Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

jeudi 8 avril 2021

Une vie de rivière confinée.

Cette nouvelle période de confinement laisse une plus grande liberté que les précédentes. Les riverains ayant la chance de pouvoir continuer à occuper les berges de leur rivière favorite. À la fois, je le faisais aussi sur les deux derniers confinements. Je ne m'en suis pas privé. La rivière étant en bas de la maison. Je comprends aisément la frustration du plus grand nombre ne pouvant pas s'adonner à leur passion. Être au bon endroit au bon moment...Un adage qui veut tout dire en ce mois d'avril. Je ne vais pas m'en plaindre, bien au contraire. J'éviterai malgré tout de m'étendre sur mes parties de pêche. Cependant, je vais vous donner des nouvelles de la rivière d'Ain car je sais que vous êtes demandeurs et cela m'évitera de répondre individuellement à tous les messages que je reçois.

Le changement a été total comme vous vous en doutez au niveau de la fréquentation des berges. Un dernier rush des pêcheurs vendredi et samedi derniers. Cela engendre bien entendu une toute autre approche de la rivière. Alors c'est très égoïste, mais en voyant de nombreux comportements que je qualifierais de déplaisants lors des premières semaines de mars, c'est pour les truites une très bonne nouvelle. Notamment pour la jeune génération. Ces alevins de l'année qui sont visibles pour ceux qui savent regarder. Ou tout simplement qui cherchent à les voir. On atteint là aussi les limites de l'associatif avec la nette différence des pêcheurs passionnés du milieu et les pêcheurs consommateurs...de pêche. Je ne vise pas là une technique de pêche ou une autre, car j'ai vu aussi bien des moucheurs que des toqueurs ou des leurristes faire un peu n'importe quoi. Dans le Jura, nous avons une tolérance pour le fait de rentrer dans l'eau. Les zones de frayères sont délimitées par des pancartes. Bien entendu, les alevins eux ne lisent pas les panneaux. Ce qui veut dire que la majorité de ces nouveaux nés vont se trouver dans ces zones (si l'AAPPMA a bien fait son boulot) mais qu'il peut y en avoir aussi ailleurs. De nouvelles frayères peuvent apparaitre ou les alevins peuvent dériver plus que d'habitude. Bref, il faut observer, il faut prendre le temps. Il faut penser parfois à ne pas pêcher pour éviter de faire des bêtises. J'ai tellement vu de dérives qu'au final, il est facile de penser que les gens ne comprennent rien par eux-mêmes et qu'il faut interdire de rentrer dans l'eau tout simplement. Mais j'ai envie de croire, qu'avec de la communication, on peut arriver à sensibiliser. 

Il n'y a rien de plus facile que de mettre les yeux sur les premiers mètres de bordure avant de tout piétiner. De s'assurer qu'à l'endroit où l'on souhaite se positionner dans l'eau qu'il n'y ait pas d'alevins. Je parle de se positionner afin de faciliter un lancer par exemple. Pas de remonter une berge dans la flotte sur 300 mètres ! Prenez conscience de vos actes car de ce que j'ai vu, en tous les cas sur nos lots, cette progéniture de l'année possède un effectif très faible !

Ces petites truites remercient le confinement.

Pour partir sur un autre sujet, le dernier coup d'eau n'a pas fait de mal, en tous les cas visuellement. Si on voit bien encore que des petites algues brunes résistent sur les fonds, la majorité a été lessivée. Mais ce n'est que du visuel. À ce jour, mis à part quelques poissons trouvés morts dans les premiers jours après l'ouverture, ça reste correct de ce côté là. Mes observations hivernales se confirment quand même avec des effectifs chez les adultes bien faibles. Hors parcours No Kill, ce confinement, comme celui de l'an passé va certainement sauver quelques poissons. Un mal pour un bien sans doute.  Finalement, seules les pêches de grandes prospections comme le leurre ont pu profiter des quelques poissons encore présents. La température de l'eau étant toujours glacée. Je l'ai mesuré entre 9.5 et 10.5°C ce week-end selon ma localisation et les horaires de prise de température. Cela n'empêche pas de trouver ici ou là quelques poissons actifs d'ailleurs. La température de l'eau devrait rester bien basse comme le niveau de la rivière actuellement ! Il y a une possibilité de pluie en début de semaine prochaine, c'est déjà une vraie nécessité !

