Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Centre de pêche en Bosnie.

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

dimanche 26 mai 2024

Une histoire de référentiel.

S'il reste ici où là quelques poissons sauvages dans nos rivières jurassiennes et plus particulièrement sur la haute rivière que je connais mieux que les autres, il est important de rappeler que les rencontres macabres sont toujours d'actualité malheureusement. Pas de grosses mortalités sur des épisodes plus ou moins courts comme les autres rivières du département mais les pêcheurs trouvent régulièrement des poissons morts.

À travers certains métiers ou autres missions d’associations, la plupart des communications sont positives sur les réseaux sociaux. C'est compréhensif. Rien à redire pour cela. Il faut bien embellir le tableau afin de faire venir les touristes.

De mon côté, et même si j'ai une activité commerciale liée à la pêche, j'ai toujours mis la priorité sur ma fonction de président d'AAPPMA en étant transparent sur la réalité de terrain. Les effectifs en truites et en ombres, dans le meilleur des cas (avec une protection totale), baissent légèrement. Le plus souvent ils baissent rapidement. Sur la plupart des parcours de la haute rivière d'Ain aujourd'hui, les pêcheurs débutants ou moyens seront totalement perdus. La densité de poissons ne permettant plus de s'en sortir pour eux. Sur les parcours avals, seuls les très bons pêcheurs arrivent à tirer leur épingle du jeu avec un poisson de temps en temps pour plusieurs sorties. Pour pratiquer depuis bientôt 40 ans la même rivière sur les mêmes linéaires, il faut, malgré une expérience toujours plus grande et un savoir-faire correct, toujours plus d'heures de pêche pour prendre un poisson. C'est ça la réalité aujourd’hui. Alors oui, les têtes de bassin offrent encore des densités intéressantes pour des pêcheurs débutants ou moyens mais en rien comparables à celles d'il y a à peine 10 ans. Cette baisse d'effectifs est continue depuis des années. Je trouve même qu’elle s’accélère ces dernières années. C'est d'autant plus vrai sur les parcours non protégés...Et il en reste beaucoup trop à mon goût puisque finalement, nous sommes toujours la seule AAPPMA qui protége 100% des poissons sauvages. Certains ne se cachent pas pour me dire que j’exagère, que je noircis le tableau volontairement. C'est totalement faux. Cela m'énerve même qu'on pense cela. Je suis simplement réaliste. Nos divergences sont souvent liées au référentiel qui est totalement différent selon le vécu de chacun ou alors au fait de ne pas vouloir voir les choses en face, mais là c’est un autre débat.

Le fameux référentiel. Le mien sur la haute rivière d’Ain compte plusieurs décennies. Je comprends qu’un jeune pêcheur qui possède trois ou quatre saisons de pêche derrière lui sur la rivière soit enthousiaste après avoir vu quatre truites dans son après-midi dont une belle de plus de cinquante centimètres. Il n’a jamais rien connu d’autre, ça reste parfait pour lui. Les personnes avec un référentiel très court parlent aujourd’hui de la haute rivière d’Ain comme d’un paradis. Mon Dieu…J’ai toujours une boule au ventre quand j’entends ça. Lorsque j’avais leur âge à ces jeunes pêcheurs, je faisais des saisons à plusieurs centaines de truites zébrées et d'ombres tout en tuant une grande partie de mes captures. Souvent huit poissons par jour étaient prélevés. Depuis quelques années, c’est tout juste quelques dizaines par saison en remettant tout à l’eau. Du coup, quand j’entends que la rivière va bien, qu’il y a encore pas mal de poissons, que si, que ça, je préfère ne plus répondre. Je laisse ces personnes dans leur vérité. J’ai la mienne. Elle est bien différente. A croire qu'ils ont déjà oublié (c'est un petit exemple de rien du tout) que la pêche de l'ombre est fermée depuis 27 ans ! Les fonds devraient être bleus tant ce poisson se multiplie facilement. Ben non en fait, ils sont d'une autre couleur. J'y viens...

