Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Truite fario

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 30 mars 2020

Vidéo : alevin de l'année.

Dix jours, soit une éternité pour moi. Malgré le fait que la rivière soit largement dans mon rayon kilométrique autorisé par la loi confinement, je m'autorise le moins de sorties possibles. Ayant ma femme aide-soignante et une fille pompier, je suis pleinement conscient de la situation. C'est pourquoi je reste à la maison sans broncher. Hier, et donc après plus de dix jours sans avoir vu la rivière, je me suis quand même décidé à remplir mon attestation dérogatoire. Je suis localisé dans la limite de distance et de temps.

Je souhaitais me rendre compte visuellement de deux choses.

-Où en était l'éclosion des alevins de l'année.

-Quid de la situation actuelle suite aux épandages.

Je suis bien conscient que pour les personnes confinées en ville ou en appartement, je suis un privilégier. Je suis donc parti à pied depuis la maison afin de rejoindre la rivière qui est à quelques centaines de mètres de là. Je n'ai pas pu y rester aussi longtemps que je le souhaitais puisqu'on est limité dans le temps pour ce genre de sortie. Mais de toutes évidences, et d'après ce que j'ai vu, l'étiage printanier est une bénédiction. J'en étais déjà persuadé. Le fond de la rivière n'est pas noir, ce qui est parfois déjà le cas à cette époque. Mais comme aucune intempérie n'a eu lieu durant les épandages, ceux-ci s'évaporent lentement au lieu de ruisseler dans nos ruisseaux et rivières. Du coup, c'est la qualité de l'air qui en prend un coup car les lisiers libèrent de l’ammoniac. Ceci est à confirmer dans une dizaine jours où je pense programmer une prochaine sortie rapide. En espérant trouver un fond de rivière toujours aussi clean.

L'étiage printanier est également une bénédiction pour favoriser l'émergence des alevins de truites sauvages. Ces nouveaux nés trouvent là les conditions idéales pour débuter leur nouvelle vie. Pour les sceptiques de la reproduction naturelle sur notre rivière, je peux vous affirmer que ce cru 2019-2020 est une pleine réussite. Quel enchantement de pouvoir admirer cette nouvelle génération sauvage.

Belles couleurs pour cette truite de 2 centimètres !

Quand je pense que les membres de notre AAPPMA sont pris par certains pour des hurluberlus voir des extrémistes. Notre parcours en No Kill intégral fait grincer des dents. Il est vrai qu'il est préférable de réintroduire des poissons adultes surdensitaires. Histoire d'apporter une prédation supplémentaire à ces alevins ainsi qu'une concurrence alimentaire dont ils se passeraient bien. Autant ne laisser aucune chance à cette population sauvage. Mais que voulez-vous, il parait que c'est nous les fous !

Je n'abuserai pas de mon attestation dérogatoire durant cette période, bien que légalement j'ai le droit à une sortie d'une heure quotidienne. Je fais ce choix par solidarité envers les personnes qui bossent et qui sont sur le terrain. Je pense juste y retourner pour constater ou non l'évolution du fond de la rivière suite aux épandages qui se font encore actuellement.

Je vous laisse avec une vidéo en compagnie de ces merveilles de la nature sauvage.

dimanche 9 février 2020

Focus sur la Zéphrus FWS en 8 pieds 6 soie de 5.

J'ai toujours quelques craintes quant au fait de faire un retour matériel sur mon blog. Mais une fois de plus, je l'ai dit et je le répète encore aujourd'hui, je mets en avant uniquement des produits que j'utilise et qui me donnent satisfaction. D'un autre côté, vu le nombre de mails et de messages que je reçois par semaine et ce uniquement sur des questions matériel justement, il me semble que vous êtes demandeurs. Bref, je me lance.

Après trois saisons pleines d'utilisation que je qualifierais d'intensives, je souhaitais faire un retour d'expérience sur la canne à mouche Zéphrus de chez HARDY. Je vais donc tenter de vous traduire par les mots ce qui me plait chez elle. C'est pour moi, et ce depuis le début de notre collaboration avec la marque anglaise, mon vrai coup de cœur de la gamme rivière.

La présentation, la classe anglaise.

