Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière,la Hte rivière d'Ain.
La page Facebook du magasin la détente à Champagnole

Accès au Fly Shop Carte de pêche fédérale du Jura Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

lundi 20 février 2017

Toute la Loue en No-Kill...Enfin, dans le 25.

L'ARP concernant la pêche en eau douce dans le 25 est sorti. La page 16 et en particulier l'article 17 a évidemment retenu mon attention.

La décision a été prise de mettre 100% du linéaire da la rivière Loue en no-kill afin de préserver les populations. Une vraie décision. Une vraie prise de conscience. Bien entendu, ce n'est pas cela qui rendra la qualité de l'eau meilleure, on est tous d'accord sur ce point. Mais c'est assurément le genre de décision qu'il faut prendre à court terme pour redonner un coup de fouet aux populations encore présentes dans la rivière. Les pêcheurs sont revenus dans la vallée de la Loue en 2016, est-ce qu'enfin la préfecture prend conscience à travers les retours de la fédération de ce potentiel touristique pêche.

Au-delà de cette bonne nouvelle (à mon sens), et vous l'aurez deviné à travers mon titre, cette règlementation s'annule dès lors que la Loue passe dans le Jura. A croire que la moyenne et basse Loue est plus peuplée en truites et en ombres que la haute Loue. J'ai dû louper un épisode. En tant qu'administrateur de la fédération du Jura, j'essaie de convaincre mes collègues de cette situation ridicule et sans argumentaire possible quand on y réfléchit. Ce n'est pas toujours simple.  

Cliquez sur le lien suivant pour lire l'ARP du 25 en entier => ARP Pêche Doubs

Et encore bravo à la Fédération du 25 ainsi qu'à la préfecture pour cette décision.

Balade sur la Loue en décembre avec mon fils.

IMG_0390.JPG

vendredi 17 février 2017

Fiche de montage : Le Tricho UV par Anthony.

A quelques semaines de l'ouverture, Anthony nous propose une nouvelle fiche de montage. Anthony décrit l'action de pêche de son imitation ainsi : nymphe qui coule rapidement et qui imite un trichoptère, à utiliser sans modération.

Placez dans l’étau un hameçon courbe taille 14 sur lequel est enfilée une bille tungstène 2.3. Bloquez ensuite au niveau de la courbure à l’aide d’une soie olive un tinsel plat vert et une mèche de polyfloss doré.

n1.jpg

Enroulez le tinsel en spires jointives jusqu’à la bille.

n2.jpg

Enroulez ensuite le polyfloss en le tournant sur lui-même au préalable.

n3.jpg

Coupez l’excédent, recouvrez le corps de colle UV et donnez un coup de lampe UV pour sécher le vernis.

n4.jpg

Enroulez un dubbing métalique vert et noir entre le corps et la bille. Faites un noeud final, coupez la soie et aérez le dubbing.

n5.jpg

mardi 14 février 2017

Mes premières Morilles Noires de 2017

Pour beaucoup, ce 14 février est la fête des amoureux. Pour moi, et comme je n'ai pas besoin de calendrier pour démontrer l'amour que je porte à ma chérie, cette date restera celle des premières morilles de la saison 2017.

Une après-midi très chaude hier, une nuit sans gelée qui suit, il n'en fallait pas plus pour me décider à aller voir ce qu'il se passait dans le bois. Quel bonheur, toujours le même, tous les ans la même chose à la vision des premières alvéoles bien camouflées dans la mousse. J'ai fait un peu de ménage autour pour prendre la photo.

Alléluia ! La saison est lancée !

morilles2017.jpg

lundi 13 février 2017

Thibaut chez Hardy (1)

Un court billet pour vous informer de la mise en ligne du premier article de mon fils sur le blog du Team Hardy France. Cliquez sur le lien suivant, merci pour lui => Thibaut chez Hardy, article 1.

