Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

vendredi 26 février 2021

J'en ai très envie !

J’ai vraiment très envie de retrouver les berges de la haute rivière d’Ain avec ma canne à mouche entre les mains. La situation sanitaire que nous vivons depuis un an en est certainement responsable, mais je crois en avoir encore plus envie que toutes ces dernières années. Mes balades automnales et hivernales ne m’ont pas rassasié cette année comme cela pouvait être le cas auparavant. Je suis, en plus d’être un amoureux inconditionnel du monde rivière, un pêcheur. En tant que tel, je suis impatient de renouer avec toutes ces sensations qui renaissent en moi lorsque je foule mes linéaires préférés dans l'idée de capturer une truite. Tous ces moments d’observations, d’affûts, de rêveries et de lâcher-prise me manquent terriblement. Je sais que je vais retrouver une rivière pas au mieux de sa forme avec une densité de truites sauvages au plus bas, mais sincèrement, là, maintenant, tout de suite, je n’ai pas envie d’y penser. Non, j’ai avant tout vraiment très envie d’aller à la pêche sans penser à autre chose.

J’ai vraiment très envie de sentir de nouveau toutes ces odeurs printanières qui accompagnent les premières semaines de la saison de pêche. Être au plus près de la nature lorsqu’elle va se réveiller de toutes parts en profitant en tant que témoin privilégié de toutes ses richesses. Je suis déjà émerveillé à l’idée d’entendre comme tous les ans le coucou pour la première fois. Peut-être que cette année cela arrivera lorsque je serais en train de relâcher une belle truite ou bien lors d’une cueillette improvisée de morilles sur une berge de l’Ain. Retrouver les hirondelles venant s'alimenter d’une éclosion d’éphémères ou bien encore profiter de l’extraordinaire spectacle d’un frai de vairons. Cette période anxiogène que nous vivons me fait d’autant plus trépigner d’impatience. J’ai vraiment très envie d’aller à la pêche sans penser à autre chose.

J’ai vraiment très envie de sentir à travers ma peau la douceur du liège de ma poignée. De faire plier le carbone de ma canne à mouche pour renouer avec la joie de leurrer un poisson sauvage. Entendre les nœuds du bas ligne passer dans les anneaux…Ces truites zébrées que j’aime tant et qui deviennent si rares...Dans quelques jours, je pourrais enfin en profiter de nouveau. Je pourrais enfin me mesurer à ce qui se fait de mieux à mes yeux en termes de malice en eau douce. Repérer un poisson, se positionner, lancer sa nymphe dans le bon timing, voir ce poisson s’en saisir, ferrer et combattre. Cette fermeture m’a semblé la plus longue que j’ai jamais vécu. J’ai vraiment très envie d’aller à la pêche sans penser à autre chose.

J’ai vraiment très envie de prendre avant même un poisson du plaisir ! Il y a tellement de possibilités de prendre du plaisir à la pêche. Avec les yeux, avec les oreilles ou encore grâce à notre odorat. Et puis il y a les amis, les casse-croutes, les interminables histoires que l’on se raconte sur le parking en rangeant nos affaires. Il y a aussi parfois ces rencontres fortuites avec un animal sauvage qui restent gravées dans nos mémoires. Il y a pour moi, ces grands moments de solitude loin de tout dont j’ai besoin dans mon équilibre en tant qu’homme. Prendre à la pêche ne se résume pas qu’au poisson, non, il y a bien d’autres options dont on profite tous. J’ai vraiment très envie d’aller à la pêche sans penser à autre chose.

J’ai vraiment très envie d’aller à la pêche et je ne pense pas être le seul. Alors au moins pour quelques semaines, pour quelques jours ou même quelques heures, je vous souhaite de prendre énormément de plaisir. Pêcher et ne penser à rien d’autre, que pêcher ! 

dimanche 21 février 2021

Tout est prêt pour le jour J !

Si vous suivez ce blog depuis quelques années, vous savez que le jour de l'ouverture est très important pour nous. Et ce n'est pas le fait de retrouver les poissons qui donne à ce jour un parfum bien particulier, mais celui de retrouver les copains autour du feu de l'ouverture ! C'est véritablement un moment à part qui marque le début de saison.