Ce fameux référentiel peut aussi se porter sur l’état de la rivière en elle-même. Car oui, il y a aussi à dire sur ce sujet. J’ai repris le boulot cette semaine après presque deux semaines de vacances. Treize jours plus exactement. J’ai eu trois jours sans pêche pour cause de débits trop élevés mais sinon, j'ai profité chaque journée. Des sorties de deux à six heures avec parfois plusieurs sorties par jour pour "chopper" les horaires d'activité. J'aurais pu sur cet article ou un autre vous partager des photos de poissons tout en profitant de faire de la pub pour les produits de mon Shop. J’ai plutôt souhaité vous partager quelques images de la haute rivière d'Ain. Photo prise fin de semaine dernière et aujourd’hui. Personne n'en parle, alors je m'y colle. Il faut bien un vilain petit canard pour ternir le beau tableau. Depuis huit mois, la pluie tombe sur le Jura sans discontinuer. En excédent lors du dernier trimestre 2023 et selon les normales sur les cinq premiers mois de 2024. À ce jour, aucun pic de chaleur. L'ensoleillement est réduit de moitié en ce mois de Mai. Là aussi, que de demander de mieux pour la rivière.

Haute rivière d'Ain après 8 mois de pluie !

Pourtant, voilà à quoi ressemble le fond de la haute rivière d'Ain aujourd'hui. Colmaté sur sa largeur, verte, marron avec une couche algale déjà bien épaisse qui tapisse les gravières. Je vous parle de cela puisqu’encore aujourd’hui j’ai croisé un touriste pêcheur qui m’a dit que la rivière était superbe lors de notre conversation. Il était heureux de la voir bien en eau. Toujours une histoire de référentiel. Les gens s’habituent à la médiocrité. A force de voir toujours les rivières comme ça, c’est devenu invisible. Et la rivière est belle…

Photo que vous ne verrez pas sur les dépliants pêche ou touristique.

Sacrée épaisseur !

 Vivement le soleil et la chaleur, pour le coup, la haute rivière d’Ain devrait être vraiment chouette !!!

samedi 25 mai 2024

L'équipe de France féminine vice-championne du monde !

Les championnats du monde de pêche à la mouche féminin viennent de se dérouler en république Tchèque. Les filles ont formidablement performé avec une deuxième place par équipe derrière les intouchables Tchèques qui pêchaient à domicile. À noter également la magnifique deuxième en individuel de Julie Quillard qui se glisse entre deux compétitrices Tchèques. Bravo les filles !

Le podium final avec nos françaises à gauche.

Classement final par équipe.

Partie haute du classement individuel.

Julie Quillard en action lors d'une manche rivière !

vendredi 17 mai 2024

Un printemps humide.

Compliqué de trouver une bonne période depuis la mi-mars pour pêcher à vue dans le Jura. La météo qui sévit dans notre département depuis le 20 octobre dernier reste constante. Nos rivières s'en portent que mieux d'ailleurs. Elles ne cessent de faire le yoyo entre crues, petits coups d'eau, gros coups d'eau sans connaitre de niveau bas et encore moins d'étiage. Si finalement les trois derniers mois de 2023 ont été largement excédentaires en terme de pluviométrie, les cinq premiers de 2024 sont tous autour des normales (calculées sur la période 1990-2020) sans excès. Difficile à croire tant il pleut souvent, mais les chiffres ne trompent pas. Sur la station locale de Champagnole par exemple, on trouve ces chiffres pour ce début d'année :

  • Janvier 2024 : Normale à 137mm pour 129mm tombés durant le mois.
  • Février 2024 : Normale à 118mm pour 86mm tombés durant de mois.
  • Mars 2024 : Normale à 122mm pour 121mm tombés durant ce mois.
  • Avril 2024 : Normale à 115mm pour 135mm tombés durant ce mois.
  • Mai 2024 au 17 du mois : Normale à 137mm pour plus de 100mm tombés alors qu'il reste 14 jours...

