Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Gestion piscicole

Les actions menées sur le terrain et infos diverses sur le monde complexe de la gestion halieutique

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 17 octobre 2022

Cormorans, plus que les yeux pour pleurer.

Comme si la saison estivale n'avait pas été assez meurtrière, l'automne et l'hiver devrait être du même acabit. Pas d'un point vu caniculaire cette fois-ci mais via les airs par les ombres noires qui vont s'abattre sur nos eaux sans aucun risque.

Comme vous le savez peut-être, les tirs de régulations du grand cormoran sur les eaux libres ont été suspendus. L’arrêté ministériel officialisant cela est paru. Le ministère concerné demande des études pour justifier la régulation des cormorans devant les attaques répétées de la LPO. C'est une véritable farce puisque ces études existent un peu partout en Europe.  Une étude danoise montre que le grand cormoran peut consommer 30% des truites et jusqu'à 78% des ombres des rivières qu'il colonise. Sa pression de prédation suffit à expliquer les déclins localement observés de ces espèces.

Photo @AUPRA (prise sur leur page facebook)

Au-delà des études, il y a l'observation des pêcheurs et des professionnels (pisciculteurs) depuis des années. Pour cela, il faut passer plus de temps au bord des rivières en automne et en hiver que derrière son bureau ! Des journées entières pour se rendre compte de l'incroyable efficacité de ces oiseaux. Chez nous, où les ombres sont bien rares, ils se vengent sur les truites survivantes. Un ami naturaliste m'a dit avoir observé samedi matin un cormoran qui pêchait sur notre linéaire alors qu'il était en affut pour observer un martin pêcheur. En moins de 30 minutes, l’oiseau a capturé 2 truites d'environ 30 centimètres d'après lui. Quand on connait le nombre de poissons qu'il reste dans le coin, c'est désespérant. Sans avoir fait de grandes études, imaginez que ce seul oiseau reste par-là quelques semaines en boulotant deux truites par jour si ce n'est plus...

Les pêcheurs ne demandent pas l'extermination de l'espèce, bien entendu. Mais il y a des faits très clairs. La population de cormorans se porte bien mieux et ce n'est rien de le dire que celle des truites sauvages dont ils se nourrissent. En particulier chez nous. Quand je vois ces vols de plusieurs dizaines d'oiseaux venant des grands lacs jurassiens pour faire des virées régulières sur les têtes de bassins de la rivière d'Ain et de ses affluents, cela annonce une catastrophe. Comment peut-on laisser faire ça sérieusement ??

De toutes évidences, tout n'est pas clair dans cette histoire d'interdiction de tirs de régulations sur les eaux libres. D'après les dires de l'AUPRA (une des grosses AAPPMA de la basse rivière d'Ain), le directeur technique de la fédération nationale aurait donné sa caution en tant que représentant des pêcheurs. Je n'ai bien entendu aucun moyen de le vérifier. Mais cela met en évidence un problème important de mon point de vue. Dans nos AAPPMA ainsi que dans nos fédérations, il y a encore de trop nombreuses personnes, élus ou techniciens, contre ces tirs de régulation. Mon sentiment là-dessus est clair. Cela doit cesser. Commençons par le commencement. Pour les élus, c'est plutôt simple, il suffit ne vous renseigner et de ne pas voter pour eux. Par exemple, je sais qu'il y a eu et qu'il y a encore actuellement à la fédération du Jura des administrateurs totalement contre ces tirs de régulation. je sais qu'il y a au moins un président d'AAPPMA jurassienne contre ces tirs de régulation. Des pêcheurs prêts à tout pour défendre ces oiseaux. Moi, cela me pose problème parce que ces gens-là ne défendent pas la pêche et les pêcheurs, ce qui est pourtant leur rôle en tant qu'élus. Plus grave encore pour les techniciens de fédération dont le salaire vient en partie au moins de l'argent des pêcheurs. J'en ai connu et j'en connais encore ! Chacun ces idées et principes de vie, c'est bien compréhensible, mais allez jusqu'au bout messieurs, quittez le monde la pêche pour rejoindre les rangs de la LPO !

