Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Centre de pêche en Bosnie.

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

mardi 30 janvier 2024

Une belle idée cadeau !

Ce billet pour mettre en lumière le travail de mon copain Fred. Après 15 ans sans toucher les crayons, il se remet au dessin et propose ses services. Donc si vous êtes intéressé par un dessin de votre plus belle prise ou encore pour offrir, n'hésitez pas à prendre contact avec Fred.

Voici son site internet => https://fredleray74.wixsite.com/2023

vendredi 26 janvier 2024

Produit miracle pour vos mouches !

Ce billet en guise de retour d'expérience personnelle. J'ai toujours été peu friand des divers produits proposés dans le commerce pour aider à la flottaison de mes mouches artificielles. Pour diverses raison d'ailleurs. Souvent pour une efficacité moyenne ou encore par cette trace que laissait le produit en question sur la surface de l'eau. Je m'étais fait finalement à l'idée de ne pas en utiliser tout en changeant mes mouches plus souvent pour conserver une bonne flottaison. 

Cette saison, le copain Sylvère m'a fait découvrir le Dry Tip de Tiemco. Rien de nouveau, le produit existe depuis quelques années. Sauf qu'il n'était jamais passé entre mes mains. Lors de notre semaine sur la Ribnik cet été, ce petit flacon est devenu mon nouvel meilleur ami ! Suffit de tremper la mouche et elle devient insubmersible. Il faut le voir pour le croire. Car cela fonctionne sous la pluie de la même façon. Pas besoin de sécher la mouche avant ou quoi que ce soit, non, un petit bain dans le produit et hop c'est reparti. 

J'utilisais des mouches en cul de canard sur hameçon de 22 et 24 pour tenter de capturer ces satanés ombres qui sont bien plus difficiles en surface que dessous. Autant dire que sous la pluie cela peut devenir très vite compliqué. Là, aucun soucis. Je voyais que mon petit voilier dériver entre les gouttes. Un vrai bonheur.

Le test ultime, et celui qui fait que ce flacon ne me quittera plus, c'est après la capture d'un poisson. Un ombre avec un petit cul de canard en 22/24, sous la pluie, après un joli combat. Vous imaginez l'état de la mouche ? Toutes les fibres collées les une aux autres entre l'eau de la rivière, le mucus du poisson, l'eau de pluie...Sans rien faire d'autre qu'une trempette dans le flacon, la mouche pêchait dans la foulée comme si de rien n'était ! Plus besoin des différentes étapes séchages ou je ne sais quoi d'autre, un bain et la mouche était comme jamais utilisée. Vraiment impressionnant.

A l'heure où tous les fournisseurs de cul de canard et d'autres plumes rivalisent en communication pour vous dire qu'ils ont les meilleures plumes du marché, là, une fois de plus, on s'en fou vraiment. Ce produit ferait flotter n'importe quoi ! L'essayer c'est l'adopter. En tous les cas si comme moi vous ne souhaitez pas trop vous prendre la tête, c'est pour vous.

Si vous souhaitez en savoir plus, c'est ici =>https://www.pecheur.com/achat-impermeabilisant-tiemco-dry-dip-187096.html#af=326409

 

lundi 22 janvier 2024

Rise Festival France 2024

Par ce billet je me fais le relai du président du Rise Festival France pour la première communication de l'édition 2024.

Si la vie n’est pas un long fleuve tranquille, l’histoire du RISE-Festival France ne l’est pas non plus.
En effet, la grosse nouveauté cette année est la fusion du RISE Festival avec le Fly Fishing Film Tour (F3T pour les intimes).

Si, en concertation avec notre ami Nick Reygaert, nous conservons notre indépendance, tant en termes de fonctionnement (notamment avec notre système de bourses pour aider les réalisateurs francophones) que de choix des films que nous diffusons, cette fusion nous apporte un choix de courts-métrages de très grande qualités que nous pouvons sélectionner pour vous offrir un moment inoubliable.

La cuvée 2024 devrait ainsi satisfaire le plus grand nombre d'entre vous.
Le deuxième gros changement est le décalage de l’ouverture du festival, afin de permettre aux réalisateurs, et par ricochet à nous, d’être plus confortables en termes de temps pour finaliser les films et organiser le festival.