Donc rien non plus d'extraordinaire pour ce début d'année. Juste une pluviométrie conforme à la région sur une moyenne des 30 dernières années. Malheureusement, cela ne nous met en rien à l’abri d'une période difficile durant l'été. Dans notre département, et ce malgré un historique récent favorable, il suffit de 4 à 5 semaines sans pluie pour que nos rivières soient en étiage. Si on ajoute à cela de grosses chaleurs, cela sera de nouveau très très compliqué et tous ces mois de pluie seront oubliés.

À ce jour, les rivières se portent bien. Elles sont bien en eau à tel point que la pêche à la mouche sera (encore) compliquée durant ce week-end à rallonge à l'image des précédents. Pour nous qui vivons au bord de l'eau à l'année, nous nous en plaignons pas, bien au contraire. Certes, le temps de pêche est limité pour nous aussi, mais ils nous est plus facile de "chopper" les bonnes fenêtres de pêche. Elles sont rares. 

Mon fils a eu la chance de tomber sur un de ces très rares moments d'activité où le niveau permettait de pêcher en sèche. Il a ainsi pu tester sa nouvelle canne, la JMC Pure NGX en 9 pieds soie de 5 => https://www.pecheur.com/achat-canne-mouche-jmc-pure-ngx-297712.html#af=326409

Un poisson mesuré à 60 centimètres.

 

De mon côté, pas de miracle. Malgré une forte présence sur les berges, je ne suis pas tombé en face. Pour vous dire à quel point c'est compliqué. J'ai eu quelques très rares occasions en nymphe où ma fidèle cuivre m'a une nouvelle fois donné entière satisfaction.

Un poisson magnifique capturé à distance avec une cuivre sur 14.

Ces pluies régulières et le niveau d'eau souvent trop haut m'ont aussi empêché d'observer si oui ou non le frai de cette année avait réussi. Je me dit toujours que trop d'eau vaut mieux que pas assez. Nous verrons bien. Les hirondelles et les guêpiers d'Europe sont eux arrivés en nombre. Ce petit monde coloré et chantant profite des petites éclosions ici et là. Toujours captivant de suivre les saisons à travers les migrateurs. 

Ce régime de pluie et de coups d'eaux pour les rivières jurassiennes va continuer si on en croit les prévisions. En tous les cas déjà jusqu'à la fin du mois. Si tout le monde attend le soleil et la chaleur, je croise les doigts pour que le robinet ne se coupe pas définitivement pour les mois de Juin, Juillet et Août...En tous les cas, ce qui est pris n'est plus à prendre. Chouette printemps pour les truites, un peu moins pour les pêcheurs, mais c'est tellement mieux que le contraire !

dimanche 12 mai 2024

Les rivières du Jura de nos jours.

Une vidéo réalisée et mise en ligne par des amoureux de la Bienne circulent depuis plusieurs jours. Elle a pour but de sensibiliser et d'atteindre les politiques Jurassiens et autres professionnels du tourisme de notre département. Les images sont la réalité du moment en ce qui concerne la Bienne. Je ne sais pas quel sera l'impact de cette vidéo, mais je souhaitais la partager.

Pour suivre ces sujets de mortalités/pollutions jurassiennes depuis le début avec attention, je le sentiment que l'on est dans une impasse. Toutes les décisions qui amèneront à améliorer la qualité de l'eau que cela soit dans le domaine de l'assainissement ou agricole, sont très coûteuses et donc impopulaires. Aucun politique local ne prendra des décisions qui lui coûteront au final sa place d'élu auprès de son électorat. La mairie de Saint-Claude en est le parfait exemple en annonçant publiquement quelques jours avant le pic de mortalité sur la Bienne une importante réduction des travaux d'assainissement de sa ville à cause des coûts trop élevés. C'est de souvenir le troisième très gros épisode de mortalité depuis 2012 sur la Bienne. Rien de surprenant puisque rien n'a changé. Aucune raison que cela ne se reproduise pas. Les très nombreux rejets en direct dans la Bienne dénombrés il y a quelques années par l'AAPPMA locale sont toujours là. La politique d'épandage reste la même sur le bassin versant et les autres.