 

dimanche 12 février 2017

Trailer : Mongolsko - A voir au Rise 2017

Une nouvelle bande-annonce d'un film qui sera visible à Champagnole le 10 mars au cinéma les trois républiques. La vente des places progresse doucement. On vous attend nombreux afin de passer une belle soirée entre passionnés.

Cliquez sur le lien suivant pour réserver vos places dès aujourd'hui => Place de cinéma pour Champagnole.

trailer Mongolsko from Rasto Hatiar on Vimeo.

mercredi 8 février 2017

Julien Lorquet

De retour avec la catégorie interview de ce blog pour mon plus grand plaisir. Je reçois aujourd'hui un pêcheur à la mouche belge. Reconnu dans son pays notamment à travers la compétition, Julien Lorquet l'est un peu moins en France. C'est donc l'occasion pour nous de mieux faire sa connaissance. Bonne lecture à tous. 

Nicolas : Salut Julien. Je suis très content de te recevoir sur mon blog. Peux-tu nous faire une petite présentation s’il te plait pour commencer cette interview.

Julien : Je suis un pêcheur belge, passionné de pêche à la mouche et de nature. J’ai débuté la pêche quand je n’étais encore qu’un enfant, mon papa m’emmenait occasionnellement en étang ou en rivière. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai débuté au coup et aux appâts naturels. Il y a une bonne quinzaine d’année j’ai découvert la pêche à la mouche et ça a été pour moi une révélation ! Un an à peine avoir commencé je me suis mis à la compétition car c’était pour moi la seule façon de progresser rapidement, de plus ça donne une autre dimension à cette discipline. J’ai également la chance d’habiter près de la Hollande qui est le paradis du brochet. Voilà quelques années maintenant que je me suis pris de passion pour cette pêche variée et très addictive ! Quand on prend son premier brochet à la mouche, on a qu’une envie, en reprendre un et encore plus gros ! Je comprends mieux maintenant pourquoi on parle de Pike Addict !

Mon invité avec un beau brochet pris à la mouche.

15283932_10211552399391172_1760449789455795949_n.jpg

Nicolas : C’est la première fois que je reçois un pêcheur belge. Je vais donc en profiter pour mieux faire connaissance avec cette belle contrée. Est-ce que globalement, la Belgique est un pays de pêcheurs ? Y’a-t-il comme en France par exemple, un grand nombre de passionnés ou est-ce-que c’est confidentiel.

Julien : Non c’est loin d’être confidentiel, il y a beaucoup de pêcheurs en Belgique. Bien qu’une grande majorité pêche au coup avec les résultats internationaux qu’on leur connait. La pêche à la mode en ce moment, tout comme en France, c’est la pêche au leurre avec l’avènement du street fishing qui attire de plus en plus de jeunes mais les pêcheurs d’eau vive et notamment  les moucheurs sont tout de même bien représentés.  Nous avons la chance d’avoir de très belles rivières en Wallonie. Nous avons une bonne quantité de rivières pour la plupart bien peuplée en truites et ombres. Nous avons du petit ruisseau à truite à la rivière large à ombres, en passant par les rivières moyennes à pentes rapides. C’est un peu la chance que nous avons, pouvoir pratiquer tous les types de pêches et profils de rivières et tout ça à moins de deux heures les unes des autres.

Nicolas : Et la pêche à la mouche dans tout ça ? On connaît tous le salon de Charleroi. On peut donc penser que les pêcheurs à la mouche belges sont bien représentés.

