Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

lundi 20 janvier 2020

Des films français au Rise Festival.

Pour rappel, le RISE-Festival va cette année faire 2 arrêts dans la région. Comme depuis 2 ans, Dijon accueillera une nouvelle séance de projection le Jeudi 12 Mars à 20 heures au cinéma l'Eldorado. La nouveauté 2020 est l'étape de Chalon-sur-Saône qui aura également le plaisir d'avoir une projection le Mercredi 4 Mars à 20 heures au cinéma Axel.

Selon vos disponibilités et votre localisation, impossible de manquer l'évènement ! Cliquez sur le lien suivant pour réserver => Places cinéma Rise 2020

Aujourd'hui, je vous fait découvrir deux nouvelles bandes-annonce. C'est du made in France ! Bon visionnage.

 

samedi 18 janvier 2020

Fini le parcours sauvage de la source de l'Ain ?

Les parcours encore sauvages se font rares, qui plus est sur la rivière d'Ain. Il en est encore un qui reste préservé pourtant. Celui de la source de l'Ain et son aval jusqu'à Conte car son accès est limité. Il faut marcher pour profiter de cette nature encore intacte. Ce lieu est un petit paradis pour les promeneurs déjà nombreux, ceux qui aiment découvrir d'eux mêmes mais aussi pour les pêcheurs. C'est un sujet dont je vous ai déjà parlé mais refait surface ces jours.

Sur ce bout de rivière, les truites sont de tailles bien modestes certes, mais le lieu n'a aucun égal. Il y a aussi la confluence avec la Serpentine sur ce linéaire. Petite rivière qui nous vient du plateau de Nozeroy. Oui, cet endroit, quelle que soit son activité, est paradisiaque. La question est jusqu'à quand ? Car si l'on en croit la presse, la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura a un projet sous le coude. Alors, en tant qu’amoureux des espaces naturels encore "sauvages", cela me gène énormément. Dans un second temps, je me dis que lorsque je me transforme moi-même en touriste, il m'arrive d'utiliser ce genre de chemin pédestre pour découvrir le lieu où je suis. Du coup, on va dire que cela fait un équilibre dans ma réflexion et que j'ai bien du mal à savoir si c'est une bonne chose ou pas.

L'article date de cette semaine.

Et puis, lorsque je vois le budget potentiellement alloué, soit près de 600 000€ et que dans le même temps je connais des problématiques sur cette rivière d'Ain depuis près de 30 ans qui ne sont pas réglés...J'ai un petit pincement au ventre. Il y a par exemple des canalisations non reliées au réseau dans la ville de Champagnole qui se jettent en direct dans le rivière. Des rejets que l'on dénonce depuis plus de 20 ans...Et même plus pour certains.

Voilà, je sais qu'il faut de tout pour faire un monde, mais sincèrement, la rivière d'Ain a nettement plus besoin qu'on prenne soin d'elle à travers sa qualité d'eau plutôt que d'axer nos priorités sur ce genre de projet. Projet qui sera un succès, je n'en doute pas lorsque l'on voit ce qui se passe sur les cascades du Hérisson. Mais auquel cas, encore un linéaire de plus en moins où pratiquer notre passion.

Il y a des élections à venir...Je vous rappelle que la pêche, c'est par exemple l'activité numéro 1 sur une ville comme Champagnole...Et oui, même devant le foot en terme de pratiquants. Et pourtant...Alors sans dire de pousser les élus actuels dehors, ce n'est pas du tout le but de mon propos, sincèrement. Mais il faut que l'on soit écouté à hauteur de notre pouvoir aux urnes. Il faut communiquer sans doute d'une autre façon afin que nos élus nous entendent, qu'ils nous comprennent...Car aujourd'hui, on est complétement transparents...Et c'est la rivière qui en subit les conséquences...

vendredi 17 janvier 2020

À la découverte du catalogue Mouches de Charette 2020

Loin de moi l'idée de vous détailler les 175 pages du nouveau catalogue de la maison Mouches de Charette, néanmoins, quelques articles ont attiré mon attention comme tous les ans. La gamme est toujours aussi complète. Que cela soit dans le choix des modèles que dans les budgets selon les moyens financiers de chacun.

