Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Divers

Le fourre tout!!!

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 10 mai 2021

Suisse, vote du 13 juin, les explications.

Le 13 juin le peuple suisse devra voter pour des sujets qui me tiennent à coeur. J'aimerais sincèrement avoir l'opportunité de le faire ici en France. Quelques explications sur ce jour très important avec Benjamin.

Nicolas : Bonjour Benjamin. Merci de nous faire une petite présentation et de nous dévoiler tes engagements dans le monde de la pêche en Suisse.

Benjamin : Salut Nicolas, Voici un bref résumé de mon existence, en tant que pêcheur assidu. J’ai 38 ans, pêcheur depuis l’âge de 4 ans, moucheur depuis l’âge de 13 ans, de nombreux voyages de pêche à mon actif, dont un tour du monde de 2 ans avec ma copine, dont le tracé a souvent été orienté vers des destinations où coulent de belles rivières (Patagonie, Canada, Nouvelle-Zélande, Mongolie, …). J’ai même tenté de créer un petit Fly-shop, aventure à laquelle j’ai mis fin, faute de temps à y consacrer (j’ai déjà un boulot à plein temps et d’autres occupations à côté !).

Depuis un peu plus de 2 ans, je me suis engagé au sein du Comité Directeur de la SVPR (Société Vaudoise des Pêcheurs en Rivière) en tant que caissier. J’espère, par certains engagements de ma part, réussir à faire évoluer certaines mentalités sur la pêche dans le Canton de Vaud, mais ce n’est pas de tout repos et souvent ingrat, tu en sais également quelque chose en tant que membre d’un comité d’APPMA !

Bref, je suis un (doux) taré de la pêche, mais c’est un autre sujet que je souhaite aborder ici, qui touche tous les pêcheurs de Suisse.

Nicolas : Le 13 juin, le peuple Suisse devra s'exprimer sur deux initiatives populaires "Pour une eau potable propre" et "Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse". Peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?

Benjamin : D’abord un bref explicatif pour ceux qui ne seraient pas familiers au système civique suisse : Une initiative populaire peut être lancée par n’importe quel citoyen ou groupement de citoyens. Il s’agit de récolter 100'000 signatures, afin de proposer une modification de la Constitution ou d'une loi fédérale et de la soumettre à la votation populaire. C’est ce qui a été fait pour ces deux textes, lancés par des comités indépendants.

  • La première : « Initiative pour une eau potable propre » propose, notamment que :

La Confédération veille à la sécurité de l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires saines et en eau potable propre.

Les paiements directs sont exclus pour les agriculteurs qui emploient des pesticides, des antibiotiques à titre prophylactique ou dont le système de production requiert l’administration régulière d’antibiotiques.

Un délai de 8 ans est prévu pour mettre en place ces pratiques.

Les textes complets de cette initiative figurent ici : https://www.initiative-sauberes-trinkwasser.ch/fr/initiative/

  • La seconde « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » propose, notamment que :

L’utilisation de tout pesticide de synthèse dans la production agricole, la transformation des produits agricoles et l’entretien du territoire est interdite.

L’importation à des fins commerciales de denrées alimentaires contenant des pesticides de synthèse ou pour la production desquelles des pesticides de synthèse ont été utilisés est interdite.

Un délai de 10 ans est prévu pour mettre en place ces pratiques.

Les textes complets de cette initiative figurent ici : https://lebenstattgift.ch/fr/initiative/#initiativtext

Nicolas : Pour votre Conseil fédéral et le Parlement, les initiatives vont trop loin. D’après eux, si elles sont acceptées, beaucoup d’exploitations agricoles produiront moins de denrées alimentaires. Il faudra donc, toujours d’après eux, en importer davantage, ce qui reviendra à déplacer le problème de la pollution à l’étranger. En face, pour les comités d’initiatives, la politique agricole viole le droit à une eau potable propre, menacée par l’usage massif de pesticides, l’utilisation exagérée d’antibiotiques et l’épandage excessif de lisier. Selon lui, il faut réorienter les subventions, car ces dommages écologiques et ces risques pour la santé sont financés par nos impôts.