Cette année encore, une 20aine de villes recevront le Rise Festival, en France, en Suisse et en Belgique. Merci à toutes les personnes sur place qui se reconnaîtront et sans qui rien ne pourrait se faire.

Merci à nos partenaires Imagos (Aspe-Angler, Guideline France, Le Moulin de Gémages et Monsieur Moucheur), Subimagos et médias qui nous soutiennent et permettent au Rise Festival d’exister et de vous proposer cette désormais traditionnelle escapade halieutique annuelle.

Enfin, merci à tous les partenaires locaux qui sont au plus près du terrain et œuvrent à l’organisation de véritables petites fêtes de la pêche à la mouche un peu partout en France.
Cette année encore vous pourrez voter pour le film qui vous aura le plus captivé afin de déterminer le prix du public 2024.
Restez connectés via notre page Facebook et/ou notre site officiel pour tout savoir sur l’édition 2024 du Rise Festival France (dates, villes billetterie…)

Sébastien Carlet, Président du Rise Festival France

mercredi 17 janvier 2024

Une journée à la rivière.

Il faut être présent alors que la pénombre domine. J’apprécie grandement ce moment où je me déplace sur les berges de ma rivière avant même que les premières lueurs du jour ne soient visibles. Ces quelques minutes entre chiens et loups où tout un monde s’éveille. Même si ma vue s'habitue au sombre assez vite, les sons n’en sont que plus importants pour localiser avec précision la vie. C’est l’heure où les canards sauvages volent d’une rangée de saules à une autre. C’est aussi l’occasion d’apercevoir une bécasse ou parfois encore une bécassine.

Si le ciel est clair, le spectacle est souvent somptueux. Le jour se lève. Le plus beau moment de la journée et de loin. C'est un privilège renouvelé que de pouvoir assister à tel spectacle. La lumière change chaque seconde au fur et à mesure que le soleil perce l’horizon. Ses rayons viennent éclairer la surface de l’eau et réchauffer mes joues par la même occasion. Déjà, et ce même par des matinées glaciales, les truites se mettent en activité. J’ai vu plusieurs fois une truite gober devant moi au lever du jour et ce même lors des matins de janvier par plus de -10 degrés.

Matinée de janvier sur la rivière d'Ain par -11°C

Les premières minutes de la journée sont la plupart du temps un émerveillement. Hérons cendrés et grandes aigrettes ne cessent d’aller et venir en prenant le soin de bien choisir leur gravière en vue de la pêche matinale. Leur vol planant qui transperce la brume est un régal pour les yeux. Le martin-pêcheur lui va et vient entre son nid et son poste de pêche. Il débute sa journée très tôt comme tout le monde ici. Pas de grasse matinée !  

Les minutes passent, c’est le moment où les oiseaux piscivores arrivent sur la rivière. Ils viennent tout droit des dortoirs. Généralement les harles bièvres un peu avant les grands cormorans. Les quelques poissons qui nagent encore dans la rivière ont fort à faire. Il y a des matins où l’on trouve des dizaines de pêcheurs différents…alors que la pêche est fermée.

Le soleil monte pour réchauffer le monde rivière.

Une fois la première heure du jour passée, le calme revient. Tout le monde est à sa place et surtout bien occupé. Les déplacements se font plus rares sauf dérangement. Le soleil monte pour mieux illuminer la surface de l’eau mais finalement il n’ira pas très haut. Durant ces mois d’hiver, il est plutôt furtif. Si les oiseaux se font plus discrets, on peut observer si on cherche là où il le faut quelques truites sauvages. Durant le frai, ou bien en train de se nourrir. Les températures de l’eau ne sont plus ce qu’elles étaient en hiver. En conséquence, les truites mangent plus régulièrement. Il y a des insectes tout le temps. Les truites sont actives quasiment tout l’hiver.

En milieu de matinée, les piscivores ont terminé leur première razzia. Les harles prennent soin de leur plumage tandis que les cormorans toutes ailes écartées tentent de sécher. Ce manège entre pêche et bain de soleil va bercer leur journée jusqu’au retour vers le dortoir un peu avant la nuit.