  • Tout nouveau, tout beau, le waders camou.

C'est une des nouveautés 2020. J'ai quelques collègues amateurs de la partie de cache-cache avec les zébrées qui devraient être attirés par ce nouveau waders. De plus, c'est un trois couches, donc idéal pour les pêches en nymphe à vue par exemple qui demandent parfois de passer autant de temps voir plus sur la berge que dans l'eau. Perso il me tente bien. À voir.

  • La reine de la nymphe au fil.

Encore une nouveauté au catalogue. Les cannes Performer ont été conçues pour la pêche en nymphe au fil et plus globalement pour coller aux techniques dites de compétition. La gamme comprend : 

  • Une 9’4 #3/4 pour la pêche en sèche.
  • Une 9’9 #3/4 pour la pêche tandem sèche/nymphe.
  • Une 10’ #2/3 pour les pêches fines et légère (à partir de 2 nymphes en 2mm tungstène), à courte distance.
  • Une 10’6 #2/3 pour les pêches fines en nymphes légères (à partir de 2 nymphes, une en 2mm et une en 2.3 tungstène), mais polyvalente dans le type de rivières.
  • Une 11’ #2/3 pour les pêches fines en nymphes légères (à partir de 2 nymphes en 2.3 mm tungstène), dans des rivières à longues dérives.
  • Une 11’ #3/4 pour les pêches un peu plus lourdes (à partir de 2 nymphes en 2.5mm tungstène), dans des rivières à longues dérives.

Vous l'aurez compris, la maison Mouches de Charette a pris soin d'aller au bout des choses. Vous trouverez également sur ces cannes un système d'équilibrage par masselottes vis à vis de votre propre combo canne/moulinet afin d'optimiser l'ensemble.

De plus, cette gamme se positionne dans un budget intermédiaire à ce qui existe. Nul doute que ces cannes vont remporter un très grand succès.

  • Des boites de mouches plutôt sympas.

Au catalogue 2020, vous trouverez également un ensemble de boites de mouches flottantes décorées à l'aide des dessins de Mr Charles Gaidy. Magnifiques !

  • Une nouvelle soie.

Peu de chose à vous dire sur cette nouvelle soie si ce n'est que je vais sans doute l'essayer cette saison. Les personnes qui l'ont testé l'année dernière m'en ont dit que du bien. Donc à voir...retour sur utilisation plus tard.

  • Nouvelle gamme Hunt's.

Nouvelle gamme de produits pour aider à la flottaison de vos mouches ou encore pour dégraisser vos bas de ligne. Très bien placée niveau prix. À découvrir lors de cette nouvelle saison.

lundi 13 janvier 2020

Mes bas de ligne vus par mes clients.

Que de questions, que d'écrits, que de discussions au sujet de ces bas de ligne. J'ai du lire et entendre des dizaines de "recettes" différentes. Les secrets ont toujours fait causer, c'est ainsi. Mais au final, je n'ai jamais lu ou entendu une manière de faire qui correspond à ce que je fais aujourd'hui.

Mais je pense que le mieux est encore de laisser la parole aux personnes qui utilisent ces bas de ligne depuis quelques années. Leur retour sera forcément plus objectif que le mien qui pêche avec depuis une trentaine d'années. Je leur ai posé à tous cette même question : pour quelle(s) raison(s) utilises-tu mes bas de ligne ?

Thomas, guide de pêche dans les Pyrénées.

Avant toute chose, je recherche du matériel fiable...Tes bas de ligne n'ont aucune mémoire, et leur élasticité m'ont permis de pouvoir jouer avec des poissons de belles tailles avec des pointes assez fines. Franchement, tu te sens serein quand tu combats le poisson !!

Romain, fan de nymphe à vue.