Qu'on nous laisse protéger ces dernières zones à salmonidés sauvages sinon les cormorans finiront le travail, c'est certain. 

Photo @AUPRA (prise sur leur page facebook)

Edit du 22/10/2022 : Vu sur la page facebook de l'Aupra qui rectifie ses écrits : Après un long et fructueux entretien téléphonique avec l’intéressé M. Hamid Oumoussa (directeur technique de la fédération nationale), il apparait que s’il a bien été un des interlocuteurs du Groupe de travail sur le Grand Cormoran, il n’a pas donné d’avis favorable, bien au contraire.

vendredi 23 septembre 2022

Elan politique local pour la sauvegarde des milieux aquatiques.

Si vous suivez l'actualité locale du moment, il se peut que vous soyez surpris par l'ensemble des annonces faites par nos instances et politiques locaux. Effectivement, ces derniers temps, certains affichent une réelle envie d'améliorer les choses vis à vis des milieux aquatiques.

La préfecture du Doubs a par exemple annoncé la signature d'un plan nommé : Rivières Karstiques 2022-2027.

Suite à cette annonce, j'ai vu ici et là fleurir des réactions diverses et opposées comme les plus négatives : "Que des belles paroles..." ou encore "C'est trop tard, tout est mort !" au plus positives : "Mieux vaut tard que jamais, restons positifs !" ou encore "Beaucoup d'attentes à travers ce projet."

Je vous laisserais vous faire votre propre opinion. Nous ne connaissons pas à ce jour les détails de ce projet, mais j'ai trouvé dans la presse locale un petit complément. On y lit que la première "force d'intervention" est prévue en mai 2023...Après la période d'épandage et de mortalité printanière...Comme un faux-départ finalement. Un autre regret, celui de ne pas voir dans les intervenants le collectif SOS Loue qui travaille depuis des années sur le sujet et qui par conséquent, possède une pleine expérience de terrain. Quoi qu'il en soit, souhaitons pour les rivières du Doubs que ce projet lancé par les instances du 25 porte ses fruits. Restons positifs puisque finalement, nous avons tous rêvé de lire ces lignes un jour ou l'autre.

Plus près de chez nous, dans le Jura, nous sommes aussi les témoins du prise de conscience politique. Dans un premier temps, la ville de Champagnole va investir afin de rénover son réseau d'assainissement. C'est une très bonne nouvelle pour la rivière d'Ain.

Je n'ai pas d'information officielle, mais des rumeurs courent aussi sur une modification de la lagune de Crotenay où enfin, les responsables seraient tombés d'accord sur des dysfonctionnements récurrents...A suivre...

Toujours chez nous, c'est le lac de Chalain et la qualité de ses eaux qui est aujourd'hui au centre des préoccupations. Il devrait là aussi y avoir des changements. Un peu comme pour la Loue dans le 25, on peut noter que les associations locales qui dénoncent la dégradation depuis longtemps ne sont pas conviées aux discussions.

Finalement, c'est un lot de bonnes nouvelles qui nous arrivent. De plus, j'ai un sentiment de travail bien fait pour l'ensemble des bénévoles qui dénoncent depuis des années voir des décennies la dégradation des milieux et l'inaction de nos instances. J'ai envie de croire que tout ce travail de communication est en partie (même infime) responsable de ces prises de décisions.

Alors continuons notre rôle de sentinelles...Continuons à dénoncer lorsque le besoin s'en fait sentir.

mardi 13 septembre 2022

Pêche interdite ou les limites d'un arrêté préfectoral.

Dans un de mes derniers articles, j’ai déjà évoqué la fermeture anticipée de la pêche en 1ère catégorie dans le département du Jura. À ce moment-là, j’étais partagé au point de ne pas me prononcer sur le fait que c’était une bonne décision ou pas.