Julien : Bien qu’il y ait assez bien de pêcheurs à la mouche en Belgique, cette discipline est un peu le parent pauvre. Au niveau fédéral il y a très peu d’action pour mettre en avant cette discipline et préserver les cours d’eaux. Sur les cours d’eau publics nous ne pouvons pas parler d’une véritable gestion halieutique mais plutôt de pillage. Mais encore heureux les mentalités changent, principalement auprès des jeunes pêcheurs qui sont de plus en plus conscients de la fragilité du milieu et de l’or qu’ils ont entre les mains. Par contre sur les secteurs privés, il y a de plus en plus d’action en faveur de la préservation du milieu et mise en avant des techniques de pêches sportives (mouche, toc, leurre,…). Ces sociétés de pêche mettent en place des règlements plus dans l’air du temps, en donnant la possibilité d’acheter des permis Nokill, en créant des parcours Nokill et en limitant le nombre  et les tailles de captures. Et cela porte ses fruits, sur ces rivières on y prend énormément de poissons et prouve qu’il est possible de changer les choses.

Belle truite.

12719615_10209370749611291_4458284089801026595_o.jpg

Nicolas : J’ai le souvenir d’un podium en individuel de mon mentor André Terrier aux championnats du monde en Belgique en 1986. Comme en France, la compétition dans ce domaine est une histoire de longue date dirait-on ?

Julien : Oui absolument, pour un si petit pays nous avons eu la chance d’avoir de très bons pêcheurs et bonnes équipes. Malheureusement, la Belgique traverse une période creuse niveau compétition. Bon nombre de nos pêcheurs ont déserté le championnat de Belgique au profit d’opens nationaux et internationaux. Nous avons beaucoup de compétitions Opens avec un niveau très relevé mais ces pêcheurs ne font pour la plupart pas le championnat de Belgique. Mais depuis quelques années et les efforts du comité pour redynamiser la compétition, le nombre de compétiteurs est en nette augmentation, ce qui augure de belles choses pour le futur.

Julien lors d'une compétition.

286601_2408561939023_1017269393_o.jpg

Nicolas : Tu es toi-même compétiteur. Peux-tu nous éclairer sur tes résultats nationaux et internationaux à ce jour stp.

Julien : J’ai commencé la compétition en 2003 comme junior, c’était plus par curiosité que pour faire un résultat car j’avais commencé la pêche à la mouche seulement l’année précédente. Cette année-là, j’ai terminé 2ème en rivière et depuis lors, je suis devenu mordu de compétition. L’année d’après je me suis inscrit au championnat senior en D2 alors que je n’avais que 15ans et l’année suivante, je montais en D1.  J’adore ce que cela procure, le dépassement de soi et surtout la perpétuelle remise en question, faculté indispensable pour progresser. Au niveau national, j’ai terminé 4 fois champion de Belgique, 5 fois vice-champion et 3 fois 3ème. Au niveau international, j’ai beaucoup voyagé pour les compétitions, j’ai eu la chance de participer à 5 championnats du monde avec l’équipe belge. J’ai de super souvenirs de ces championnats, c’est une aventure humaine et émotionnelle qu’il est difficile de comprendre si on ne l’a pas vécu. La compétition demande beaucoup d’abnégation, et ces sacrifices ont finis par payer. En 2013, j’ai eu la chance d’obtenir une médaille de bronze individuel en Norvège.

1185340_10202004970151408_1281161100_n.jpg

Nicolas : A quelle place est-ce que tu situes la Belgique au niveau mondial ? Peut-elle rattraper son retard sur les nations dominantes ? Dans quels domaines doit-elle le faire ?

Julien : Je ne pense pas que la Belgique ait du retard au niveau technique, nous avons de très bons pêcheurs qui voyagent beaucoup, notamment en Angleterre. Le problème avec la Belgique c’est que nous sommes très peu soutenu par notre fédération et de nombreux pêcheurs ont arrêté le championnat de Belgique pour se consacrer à des compétitions opens, voir juste arrêter la compétition. Après un passage plutôt creux en terme de fréquentation du championnat, voilà quelques années que nous retrouvons une fréquentation correcte, avec cette année la recréation d’une division 2 après plus de 5 ans d’absence. Dans notre championnat nous avons les pêcheurs pour faire une équipe concurrentielle mais il faut savoir qu’en Belgique, la participation à un championnat du monde est presque entièrement à nos frais, ce qui fait vite une somme ! C’est un frein pour beaucoup de monde et notamment pour les jeunes. Voilà pourquoi depuis le dernier bon résultat de la Belgique en 2003, nous n’arrivons plus à construire des équipes avec 5 «bons » pêcheurs. Mais en plus du regain de fréquentation dans notre championnat, cette année nous allons avoir une aide financière de notre fédération, ce qui a permis de sélectionner pour la première fois depuis 2003, une vrai bonne équipe pour les championnats du monde 2017 en Slovaquie.