Je suppose que les associations de pêcheurs sont plutôt favorable aux comités d’initiatives ?

Benjamin : Dans l’ensemble, les pêcheurs sont favorables à ces deux initiatives. Un comité de soutien aux deux initiatives (https://2xoui.ch/) a d’ailleurs été mis en place par des membres du Comité de la FSP (Fédération Suisse de Pêche).

Il n’empêche qu’il y a parfois conflit d’intérêt de la part de pêcheurs proches des milieux paysans. La fédération valaisanne de pêche ne soutient d’ailleurs pas ces initiatives, car trop de ses membres sont proches des milieux agricoles. Côté SVPR, il aura fallu batailler pour que le Comité Directeur finisse par soutenir le camp du 2xOUI après un vote.

Il n’y a toutefois de loin pas que les pêcheurs qui soutiennent ces initiatives, mais également des médecins, des agriculteurs, des agronomes, biologistes et des associations environnementales.

Nicolas : Le débat doit faire fureur dans votre pays entre tous les acteurs pour ou contre. Peux-tu nous faire un retour sur l’ambiance actuelle s’il te plait.

Benjamin : En effet, la bataille fait rage ! Les agriculteurs (sur lesquels la pression en général est déjà élevée) sont en grande majorité contre. Ils ressentent ces initiatives orientées contre eux, alors que ce n’est pas le cas. Les initiatives visent l’emploi des pesticides, pas le monde agricole. Mais partout en campagne fleurissent des pancartes dans les champs « 2xnon aux initiatives phyto extrêmes ». L’agro pharma, très présente en Suisse, fait du lobbysme pour que ces initiatives ne passent pas.

Du côté des acteurs du pour (et du contre également), comme expliqué plus haut, toutes les organisations concernées n’arrivent pas à s’unir pour un soutien unanime, même si tout le monde est concerné ! BioSuisse (la faîtière du Bio en Suisse) a d’ailleurs d’abord rejeté les deux initiatives avant de se raviser et de soutenir « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ».

Le sujet est hautement émotionnel, il y a des débats parfois très virulents sur le terrain, les réseaux sociaux et des affiches et pancartes ont été vandalisées (il ne faut pas oublier que nous sommes en démocratie). Certains agriculteurs soutenant ces textes n’osent pas s’afficher, de peur de représailles…

Mais le débat est lancé, on voit régulièrement de nouveaux reportages dans les médias et la campagne bat son plein.

Les résultats du premier sondage officiel montrent une légère avance aux deux initiatives. Mais rien n’est gagné. Souvent, pour les initiatives populaires, les résultats annoncés dans le 1er sondage s’effritent et pour qu’une la loi passe, il faut la double majorité, du peuple et des cantons.

Nicolas : En conclusion, quelle est ta position personnelle et que souhaites tu dire aux suisses (toujours très nombreux) qui vont nous lire en vue de ce vote.

Benjamin : Comme beaucoup de pêcheurs, j’assiste à la lente agonie de nos rivières et de l’environnement en général depuis bien trop longtemps et il est grand temps que les choses évoluent !

Ma position, en tant que pêcheur et amoureux de la nature, est clairement orientée sur le 2xOUI ! Tous les pêcheurs devraient soutenir ces textes car s’ils ne passent pas, l’état de nos rivières ne peut que continuer de s’empirer.

L’entier de la population Suisse doit se sentir concernée. C’est triste à dire, mais bien que considérée comme le château d’eau de l’Europe, la Suisse dispose de 1 million d’habitants dont l’eau du robinet est contaminée par des pesticides ! Ces initiatives vont bien plus loin que de ne défendre (égoïstement) que nos rivières, elles s’attaquent à des problèmes qui concernent la santé de chacun.

