Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Crotenay

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 14 mai 2021

La crue, si bienfaitrice que ça pour la rivière d'Ain ?

C'est bien souvent notre premier sentiment lorsque le niveaux des rivières s'élève...Nous sommes heureux de voir la rivière pleine d'eau, moi le premier. Qui plus est après une très longue période où les intempéries auront été rares et avant un été qui s'annonce à l'image des précédents, sec et très chaud.

Ce que l'on imagine moins, c'est ce qu'on pourrait appeler l'envers du décors de la crue. Tout ce qu'il se passe durant ces un ou deux jours de fortes pluies mêlés à la montée des eaux. Tous les dysfonctionnements que la rivière subit accompagnés par les actes de personnes bien mal attentionnées. Le week-end dernier et ce début de semaine, il y a deux vagues de pluie dont une très forte ce lundi. 60 à 70mm dans la journée selon sa localisation autour de chez moi. Pas grand chose pour certaines régions, un record pour le mois de Mai sur une journée chez moi. Ce n'est donc pas anodin.

Je vous le donne en mille, c'est le jour choisi par un agriculteur de la région pour faire plusieurs voyages entre sa fosse à lisier et ses parcelles...Dont une en dévers à moins de 100 mètres de la rivière d'Ain...Alors une fois de plus, j'entends bien le monde agricole qui crie à l'agribashing, je les entends me répéter qu'ils suivent déjà un cahier des charges Comté très strict, oui, je l'entends bien. Et puis il y a aussi les actes, il y a ce que l'on voit sur le terrain. Alors, je ne sais pas si c'est illégal ou non d'agir ainsi. Mais je sais qu'épandre sur plusieurs voyages d'immenses quantités de lisier sous une pluie record aussi près d'un cours d'eau est immoral et ce au minimum. J'en avais mal au ventre. D’autant plus lorsque l'on voit le résultat en fin de journée. Quasiment plus une seule trace de lisier, uniquement le passage du véhicule. Tout a été lessivé en un temps record et de façon instantanée. Tout est parti à la rivière d'Ain...

La rivière se trouve en bout de champ.

La rivière d'Ain ne supporte pas malheureusement que ce genres d'actions durant la crue. Il y a aussi tous les dysfonctionnements de nos structures d'assainissements. C'est terrible à quel point la rivière doit absorber toutes "ces merdes" en si peu de temps ! On peut trouver des poissons malades une fois que le niveau baissera de nouveau, c'est tout sauf étonnant !

Ici, c'est la lagune de mon village qui sature complètement avec une arrivée d'eau claire bien trop importante. De grosses erreurs de branchement de réseau au départ et voilà le résultat. Des années que notre AAPPMA le dénonce. Nous avons été même reboutés au tribunal devant la communauté de communes et Véolia. Pourtant, il me semble que les images sont parlantes mais le jugement a dit le contraire ! Les dernières rumeurs parlent d'une nouvelle étude visant l'arrivée d'eau claire qui gène le bon fonctionnement de la lagune...Ou même un projet de stopper cette lagune et relier les rejets de notre village à la STEP de Montigny...Une façon de donner raison à notre AAPPMA hors tribunal finalement. Quoi qu'il se passe, nous souhaitons juste que les choses fonctionnement bien. Car aujourd'hui et depuis de trop nombreuses années, c'est uniquement la rivière qui en subit les conséquences et accesoirement les villageois qui paient une taxe d'assainissement pour un service non rendu.

Tout déborde et part un peu partout. Les images sans les odeurs, c'est mieux pour vous amis lecteurs !

Il y a aussi durant les coups d'eau tous ces points noirs qui existent depuis des décennies sans qu'il n'y ait eu aucune action. Ce n'est pourtant pas faute de le dire, de le répéter, de le dénoncer. J'ai entendu parler d'un gros investissement en matière d'assainissement sur la commune de Champagnole. J'espère sincèrement que c'est vrai et que ces zones qui datent d'un autre temps avec de l’égout en direct dans la rivière disparaissent une bonne fois pour toutes.