Podium individuel en Norvège.

1116078_414308955342036_742283571_o.jpg

Nicolas : Dans ton cas personnel, que t’apporte la compétition en tant que pêcheur à la mouche ?   

Julien : La compétition m’a beaucoup apporté. En plus du dépassement personnel qu’elle procure, elle m’a permis de beaucoup voyager et surtout de faire de belles rencontres.

Nicolas : Je t’avoue ne pas connaître les rivières et lacs de ton pays. Je pense que pas mal de mes lecteurs sont dans ce cas. Est-ce que la Belgique possède de nombreuses rivières à truites et à ombres ? Quelles en sont leurs caractéristiques ?

Julien : Comme je l’ai dit précédemment, nous avons de nombreuses rivières riches en salmonidés. En Belgique il y en a pour tous les goûts, tous les types de pêche à la mouche sont possibles. Le pêcheur d’ombre trouvera son bonheur, tout comme le passionné de la pêche de la truite en sèche. Nous avons la chance d’avoir sur la plupart de nos cours d’eau privés, une bonne gestion, pour la majorité une gestion patrimoniale a été mise en place ce qui nous permet d’avoir une bonne population de truites sauvages et sur certains cours d’eau, elles peuvent atteindre des tailles impressionnantes. Nous avons de plus en plus de pêcheurs hollandais, français et allemands qui viennent pêcher chez nous dans les Ardennes.

Rivière belge.

11102931_10207029740687531_7177382163239069142_o.jpg

Nicolas : Tu sais que je suis un grand fan de la pêche en nymphe à vue. Peux-tu pratiquer cette technique chez toi ?

Julien : Nos rivières ne sont pas les plus propices pour la nymphe à vue car le fond des rivières est souvent foncé, donc malgré l’eau claire, il est difficile de repérer les poissons. Quand les conditions de lumières le permettent, il est néanmoins possible de pratiquer cette technique sur certains parcours.

Belle truite, très belle truite même !

13715981_10210248186906675_3450461227815363392_n.jpg

Nicolas : Et toi, quelle est ta technique de prédilection avec une canne à mouche ? Côté poisson, plutôt truite, ou plutôt ombre ?  

Julien : C’est une question difficile car j’aime toute les techniques de pêche à la mouche. La compétition m’oblige à les pratiquer toutes régulièrement, aussi bien en rivière qu’en réservoir. Pour la pêche loisir, je prends du plaisir à toutes les pratiquer et à pêcher tous types de poissons. Mais je dois avouer que j’ai un petit faible pour certaines comme la pêche de l’ombre en sèche ou la nymphe à vue en réservoir.

Poisson exceptionnel.

13906820_10210448060943401_7192841215491772306_n.jpg

Nicolas : D’ailleurs, tu sais un peu tout faire avec une canne à mouche. Tu es également passionné de pêche du brochet. C’est pourtant bien différent non ?