Pour rappel sur l’historique de la situation, un arrêté préfectoral interdisant la pêche de façon temporaire dans les rivières de 1ère catégorie du Jura a été publié le 09 août. La semaine suivante, soit le 16 août, un nouvel arrêté préfectoral a été publié interdisant toutes activités aquatiques sur ces mêmes rivières du Jura. Voilà pour les textes.

Dans les faits, c’est un peu différent quand même. Pour parler de ce que je connais et dans l’idée d’éviter de dire des bêtises, je vais me focaliser sur la haute rivière d’Ain qui est totalement concernée par les deux arrêtés préfectoraux. Au réel, la pêche a été possible sur les parcours avals (à partir de Crotenay et en dessous jusqu’à Chatillon jusqu’au 20 juin par-là. La température de l’eau devenant beaucoup trop élevée par la suite (au-dessus de 19 degrés, la truite entre en stress hydrique). Les pêcheurs étant des gens de terrain pleinement conscients de la situation que subissaient les rivières, ils ont stoppé la pêche d’eux-mêmes à cette date sur ces linéaires. Il y a bien dû avoir un pêcheur ici ou là mais c’était négligeable tant la rivière était désertée en juillet (j’en suis le témoin par mes rondes régulières). L’amont restait praticable en particulier sur le haut du linéaire de Champagnole et sur Sirod. Ensuite, avec les semaines qui passaient et une météo inchangée, la situation s’est dégradée partout pour devenir intenable lors de la première semaine d’août. Mais une fois de plus, les pêcheurs, dans leur très grande majorité avaient conscience de la situation et ne pêchaient plus même sur les parcours amont de la rivière.

Finalement, un arrêté préfectoral est venu acter la fin de la pêche d’un point de vue de la loi au 9 août. Il a fallu attendre une semaine de plus pour stopper les activités de baignades et autre canoé. Arrêté publié durant un épisode de pluie qui a donné près de 72mm au cumulé. Autant dire que sur le terrain, il n’y a eu aucun effet puisque les conditions étaient totalement différentes (débit et température de l’eau). De plus, et cela est un fait réel de terrain, une fois l’épisode humide passé, les baigneurs étaient de nouveau présents aux mêmes endroits et il y avait régulièrement des canoés sur l’eau (propriétaire privé et non loueur). J’ai reçu des photos durant toute la fin du mois d’août et j’ai vu aussi de mes yeux des « contrevenants » à l’arrêté préfectoral. En revanche, je n’ai pas vu de pêcheur.

Tout ça pour dire qu’au final, la plupart des pêcheurs n’ont pas besoin d’un arrêté préfectoral leur interdisant la pêche lors de ces périodes sèches et caniculaires. Alors je suppose qu’il fallait néanmoins le mettre en place pour être crédible afin d’obtenir l’arrêté préfectoral sur les autres activités aquatiques. Mais comme je vous l’ai dit plus haut, les touristes encore là se sont baignés quand même et sincèrement, je pense que les gendarmes ont autre chose à faire que de venir verbaliser ou même faire de la pédagogie pour ce genre de situation. C’est très complexe finalement. D’autant plus que l’arrêté temporaire interdisant la pêche est devenu définitif (et ce sans concertation). C’est assez rageant car la pêche est tout à fait praticable depuis quelques jours sur la haute rivière d’Ain et ce même sur les parcours avals.

Après deux années de Covid où les débuts de saison ont été tronqués, voici une troisième année de pêche consécutive avec de nombreuses semaines de privation pour la plupart justifiées, certes, mais pas pour celles de septembre de mon point de vue. Pour résumer, et si je prends nos lots, la pêche n’était pas praticable du 20 juin jusqu’à l’épisode pluvieux du 14 au 19 août. L’arrêté couvre finalement 1 semaine sur cette période. C’est la réalité. Du coup, après le 20 août avec une rivière au débit 3 fois supérieur à celui de début août (où là la pêche était autorisée), nous n’avions pas le droit de pêcher. On voit là toutes les limites d’un arrêté préfectoral avec son temps de mise en application dans un tel contexte. Au final, il est à côté de la plaque.  