Je souhaite à tous les baigneurs qui vont envahir nos gravières dès les premiers rayons de soleil du bon temps. N'oubliez pas la douche en rentrant chez vous et surtout, frottez fort !

dimanche 23 février 2020

Travaux, No-Kill, sentinelles...Le bien-être de la rivière d'Ain est notre priorité.

Vendredi soir s'est déroulée notre assemblée générale. Très heureux car pour notre petite AAPPMA d'à peine 130 sociétaires, avoir 23 présents donne du baume au cœur. Sincèrement. Merci à tous d'être venus parfois de loin.

Un petit verre de l'amitié avant de se quitter.

Nous avons perdu une quinzaine de cartes par rapport à 2018. Pas grave. Merci aux 8 femmes qui nous ont fait confiance. On aimerait un peu plus de jeunesse mais nous sommes conscients d'avoir un parcours assez compliqué pour débuter. L'équation n'est pas simple.

Le grand motif de satisfaction de 2019 fut l'aboutissement d'un enquête suite à un évènement qui s’est déroulé durant le mois de mai dernier. Une situation dont j’ai été le témoin direct et que j’ai dénoncé auprès de la fédération qui a fait le relai auprès de l’AFB. À l'aide de mes photos et vidéos, une enquête a été menée. J’ai les résultats depuis quelques semaines mais avant de vous en parler, je voulais tout d’abord en faire le compte-rendu à l’assemblée générale de notre AAPPMA. C’est chose faite.

Pour souvenir, j’ai été témoin d’une baisse brutale du niveau de la rivière d’Ain entre Crotenay et Pont-du-Navoy alors que j’étais à la pêche. Ce n’était pas la première fois que j’étais témoin de cela. En 2018, je l’avais vu aussi et signalé. Pour la baisse de niveau de mai 2019, j’ai fait de nombreuses images que j’ai mis en ligne. Une enquête de l'AFB a débuté à partir de celles-ci.

Sur la berge en face, on voit une baisse de niveau de près de 30 centimètres.

Tout d’abord, je dois faire mes plus plates excuses au propriétaire du barrage de Pont-du-Navoy qui était le coupable évident d’après moi. Je ne me suis pas gêné pour le pointer du doigt d’ailleurs dans mes articles de l’époque. Il se trouve que cet ouvrage n’y est pour rien.

En réalité, l’enquête menée par un agent de l’AFB a démontré que c’est l’ouvrage de Bourg de Sirod situé plus en amont qui est le responsable de ces variations de niveau en plein étiage. Ce barrage est géré par EDF. Alors nous sommes loin des marnages provoqués par les barrages sur la basse rivière d'Ain qui eux vont finir par anéantir la faune de la rivière, mais c’est quand même non négligeable.

La micro-faune de cette gravière s'est retrouvée au sec en quelques minutes.

La variation a été visible sur plusieurs dizaines de centimètres et ce en plein étiage. Je me dois de conserver confidentiel le PV que l’on m’a fait suivre, mais l’enquête a bien mis en évidence un défaut de gestion de l’automate commandant les turbines du barrage. Cela se produisait durant un certain débit de rivière.    

Aujourd’hui, les réglages de l’automate ont été modifiés. Le responsable du site a admis les dysfonctionnements. On est donc en droit d’espérer que cela ne se reproduira plus. D'autant plus que c'est une contravention de la 5ème classe et qu'un avertissement a été transmis au Procureur de la république auprès du tribunal de grande instance de Lons-le-Saunier.

Au-delà de tout ça, cette procédure rondement menée par l’AFB a permis de bien informer le personnel du barrage des conséquences de ces dysfonctionnements sur le milieu naturel. Il est probable que les personnels en place n'en avaient pas conscience.