Julien : Oui je suis passionné de cette pêche ! Ce que j’aime dans cette technique c’est qu’elle me permet de faire une coupure dans la saison. Car avec la compétition on est obligé de s’entrainer sans arrêt si on veut rester concurrentiel. Ce qui fait qu’inconsciemment on perd le côté plaisir et détente qu’est censé nous apporter notre passion. Avec la pêche du brochet, je vais à la pêche sans prise de tête et là c’est du 100% bonheur ! La pêche du brochet n’est pas bien différente de la pêche de la truite au streamer si on la pratique de façon « conventionnelle ». Dans mon cas, je dirais que la pêche du brochet telle que je la pratique se rapproche plus de la pêche au leurre. C’est la seule technique dans laquelle je me permets des fantaisies. Si on veut pallier à toutes les situations pour déclencher l’attaque de ce poisson lunatique, il faut parfois ruser en ajoutant des artifices sur sa mouche (rattles, wiggle tail, palette,…).

Le brochet, un poisson qu'adore Julien.

12742530_10208900306850516_6455591629059292592_n.jpg

Nicolas : Côté professionnel, tu as rejoins depuis peu le service commercial des Mouches de Charette. Après une expérience de guide de pêche en Belgique, c’est un nouveau challenge qui s’offre à toi. En partie dans un autre pays qui plus est.

Julien : Oui après une belle année en tant que guide de pêche en Belgique, j’ai eu la chance de rentrer chez mouches de Charrette. Il est certain que ça fait un changement dans mon mode de vie mais c’est un beau challenge et qui plus est de le réaliser avec une équipe aussi sympathique et motivée.

Julien avec la team JMC.

15975079_10211859682466201_4809935885260555724_o.jpg

Nicolas : Cette nouvelle aventure professionnelle va te faire découvrir la France et ses multiples richesses halieutiques. Je suppose que tu as déjà coché quelques rivières sur une carte non ?

Julien : Oui absolument, j’ai déjà repérer de très beaux endroits, je pense que je ne vais pas m’ennuyer cette année. J’ai découvert de belles rivières et plan d’eau juste à côté de la Belgique. Je trouve dommage que ces parcours frontaliers ne sont pas mis en avant car bon nombres de pêcheurs belges ne savent pas qu’il y a de tels bijoux à seulement quelques heures de chez eux.

Nicolas : C’était un souhait de longue date que de vouloir travailler dans le monde de la pêche ou c’est venu par hasard ?

Julien : Depuis que je suis gamin, j’ai toujours voulu travailler dans la pêche mais la difficulté de gagner sa vie juste avec la pêche a fait que j’ai pris une autre direction. J’ai travaillé pendant plusieurs années dans la restauration des cours d’eau et l’étude des milieux aquatiques. C’est ma rencontre avec Herlé Hamon, lors d’un reportage sur les rivières belges pour Seasons qui a été le déclencheur. Surpris du potentiel halieutique belge, il m’a convaincu de me lancer comme guide de pêche en Belgique. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à travailler réellement dans ce domaine.

Tous mes voeux de réussite Julien.

14581495_10211239970140636_1337462511252065883_n.jpg

Nicolas : Pour terminer, raconte-nous un de tes meilleurs souvenirs de pêche, que cela soit avec une truite ou un autre poisson, peu importe.

Julien : Ouf c’est difficile ça ! J’ai tellement de beaux souvenirs de pêche. Que ce soit dans la compétition, en arpentant les cours d’eau de ma région ou les voyages avec les amis ou ma compagne qui est aussi une passionnée de pêche à la mouche. Si je dois en ressortir un c’est peut être mon premier poisson à la mouche en rivière. C’était un ombre pris en sèche sur une red tag, il n’était pas bien gros mais à mes yeux il valait tous les poissons du monde. Un deuxième bon souvenir est mon premier poisson lors de la dernière manche du championnat du monde en Norvège. Je savais que si je prenais un poisson lors de cette manche, j’avais de grandes chances de faire un podium, quand je l’ai pris le temps c’est arrêté et j’ai pleuré de joie. C’est tout ça la pêche et c’est pour ça qu’on l’aime.

Encore un poisson somptueux.

1913349_10203620399136123_1342508497_o.jpg

Nicolas : Merci Julien d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Je te souhaite une pleine réussite pour la suite et je te dis à très bientôt dans le Jura pour pêcher des eaux claires.

