Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Matériels et achats.

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 23 mars 2020

Pré-commande possible.

Depuis plus d'une semaine, j'ai décidé de fermer boutique pour les produits de mon Fly Shop. La raison est que je souhaitais être solidaire de nos facteurs et autres personnels des centres de tri. Je ne me voyais pas profiter financièrement de la situation en restant bien tranquille à la maison pendant qu'ils prenaient des risques pour moi sur le terrain. Je suis toujours dans cet optique mais j'ai trouvé une solution intermédiaire pour pouvoir malgré tout continuer à travailler au moins partiellement.

Je propose donc à mes clients, s'ils en éprouvent le besoin, de me faire leur commande par mail, téléphone ou bien encore messenger. Afin de valider et donc de préparer votre commande, je vous demande un paiement par virement bancaire ou PayPal de l'ordre de 30% du prix total. Je mets ainsi votre colis en attente et vous le fait parvenir dès que la situation revient à la normale. Cela me permettra d'avoir quand même une petite rentrée d'argent car j'ai bien peur que ce confinement va durer longtemps.

Merci à mes clients qui répondront présents dans cette période compliquée pour nous tous. Prenez soin de vous et restez chez vous.

lundi 2 mars 2020

Le genre de retour qui motive !

J'ai cette chance d'avoir de multiples retours de mes clients sur les produits que je commercialise . J'en fais d'ailleurs rarement des articles. Je partage plus volontiers les nombreuses photos que je reçois sur la page Facebook dédiée à ma boutique. Je fais aujourd'hui une exception avec Thomas car c'est aussi une façon pour moi de vous parler de ce jeune homme talentueux. Ce pêcheur nous vient tout droit du Béarn, mais il vagabonde de temps à autres là où le vent le mène...Et c'est en général vers des destinations où la pêche à vue est reine.

Thomas a découvert mes bas de ligne il y a quelques années déjà. Il est resté fidèle depuis à ce produit bien spécifique mais avec sa formule (longueur) toute personnelle. C'est l'avantage de ce service à la carte qui est proposé. Je pense sans trop me tromper que son dernier séjour au pays du long nuage blanc ne va pas lui faire changer d'avis.

En témoigne cette fabuleuse truite de 7 kilos pour 77 centimètres. Ce poisson a été capturé à l'aide du bas de ligne du Fly Shop ainsi qu'avec une cuivre sur hameçon de 18 ! Une truite exceptionnelle. On ne peut que dire un grand bravo au pêcheur.

Quel poisson !

Quelques truites prises par Thomas...

Pour le poisson suivant, je vous livre le message brut de Thomas qui accompagnait la photo ci-dessous :
Alors là, je peux te remercier pour les bas de ligne. Je n'ai jamais eu un combat aussi intense !!!! Pour te dire, à la fin du combat, le bas de ligne je l'ai jeté tellement la truite m'a fait frotter les cailloux etc...C'était dingue. En plus de l'élasticité, la résistance à l'abrasion est incroyable !!! Celle-ci, je te la dois entièrement !!! Je savais que ça tenait le coup, mais alors là...Je n'en reviens toujours pas !!! 2 ou 3 fois obligé de tirer à l'horizontal de toutes mes forces pour la sortir de sous les cailloux, le nombre de tours autour de gros blocs et arbres immergés, je ne les compte même pas....Dingo !

Thomas est guide de pêche. Son avis est d'autant plus important à mes yeux. Cela valide mon travail et mes choix.

Thomas est aussi un fan de la cuivre !

Lors de son dernier séjour, Thomas a offert un bas de ligne de ma réalisation à Kriss Stravs lui aussi guide de pêche. Kriss ne connaissait pas du tout mes bas de ligne. Il a posté cette légende sur sa page pour présenter ce poisson venu tout droit de l'espace !

For presentation i use leader from Nicolas Germain Fly Shop wich was gifted to me from Thomas Barrand. Best thing ever for sight fishing.

Je connais parfaitement les qualités de mes bas de ligne pour les utiliser depuis plus de 30 ans, mais cela fait très plaisir de voir qu'ils surprennent encore et ce même à mille lieux de mon petit village.

Merci Thomas pour ton avis d'expert et pour faire découvrir mon travail autour de toi ! Bonne saison auprès des panthères du Béarn !