Quand on parle des pêcheurs comme premières sentinelles des rivières, cet exemple en est la preuve ! Nous sommes les premiers témoins et notre devoir est de dénoncer tous les maux qui touchent nos cours d’eau. Si parfois vous avez l’impression de le faire dans le vide, sentiment que j’ai régulièrement, il faut continuer encore et encore, car parfois, comme ici, on arrive à un résultat qui semble positif…Bien que je vais rester sur mes gardes. Ne soyez pas que des consommateurs, soyez vigilants et faites remonter ce dont vous êtes témoins. Merci.

Dans les autres sujets évoqués, nous avons parlé des travaux comme des plantations de saules pour retenir certaines parties de berges ainsi que le câblage d'arbre à la berge pour créer des habitats.

Notre Seb en plein boulot ! Merci les copains, sans vous, rien de serait possible !

 

Nous sommes très heureux aussi d'avoir finaliser notre volonté de protéger 100% du linéaire de notre parcours. Les derniers 400 mètres avals le seront désormais. Les truites sauvages sont bien trop rares de nos jours pour finir la nuque fracassée.

Denis toujours là !

Merci infiniment à tous les membres de notre AAPPMA, car si c'est moi qui communique, nous sommes une vraie et belle équipe. C'est tous ensemble que nous arrivons à faire un peu pour la rivière. Continuons !

dimanche 14 avril 2019

La rivière d'Ain pas épargnée par les algues brunes.

C'est un peu la tradition maintenant...Comme un jour férié ou une date anniversaire...Mais en beaucoup moins joyeux pour le coup. Les algues brunes sont de retour sur la rivière d'Ain. Les épandages de lisier ayant débutés il y a quelques semaines un peu partout dans le département, la fonte du dernier manteau neigeux nous a offert sa dose de lisier pour l'année. La rivière d'Ain était encore magnifique il y a moins d'une semaine. Des fonds vraiment nickel. Comme d'ailleurs à chaque fois à la sortie de l'hiver. Avec donc la dernière fonte massive de neige, la rivière est montée, elle s'est chargée de cette eau glaciale venue du haut Jura et du plateau de Nozeroy. Mais attention, elle n'était pas seule cette neige fondue...En quelques jours, cela a fait son petit effet sur le fond de la rivière...Les gravières sont passées d'une couleur blanche/sable immaculé à marron/noire gluant. Incroyable cette efficacité dans la crasse et le poison !

Avant le coup d'eau, un fond de rivière comme il devrait être tout le temps !

C'était beau non ?

A partir de vendredi dernier, la transformation...radicale !

Mais pas surpris puisque c'est tous les ans. Puisque rien n'est fait pour que ça change. Bien au contraire, l'intensité augmente d'années en années. Maintenant, il suffit d'attendre les conséquences...Ha ben justement, dès le lendemain, soit samedi matin 11heures, j'ai filmé ma première truite mycosée sur Pont-du-Navoy. Quelle coïncidence non ??? Dingue quand même ! Moi, ça me rends fou furieux, j'ai le ventre qui se tord dans tous les sens bordel. Mais que font nos instances ? Celles de la pêche, des services de l'état, nos élus ??? Ho, on ne va pas laisser faire ça encore des lustres non ? En fait, vous attendez peinard que tout crève et comme ça, plus personne ne vous embêtera, c'est ça ? Mais il n'y a pas d'agriculteurs qui soient aussi amoureux de nos rivières et qui se rendent compte du massacre ? Ce n'est pas possible de laisser perdurer une telle situation...Il doit y avoir forcément des solutions pour faire autrement non ?

Pensez à mettre en HD pour apprécier ce triste spectacle.

Le constat de tout ça, c'est quoi dans le département du Jura ?