Quoi qu'il en soit, la rivière d'Ain coule toujours avec quelques privilégiés sur ses berges...

lundi 5 avril 2021

Enquête en ligne rivière Touvre

Par le biais de cet article, je me fais le relai d'un message véhiculant sur les réseaux sociaux. Comme je sais qu'une partie de mes lecteurs n'est pas fan de ces mêmes réseaux, voici donc un copier/coller du message qui me semble très important. Il n'y a pas que chez nous que tout va mal.

Amis pêcheurs,
Cette année et pour la 4ème année consécutive, la saprolégniose a à nouveau énormément infecté les truites fario dans la Touvre.
Un nombre considérable de truites mortes ont pu être observées. (Par les riverains, pêcheurs, promeneurs...)
Afin de ne pas aggraver l'impact de cette maladie sur la population de truites farios.
Une solution consiste à ne pas prélever de farios au cours de la saison 2021. Elle se traduira par l'instauration d'un no-kill pour les farios sur un linéaire allant des sources de la Touvre au pont de la route de Paris à Gond-Pontouvre.
Avant de mettre en place cette procédure, nous souhaitons avoir vos avis !
merci de voter pour ou contre ?
Via le lien ci dessous.
Réponse impérative avant le mercredi soir 7 avril 2021.
Afin d'obtenir des résultats pertinents, 1 seule enquête par pêcheur sera prise en compte. Le bilan de ce sondage vous sera communiqué dès la clôture de la consultation.
Nous vous remercions par avance de votre précieuse contribution.
Partagez ! Nous souhaitons l’avis de tous les pêcheurs. (Charente et hors Charente)
MERCI

samedi 3 avril 2021

André Terrier nous quittait un 3 Avril...

C'était le 3 Avril 1996. J'ai appris la nouvelle dans un couloir de ma caserne au 74ème R.A de Belfort. J'ai été dévasté. Je n'avais absolument pas conscience à cette époque des ravages qu'apportait la perte d'un être cher. Une période terrible de ma vie débuta ce jour-là.

25 ans ont passé. Mais André est toujours aussi présent à mes côtés. Que cela soit au bord de l'eau ou derrière un étau. Il avait cette faculté, cette envie et ce don d'être toujours en avance sur les autres. Il était surprenant et en permanence dans l'anticipation. Que cela soit dans les techniques de pêche comme dans la recherche fondamentale pour lui du côté pêchant de ces imitations. Pour exemple, quand il a commencé à utiliser de la laine pour réaliser ses mouches de surface jusqu'à faire l'exuvie et même 100% du corps avec, bien des gens l'ont pris pour un fou. Encore aujourd'hui, quand je vois certaines réactions à propos de la SL-rose qu'il a totalement créé à l'époque, je ne peux m'empêcher de penser à lui et de ces moments-là avec le sourire. Cette mouche n'est pas belle à voir, c'est un fait. Mais c'est sans doute une des plus redoutables preneuses de poissons lors des éclosions des grandes echdyos au vol pendulaire. C'est bien tout ce qui comptait pour André, que sa mouche soit plus prenante que les autres. Je suis resté toute ma vie de pêcheur sur sa position.

Il me manque encore terriblement aujourd'hui. Car André a traversé avec moi la très difficile période de ma vie lorsque mes parents se sont séparés. Il était à mes côtés et ne m'a jamais lâché. Certes, il m'a légué tout son savoir de pêcheur, mais surtout ces valeurs d'homme. Je n'arrive pas aujourd'hui à sa cheville mais je tente de faire connaitre son parcours aux nouvelles générations de pêcheurs.