Julien : C’était avec plaisir et je compte bien venir cet été te voir sur ta rivière. ;-)

Nicolas : Bon, on ne va pas se quitter comme ça. Je renoue aussi avec la tradition de mes interviews. Je laisse la parole à un proche de Julien. Merci Jason pour ta participation !

Quand Nico m’a proposé d’écrire quelques lignes sur mon Péruvien, j’ai tout de suite accepté !

Je me suis dit « facile quelques lignes sur un ami… » mais après cela je ne savais pas par où commencer…

Par le compétiteur peut-être…celui qui s’adapte un peu plus vite que tous les autres, celui qui sans cesse cherche à améliorer sa technique, son placement, celui qui peut encore maintenant me réciter le nombre de poissons pris par manche, avec telle mouche et sur quel poste lors de notre première compétition ensemble au Domaine de la Salamandre… alors que cela date de presque 7 ans ! Lui, il s’en souvient, comme pour toutes ses autres compétitions d’ailleurs…

Ou alors par le pêcheur… celui qui aime se retrouver au bord de l’eau aussi bien pour regarder les  grosses truites frayer sur les bords de la Vesdre que la canne à la main pour prendre quelques mois plus tard ces mêmes truites.

Cependant, il peut aussi apprécier quelques heures de pêche en hiver avant que nous allions prendre un irish coffee pour nous réchauffer, bien sûr…

Les deux compères.

12194865_779403362171849_3801842990482319216_o.jpg

De plus, ce pêcheur peut aussi prendre plaisir à prendre un bel ombre dans son jardin qu’un brochet hollandais ou encore une petite truite italienne sur laquelle il va s’émerveiller car elle a quelques pointes de plus ou de moins que la précédente.

Ou encore, le voyageur… celui que j’ai la chance d’accompagner pour des trips extraordinaires, enfin parfois car il faut bien admettre, certains ressemblaient plutôt à des « very bad trip » ! J’en ai pour exemples des plus avouables : prévoir une sortie float en Hollande et se retrouver avec un seul boudin gonflé ou se tromper de palme en ayant pris des trop petites ! Ces nuits en tente dans le Val d’Aoste alors qu’il gèle pratiquement, sans parler des douches glacées à l’aube… mais encore se perdre à pied dans le centre de Rotterdam pour retrouver l’hôtel. Ha sa fameuse théorie du carré, facile : « 1ère à droite 4x, et on y est…euh, non, on est perdus… » …enfin non, égarés parfois, perdus jamais ! Un dernier exemple pour la route, ses changements de plan à la dernière minute ! Bon je dois bien l’avouer, je ne pourrais me passer de ces moments partagés avec lui, j’en ai besoin et j’aime à penser qu’il en a autant besoin que moi…

Alors je terminerai simplement par le plus important pour moi dans tout cela : mon ami, mon meilleur ami…celui que j’ai au téléphone tous les jours, plusieurs fois par jour, celui qui me motive à me mettre à l’étau par ses idées de montages, qui relativise pour moi, qui me ramène un peu sur terre quand j’ai parfois la tête trop haut dans les étoiles (même si parfois c’est aussi valable dans l’autre sens…). Puis c’est aussi celui qui me remonte le moral quand j’ai un petit coup de blues, celui qui me fait lever à des heures improbables pour aller jusque chez lui prendre un « petit déjeuner offensif » avant l’ouverture de la pêche ou avant une journée spéciale, car oui, peu le savent mais c’est aussi un excellent cuisinier !

Alors pour tout cela et bien plus encore, je voulais te dire merci d’être là, de me supporter, merci mon ami !

Ton Polonais

photo_nicolas_germain1.jpg

dimanche 5 février 2017

Projet d'un parcours No-Kill à Champagnole adopté.

Quelle bonne nouvelle...

