Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

dimanche 3 juillet 2022

Vidéo : L'équipe JMC sur la Bienne.

L'équipe JMC vient de mettre en ligne une nouvelle vidéo d'un peu plus de 10 minutes. Celle-ci a pour cadre une rivière jurassienne très connue, la Bienne. Elle met en scène un binôme de pêche aussi talentueux qu’élégant, Claire Barret et Grégoire Juglaret. De plus, et c'est important, on notera l'intervention de l'ami Alexandre, jeune président de la Biennoise.

Cette vidéo mêle images de pêche tout à fait exceptionnelles et interventions des "acteurs" plus que pertinentes. Je suis très heureux de voir une grande marque de pêche française relayer un discours comme celui d'Alexandre. C'est assez rare pour le signaler. Je vous avoue, et c'est sans doute l'âge, que je suis lassé des vidéos "pornfish" où la seule préoccupation de la prod est d'en mettre plein la vue tout en faisant des gros plans sur la marque du matériel utilisé. Là, il y a une ligne directrice avec le souci de ne pas utiliser la rivière citée uniquement pour une promo commerciale.

Alors on touche là un sujet sensible. D'ailleurs, pour connaitre Alexandre, je pense qu'avant de donner son accord, il a dû y réfléchir à deux fois. Oui, car de telles images vont aussi avoir l'effet de donner envie. L'effet de conforter les pêcheurs qui connaissent la rivière dans le fait d'y retourner au plus vite, et l'effet de vouloir découvrir ces eaux pour ceux qui ne connaissent pas. Comment penser autrement, les images sont tellement belles, les truites somptueuses...Les paroles justes et sensées en parallèle ne peuvent pas faire oublier ces images.

Alors que faire ? Communiquer ou pas ? Le plus simple me direz-vous est de se réfugier derrière l'adage qui dit que pour vivre heureux, vivons cachés. Certes, c'est juste, mais uniquement pour le pêcheur un poil égoïste et non impliqué sur le terrain de mon point de vue. Dans le cas des rivières jurassiennes et plus globalement francomtoises, difficile de se taire tout remuant ciel et terre derrière les coulisses pour les défendre. On ne peut pas communiquer que sur le négatif. L'équation est très difficile et je vous avoue ne pas avoir la réponse. Car oui, sur la Bienne,  il reste des truites, de très belles truites, celles qui ont les mensurations à faire rêver tous les pêcheurs, mais les populations sont si faibles qu'une pression de pêche trop importante n'est pas possible tout simplement. Au final, il me semble que ce genre de format vidéo, où les belles images se croisent au discours des bénévoles et à la réalité de terrain me parait être la moins mauvaise formule pour ces rivières dégradées mais toujours vivantes.

Alors grand bravo à l'équipe JMC pour cette initiative et merci à Thibault Longis, Grégoire Juglaret, Claire Barret, Alexandre Dupepet et bien entendu BFT Média pour les images !

vendredi 1 juillet 2022

De retour de Veirières.

Veirières est un lieu à part. Il fait parti de ces endroits qui vous aimante de façon permanente une fois la première visite effectuée.

Notre première fois date un peu maintenant, mais la dernière est toute récente. Quand je dis dernière, c’est uniquement avant la prochaine bien entendu. Cette année, je m’y suis rendu avec ma chérie. Je lui ai fait découvrir ce lac d’altitude situé à 1140 mètres et ce qui l’entoure. C’est-à-dire de magnifiques espaces naturels vident de vie humaine.

Vu d'ensemble depuis ma barque. Lodge au centre, burons sur la droite.

Nous sommes arrivés le vendredi en début d’après-midi. Après avoir salué Raphaël, les pêcheurs présents et avoir pris possession de notre chambre dans le buron proche du lodge, il était temps pour moi de rejoindre ma barque pour aller défier les truites de Veirières. Le ciel était gris avec un peu d’air. Quelques petites ondées sont venues agrémenter la pêche également. Un vrai temps de pêche ! Comme à chaque fois, il a fallu chercher la pêche. Tous les acquis des années précédentes étant effacés. J’ai eu vraiment du mal à prendre des poissons en surface alors qu’ils étaient gobeurs. Pas moyen de trouver une imitation qui se détachait afin d’enchainer les poissons. Jusqu’au soir, j’alternerais pêche en sèche et en petite nymphe pour prendre quelques truites de façon irrégulière. Une dizaine de poissons pour ce premier jour avec l’agréable surprise de voir que ces truites avaient toujours une défense aussi impressionnante. À taille égale pour comparer avec ce que je connais, c’est le jour et la nuit.