Si la Bienne était la seule concernée, mais ce n'est pas le cas. C'est la plus médiatisée mais loin d'être la seule. Pour suivre les politiques jurassiens sur les réseaux, il est facile de comprendre que ce sujet n'a pas d'importante pour eux et ne sera pas pris en compte. Il y a eu des catastrophes encore plus dramatiques ces dernières années dans notre département. Par exemple ce qui s'est passé sur le Valouson avec l'anéantissement de toute vie sur plusieurs kilomètres. On de parle pas d'une partie de la population de truites là, on parle d'une remise à zéro totale ! Quelles ont été les prises de paroles de nos politiques ? Rien, absolument rien. Il ne faut surtout pas froisser l'électorat agricole et plutôt s'afficher à tous les comices de la région, c'est tellement plus efficace en terme de voix dans les urnes ! De la même façon pour la destruction totale de 2 kilomètres sur la Furieuse avec toutes les truites sur le dos. Notre tout nouveau sénateur a préféré parler sur ses réseaux de l'action trop "policière" de l'OFB tout en ajoutant que le comice n'avait fait qu'endommager la rivière en aval. Non, la rivière n'a pas été endommagée, elle a été détruite.

Je pourrais lister encore de nombreux exemples sur la non action et la non implication flagrante des politiques locaux sur ces sujets de pollutions de rivières. Et au-delà des politiques, vous pensez que les citoyens seraient prêts à mettre X euros en plus dans leurs factures d'assainissements quand on voit les travaux colossaux qu'il faudrait faire par endroit ? J'en doute. Les gens sont souvent indignés devant leur écran, mais quand il faut mettre la main au porte-feuille, c'est plus compliqué. Même chez les pêcheurs, la prise de conscience n'est pas totale, loin de là.

La biennoise, suite à cet épisode de mortalité, a communiqué avec un message pour les pêcheurs.

Vous pouvez aller vous balader sur les réseaux. Vous trouverez des pêcheurs qui, malgré toute l'information qu'il y a eu, publient des photos de leur séjour récent en plein épisode de mortalité sur la Bienne avec des truites hors de l'eau prises à pleine main. Quand il ne s'agit pas de photos d'ombres...C'est fou. Je soutiens malgré ces comportements non responsable la décision de la biennoise de maintenir la pêche ouverte. Une rivière sans pêcheurs est une rivière sans donneurs d'alertes. Mais chez les pêcheurs, la majorité reste des consommateurs et seulement ça. Bien triste ! 

De toutes évidences, les politiques menées à ce jour n'ont rien donné. Si les instances de la pêche veulent conserver des rivières en état, c'est dans les tribunaux que cela doit se passer. Il n'y a pas d'autres alternatives. C'est la seule façon de faire plier les décisionnaires. Du côté des pêcheurs, quand on voit la poignée de personnes qui s'investissent et qui donnent de leur temps pour que tous les autres en profitent sans même respecter les demandes des AAPPMA, ça fait réfléchir, vraiment !

dimanche 5 mai 2024

Démission d'une AAPPMA dans le département de l'Ain.

Le sujet cormoran peut finir par excéder au-delà du raisonnable. Quand certains parcours sont touchés par un ou deux oiseaux, d'autres sont littéralement pillés par des centaines d'individus. L'arrêt des tirs de régulation et le déséquilibre que cela a engendré étaient de trop pour les membres du bureau de l'AUPRA, association gérant la pêche sur une grande partie de la basse rivière d'Ain. Je vous fais un copier-coller de leur communiqué ci-dessous :