Pour contacter Thomas.

dimanche 9 février 2020

Focus sur la Zéphrus FWS en 8 pieds 6 soie de 5.

J'ai toujours quelques craintes quant au fait de faire un retour matériel sur mon blog. Mais une fois de plus, je l'ai dit et je le répète encore aujourd'hui, je mets en avant uniquement des produits que j'utilise et qui me donnent satisfaction. D'un autre côté, vu le nombre de mails et de messages que je reçois par semaine et ce uniquement sur des questions matériel justement, il me semble que vous êtes demandeurs. Bref, je me lance.

Après trois saisons pleines d'utilisation que je qualifierais d'intensives, je souhaitais faire un retour d'expérience sur la canne à mouche Zéphrus de chez HARDY. Je vais donc tenter de vous traduire par les mots ce qui me plait chez elle. C'est pour moi, et ce depuis le début de notre collaboration avec la marque anglaise, mon vrai coup de cœur de la gamme rivière.

La présentation, la classe anglaise.

Jusqu'à la saison 2016, je pêchais avec la célèbre et talentueuse GLX de chez Loomis. J'alternais entre ma 9 pieds et ma 8 pieds 6 (toutes les deux en soie de 5), cette dernière ayant de loin ma préférence. Sincèrement, ces deux modèles me donnaient entière satisfaction. Puis, pour la saison 2017, nous avons débuté une collaboration avec Hardy. Bien que je connaissais l’immense réputation de cette maison, je ne savais pas trop où nous allions vis à vis des cannes actuelles. Après avoir pris conseil auprès de nos interlocuteurs, nous avons choisi de tenter l'expérience avec les Zéphrus. Thibaut choisissant la 9 pieds et moi la 8 pieds 6 toujours en soie de 5. Cette longueur est la plus adaptée à mon besoin et c'est surtout celle qui m'offre un plaisir maximum.

Le plaisir, le mot est lâché. Vous ne trouverez pas ici un test du genre "Protocole Common Cents System". Non, pour définir ce qui me plait dans une canne, j'évalue cela en notion de plaisir et d'émotion, pas en chiffre. Les chiffres, je les laisse au boulot, j'en vois assez passer dans mon local de métrologie depuis le temps que j'y travaille. Si toutefois vous souhaitez quand même réaliser un graphique, alors optez pour un axe des abscisses "plaisir" couplé avec un axe des ordonnées nommé "émotion", on pourra alors s'entendre. C'est uniquement ces sentiments qu'une canne doit vous apporter. En tous les cas c'est le plus important pour moi. J'assume d'ailleurs totalement ce côté "je m'en fouttiste" sur les caractéristiques d'une canne à mouche, que cela soit son poids, la définition de son action, la distance entre ses anneaux, leur composition, etc...Rien à faire, sincèrement. Je comprends par contre que d'autres se basent là-dessus pour faire leur choix. Il faut de tout pour faire un monde n'est-ce pas.

J'ai donc depuis 3 ans appris à connaitre parfaitement et à aimer la Zéphrus au point d'avoir du mal à prendre une autre canne. Bien entendu, dès la prise en mains, les sensations ont été très bonnes. Mais il m'en faut plus, il me faut du vécu pour être convaincu et donc créer un climat de confiance indéfectible sur la durée. La canne fait partie de cet ensemble qui nous lie au poisson. Beaucoup sont de bonnes lanceuses, peu savent créer ce lien.

Ce vécu, celui qu'il faut pour avoir du recul sur une canne, je pense l'avoir maintenant et c'est pourquoi il m'est très facile de vous parler de cette petite merveille. Le terrain, le temps de pêche, les succès comme les échecs, voilà un vrai test comme je le conçois.

Elle m'accompagne depuis 3 ans.

Avec cette canne, j'ai une sensibilité accrue, c'est indéniable. C'est un paramètre important. J'ai toujours l'impression de maitriser les choses en les ressentant de la meilleure des manières. Cette 8 pieds 6 se rapproche vraiment de ce que je ressentais avec la GLX. Elle est néanmoins un poil moins directive, c'est pourquoi j'ai ce doux sentiment de mieux la dominer. J'aime commander à la pêche et non l'inverse. Mon geste pour propulser la soie est plus fluide également, c'est le prolongement parfait de mon bras pour réaliser les posers délicats sur les grands lisses de ma rivière. Sa délicatesse m'est très précieuse pour me faire plus discret auprès des zébrées les plus farouches. Il n'est pas simple de décrire ses sentiments. Déjà avec une femme, c'est compliqué, mais alors avec une canne...