Une belle qui rejoind le fond du lac.

Joli bécard pris du bord.

Après une nuit réparatrice du voyage et de la pêche, le petit déjeuner servi au lodge devant le lac était la bienvenue. Cette journée du samedi allait se passer sous un ciel beaucoup plus calme. Il y a eu dès le début de matinée une très grosse activité de surface. Celle-ci allait durer jusqu’à 15 heures ! Des gobages tellement compliqués à repérer dans les vagues. Une pêche « ancrée » dans les grosses zones d’activité et une autre en dérive sur le reste du lac (ma préférée tant c'est différent). Vraiment un régal. Uniquement en sèche. Et ce jour-là, j’ai trouvé une mouche qui fonctionnait vraiment bien. Un petit CDC crème avec les ailes séparées style montage Petitjean. J’en avais que 4 des bestioles comme ça. Donc pointe en 18 centièmes direct. Sur une petite mouche cela fait bizarre mais en allongeant la pointe ça passe bien. À partir de 15 heures, les gobages se sont raréfiés. J’ai tenté plusieurs choses sous l’eau du coup jusqu’au soir et c’est finalement pour le coup une nymphes typique « réservoir » qui s’est avérée la plus efficace. Un bonbon de couleur chartreuse.

Sacré bonbon !

Mais sur la fin de journée j’ai vraiment tout essayé et j’ai même pris un poisson au streamer. Je pêche avec ces techniques à Veirières uniquement lorsque les poissons ne gobent plus. Parce que lorsqu’elles sont décidées, c’est vraiment top de les pêcher en sèche en particulier en barque dérivante. Il faut allier la précision de l’imitation du moment et celle du poser sur les trajectoires des poissons. C’est deux éléments maitrisés et la pêche est assurée.  

Des poissons vraiment en forme !

Le dimanche matin fut humide. J’étais seul sur le lac dans ma barque. Les autres pêcheurs présents ont attendu 11h30 et une accalmie pour mettre à l’eau. J’ai pris des seaux d’eau sur la tête mais aussi des truites. Surtout sous l’eau pour le coup. Vu ce qu’il tombait, compliqué de faire flotter quoi que ce soit !

Petite fario du lac pris avec un PP-sedge du Shop le dimanche matin avant les grosses pluies !

C’est après un dernier repas servi au lodge que nous avons pris la route pour retrouver notre Jura. Une fois de plus un séjour réussi sur le lac de Veirières. On y retournera, c’est évident ! Merci à Roland et Raphaël !

Quelques souvenirs en image...

Matériel utilisé lors du séjour.

Notre buron !

Photo prise par ma chérie.

Les hermines de Veirières !

vendredi 24 juin 2022

Nouveau site internet pour la Fédé du Jura

Ce court billet pour vous informer que la Fédération de Pêche du Jura a mis en ligne hier son tout nouveau site Internet. La communication étant primordiale de nos jours, un re-lifting est toujours le bienvenu. Bravo pour le boulot.

Cliquez sur ce lien => Site Internet Fédération Pêche Jura

lundi 20 juin 2022

Vacances estivales.

Ce court billet pour informer les clients du FlyShop que je serais fermé du 06 au 28 août. Aucune expédition possible durant cette période. Merci de votre compréhension.

Merci d'anticiper vos commandes si besoin.

mercredi 15 juin 2022

Canne au ratelier.

15 juin...3 mois après l'ouverture seulement. Pour les parcours aval de la rivière d'Ain, soit tous ceux situés plus bas que Champagnole, je pense qu'il est indispensable de lever le pied. Le débit à ras les pâquerettes, la température de la flotte déjà bien élevée, la canicule...Trop c'est trop. J'avais déjà stoppé une semaine au premier coup de chaud de mai, mais là, vu les températures annoncées en journée et la nuit, c'est d'un tout autre niveau. Les truites auront besoin de toutes leurs forces pour tenter de passer l'épisode même si je ne me fais pas d'illusion. Pour la pêche, il reste les parcours amonts, mais comme nous allons tous avoir la même idée, cela risque de bouchonner...Pas simple de nos jours quand même.

Les truites ces derniers jours n'avaient déjà plus la même puissance. Elles prenaient plus de temps pour repartir. Rien à voir avec les poissons pris en début de saison comme cet obus proche de l'obésité qui avait une défense phénoménale.

Par contre, même sans pêcher, restez présent sur la rivière, c'est très important.

- page 1 de 343