Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

jeudi 21 octobre 2021

8 mois de fermeture du pont à Pont-du-Navoy.

Voilà une nouvelle qui court depuis quelques semaines. Le pont situé sur la rivière d’Ain dans le village de Pont-Du-Navoy va être fermé à la circulation durant de long mois. Les travaux devraient débuter en octobre 2022 et sont annoncés jusqu’en Juin 2023. Huit mois !

Je ne suis pas là pour débattre du bien fondé de ces travaux même si j’ai mon avis. De ce que je sais, c’est pour que les véhicules se croisent mieux et aussi pour y faire passer la véloroute de façon sécurisée. Des travaux de grandes envergures dans tous les cas vu le délai de fermeture annoncé.

J'ai voulu écrire cet article pour de lancer une réflexion / discussion en guise d'alerte sur ce qui risque de se passer en pensant à la rivière et aux pêcheurs. Je sais bien que ce n'est pas la priorité pour beaucoup, mais comme le délai est suffisant avant le début des travaux, il y a peut-être moyen de travailler en bonne intelligence pour limiter les impacts nocifs à l'environnement. Effectivement, je n’imagine pas de tels travaux sans incidence sur le fonctionnement de la rivière. Peut-être que je me trompe, mais il vaut mieux prévenir que guérir. On l’a encore vu malheureusement en cette fin d’été avec les travaux sur le barrage juste en aval de ce même pont avec cette baisse de niveau artificielle en plein étiage. Cela était très mal venu pour la faune et ce, bien entendu,  avec l’accord de la DDT. Un bel exemple d'une non réflexion en amont car il y a eu des mortalité chez les invertébrés et les juvéniles. Une lente baisse du niveau étalée sur 4 ou 5 jours au lieu de quelques heures aurait peut-être permis, il me semble, d'éviter tout ça.

Alors cette fois-ci, plus d'erreurs s'il vous plait ! Si d’aventure, des coulées de sédiments trop importantes venaient avoir lieu durant le frai des truites juste en aval, cela pourrait éventuellement perturber la bonne marche de la reproduction. Je dis cela sans le savoir, simplement, je m’interroge car je ne voudrais pas être le témoin d'une catastrophe. Je souhaite juste qu’on ne se pose pas la question en décembre 2022 avec par exemple des niveaux très bas, des truites sur les frayères et une densité de sédiments dû aux travaux trop importante avec un écoulement difficile à cause d'un débit bien trop faible. Il sera alors trop tard. Certains vont trouver cela hors de propos, mais nos poissons sauvages ont déjà bien du mal à se reproduire sans que rien n’interfère qu’il est à mon avis important de veiller à toutes éventualités. Peut-être faudra t-il aussi réfléchir a évacuer dans la mesure du possible les poissons entre le pont et le barrage ? En tous les cas, et j’insiste, il sera important d'y penser avant sans avoir de regret après. Nous serons plusieurs à y veiller.

Si les travaux durent bien huit mois, soit jusqu’en juin 2023, il va aussi falloir réfléchir à la gestion des pêcheurs qui ont pour habitude de pêcher sur Pont-du-Navoy et les parcours avals. De mars à juin, est-ce-que les parcours avals seront praticables ? Niveaux d’eaux stables ou fluctuants avec de fortes baisses (de façon artificielle) durant les travaux ? Eau chargée en permanence ou pas ? Si par exemple la rivière est toute blanche/laiteuse car chargée de sédiments, il y a une possibilité que toute une population ou au moins une partie des pêcheurs se dirige sur les parcours amonts en augmentant la pression de pêche pour le coup. On peut aussi se poser la question sur les gênes que cela peut provoquer au moment de l’émergence des alevins (je pense notamment au niveau de l'eau si celui-ci est modifié pour les travaux).

Bref, de nombreuses questions dont je ne connais pas les réponses. Encore une fois, cet article n’est pas là pour tenter d’y répondre, mais je l’ai écrit plutôt dans le but d’alerter sur les potentielles nuisances que ces travaux pourront occasionner au cours d’eau et ses habitants. Peut-être que tout se passera pour le mieux et sera tant mieux. Mais on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas !

Dans un an, ce pont ne sera plus qu'un souvenir.

dimanche 17 octobre 2021

Belle rencontre du jour.

Lors de ma balade du jour, j'ai pris le temps d'approcher un poisson qui était très actif. Ceci dans le but de faire quelques images et faire profiter les personnes qui ne peuvent se rendre au bord de l'eau pour admirer ce spectacle. La qualité n'est pas top car c'est fait au téléphone portable. La proximité avec la truite rattrape un peu. Bon visionnage.

jeudi 14 octobre 2021

Assemblée Générale élective.

Ce court billet pour rappeler que l'assemblée générale élective de notre AAPPMA aura lieu ce vendredi 15 octobre à 20h30 à la mairie de Crotenay. Deux mails ont été envoyés via la plateforme "cartedepêche.fr" mais une information supplémentaire n'est jamais de trop.

J'en profite pour saluer tous les bénévoles qui souhaiterons passer la main après avoir donner de leur temps et également, tous les autres qui vont passer le cap pour s'investir dans cette aventure. Merci à tous.

dimanche 10 octobre 2021

Mon amie la truite aux points rouges.