La Zéphrus conserve cette douceur pour que chaque aller et retour de la soie dans les airs soit ressenti au maximum par le pêcheur. J'ai essayé de mettre une soie de 4, mais c'est une vraie 5. Malgré sa finesse, elle est capable de lancer avec précision à bonne distance. Chose finalement que l'on fait rarement en nymphe à vue. On pêche le plus souvent entre 5 et 12 mètres. C'est dans cet intervalle de longueur que la Zéphrus est juste incroyable de précision et de délicatesse. À noter qu'elle est aussi capable de sortir un long bas de ligne en fouettant énergiquement et rapidement à la vue "surprise" d'un poisson. Elle se met en action très rapidement.

Mais au-delà des bons points cités précédemment, je lui trouve ces deux plus grandes qualités sur les deux instants fatidiques de notre mode de pêche, le ferrage et la gestion du combat. Elle est juste parfaite à mes yeux. Je suis persuadé qu'une canne a toute sa part de responsabilité dans le pourcentage de réussite au ferrage et dans la finalité des combats. Ces deux aspects ont toujours eu ma priorité dans le choix définitif d'une canne à mouche. Cela reste très subjectif au final, car il faut que je trouve une canne qui colle à ma façon de ferrer, aux bas de ligne que j'utilise, etc...(cela ne collera pas forcément avec votre propre façon de faire...On me dit souvent que je ferre très fort par exemple). C'est tout cet ensemble, liés les uns aux autres qui va faire que vous allez tendre vers les 100% de réussite une fois que le poisson a engamé l'imitation. J'en suis intimement persuadé. J'ai parfois utilisé des cannes avec lesquelles j'avais un taux de décrochés beaucoup trop grand. Des casses lors des combats plus fréquentes. Le pêcheur était pourtant le même.

Une bonne lanceuse n'a pas forcément les qualités requises pour le combat.

La Zéphrus possède cette sensibilité qui fait que je suis extrêmement à l'aise au moment du ferrage. Elle va accompagner mon geste à la fois dans la justesse et le plaisir que je souhaite prendre à ce moment précis. Sans être trop brusque pour bien ressentir l'instant, sans être trop fragile pour conserver de la maîtrise. Il faut une canne pleine de justesse pour connaitre ces émotions. Le combat qui s'en suit va demander à la canne de travailler pour faire en sorte de maîtriser le poisson sans excès tout en évacuant les décrochages qui sont des plus frustrants. Sur la photo du haut, vous pouvez voir à quel point cette canne travaille en ce sens. Décrocher trop souvent ses poissons peut-être du à un ferrage un poil trop tardif mais aussi, à une canne un poil trop directive. C'est du moins ce que me fait dire mon vécu. La Zéphrus est capable de sortir des truites de 25 à 85 centimètres sans perdre son caractère, sans vous couper de ces sensations qui me donnent le plaisir que je recherche tant. C'est essentiel.

Quand je dis 85cm, je ne vous raconte pas de bêtise.

Je suis vraiment tombé amoureux de cette canne, d'autant plus pour l'avoir trouvé dans ma longueur de prédilection. Si je devais émettre un souhait pour encore l'améliorer et ce toujours à mes yeux, c'est d'avoir un blank non verni, plus mate. Je souhaiterais aussi que la partie visserie du porte-moulinet soit noire. Il fallait bien lui trouver un ou deux petits défauts à cette petite bombe. À souligner la très bonne présentation de l'objet dans son étui ainsi que la superbe qualité de sa poignée en liège. Là, on peut dire que ça m'a changé des GLX !

Tout cela reste valable encore une fois vis à vis de mon gout personnel. Une canne est certainement l'objet de l'arsenal du pêcheur qu'on peut le moins conseiller tant il est personnel, tant il doit coller à ses propres sensations pour justement créer ce lien parfait entre le bras du pêcheur et le poisson qui tente de lui échapper.

Pour conclure, et sans faire un plaidoyer pour cette canne, je peux juste vous dire que la Zéphrus est parfaitement adaptée à mes besoins en conservant à l'esprit que ma priorité est le plaisir qu'elle me donne. Je ne suis pas en mesure d'affirmer qu'elle vous conviendra. Nous sommes tous différents.