La parcelle où nous avons établi notre camp de base nous appartient. Nous sommes donc libre d'aménager comme bon nous semble. Tous les ans, une crue hivernale tente de nous déstabiliser en cassant tout sur son passage. C'est sans compter sur la bonne humeur des copains pour remettre de l'ordre.

La crue dévastatrice a eu lieu il y a quelques semaines à peine. La quasi totalité des bancs a été détruite. Il fallait remédier à cela. Nous en avons profité pour câbler un épicéa qui a été déraciné. Celui-ci restera ainsi le long de la berge afin de conserver cet abri de choix pour les poissons encore présents. Merci aux copains pour leur travail formidable. Mention spéciale également à Sébastien qui a rempli de nombreux sacs poubelle de déchets en tout genre lors de ses balades depuis la décrue.

Denis et Sébastien au milieu des copeaux !

Louis à l’écorçage.

Câblage de l'épicéa.

Travaux terminés ! On va être bien là !

Testé et approuvé par des spécialistes !

jeudi 18 février 2021

Vidéo : Le Doubs Franco-Suisse en crue.

Voici une vidéo très bien réalisée. Il s'agit là d'expliquer par l'image le déroulement d'une crue sur le parcours du Doubs Franco-Suisse. Effectivement, avec les ouvrages artificiels de la rivière, la crue se fait par étapes. Patrice Malavaux nous explique très bien cela avec en prime des images sur quasiment tout le linéaire. J'ai pris beaucoup de plaisir à visionner ces images. Merci Patrice.

Bon visionnage.

dimanche 14 février 2021

Nouvelle saison, nouvel ensemble.

Cette saison 2021 sera pour moi l'occasion de découvrir une nouvelle grande marque du monde de la pêche à la mouche. J'ai l'opportunité cette année de pêcher avec du matériel Orvis. Pour la petite histoire, Orvis est une des plus grandes marques américaines de la planète "pêche mouche". Charles F. Orvis a créé l’entreprise en 1856 dans le Vermont. La marque appartient à la Famille Perkins depuis 1965. Une grande part des produits sont encore conçus et fabriqués aux USA, comme l'ensemble que je vais vous présenter aujourd'hui et qui va m'accompagner dans les semaines à venir. 

  • Canne Orvis Hélios 3F

Cette canne que j'ai testé à ce jour uniquement sur l'herbe me parait être un outil d'une précision assez incroyable. Dans mes distances de pêche de prédilections, c'est à dire entre 6 et 12 mètres, elle parait parfaite pour poser ma mouche ou ma nymphe exactement là où je le souhaite. C'est évidemment un très bon début. Mais pour valider une canne, vis à vis de mes besoins personnels, la tenue au poisson sera primordiale. J'attends donc de voir tout ça avec quelques sorties au compteur afin d'avoir un ressenti plus complet sur cette canne à mouche.

Néanmoins, je peux d'ors et déjà faire un retour sur le visuel. J'ai été très agréablement surpris par la forme de la poignée et surtout, par la qualité du liège. J'en ai rarement vu d'aussi compact. À la prise en main, c'est un vrai confort. Le porte-moulinet, lui aussi fabriqué aux USA, est sobre tout en étant très bien pensé. J'aime beaucoup. Les ligatures sont elles aussi superbes avec un effet de transparence très réussi. J'ai hâte de faire plier le carbone de cette canne fabriquée sur le sol américain.

  • Blank noir mat.
  • Porte-moulinet aluminium anodisé noir avec insert carbone.
  • Anneaux serpentiformes REC Recoil.
  • Anneaux de départs striping SiC / titane.
  • Tube de transport en aluminium.
  • Etui tissu microfibres compartimenté
  • Fabriquée aux USA

  • Moulinet Orvis Mirage LT

Le moulinet Mirage LT est de ce que j'ai pu en voir, le parfait partenaire de la canne Hélios. Lui aussi fabriqué sur le sol américain, c'est un outil parfaitement bien réalisé. Suite à mes essais derrière la maison, le frein parait vraiment très précis avec plusieurs possibilités de réglages entre 2 Ø de nylon. La couleur olive est sympa, cela me change du traditionnel noir. À voir après quelques poissons pour avoir un ressenti plus complet. Pour information, j'ai pris le Mirage LT II. Il est donné pour soie de 3 à 5 pour un poids de 120 grammes et 8.70 centimètres de Ø.