La haute rivière d'Ain n'a plus connu un pêcheur et un homme comme André Terrier depuis sa disparition. Il a laissé un vide très profond.

Je vous laisse avec un souvenir croustillant pour moi. Bon visionnage.

jeudi 1 avril 2021

Sacré poisson !

Drôle de poisson d'avril qui nous tombe sur la tête cette année. Même si je ne peux m'empêcher de plaisanter sur la situation, cela devient long et usant. Pour rester dans le petit monde de la pêche, j'ai une pensée particulière pour tous les professionnels qui vont une nouvelle fois subir les conséquences de ce nouveau confinement.

Tous ces guides de pêche qui vont devoir stopper leur activité. Deux mois d'avril de suite sans prestation, c'est terrible ! Tous les commerces physiques qui vont eux aussi devoir fermer leur porte. Pas de client au printemps deux années de suite, c'est une catastrophe pour les magasins plutôt spécialisés truite. Tous ces domaines de pêche qui devront rester fermés. Un immense soutien aux amis de Veirières, Coyolles, le Martinet et bien sur la famille Sansonnens. Une pensée également pour mon partenaire le camping de Boÿse à Champagnole et plus globalement pour tous les établissements qui accueillent des pêcheurs habituellement à cette période. Pas de client en avril. Au-delà des pertes financières, c'est le fait de ne pas pouvoir travailler, ne plus avoir ce contact client. Quelle période !

De mon côté, bien évidemment, pas de passage de client à la maison, ce qui est chose courante en avril. Moins de commandes puisque la plupart des passionnés n'auront pas ce privilège d'avoir une rivière dans le périmètre des 10 kilomètres. Moins grave que pour d'autres étant donné que dans mon cas, c'est une deuxième activité.

Donc oui, c'est année, je n'ai pas envie de faire un canular par le biais d'un article, mais tout simplement apporter mon soutien à toutes ces personnes qui professionnellement, avaient misé gros sur ce printemps. Bon courage à tous !

dimanche 28 mars 2021

Un si grand besoin d'eau claire.

Samedi matin, levé 5h20. Première chose à faire, regarder le relevé des courbes de niveau. La pluie est tombée dans la nuit, mais pas grand chose. Outch ! Les courbes disent tout le contraire, c'est monté fort ! La rivière est marron.

Thibaut part à la pêche malgré tout tenter sa chance. Moi, je fais ma matinée montage tout en faisant le tour de mes plans B en cas de crue. Je veux de l'eau claire ! Peu importe la taille des poissons, je m'en contre fiche. Je voulais juste pêcher à vue.

Après quelques dizaines de nymphes à l'étau et quelques kilomètres en voiture, j'ai trouvé mon petit coin de paradis. Une rivière non touchée par les intempéries de la nuit. Alléluia !

Un petit paradis de la pêche à vue.

J'ai pris plaisir à pêcher en nymphe à vue. La plupart du temps avec des imitations peu ou pas lestées. Des poissons qui avaient une peur folle de l'animation. Le mieux était encore de ne rien faire. Dérive inerte proche du poisson. Je me suis bien amusé sur deux jours (quand on aime, on y retourne) et pris quelques truites malgré une population encore bien planquée ! L'eau est gelée !

Une vraie belle !

Les truites du coin sont un peu de toutes les couleurs. On y croise de tout. Celle ci-dessous avec une caudale toute rouge bien visible lorsqu'elle était en poste en début de radier. Elle m'avait blousé le samedi, c'est moi qui l'ai blousé le dimanche !

Queue rouge.

Que dire du poisson ci-dessous. Une toute blanche avec de gros point rouge. Et ce liseret presque jaune fluo...Incroyable. En tous les cas, un poisson bien énervé une fois piqué. Des chandelles de partout. Sympa.

Une blanchette !

Quelques autres poissons non photographiés ont aussi rejoint l'épuisette. Un vrai bon bol d'air à pêcher comme j'aime et pas autrement, à vue ! 

Pas difficile...Vous la voyez ?

- page 1 de 320