Personnellement, je suis plutôt agacé par la situation car je me suis abstenu de pêcher depuis le 20 juin sur nos lots et qu’avec les copains, on aurait bien ressorti les cannes pour passer quels bons moments ensemble à la pêche lors de ces derniers jours de la saison. On le fait d’ailleurs tous les ans chez nous…On stoppe bien souvent en plein été à cause des températures de l’eau trop chaudes et on recommence les dernières semaines…Sauf que là, c’est interdit par la loi. Je suis d’autant plus agacé quand je vois que dans le même temps des professionnels du canoé reprennent du service ou quand je vois que des pêches électriques d’inventaires sont organisées. Je me dis que le pêcheur de loisir est vraiment le dindon de la farce dans cette histoire.

Reprise de la navigation par les professionnels.

Pour la reprise de la navigation de loisir, cela ne me choque pas du tout puisque les conditions sont redevenues normales. Mais pourquoi les canoés et pas la pêche ? C’est nous les lanceurs d’alerte et on finit le cul tout rouge ! Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne suis pas vraiment fan de l’auto-flagellation.

Pour les pêches électriques, je suis bien conscient que celles-ci ont un but scientifique mais cela reste une pêche avec de nombreuses manipulations du poisson. La pêche de loisir n’est pas plus nocive. Enfin, sauf si on casse la nuque des poissons bien entendu.

C’est aussi pour cette raison que Je suis encore plus agacé puisque notre AAPPMA a toujours fait les choses dans l’ordre. Cet arrêté d’interdiction de pêche a été mis en place pour protéger les milieux et leurs habitants, les truites sauvages en l’occurrence. Soit ! Quid de ces truites au mois de mars prochain où partout, sauf chez nous, les pêcheurs qui le souhaitent trouverons des linéaires pour casser des nuques de truites. C’est clair que ça valait le coup de ne pas pêcher en septembre afin de les protéger…Oui, parce qu’à ce jour, seule notre AAPPMA protège les truites sur 100% de son linéaire. De plus, notre AAPPMA communique depuis des années sur l’importance de la température de l’eau avec pour consigne écrite sur le livret fédéral de ne plus pêcher au-delà de 18 degrés. Nous tentons d’informer et d’éduquer sur ce nouveau paramètre à prendre en compte dans notre loisir afin d’avoir toujours un plus grand pourcentage de pêcheurs responsables. C’est pour toutes ces raisons que cela me fait mal d’être privé de pêche dès lors que les conditions redeviennent « normales » ou à minima « moins pires ».

Avant d’être acteur dans la protection de cette rivière si chère à mon cœur, je suis un pêcheur passionné et je l’assume. Mon envie de pêcher reste intacte et sincèrement, les conditions étaient réunies pour une reprise en septembre. Si j’étais partagé sur le bien-fondé de cet arrêté il y a encore quelques semaines, le fait que la pêche de loisir, au détriment du reste (exemple de la reprise des canoés) soit toujours impossible me fait penser que ce n’était pas une bonne décision d’autant plus que durant la période 1er juillet – 08 août (période où la pêche était autorisée), les conditions étaient bien pires que ce que l’on connait depuis mi-août (période où la pêche est interdite).

Je tiens à préciser que ces propos n’engagent que moi et non pas mon AAPPMA car je n’en ai pas parlé avec l’ensemble du bureau. Je suis également bien conscient que l’ensemble du personnel de la fédération et son C.A fait du mieux possible. Mais aujourd’hui, mon sentiment est que je suis en désaccord avec le déroulement des évènements. J’ai toujours pensé que la pêche n’était pas un problème lors de ces épisodes de sécheresse et j’en suis toujours convaincu.   

Il reste les souvenirs...

dimanche 14 août 2022

Pêche fermée dans le Jura.

Je m'étais pourtant interdit de "publier" durant mes vacances, mais on ne se refait pas. Donc, comme vous le savez certainement, la pêche dans les cours d'eau (ceux qui coulent encore en fait) est interdite temporairement. Cela concerne les rivières de 1ère catégorie et ce depuis le 09 août. On nous explique que cela a pour but de protéger les espèces du milieu aquatique. Très bien. Ci-dessous le mot de la préfecture trouvé sur Facebook.