Mon histoire d’amour avec les bas de lignes cuits a commencé en 2012 lors de mon séjour avec Abdoul en NZ :

Nous ne nous arrêtions que sur des poissons à partir de 3 KG...Que nous pêchions souvent en bordure de courants puissants. Les combats étaient longs...Rudes...Et j’avais beaucoup de décrochés après plusieurs minutes de combat. Après environ 2 semaines et demie de ce régime, nous repérons une belle truite qui correspondait à nos critères. N’ayant pas ma canne à portée de main, Abdoul me tend la sienne. Dès le poisson piqué, je sentais que les coups de gueules étaient beaucoup mieux amortis. Avec plus d’amplitude, moins de brutalité. Cela "tapait " beaucoup moins dans la canne. Le bougre utilisait des bas de ligne cuits ;-) Intrigué, je lui en ai demandé un. Que j’ai ” bricolé ” à ma sauce pour qu’il ait les mensurations du mien. Les résultats sur la deuxième partie du voyage furent édifiants, 2/3 de décrochés en moins ! Dès mon retour, n’ayant pas les connaissances (et l’envie) de jouer à l’apprenti sorcier, je m'adressai à Nicolas Germain qui me les fabriqua avec les longueurs que je lui avait transmises. Depuis, ils font partie intégrante de mon ”équilibre” de pêche. Ils permettent de pêcher plus fin les poissons (qu’ils soient petits ou plus gros) et autorisent (un peu) plus d’erreur (notamment lors de départ surprise) l’absence de mémoire est aussi un grand ++. Je leur dois également plusieurs Marmoratas de plus de 6 KG en 15 centièmes. Il est clair que j’aurai eu beaucoup moins de succès avec des bas de lignes dits ”conventionnels”.

Nico, le barroudeur.

J’utilise tes bas de ligne principalement pour l’élasticité du Nylon et la résistance dans le temps ! Ils me permettent de moins casser au ferrage (mon défaut il y a quelques années) et de maitriser des combats en pouvant brider bien plus fort sur des gros poissons, surtout sur des rivières bien encombrées comme je pêche en ce moment.

Omar, le nympheur bourguignon.

J'utilise ton bas de ligne depuis 2007, 13 ans déjà et je n'utilise que celui-ci, en général un bas de ligne me fait 3 saisons selon les prises de l'année truites, ombres, barbeaux, chesvenes, carpes. Sa résistance et son élasticité mon convaincu au fil des années. Je n'ai jamais été déçu. Le fait de sa couleur rouge m'aide beaucoup quand les eaux sont teintées pour pêcher au fil. Pour moi, ce bas de ligne a fait ses preuves sur les plus grosses truites que j'ai pu prendre en Bourgogne Franche-Comté. Je repars sur une nouvelle saison 2020 avec ce bas de ligne. 

Jean-Marie, le moucheur à tout faire.

Perso, pour pêcher les carpes dans des endroits encombrés c'est presque un indispensable pour moi car l'effet élasticité permet de bloquer totalement le moulin tout en gardant de la souplesse pour la forcer à faire demi-tour. Je donne une grande part des réussites rien qu'aux bas de ligne dans ces conditions !
Pour les truites, l'effet est le même mais le plus gros avantage pour moi, c'est sur les ferrages sur des diamètres fins ! Parce qu'avant de l'utiliser, ferrer sans casser en 10/100 était presque un miracle pour moi ! Et maintenant c'est rare ! (Oui je sais c'est trop fin dans 100% des cas, mais quand c'est très compliqué ça permet de gommer mes énormes erreurs de technique ^^).

Gaël le juracco.

S'il y a quelque chose qui restera dans mes moulinets, c'est bien le bas de ligne rouge, version goût banane (vieilles blagues) ;-)
Pour pleins de raisons: la première n'est pas bonne pour le marché ! Il est indestructible ! Plusieurs saisons sans problèmes pour peu qu'on vérifie les nœuds, quitte à les refaire et changer le dernier brin.

La seconde son absence de mémoire. La troisième, qui est à la limite de l'inconvénient: sa faculté à couler : un peu gênant en sèche, mais intéressant en nymphe.

Et le dernier et le plus intéressant pour moi : Son élasticité à toute épreuve ! Un avantage certain pour amortir les entourloupes des poissons malins et des plus costauds.

Pour l'illustrer une partie de pêche qui restera gravée dans ma mémoire et dont le dénouement (façon de parler) ne tient qu'à ce bdl : Histoire de pêche

vendredi 10 janvier 2020

Une décennie d'apprentissage.