Un pays comme la Suisse, qui se veut souvent exemplaire dans beaucoup de domaines se doit d’empoigner le taureau par les cornes face aux problèmes que représentent les pesticides. Il faut voir ces initiatives comme des opportunités pour changer un système de faire qui, à terme, nous mène droit dans le mur.

Si des lecteurs de cet article souhaitent commander des drapeaux, des affiches ou encore soutenir ces initiatives, n’hésitez pas à commander du matériel (gratuit) sur les sites des campagnes :

https://www.initiative-sauberes-trinkwasser.ch/fr/

https://lebenstattgift.ch/fr/

https://2xoui.ch/

ou à partager certaines de leurs publications sur les réseaux sociaux !

Nicolas : Merci beaucoup Benjamin pour ces informations. Bon combat en terres suisses pour la sauvegarde de nos rivières !

Benjamin : Un grand MERCI à toi pour m’avoir accordé un peu de place sur ton blog dans le soutien à ces initiatives ! En effet, bien que tu ne sois pas directement concerné, car n’habitant pas en Suisse, tu vois tous les jours les effets d’une agriculture trop intensive et des pesticides sur tes cours d’eau. Souhaite-moi que ces initiatives soient acceptées le 13 juin, je te souhaite en retour qu’elles fassent des petits, passent de l’autre côté de la frontière et vous permettent également de protéger vos rivières, entre-autres !

vendredi 7 mai 2021

Conditions actuelles compliquées.

Déconfinement oblige, avec par là-dessus la perspective d'un week-end à rallonge prochainement, mon téléphone et ma messagerie sont dans le rouge ! Ce n'est vraiment pas simple de répondre à tout le monde surtout lorsque chaque pêcheur croit être le seul à me contacter. Bref, je me suis décidé à vous faire un petit topo des conditions actuelles sur la haute rivière d'Ain. Vous verrez qu'après ça vous auriez pu trouver tous ces renseignements seuls comme des grands.

Des pluies soutenues se sont abattues hier sur le Jura. 15 à 25mm selon la localisation. La rivière d'Ain est montée dans la nuit, tout comme son affluent principal, la Saine. À partir de Syam, il faut compter sur un débit de 60m3 au moment où j'écris ces lignes. Bien entendu, impêchable à la mouche. Les 60m3 sont l'addition des courbes de la Station du Bourg de Sirod (rivière d'Ain) et de la Station de Syam (la Saine). Je vous redonne les deux liens !

Il faut que ça descende à environ 30m3 en cumulé pour que ça recommence à pêcher un peu près. Mais pas à vue, bien évidemment. Pour ça, il faut que ça tombe vers du 15-20m3 selon la visibilité qui peut fluctuer d'un coup d'eau à l'autre. Le top c'est 10 et en dessous. La master classe c'est une grande période de stabilisation avec ce débit. Tout le contraire de ce que Mai à l'air de nous réserver.

La rivière ce matin.

D'ailleurs, dès ce matin, il y a eu de nouvelles averses parfois soutenues également. On peut le voir sur la courbe de la Saine puisque c'est reparti à la hausse ! Les rivières sont bien amorçées là. La moindre pluie de 10-15mm les fera bouger.

Courbe de la Saine.

Si on jette un œil sur les prévisions météo à 6-7 jours, ça va être dans la même lignée. Il devrait faire sec jusqu'à lundi. La rivière "devrait" pêcher dimanche. Il faudra malgré tout compter sur une activité des poissons en décrue (si on peut appeler ça une crue) et un vent du Sud annoncé très puissant. Bref, rien de bien réjouissant. Mais j'y serais quand même !

Dès lundi, la pluie revient. Elle devrait être présente un peu toute la semaine. La rivière va sans doute faire le yoyo un peu tous les jours.

Quelques dizaines de millimètres supplémentaires sont annoncés durant la semaine prochaine qui se termine par un long week-end. Je suis bien sûr désolé pour les déconfinés, mais il y aura certainement des petits créneaux d’activité. En sèche notamment.