Jusqu'à la saison 2016, je pêchais avec la célèbre et talentueuse GLX de chez Loomis. J'alternais entre ma 9 pieds et ma 8 pieds 6 (toutes les deux en soie de 5), cette dernière ayant de loin ma préférence. Sincèrement, ces deux modèles me donnaient entière satisfaction. Puis, pour la saison 2017, nous avons débuté une collaboration avec Hardy. Bien que je connaissais l’immense réputation de cette maison, je ne savais pas trop où nous allions vis à vis des cannes actuelles. Après avoir pris conseil auprès de nos interlocuteurs, nous avons choisi de tenter l'expérience avec les Zéphrus. Thibaut choisissant la 9 pieds et moi la 8 pieds 6 toujours en soie de 5. Cette longueur est la plus adaptée à mon besoin et c'est surtout celle qui m'offre un plaisir maximum.

Le plaisir, le mot est lâché. Vous ne trouverez pas ici un test du genre "Protocole Common Cents System". Non, pour définir ce qui me plait dans une canne, j'évalue cela en notion de plaisir et d'émotion, pas en chiffre. Les chiffres, je les laisse au boulot, j'en vois assez passer dans mon local de métrologie depuis le temps que j'y travaille. Si toutefois vous souhaitez quand même réaliser un graphique, alors optez pour un axe des abscisses "plaisir" couplé avec un axe des ordonnées nommé "émotion", on pourra alors s'entendre. C'est uniquement ces sentiments qu'une canne doit vous apporter. En tous les cas c'est le plus important pour moi. J'assume d'ailleurs totalement ce côté "je m'en fouttiste" sur les caractéristiques d'une canne à mouche, que cela soit son poids, la définition de son action, la distance entre ses anneaux, leur composition, etc...Rien à faire, sincèrement. Je comprends par contre que d'autres se basent là-dessus pour faire leur choix. Il faut de tout pour faire un monde n'est-ce pas.

J'ai donc depuis 3 ans appris à connaitre parfaitement et à aimer la Zéphrus au point d'avoir du mal à prendre une autre canne. Bien entendu, dès la prise en mains, les sensations ont été très bonnes. Mais il m'en faut plus, il me faut du vécu pour être convaincu et donc créer un climat de confiance indéfectible sur la durée. La canne fait partie de cet ensemble qui nous lie au poisson. Beaucoup sont de bonnes lanceuses, peu savent créer ce lien.

Ce vécu, celui qu'il faut pour avoir du recul sur une canne, je pense l'avoir maintenant et c'est pourquoi il m'est très facile de vous parler de cette petite merveille. Le terrain, le temps de pêche, les succès comme les échecs, voilà un vrai test comme je le conçois.

Elle m'accompagne depuis 3 ans.

Avec cette canne, j'ai une sensibilité accrue, c'est indéniable. C'est un paramètre important. J'ai toujours l'impression de maitriser les choses en les ressentant de la meilleure des manières. Cette 8 pieds 6 se rapproche vraiment de ce que je ressentais avec la GLX. Elle est néanmoins un poil moins directive, c'est pourquoi j'ai ce doux sentiment de mieux la dominer. J'aime commander à la pêche et non l'inverse. Mon geste pour propulser la soie est plus fluide également, c'est le prolongement parfait de mon bras pour réaliser les posers délicats sur les grands lisses de ma rivière. Sa délicatesse m'est très précieuse pour me faire plus discret auprès des zébrées les plus farouches. Il n'est pas simple de décrire ses sentiments. Déjà avec une femme, c'est compliqué, mais alors avec une canne...

La Zéphrus conserve cette douceur pour que chaque aller et retour de la soie dans les airs soit ressenti au maximum par le pêcheur. J'ai essayé de mettre une soie de 4, mais c'est une vraie 5. Malgré sa finesse, elle est capable de lancer avec précision à bonne distance. Chose finalement que l'on fait rarement en nymphe à vue. On pêche le plus souvent entre 5 et 12 mètres. C'est dans cet intervalle de longueur que la Zéphrus est juste incroyable de précision et de délicatesse. À noter qu'elle est aussi capable de sortir un long bas de ligne en fouettant énergiquement et rapidement à la vue "surprise" d'un poisson. Elle se met en action très rapidement.