Souvenir de 2019 sur la Loue.

 

vendredi 17 janvier 2020

À la découverte du catalogue Mouches de Charette 2020

Loin de moi l'idée de vous détailler les 175 pages du nouveau catalogue de la maison Mouches de Charette, néanmoins, quelques articles ont attiré mon attention comme tous les ans. La gamme est toujours aussi complète. Que cela soit dans le choix des modèles que dans les budgets selon les moyens financiers de chacun.

  • Tout nouveau, tout beau, le waders camou.

C'est une des nouveautés 2020. J'ai quelques collègues amateurs de la partie de cache-cache avec les zébrées qui devraient être attirés par ce nouveau waders. De plus, c'est un trois couches, donc idéal pour les pêches en nymphe à vue par exemple qui demandent parfois de passer autant de temps voir plus sur la berge que dans l'eau. Perso il me tente bien. À voir.

  • La reine de la nymphe au fil.

Encore une nouveauté au catalogue. Les cannes Performer ont été conçues pour la pêche en nymphe au fil et plus globalement pour coller aux techniques dites de compétition. La gamme comprend : 

  • Une 9’4 #3/4 pour la pêche en sèche.
  • Une 9’9 #3/4 pour la pêche tandem sèche/nymphe.
  • Une 10’ #2/3 pour les pêches fines et légère (à partir de 2 nymphes en 2mm tungstène), à courte distance.
  • Une 10’6 #2/3 pour les pêches fines en nymphes légères (à partir de 2 nymphes, une en 2mm et une en 2.3 tungstène), mais polyvalente dans le type de rivières.
  • Une 11’ #2/3 pour les pêches fines en nymphes légères (à partir de 2 nymphes en 2.3 mm tungstène), dans des rivières à longues dérives.
  • Une 11’ #3/4 pour les pêches un peu plus lourdes (à partir de 2 nymphes en 2.5mm tungstène), dans des rivières à longues dérives.

Vous l'aurez compris, la maison Mouches de Charette a pris soin d'aller au bout des choses. Vous trouverez également sur ces cannes un système d'équilibrage par masselottes vis à vis de votre propre combo canne/moulinet afin d'optimiser l'ensemble.

De plus, cette gamme se positionne dans un budget intermédiaire à ce qui existe. Nul doute que ces cannes vont remporter un très grand succès.

  • Des boites de mouches plutôt sympas.

Au catalogue 2020, vous trouverez également un ensemble de boites de mouches flottantes décorées à l'aide des dessins de Mr Charles Gaidy. Magnifiques !

  • Une nouvelle soie.

Peu de chose à vous dire sur cette nouvelle soie si ce n'est que je vais sans doute l'essayer cette saison. Les personnes qui l'ont testé l'année dernière m'en ont dit que du bien. Donc à voir...retour sur utilisation plus tard.

  • Nouvelle gamme Hunt's.

Nouvelle gamme de produits pour aider à la flottaison de vos mouches ou encore pour dégraisser vos bas de ligne. Très bien placée niveau prix. À découvrir lors de cette nouvelle saison.

lundi 13 janvier 2020

Mes bas de ligne vus par mes clients.

Que de questions, que d'écrits, que de discussions au sujet de ces bas de ligne. J'ai du lire et entendre des dizaines de "recettes" différentes. Les secrets ont toujours fait causer, c'est ainsi. Mais au final, je n'ai jamais lu ou entendu une manière de faire qui correspond à ce que je fais aujourd'hui.

Mais je pense que le mieux est encore de laisser la parole aux personnes qui utilisent ces bas de ligne depuis quelques années. Leur retour sera forcément plus objectif que le mien qui pêche avec depuis une trentaine d'années. Je leur ai posé à tous cette même question : pour quelle(s) raison(s) utilises-tu mes bas de ligne ?

Thomas, guide de pêche dans les Pyrénées.

Avant toute chose, je recherche du matériel fiable...Tes bas de ligne n'ont aucune mémoire, et leur élasticité m'ont permis de pouvoir jouer avec des poissons de belles tailles avec des pointes assez fines. Franchement, tu te sens serein quand tu combats le poisson !!

Romain, fan de nymphe à vue.