Lire la suite »

vendredi 3 février 2017

Faites un geste pour nos rivières merci.

Merci...

Lire la suite »

jeudi 2 février 2017

Une belle aventure débute pour Thibaut.

Tellement content pour mon fils...

Lire la suite »

mercredi 1 février 2017

Le lac de St Point pollué encore et toujours.

Ce n'est pas la première fois que ce sujet revient sur le tapis malheureusement. Mais il se trouve que le Bief rouge voit de nouveau son écosystème anéanti par une STEP en amont non fonctionnelle. Les images parlent d'elles-mêmes !

Les eaux de ce bief vont jusque dans le lac de Saint Point. Lac qui alimente la région en eau potable.

Et bien, comment dire, à la votre ! :-(

lundi 30 janvier 2017

Mes années André Terrier (7)

Une nouvelle histoire de ma période "André Terrier".

Lire la suite »

samedi 28 janvier 2017

Vidéo : Restauration de la continuité écologique des rivières du Haut Jura.

Dans la lignée des précédentes vidéos, en voici une qui parle de notre Jura. Le sujet évoqué à travers les images qui vont suivre est la continuité écologique, qu'elle soit de la faune ou des sédiments.

Un documentaire très bien fait. A voir.

jeudi 26 janvier 2017

Entretien avec Éric Montaclair de EM Fishing.

Offrez-vous la canne de vos rêves...

Lire la suite »

lundi 23 janvier 2017

Braderie - Salon Pêche à Moirans en Montagne.

Venez nombreux !

Lire la suite »

samedi 21 janvier 2017

Le moulin du Plain à Goumois repris par Christophe Choulet.

Quelle bonne nouvelle !

Lire la suite »

vendredi 20 janvier 2017

Vidéo : Les annexes hydrauliques de la Moselle.

Voici une vidéo d'un peu plus de 20 minutes qui nous prouve que parfois, les choses peuvent aller dans le bon sens. Ce film a été réalisé par Anne-Cécile Monnier pour les Fédérations des Vosges, de Meurthe-et-Moselle et de Moselle pour la pêche et la protection du milieu aquatique, grâce au soutien financier de l'Agence de l'eau Rhin-Meuse et de la Fédération Nationale pour la Pêche en France.

Sincèrement, prenez le temps de le visionner. Voir que les priorités sont axées dans la réhabilitation des zones de reproduction naturelle plutôt que dans le rempoissonnement fait plaisir à voir. Il y a encore quelques années, c'était même impossible à imaginer...Bravo à tous les intervenants et meneurs d'actions.

jeudi 19 janvier 2017

Dates d'A.G des AAPPMA du Jura

Ce court billet pour informer les lecteurs de ce blog et plus particulièrement les membres de l'AAPPMA de Crotenay que l'assemblée générale aura lieu le vendredi 17 février à la salle de la mairie du village à 20h30. L'ensemble du bureau compte sur votre présence, merci.

Vous trouverez en cliquant sur le lien suivant les autres dates pour les différentes AAPPMA du Jura (mise à jour régulièrement) => Agenda Fédération de Pêche du Jura.

Aller à la pêche, c'est très bien, s'investir dans le monde associatif, c'est encore mieux.

mardi 17 janvier 2017

Le préfet du Jura au chevet des rivières à truites.

Incroyable mais vrai...

Lire la suite »

lundi 16 janvier 2017

Fiche de montage : Montage avancé par Anthony.

Préparez l'ouverture...av8.jpg

 

Lire la suite »

vendredi 13 janvier 2017

Bel exemple de revitalisation en vidéo.

Je sais bien que la grande majorité des pêcheurs préfèrent regarder une vidéo où l'on voit des gros poissons de partout, mais le petit film suivant est une pépite. Alors prenez le temps de le regarder, 7 minutes, ce n'est pas grand chose.

Et puis cela fait du bien de voir que de telles initiatives existes.

- page 1 de 114