Depuis plus de 40 ans, l’Union des Pêcheurs de la Rivière d’Ain (UPRA devenue AUPRA) a oeuvré pour la préservation
des 35 km de la partie aval de la Basse Rivière d’Ain (BRA).
Nos multiples actions ont conduit entre autres à l’instauration d’une cellule d’alerte estivale, à la diminution du
nombre de captures journalières autorisées ainsi qu’à l’augmentation des tailles légales de capture, à la création des
tous premiers parcours no-kill de France en domaine public et plus récemment à la création d’une convention entre
la Fédération de Pêche de l’Ain et EDF pour atténuer les impacts des éclusées EDF.
Toutes ces actions ont été accompagnées d’une lutte contre la prolifération des cormorans sur la BRA. Cette lutte
depuis 25 ans a permis jusqu’en 2022 le maintien de la population d’ombres communs (et de truites) de la BRA.
Hélas, sous la pression de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) et de ses mensonges, le ministère de la transition
écologique a supprimé le tir des cormorans sur les eaux libres en 2022 réduisant ainsi à néant tous les efforts de
préservation des rivières et notamment des salmonidés, ombres en tête.
Il faut quant même signaler que la décision du ministère s’appuie sur l’avis du CNPN (Conservatoire National de la
Protection de la Nature) présidé alors par Loic Marion de la LPO ! Ce même Loic Marion qui malgré toutes les
données et études européennes sur la prédation des cormorans en eau douce (notamment sur les rivières à
salmonidés) conclut que la prédation des cormorans s’effectue principalement sur les poissons chats et les perches
soleil !
Quant on demande son avis à la LPO basé sur des études faites par la LPO on peut avoir quelque doute sur
l’objectivité des résultats annoncés. Il serait intéressant de demander son avis aux groupements de viticulteurs sur la
dangerosité de l’alcool et de se servir du résultat en matière de protection de la santé ou de sécurité routière.
Il est bon de mentionner également que, lors de l’enquête préalable à la décision du ministère, une immense
majorité d’avis émis souvent très argumentés était défavorable à cette décision. Les rares avis favorables étaient
dépourvus de toute argumentation. La totalité de ces avis était alors accessibles à tous. Mais comme d’habitude,
cette enquête a été de pure forme et le législateur s’est assis sur les avis des citoyens en donnant raison aux
révisionnistes de la cause animale qui ne semblent pas se préoccuper des effets dévastateurs des espèces invasives
ou envahissantes et qui se moquent éperdument de tout ce qui se passe sous la surface de nos eaux.
Face à cet état de fait, véritable scandale environnemental, notre association a déclaré se mettre en dormance et a
refusé de payer la location des baux de pêche à l’Etat (plus de 5000 € annuels). Le bénévolat a ses limites. Nous ne
sommes pas masochistes au point de continuer à nous échiner à gérer une rivière livrée au pillage par des centaines
de cormorans (et autres harles bièvres).
Car contrairement aux propos mensongers du représentant local de la LPO Thierry Lengagne, il s’agit bien de
centaines de cormorans qui pêchent la BRA durant 6 mois (et bientôt le reste de l’année vu leur sédentarision
naissante). Lorsque nous avions l’autorisation de réguler les cormorans, c’est une moyenne annuelle de 230 oiseaux
que l’AUPRA régulait sur 35 km. 230 cormorans pendant 6 mois, c’est environ 20 tonnes de poissons consommés !
Comment envisager une seconde qu’une telle prédation (sans même parler de celle des harles bièvres) laisse une
seule chance aux poissons les plus vulnérables comme les ombres.
Car, là encore, contrairement aux racontars de la LPO, il n’y a pas de cachettes qui, en milieu naturel, permettraient
aux ombres d’échapper aux cormorans. Il est bon d’expliquer aux génies de la LPO que les ombres ne se réfugient
pas plus dans des cachettes que les lapins ne grimpent aux arbres. Seule une ignorance crasse de la biologie des
poissons (ou une malhonnêteté éhontée) peut permettre de raconter de tels mensonges. Mensonge également