Il est difficile de profiter de la rivière avec une joie non contrariée. Les jours où je ne croise pas cormorans et harles sont rares mais précieux. Ils me font espérer à une rivière sans cette prédation qui tue les poissons survivants, qui les blessent ou qui les stressent à tel point que la reproduction peut en être perturbée. Nous avons eu une superbe réussite sur la reproduction de l’ombre commun l’an dernier. Et même depuis deux ans d’ailleurs. Ce sont sans doute ces petits poissons qui nagent en pleine eau qui attirent et motivent les piscivores à rester. Il est impossible que ces ombrets passent au travers tant la pression de pêche est forte. L’étau ne se desserre jamais depuis la mi-août, jour où les premiers jeunes oiseaux de l'année ont pris leurs habitudes sur la rivière. Un peu plus tôt chaque année. Ils repartiront bientôt sur des zones plus favorables pour se reproduire. Vous trouverez une pétition sur le site d'Anper TOS. Je vous donne cette information sans grande conviction. Car même si le sujet cormoran venait à trouver solution, il resterait les harles. Et là, c’est dix à douze petits par femelle. Bref, la prédation allochtone a de beaux jours devant elle malheureusement…Pas comme les ombrets de la rivière d’Ain.

La rivière d'Ain jurassienne en journée.

Je profite parfois d’un bel après-midi pour me caler dans le creux d’une berge avec le but d’observer, mais bien souvent, il m’arrive de faire une petite sieste. Je ne résiste pas à la mélodie de l’eau qui s’écoule. Il faut dire que durant ces quelques mois d'hiver, il n'y a rien de plus paisible qu'un bord de rivière. Je passe des heures seul au monde pour mon plus grand plaisir.

Si le lever du jour est un moment à part, la tombée de la nuit l’est tout autant. On y observe des scènes de vie parfois incroyables. Comme ce soir d’automne où par un débit de plus de 100m3, j’ai observé même longtemps après la nuit, une très belle truite gober plusieurs dizaines de fois ! C’est le son de son gobage qui a attiré mon attention avant que je la localise en me mettant à plat ventre sur la berge pour voir dessous. C’était fou. La nuit est un moment charnière lui aussi à la rivière. Les sons qu’émettent les animaux diurnes laissent place sans fausse note aux bruits de toutes sortes que les habitants nocturnes du monde rivière émettent à leur tour. Il m’arrive souvent de rester tard, même très tard pour en profiter.

Une autre journée va se terminer.

Si j’aime le printemps et l’été pour le plaisir que me donne la rivière et les truites, j’apprécie tout autant l’automne et l’hiver où je profite de ces différents paysages au fil d’une journée et des saisons. Une rivière a tellement plus à donner qu’un simple combat avec une truite sauvage. Tellement plus… 

dimanche 14 janvier 2024

Le moulinet Apogée 46

Le moulinet Apogée est rarement cité dans la gamme des manuels. Pourtant, et pour l'utiliser depuis quelques années, c'est un vrai bon compagnon de pêche. Sobre, fiable et efficace. Principales qualités qu'un bon manuel doit avoir à mes yeux.

Bien entendu, j'ai de manière définitive un réel attachement pour mes Danielsson que j'utilise régulièrement avec plaisir. Mais j'avoue utiliser aussi l'Apogée en taille 46 avec plaisir. Ce moulinet possède toutes les qualités nécessaires pour la pêche que je pratique. Son frein est précis, facile à régler et ce même en cours de combat. Il possède un look sobre. Une couleur noire comme j'aime. Surtout, sur la durée, il reste fiable. Je n'ai jamais eu le moindre soucis en cours d'utilisation depuis que je pêche avec. Je me permets de faire cette remarque car ce n'est pas le cas avec d'autres moulinets que j'ai pu tester qui parfois font le double du prix voir plus.

Je mets une soie de 5 avec une bonne longueur de backing dessus sans problème. Il y aussi la possiblité de se procurer des bobines supplémentaires ce qui peut être un plus. On le trouve au prix de 239 euros généralement. Ce n'est certe pas le moins cher, mais son rapport qualité / prix est vraiment très bon. Beaucoup plus que certains moulins à 400 euros ou plus...

Quoi qu'il en soit, il m'accompagnera encore l'année prochaines de temps en temps, c'est certain. Vous pouvez vous le procurer ici par exemple si jamais vous êtes intéressés => https://www.pecheur.com/achat-moulinet-mouche-jmc-apogee-132880.html#af=326409

- page 3 de 376 -