Dans tous les cas, c'est une bénédiction pour la rivière. Pour rappel, nous venons de passer les trois derniers mois en déficit pluviométrique par rapport à la normale. Ce dernier trimestre a mangé le bénéfice de janvier en terme de pluie. Toutes les infos sur le site de mon copain Pascal => Jura Lac Météo.

Voilà, vous savez tout. Plus besoin de m’inonder de messages, merci !

Faites des mouches, profitez de vos amoureuses, passez du temps avec vos enfants, soyez simplement heureux pour la rivière, c'est bien aussi ;-)

mercredi 5 mai 2021

2007 - 2021, 14 ans !

Voilà donc 14 ans que j'écris régulièrement sur ce support. 14 années que peut-être certains d’entre vous venez me lire. Ce n'est pas une paille sur le net ! C'est même un sacré bout de chemin.

J'ai mis en ligne plus de 1600 articles et vous avez laissé près de 10 000 commentaires. Vous êtes de plus toujours plusieurs centaines de visiteurs chaque jour.

Merci pour votre fidélité. Merci à mes partenaires pour leur confiance.

Si le coeur vous en dit, vous pouvez laisser un petit mot sur le livre d'or de ce blog => Livre d'or.

Pour souvenir, un top 3 des articles les plus lus :

Sinon, pour mes coups de cœur et toujours pour souvenir :

jeudi 8 avril 2021

Une vie de rivière confinée.

Cette nouvelle période de confinement laisse une plus grande liberté que les précédentes. Les riverains ayant la chance de pouvoir continuer à occuper les berges de leur rivière favorite. À la fois, je le faisais aussi sur les deux derniers confinements. Je ne m'en suis pas privé. La rivière étant en bas de la maison. Je comprends aisément la frustration du plus grand nombre ne pouvant pas s'adonner à leur passion. Être au bon endroit au bon moment...Un adage qui veut tout dire en ce mois d'avril. Je ne vais pas m'en plaindre, bien au contraire. J'éviterai malgré tout de m'étendre sur mes parties de pêche. Cependant, je vais vous donner des nouvelles de la rivière d'Ain car je sais que vous êtes demandeurs et cela m'évitera de répondre individuellement à tous les messages que je reçois.

Le changement a été total comme vous vous en doutez au niveau de la fréquentation des berges. Un dernier rush des pêcheurs vendredi et samedi derniers. Cela engendre bien entendu une toute autre approche de la rivière. Alors c'est très égoïste, mais en voyant de nombreux comportements que je qualifierais de déplaisants lors des premières semaines de mars, c'est pour les truites une très bonne nouvelle. Notamment pour la jeune génération. Ces alevins de l'année qui sont visibles pour ceux qui savent regarder. Ou tout simplement qui cherchent à les voir. On atteint là aussi les limites de l'associatif avec la nette différence des pêcheurs passionnés du milieu et les pêcheurs consommateurs...de pêche. Je ne vise pas là une technique de pêche ou une autre, car j'ai vu aussi bien des moucheurs que des toqueurs ou des leurristes faire un peu n'importe quoi. Dans le Jura, nous avons une tolérance pour le fait de rentrer dans l'eau. Les zones de frayères sont délimitées par des pancartes. Bien entendu, les alevins eux ne lisent pas les panneaux. Ce qui veut dire que la majorité de ces nouveaux nés vont se trouver dans ces zones (si l'AAPPMA a bien fait son boulot) mais qu'il peut y en avoir aussi ailleurs. De nouvelles frayères peuvent apparaitre ou les alevins peuvent dériver plus que d'habitude. Bref, il faut observer, il faut prendre le temps. Il faut penser parfois à ne pas pêcher pour éviter de faire des bêtises. J'ai tellement vu de dérives qu'au final, il est facile de penser que les gens ne comprennent rien par eux-mêmes et qu'il faut interdire de rentrer dans l'eau tout simplement. Mais j'ai envie de croire, qu'avec de la communication, on peut arriver à sensibiliser. 