lorsque la LPO évoque des trous de 6 mètres de profondeurs qui serviraient de refuges aux poissons de la BRA. Outre
que cette profondeur n’est jamais atteinte sur les 35 km aval de la BRA, n’importe quel ornithologue honnête (et il y
en a) sait que les cormorans sont tout à fait capables de plonger et pêcher bien en dessous de cette profondeur.
Quant à l’affirmation que la population des cormorans dans le département de l’Ain n’excèderait pas un millier
d’individus, là encore épouvantable mensonge de la LPO. Lorsque les tirs étaient autorisés, les déclarations faites
annuellement à l’administration par les différents porteurs d’autorisation de tir faisaient état de plus de 2000
cormorans abattus. Et les animalistes affirmaient alors que l’on minorait le nombre de cormorans abattus ! Il faut
être de véritables exterminateurs pour parvenir à éliminer plus de 2000 cormorans là où il y en aurait moins de 1000 !
Mais comment attendre des propos réalistes des animalistes lorsqu’une de leur chef de file (élue de plus au conseil
municipal d’une grande métropole) confond une perdrix avec un faisan (vidéo croustillante sur internet). Tant que le
ministère prendra avis auprès de tels « spécialistes » il n’y aura aucun espoir pour nos rivières et notamment nos
rivières à salmonidés.
Et dire que, sur la BRA, l’Agence de l’Eau dépense plusieurs millions d’euros (d’argent public) ces dernières années
pour protéger ses ombres et ses truites dans le cofinancement de nombreuses réalisations (réseau de substitution
au prélèvement en nappes par un pompage sur le Rhône, lâchers de barrages décidés en cellule d’alerte,
améliorations du fonctionnement hydro électrique et diminution des impacts des éclusées EDF via le projet Saut
Mortier, etc…) ! Et en même temps le ministère condamne à mort les salmonidés de la BRA en laissant proliférer les
cormorans.
Pour preuve de la catastrophe annoncée fin 2022, il suffit d’examiner un paramètre édifiant : des ombres très
nombreux en fin d’été 2022 étaient observés (voir rapports de cellule d’alerte) dans les zones refuges de la BRA
(pont de Gévrieux notamment) et avaient donc survécu grâce aux lâchers EDF obtenus par la cellule d’alerte. Or,
durant l’été 2023, après un hiver de présence massive non régulée des cormorans, aucun ombre n’a été observé
dans les zones refuges de la BRA malgré une situation climatique et hydraulique équivalente à 2022. Quant il n’y a
quasiment plus d’ombres dans la rivière et qu’ils sont tous partis en vol dans l’estomac des cormorans et bien
bizarrement il n’en est observé aucun dans les zones refuges estivales !
Face à ce désastre qui ne touche hélas pas que la BRA (voir les nombreuses vidéos sur internet sur tout type de cours
d’eau et même plans d’eau), notre AAPPPMA s’était mise en stand by depuis un an et demi dans l’attente d’une
prise de conscience du ministère, du résultat des recours devant les tribunaux et dans l’espoir du retour à une
régulation légale des cormorans sur les eaux libres seule solution actuelle sur une rivière du profil de la BRA. Mais la
mise en demeure par l’administration d’effectuer ses assemblée générale et autres obligations légales a contraint à
la démission le président de l’AUPRA suivie de celles de tous les membres du CA. A quoi bon en effet dépenser son
argent, son temps et sa santé pour n’avoir pour tout résultat que le spectacle épouvantable du carnage hivernal
perpétré par des centaines de cormorans pillant en toute impunité des décennies de travail bénévole.
Pour finir nous souhaitons bon courage et beaucoup d’abnégation à ceux qui voudront bien s’occuper dorénavant
des 35 km aval de la BRA qui devrait être un véritable trésor de biodiversité ; une biodiversité qui existe aussi sous la
surface de l’eau et que devrait défendre la LPO puisque son slogan n’est autre (sans rire) qu’ « agir pour la
biodiversité ».
Nous adressons à tous les pêcheurs et aux véritables défenseurs de l’environnement nos salutations désabusées.
Pour l’ex Active Union des Pêcheurs de la Rivière d’Ain.
Son ex président Daniel ROJON

- page 1 de 380