Voici une histoire pas comme les autres qui débute au mois de Juin de l’année 2018. Dans les premiers jours de ce mois qui est souvent donné comme un des meilleurs pour la pêche à la mouche des truites sauvages, j’ai capturé un poisson en nymphe à vue. Rien d'extraordinaire me direz-vous. Cette truite qui devait tourner autour des quarante centimètres est venue aspirer ma nymphe cuivre. Ce poisson était reconnaissable de tous les autres. La truite avait derrière la tête une blessure très récente et assez conséquente. De plus, malgré une taille déjà convenable, elle arborait de nombreux points rouges. C’est chose peu commune chez nous car cela est plutôt réservé aux juvéniles. Quoi qu’il en soit, tous ces signes distinctifs ont fait que je me suis souvenu de ce poisson très précisément. Je craignais aussi pour sa survie avec cette vilaine blessure qui, de ce que j'en pensais sur le moment, avait toutes les chances de s’infecter.

Pensez-vous, dame nature fait si bien les choses ! J’ai pu le vérifier par moi-même en capturant de nouveau ce poisson à la fin du même mois de Juin 2018. cette truite était au même endroit à deux mètres près. J'ai ainsi pu constater que la cicatrice était bien résorbée. Une bonne chose pour la suite de la vie de ce poisson.

Au mois de Mai 2019, je suis de nouveau tombé sur ce poisson sans le chercher, mais voilà, et ce malgré des populations en baisse constante, je reste et resterai un pêcheur. Il fallait regarder de près pour retrouver la cicatrice mais elle était visible pour celui qui avait connu ce poisson avant ce jour-là. C’est plus facilement avec la couleur de ses points et leur emplacement que j’étais certain d’avoir pris le même poisson pour la troisième fois. Des truites de cette taille à points rouges, ça ne court pas les radiers chez nous ! J'ai bien entendu, malgré un souvenir photographique, pris un grand soin de ce poisson sans jamais le sortir de l'eau.

2020 est passé et je vous avoue que ce poisson est passé aux oubliettes. Je ne suis pas tombé dessus et pourtant, j’ai pêché comme les autres années le secteur où il vit.

C’est en avril 2021, en compagnie de ma grande fille, que j’ai renoué le contact. Et en sèche s’il vous plait ! Aucun doute possible, c’était ma copine aux points rouges. Et comme si cela ne suffisait pas, j’ai capturé une cinquième fois en trois ans cette truite en nymphe à vue avec un gammare JFD-14. Cela est arrivé deux mois après en Juillet. Juste incroyable !

Cette truite, je l’ai capturé quatre fois exactement au même endroit à 5 mètres près et une fois quatre-vingt mètres en amont (la capture en sèche avec un niveau de rivière plus haut). Elle vit dans un secteur bien précis depuis 2018 sans jamais en bouger. Peut-être en 2020 du coup comme je ne l’ai pas vu ? Ou cette année-là, elle a peut-être été capturée avant moi par un autre pêcheur ? Le mystère demeure pour 2020.

Le bon côté de ces multiples rencontres, c’est que je me rassure dans le fait de remettre mes poissons à l’eau dans les meilleurs conditions. Sans manipulation, sans jamais les sortir de l'eau en les tenant à pleine main, pas d'apnée inutile et néfaste à la survie du poisson. Cette truite vit bien, elle grandit (autour des 55cm cette année), se nourrit malgré les captures à répétition. C'est parfait. Et puis il y a le côté un peu plus sombre. Quand on commence à prendre le même poisson aussi souvent, c’est qu’il ne doit pas en avoir beaucoup autour malheureusement. C’est même certain. La densité devient si faible que ces rencontres multi-captures deviennent la norme.

Je ne sais pas si nous nous recroiserons. Cela me semble compliqué car elle va sans doute grandir encore un peu. Cette truite va donc commencer à être à l’étroit là où elle vit. L’avenir nous le dira. C’est qui est sûr, c’est qu’elle a passé la taille « casse-croûte » pour les harles et autres cormorans…Sans compter les gros brochets qui rodent dans son espace de vie (j'ai vu en fin de saison un 80 sous sa racine !). Elle a fait le plus dur en les évitant toutes ces dernières années. Une vraie guerrière.

Belle et longue vie ma belle aux points rouges !

jeudi 7 octobre 2021

Le lac de Chalain au coeur des préoccupations.

Le lac de Chalain situé à 10 minutes de mon village fait l'objet d'une attention particulière ces derniers jours à en croire la presse locale. Ce lac est considéré par beaucoup comme un des joyaux de notre département et certainement par certains, comme une poule aux œufs d'or en matière de tourisme.

Photo réalisée par mes soins en 2013.

De nombreuses problématiques se posent autour de ce lac aujourd'hui. On peut considérer que l'été cela devient une véritable ville vu le nombre de logements estivaux présents et en constante augmentation. À noter que les pêcheurs tirent le signal d'alarme depuis de nombreuses années, une fois de plus j'ai envie de dire. Le conseil général du Jura a initié un "Grand Projet de Transformation du Lac de Chalain". Je vous laisse découvrir l'article de presse ci-dessous.

Source @Le Progrès. 

Tout le monde a bien compris que "la gestion" de ce lac était à revoir. Par contre, est-ce que toutes les parties ont le même but final ? Pas sûr ! C'est pourquoi trois associations locales ont lancé en parallèle une action intitulée "Projet Chalain". Il s'agit de Jura nature environnement, Les amis de la rivière d'Ain et Chalain nature. Ce projet n'est pas pour ni contre, mais ces intervenants souhaitent avant toutes choses participer aux discussions afin de faire passer leurs idées. Je vous laisse une fois de plus découvrir l'article de presse ci-dessous qui est la réponse de ces associations.

Source @Le Progrès.

Pour plus d'information sur les intentions de ce collectif de trois associations, voici le site internet => Projet Chalain

En espérant qu'à la fin, cela soit le lac qui en sorte gagnant et surtout la qualité de ses eaux !

- page 1 de 329