Il n'y a rien de plus facile que de mettre les yeux sur les premiers mètres de bordure avant de tout piétiner. De s'assurer qu'à l'endroit où l'on souhaite se positionner dans l'eau qu'il n'y ait pas d'alevins. Je parle de se positionner afin de faciliter un lancer par exemple. Pas de remonter une berge dans la flotte sur 300 mètres ! Prenez conscience de vos actes car de ce que j'ai vu, en tous les cas sur nos lots, cette progéniture de l'année possède un effectif très faible !

Ces petites truites remercient le confinement.

Pour partir sur un autre sujet, le dernier coup d'eau n'a pas fait de mal, en tous les cas visuellement. Si on voit bien encore que des petites algues brunes résistent sur les fonds, la majorité a été lessivée. Mais ce n'est que du visuel. À ce jour, mis à part quelques poissons trouvés morts dans les premiers jours après l'ouverture, ça reste correct de ce côté là. Mes observations hivernales se confirment quand même avec des effectifs chez les adultes bien faibles. Hors parcours No Kill, ce confinement, comme celui de l'an passé va certainement sauver quelques poissons. Un mal pour un bien sans doute.  Finalement, seules les pêches de grandes prospections comme le leurre ont pu profiter des quelques poissons encore présents. La température de l'eau étant toujours glacée. Je l'ai mesuré entre 9.5 et 10.5°C ce week-end selon ma localisation et les horaires de prise de température. Cela n'empêche pas de trouver ici ou là quelques poissons actifs d'ailleurs. La température de l'eau devrait rester bien basse comme le niveau de la rivière actuellement ! Il y a une possibilité de pluie en début de semaine prochaine, c'est déjà une vraie nécessité !

Quoi qu'il en soit, la rivière d'Ain coule toujours avec quelques privilégiés sur ses berges...

samedi 3 avril 2021

André Terrier nous quittait un 3 Avril...

C'était le 3 Avril 1996. J'ai appris la nouvelle dans un couloir de ma caserne au 74ème R.A de Belfort. J'ai été dévasté. Je n'avais absolument pas conscience à cette époque des ravages qu'apportait la perte d'un être cher. Une période terrible de ma vie débuta ce jour-là.

25 ans ont passé. Mais André est toujours aussi présent à mes côtés. Que cela soit au bord de l'eau ou derrière un étau. Il avait cette faculté, cette envie et ce don d'être toujours en avance sur les autres. Il était surprenant et en permanence dans l'anticipation. Que cela soit dans les techniques de pêche comme dans la recherche fondamentale pour lui du côté pêchant de ces imitations. Pour exemple, quand il a commencé à utiliser de la laine pour réaliser ses mouches de surface jusqu'à faire l'exuvie et même 100% du corps avec, bien des gens l'ont pris pour un fou. Encore aujourd'hui, quand je vois certaines réactions à propos de la SL-rose qu'il a totalement créé à l'époque, je ne peux m'empêcher de penser à lui et de ces moments-là avec le sourire. Cette mouche n'est pas belle à voir, c'est un fait. Mais c'est sans doute une des plus redoutables preneuses de poissons lors des éclosions des grandes echdyos au vol pendulaire. C'est bien tout ce qui comptait pour André, que sa mouche soit plus prenante que les autres. Je suis resté toute ma vie de pêcheur sur sa position.

Il me manque encore terriblement aujourd'hui. Car André a traversé avec moi la très difficile période de ma vie lorsque mes parents se sont séparés. Il était à mes côtés et ne m'a jamais lâché. Certes, il m'a légué tout son savoir de pêcheur, mais surtout ces valeurs d'homme. Je n'arrive pas aujourd'hui à sa cheville mais je tente de faire connaitre son parcours aux nouvelles générations de pêcheurs.

La haute rivière d'Ain n'a plus connu un pêcheur et un homme comme André Terrier depuis sa disparition. Il a laissé un vide très profond.

Je vous laisse avec un souvenir croustillant pour moi. Bon visionnage.

- page 1 de 68