  • Aluminium 6061 T6 solide et léger.
  • Anodisation de type II.
  • Bobine à changement rapide.
  • Convertiondroitier : gaucher facile.
  • Disponible en 4 tailles différentes.
  • Fabriqué aux USA.

  • Soie Orvis Pro Trout

Cette soie est présentée avec un nouveau revêtement qui doit permettre une glisse optimum sur la durée. Les sensations sur herbe sont là, il reste à voir tout cela au bord de l'eau. Pour avoir un ressenti complet, il faudra une saison complète pour voir si effectivement, cette glisse exceptionnelle dure dans le temps comme annoncée.

  • Le traitement AST Plus offre une glisse continue grâce aux agents de glisse incorporés dans la matière et qui migrent continuellement vers la surface de la ligne. Ce traitement dure plus longtemps et offre huit fois plus de glisse que tout autre additif disponible pour une flottaison améliorée et des performances ultimes au lancer.
  • Toutes les lignes PRO ont une longueur de 27m et comprennent trois sections de couleur à 2,4m (pointe furtive), 9,15m (à partir de la pointe furtive), et un taper arrière puis un running line.

mardi 9 février 2021

Prenez votre carte de pêche, merci.

- Ben mon homme, il hésite vraiment à prendre sa carte cette année. En plus, je crois qu’ils ne vont même pas faire de remise par rapport à l’an passé.

- Ha ben pareil pour le mien. C’est clair qu’ils pourraient la faire payer moins chère cette année.

Cette introduction est en fait une conversation que j’ai entendu entre deux collègues féminines lors d’une pause à l’usine. Elles parlaient bien entendu de l’hésitation de leur compagnon. Je suppose qu’ils ne sont pas les seuls à se poser la question. J’en suis même persuadé puisque je le vois sur l’interface administration de notre AAPPMA sur cartedepêche.fr. À la même date, par rapport aux années précédentes, il y a beaucoup moins de pêcheurs qui ont déjà pris leur carte. J’en profite d’ailleurs pour remercier chaleureusement ceux qui nous ont renouveler leur confiance. Je ne sais pas si c’est le cas ailleurs, mais c’est évident chez nous.

Je comprends cette hésitation. Je comprends que certains préfèrent attendre le dernier moment. Confinement ou pas. Couvre-feu. Coup de zèle de notre préfet avec la surenchère d’un arrêté préfectoral interdisant la pêche. Nous sommes à l’abri de rien, c’est un fait.

Malgré ça, une AAPPMA ou si vous préférez une société de pêche est avant tout une association composée de statuts, d’un bureau et membres. Comme toutes associations, son fonctionnement se fait en partie grâce à la cotisation de ses membres.

Si des pêcheurs ici ou là souhaitent un rabais sous peine de ne pas renouveler leur carte de pêche, c’est qu’ils ont zappé un truc essentiel au bon fonctionnement de ce système. On peut aussi pointer du doigt une nouvelle carence en termes de communication. Car de toutes évidences, pour ce contingent de pêcheurs, une carte se résume uniquement à un droit de pêche et rien d’autre. Ce qui dans les faits est totalement faux.

Est-ce qu’en 2020, les locations ou achats de baux de pêche ont vu baisser leurs prix ? Est-ce que les coûts des divers travaux ou études sur les milieux aquatiques ont été réduits ? Est-ce que le salaire des employés de fédération a diminué ? Est-ce que…On pourrait en citer des exemples. La réponse est non à chaque fois. La carte de pêche permet le fonctionnement de tout ce système. Elle n’est pas faite QUE pour vous donner un droit de pêche.

Prendre sa carte de pêche est acte militant. En premier lieu en soutenant l’AAPPMA de votre choix en fonction de vos idées et convictions et dans un deuxième temps, en participant financièrement à la vie associative de notre système global.

Pensez bien à toutes ces associations. Choisissez bien votre AAPPMA et quoi qu’il arrive, prenez votre carte de pêche. Merci.

- page 1 de 317