, ses lacs et ses cascades pour le tourisme...Non mais sans rire...Vous vous fouttez du monde ?

C'est une destruction de rivière préméditée, tout simplement. Honte à vous messieurs !

mardi 1 mai 2018

Les algues brunes et la mort sont de retour.

Les belles gravières blanches ont laissé place avec une vitesse foudroyante à un planché glissant composé d'algues brunes. Les fonds de la haute rivière d'Ain sont méconnaissables. Les premiers affluents que sont la Serpentine, la Saine et la Lemme sont également touchés. En particulier la Saine d'ailleurs dans un état lamentable. Tous les fonds sont brun foncé. Les galets ne respirent plus.

Tout cela est apparu vraiment très vite. Il y a encore 15 jours, lorsque j'ai participé au tournage TV pour Seasons, la rivière était magnifique. Les fonds superbes et je n'avais eu aucun signalement de poisson mort ou malade. Bref, le moral était au beau fixe. Et puis, il a fallut seulement quelques jours de soleil et de chaleur pour que les algues brunes envahissent d'heures en heures les fonds de la rivière d'Ain. C'est incroyable à la vitesse où cela évolue. On est passé d'une rivière splendide à un truc bien moche. Bien sûr, cela coïncide avec la fin des épandages. Oui, le comté est l’emblème de notre région mais à quel prix ? Combien de rivières vont subir l'envers du décor de la production laitière ? Toutes, certainement. La pêche et les pêcheurs ne font pas le poids contre cette économie et le monde agricole, c'est évident. Le seul espoir, et c'est certainement utopique de penser cela, c'est que les truites, au fil des générations, "s'habituent" à ce bouillon de substances et renforcent leurs défenses immunitaires naturelles. Bref, autant croire au père Noël...

La haute rivière d'Ain fin avril, y'a pas comme un soucis ? (merci Sébastien)

Comme les dernières années, c'est les gros poissons souvent au-delà des 45 centimètres qui trépassent en majorité. Rien que ce week-end, on m'a signalé de nombreux cas. Merci aux personnes qui m'ont fait passer les informations.

- 2 truites mycosées trouvées mortes sur Sirod (merci Andy).

- 3 poissons mycosés agonisants sur Crotenay amont (merci Guillaume).

- 1 truite morte (photo ci-dessous) de 54 cm trouvée sur l'aval de Crotenay (merci Bernard).

- 1 truite retirée de l'eau de 55 cm (photo ci-dessous) à Montigny (merci Gilles).

- 1 truite trouvée morte à Villard sur Ain (merci Gaël).

- J'ai moi-même vu une truite agonisante d'environ 50 cm mycosée sur Pont-du-Navoy.

C'est uniquement des signalements du WE. Je pense que c'est juste le début et que l'on va en voir pas mal dans les jours qui viennent malheureusement. J'ai plusieurs sentiments qui se mêlent au final entre dégout, désespoir, espoir, colère...

Oui, car j'ai malgré tout ça encore envie d'y croire. J'ai aussi vu des truites de l'année, de l'an passé et des poissons de 2 ans. Mais j'avoue que c'est bien triste de pêcher une rivière dans un tel état. On en vient à se poser des questions...Sans oublier que l'on est pêcheur.

Je sais très bien que par mes actions (Blog, Seasons, livre, etc...) je fais parti des acteurs pour la promotion du tourisme pêche sur la rivière d'Ain. J'ai toujours essayé d'être honnête vis à vis de mes lecteurs. Donner envie aux gens de venir dans notre région mais sans leur mentir. Oui, à ce jour, la population de truites sur la haute rivière d'Ain reste acceptable et d'un point de vue personnel, je pense que l'on peut continuer à pratiquer la pêche de loisir. Par contre, il devient inacceptable de continuer à prélever les truites adultes au vu des mortalités dans cette classe d'âge depuis 3 ans. J'évoquerai ce point au prochain C.A de fédération sans illusion malheureusement.

Dans le cas où vous pêchez pour remettre ensuite votre poisson à l'eau et au vu de la fragilité de certains individus, faites le de la meilleure des façons possibles. Décrochez votre poisson dans l'eau et relâchez-le vite sans le sortir de son élément tout en évitant des manipulations excessives. Si vous pêchez sans ardillon, on n'a pas besoin de toucher le poisson normalement. C'est le mieux pour lui.

A suivre...

vendredi 30 mars 2018

Lagune du village : 3ème audience.

La suite de cette procédure toujoues en cours...

Lire la suite »

mercredi 7 mars 2018

Pollution massive au lisier à Longchaumois sur la Bienne.

La Bienne n'avait pas besoin de ça...

Lire la suite »

jeudi 16 novembre 2017

Pollution meurtrière sur le Dadon (74)

Le vendredi 3 novembre dernier, alors que je pêchais tranquillement le réservoir de Rumilly (74) en compagnie de mon fils, il se jouait non loin de là un terrible évènement. Le Dadon, affluent du Chéran, était de nouveau assassiné. Un millier de poissons morts. Une catastrophe écologique avec précédent. Car oui, cet affluent subit beaucoup trop régulièrement des agressions de ce type. La nocivité de la pollution était telle que les poissons se jetaient sur les berges pour échapper au poison.

A découvrir dans le reportage ci-dessous.

Pollution rivière Rumilly