Dans la série d'articles sur la dernière décennie, aujourd'hui une note plus positive. J'ai fait le tour de mes archives photographiques pour vous retracer les dix dernières années où j'ai vu grandir mon fils en tant que pêcheur et en tant qu'homme. Pas simple de choisir une photo par année. Je voulais de plus publier un maximum d'inédites.  

  • 2010

Thibaut a dix ans. Il est encore bien jeune mais il commence à capturer ses premières truites à la rivière. Je suis encore omniprésent derrière lui malgré tout. Son envie d'aller à la pêche est alors immense. Je m'en sers régulièrement auprès de la maman comme excuse pour aller très souvent au bord de l'eau. On a passé des moments formidables.

Encore tout jeune, mais beaucoup d'avenir...À mon avis, il est allé à bonne école.

  • 2011

Thibaut est déjà attiré par toutes les pêches. Tout mon contraire. Je l'encourage en ce sens. Et même avec un plâtre et des béquilles, rien ne l'empêche d'aller tenter les black-bass à la mouche sur un petit plan d'eau !

Motivé le p'tiot !

  • 2012

Les progrès sont gigantesques d'une saison sur l'autre. À 12 ans, il prend des poissons seul et sur des parcours très difficiles. Il reste à l'écoute. J'en profite aussi pour lui faire rencontrer de nombreux amis pour qu'ils puissent pêcher avec d'autres personnes que moi. Voir autre chose est important à mes yeux pour sa progression.

Ici au Bourg-de-Sirod.

  • 2013

Le gamin grandit. L'adolescent pointe le bout de son nez. Il pêche de plus en plus seul. Sur cette photo, il prend un poisson en sèche, technique qu'il maitrise le moins finalement. La nymphe à vue reste sa technique de prédilection. Thibaut possède d'ailleurs une vue exceptionnelle.

Sur la rivière d'Ain en sèche.

  • 2014

La technique devient plus sûre, les erreurs moins nombreuses bien que toujours présentes. Thibaut prend de l'assurance et le nombre et la taille des truites s'en ressent. Je prends énormément de plaisir à chaque sortie. Je suis un papa heureux !

Relâche d'une belle zébrée.

  • 2015

L'année 2015 est une belle année puisqu'on a la chance de faire un 52 minutes pour la chaîne Seasons. Alors outre le fait de l'expérience, c'est surtout d'avoir de superbes images pour le souvenir. Thibaut pêche vraiment bien à 15 ans. Il touche toujours à tout. Il se sera même essayé au silure cette année-là.

Il enchaine les truites.

  • 2016

16 ans. On pêche de moins en moins les deux. Thibaut profite aussi de tous les autres plaisirs de la vie donc un peu moins de pêche. Malgré ça, nous arrivons à faire quelques sorties dans la saison. Et à chaque fois ou presque, je prends une leçon...Parfois parce que je prends plus de temps à le regarder qu'à pêcher, mais parfois aussi parce qu'il devient meilleur que moi.

Ici en plein combat sur la basse Loue.

  • 2017

17 ans. Thibaut est toujours passionné par la pêche. Hardy lui fait confiance et c'est un plaisir pour lui de représenter une telle marque. Il se découvre également une passion pour la pêche au toc et la carpe à la mouche. Bref, il pêche et s'amuse !

En train de relâcher un ombre à Cademène.

  • 2018

L'année de la majorité. Les sorties communes sont rares mais tellement plaisantes. Et puis dès qu'il fait cavalier seul, je reçois les photos dans la foulée. J'adore aussi quand il vient me raconter ses aventures lorsque je rentre du boulot. Les temps changent mais c'est toujours aussi fort quand on se retrouve au bord de l'eau. On fera cette année-là un nouveau tournage père/fils. Un régal et encore plein de souvenirs de qualité.

Souvenir de tournage Seasons avec David Chaignon.

  • 2019

Cette année Thibaut a pêché de nouveau avec une belle intensité, en particulier à la rivière. Il a pris un grand nombre de truites et des très belles. On s'est vraiment éclaté lors de cette décennie, il me tarde vivre la prochaine à ses côtés !

Son plus beau poisson de l'année.

- page 1 de 296