Je vais parler de notre AAPPMA car je ne connais pas le point de vue des autres. A la demande de la fédération de pêche du Jura, nous avons répondu ceci le 28/07/2022 à la question d'une éventuelle fermeture de la pêche sur nos lots :

Bonjour,

Voici la position de l’AAPPMA de Crotenay pour faire suite à votre demande.

-Étant donné que notre AAPPMA ne considère par le loisir pêche comme un problème vis-à-vis de la situation actuelle sur notre linéaire (plus de pêcheur depuis des semaines sur nos lots).

-Étant donné que les problèmes vis-à-vis de la situation actuelle sont avant tout liés aux baigneurs et navigateurs (canoës) qui dérangent les poissons survivants sur les zones refuges (sans le savoir).

-Étant donné que votre message ne nous assure aucunement que les autres activités aquatiques seront suspendues au même titre que la pêche.

L’AAPPMA de Crotenay est contre une fermeture anticipée de la pêche sur ses lots dans ces conditions.

Bien cordialement.

Voilà, notre position était claire. Fermer la pêche, ok, mais à la seule et unique condition que tout soit interdit et que plus personne ne mette un pied dans l'eau.

Visiblement, une décision a été prise contre notre volonté. Notre AAPPMA le regrette. D'autant plus que depuis, et ce tous les jours, baigneurs et canoés sont dans la rivière. J'en ai encore vu ce jour dimanche 14 août. Sans doute maintenant que la fin de saison se profile avec une météo plus instable et des températures plus faibles, nous allons voir arriver une interdiction de ces activités. Trop tard pour le coup.

Pourtant, quand on voit le débit de la rivière d'Ain ce dimanche 14 août, on devine facilement que les truites encore en vie ont besoin d'une pleine tranquillité pour rester en place sur les zones de refuges thermiques. La pêche n'est pas le problème bien qu'elle soit la seule interdite. Incompréhensible pour ma part.

La Fédération de Pêche de l'Ardèche, innovante sur bien des points, a fait une proposition à sa préfecture. Elle est claire, précise et d'une logique à toutes épreuves. Je vous laisse la découvrir ci-dessous. Je partage ce point de vue à 100%.

Et la suite ? Puisque c'est une interdiction temporaire...Si par le plus grand des bonheurs des pluies conséquences et durables viennent à tomber sur notre Jura pour redonner vie au cours d'eau, on ouvre de nouveau quelques jours ? Avec les réglementations en place ? Je rappelle juste qu'à part l'AAPPMA de Crotenay et la biennoise (sauf erreur de ma part), les autres AAPPMA du département possède une majorité de linéaire où le prélèvement de 3 truites par jours est possible...Je ne vous fais pas un dessin en cas de coup d'eau mi septembre sur l'activité des poissons après cet épisode sècheresse.

D'ailleurs, il me semble opportun de protéger à 100% les populations de truites sauvages restantes pour 2023 et même les années à venir dans notre département.

vendredi 5 août 2022

Fermeture du Blog...

...de façon temporaire. Je vous retrouve dans quelques semaines en espérant de la pluie et un moral plus haut qu'aujourd'hui. Si en plus mes Co-citoyens pouvaient faire preuve d'un peu plus de civisme, cela m'éviterait des hausses de tension. Encore hier soir, et ce malgré l'affichage d'interdiction présent à la fontaine du village, un habitant y lavait sa voiture. Cela résume bien des choses...Quelle tristesse.

Je vous laisse avec un article de presse paru aujourd'hui dans le canard local où j'ai répondu au journaliste. J'ai besoin de retrouver une dose de joie de vivre après ce mois de juillet à pleurer chaque jour ma rivière de cœur. C'est un désastre...

Page 1/2 (source le Progrès)

Page 2/2

- page 2 de 70 -