  • Échec total sur les pollutions domestiques avec des défaites récurrentes dans les tribunaux et une incapacité évidente à faire entendre raison aux instances dirigeantes.
  • Échec total sur les pollutions agricoles avec des poussées d'algues brunes de plus en plus virulentes tous les ans.
  • Chouette, zéro pointé sur toute la ligne. Il y en a qui doivent trouver le temps long durant leur journée de travail avec de tels résultats.

Par contre, on sait nous dire encore avec un sourire en coin que le No Kill ne sert à rien...On nous prends toujours pour des barjots nous qui nous battons pour que cela soit obligatoire sur toute la rivière d'Ain...On nous accuse même ici et là de créer des clivages entre pêcheurs à force d'être comme ça. Ben voyons, c'est qui les barjots dans cette histoire vous croyez ? Ceux qui pensent cela ou ceux qui prélèvent toujours dans cette ressource à la limite de l'extinction ? Il n'y a que ce paramètre sur lequel on peut influer aujourd'hui, tous les autres sont des échecs à répétitions, pire, ces nuisances augmentent et ne cesseront pas demain, on le sait tous ! Alors ce n'est pas compliqué, actionnez le seul bouton qui peut l'être ! Et vite !

mercredi 3 avril 2019

Acheter ses mouches directement chez l'artisan.

Ce court billet pour informer la clientèle de mon Fly Shop qu'il est aussi possible de venir chercher ses mouches et ses bas de ligne directement à la maison. Effectivement, mon atelier est chez moi. Il vous sera donc possible de le visiter à cette occasion.

Bien entendu, il faudra convenir ensemble d'un rendez-vous au préalable. Une belle idée d'étape lors de votre séjour de pêche dans la région.

Mon atelier de montage.

Quelques photos de clients et amis pour illustrer cet article...

Thomas avec une truite magnifique prise entre autre avec un bas de ligne du Fly Shop.

Truite Croate prise par Niko avec une cuivre !

Truite du Sud-Ouest prise par Jérémy avec un bas de ligne du Fly Shop.

Jurassienne prise par mes soins avec une cuivre référence 12TC-16

dimanche 10 mars 2019

On a parlé no kill aux informations.

C'est la principale raison qui m'a fait accepter ce reportage. Parce qu'un jour d'ouverture, je vous avoue que je préfère rester tranquille autour du feu avec les copains. Mais là, comment ne pas sauter sur l'occasion afin de communiquer sur le pourquoi du no kill sur l'ensemble de notre parcours. Nous avons un parcours en no kill depuis une petite dizaine d'années. Celui-ci devait faire 500 mètres environ. Depuis l'an passé, nous avons passé tout le linéaire possible en no kill, soit 2.5 kilomètres. Il était important pour moi d'expliquer à un public plus large pourquoi. La raison est très simple, nous n'avaon pas fait cela par envie, pas pour embêter une catégorie de pêcheur, encore moins par philosophie mais tout simplement parce que nous n'avons plus le choix !

Merci aux deux journalistes de France3 très sympas.

Dans l'édition TV du midi de ce journal télévisé visible en replay quelques jours, j'ai même dit que dans l'absolu, je serais le premier à être heureux de faire manger des truites de la rivière tous les dimanche à ma famille, mais que justement, la rivière n'avait plus les ressources pour ce genre de pratique. Que si nous voulions que nos jeunes pêcheurs profitent des truites sauvages, il fallait obligatoirement remettre à l'eau nos poissons aujourd'hui.

Louis et Thibaut en interview.

J'avais "convoqué" 2 de nos jeunes, Louis et Thibaut. Je trouve que c'est nettement plus sympa de voir des jeunes pêcheurs à la TV que des anciens. Dans l'édition du soir de ce même journal (sujet visible dans la vidéo ci-dessous), Thibaut répond au journaliste. Vous verrez dans cette vidéo une première partie tournée sur l'AAPPMA de Champagnole que je vous laisse découvrir également...Chacun avec un discours différent. Le principal à mes yeux reste que les derniers poissons sauvages de la rivière d'Ain soit protégés.

- page 1 de 18