Mon histoire d’amour avec les bas de lignes cuits a commencé en 2012 lors de mon séjour avec Abdoul en NZ :

Nous ne nous arrêtions que sur des poissons à partir de 3 KG...Que nous pêchions souvent en bordure de courants puissants. Les combats étaient longs...Rudes...Et j’avais beaucoup de décrochés après plusieurs minutes de combat. Après environ 2 semaines et demie de ce régime, nous repérons une belle truite qui correspondait à nos critères. N’ayant pas ma canne à portée de main, Abdoul me tend la sienne. Dès le poisson piqué, je sentais que les coups de gueules étaient beaucoup mieux amortis. Avec plus d’amplitude, moins de brutalité. Cela "tapait " beaucoup moins dans la canne. Le bougre utilisait des bas de ligne cuits ;-) Intrigué, je lui en ai demandé un. Que j’ai ” bricolé ” à ma sauce pour qu’il ait les mensurations du mien. Les résultats sur la deuxième partie du voyage furent édifiants, 2/3 de décrochés en moins ! Dès mon retour, n’ayant pas les connaissances (et l’envie) de jouer à l’apprenti sorcier, je m'adressai à Nicolas Germain qui me les fabriqua avec les longueurs que je lui avait transmises. Depuis, ils font partie intégrante de mon ”équilibre” de pêche. Ils permettent de pêcher plus fin les poissons (qu’ils soient petits ou plus gros) et autorisent (un peu) plus d’erreur (notamment lors de départ surprise) l’absence de mémoire est aussi un grand ++. Je leur dois également plusieurs Marmoratas de plus de 6 KG en 15 centièmes. Il est clair que j’aurai eu beaucoup moins de succès avec des bas de lignes dits ”conventionnels”.

Nico, le barroudeur.

J’utilise tes bas de ligne principalement pour l’élasticité du Nylon et la résistance dans le temps ! Ils me permettent de moins casser au ferrage (mon défaut il y a quelques années) et de maitriser des combats en pouvant brider bien plus fort sur des gros poissons, surtout sur des rivières bien encombrées comme je pêche en ce moment.

Omar, le nympheur bourguignon.

J'utilise ton bas de ligne depuis 2007, 13 ans déjà et je n'utilise que celui-ci, en général un bas de ligne me fait 3 saisons selon les prises de l'année truites, ombres, barbeaux, chesvenes, carpes. Sa résistance et son élasticité mon convaincu au fil des années. Je n'ai jamais été déçu. Le fait de sa couleur rouge m'aide beaucoup quand les eaux sont teintées pour pêcher au fil. Pour moi, ce bas de ligne a fait ses preuves sur les plus grosses truites que j'ai pu prendre en Bourgogne Franche-Comté. Je repars sur une nouvelle saison 2020 avec ce bas de ligne. 

Jean-Marie, le moucheur à tout faire.

Perso, pour pêcher les carpes dans des endroits encombrés c'est presque un indispensable pour moi car l'effet élasticité permet de bloquer totalement le moulin tout en gardant de la souplesse pour la forcer à faire demi-tour. Je donne une grande part des réussites rien qu'aux bas de ligne dans ces conditions !
Pour les truites, l'effet est le même mais le plus gros avantage pour moi, c'est sur les ferrages sur des diamètres fins ! Parce qu'avant de l'utiliser, ferrer sans casser en 10/100 était presque un miracle pour moi ! Et maintenant c'est rare ! (Oui je sais c'est trop fin dans 100% des cas, mais quand c'est très compliqué ça permet de gommer mes énormes erreurs de technique ^^).

Gaël le juracco.

S'il y a quelque chose qui restera dans mes moulinets, c'est bien le bas de ligne rouge, version goût banane (vieilles blagues) ;-)
Pour pleins de raisons: la première n'est pas bonne pour le marché ! Il est indestructible ! Plusieurs saisons sans problèmes pour peu qu'on vérifie les nœuds, quitte à les refaire et changer le dernier brin.

La seconde son absence de mémoire. La troisième, qui est à la limite de l'inconvénient: sa faculté à couler : un peu gênant en sèche, mais intéressant en nymphe.

Et le dernier et le plus intéressant pour moi : Son élasticité à toute épreuve ! Un avantage certain pour amortir les entourloupes des poissons malins et des plus costauds.

Pour l'illustrer une partie de pêche qui restera gravée dans ma mémoire et dont le dénouement (façon de parler) ne tient qu'à ce bdl : Histoire de pêche

- page 2 de 20 -