Mais au-delà des bons points cités précédemment, je lui trouve ces deux plus grandes qualités sur les deux instants fatidiques de notre mode de pêche, le ferrage et la gestion du combat. Elle est juste parfaite à mes yeux. Je suis persuadé qu'une canne a toute sa part de responsabilité dans le pourcentage de réussite au ferrage et dans la finalité des combats. Ces deux aspects ont toujours eu ma priorité dans le choix définitif d'une canne à mouche. Cela reste très subjectif au final, car il faut que je trouve une canne qui colle à ma façon de ferrer, aux bas de ligne que j'utilise, etc...(cela ne collera pas forcément avec votre propre façon de faire...On me dit souvent que je ferre très fort par exemple). C'est tout cet ensemble, liés les uns aux autres qui va faire que vous allez tendre vers les 100% de réussite une fois que le poisson a engamé l'imitation. J'en suis intimement persuadé. J'ai parfois utilisé des cannes avec lesquelles j'avais un taux de décrochés beaucoup trop grand. Des casses lors des combats plus fréquentes. Le pêcheur était pourtant le même.

Une bonne lanceuse n'a pas forcément les qualités requises pour le combat.

La Zéphrus possède cette sensibilité qui fait que je suis extrêmement à l'aise au moment du ferrage. Elle va accompagner mon geste à la fois dans la justesse et le plaisir que je souhaite prendre à ce moment précis. Sans être trop brusque pour bien ressentir l'instant, sans être trop fragile pour conserver de la maîtrise. Il faut une canne pleine de justesse pour connaitre ces émotions. Le combat qui s'en suit va demander à la canne de travailler pour faire en sorte de maîtriser le poisson sans excès tout en évacuant les décrochages qui sont des plus frustrants. Sur la photo du haut, vous pouvez voir à quel point cette canne travaille en ce sens. Décrocher trop souvent ses poissons peut-être du à un ferrage un poil trop tardif mais aussi, à une canne un poil trop directive. C'est du moins ce que me fait dire mon vécu. La Zéphrus est capable de sortir des truites de 25 à 85 centimètres sans perdre son caractère, sans vous couper de ces sensations qui me donnent le plaisir que je recherche tant. C'est essentiel.

Quand je dis 85cm, je ne vous raconte pas de bêtise.

Je suis vraiment tombé amoureux de cette canne, d'autant plus pour l'avoir trouvé dans ma longueur de prédilection. Si je devais émettre un souhait pour encore l'améliorer et ce toujours à mes yeux, c'est d'avoir un blank non verni, plus mate. Je souhaiterais aussi que la partie visserie du porte-moulinet soit noire. Il fallait bien lui trouver un ou deux petits défauts à cette petite bombe. À souligner la très bonne présentation de l'objet dans son étui ainsi que la superbe qualité de sa poignée en liège. Là, on peut dire que ça m'a changé des GLX !

Tout cela reste valable encore une fois vis à vis de mon gout personnel. Une canne est certainement l'objet de l'arsenal du pêcheur qu'on peut le moins conseiller tant il est personnel, tant il doit coller à ses propres sensations pour justement créer ce lien parfait entre le bras du pêcheur et le poisson qui tente de lui échapper.

Pour conclure, et sans faire un plaidoyer pour cette canne, je peux juste vous dire que la Zéphrus est parfaitement adaptée à mes besoins en conservant à l'esprit que ma priorité est le plaisir qu'elle me donne. Je ne suis pas en mesure d'affirmer qu'elle vous conviendra. Nous sommes tous différents.

Souvenir de 2019 sur la Loue.

 

vendredi 7 février 2020

Une décennie de truites.

À l'image des deux derniers articles sur le sujet, je vais revenir aujourd'hui sur la décennie passée côté poissons cette fois-ci. Je dois déjà vous dire que cela m'a remémoré bon nombre de grands et beaux souvenirs lorsque j'ai parcouru mes photos pour n'en choisir qu'une seule par année. Chose que je n'ai pas pu faire pour 2012 d'ailleurs.

J'ai pu également me rendre compte que j'avais évolué dans la prise photo avec le temps. Et si je le savais déjà, revoir toutes ces photos m'a convaincu qu'il fallait se battre corps et âme pour nos rivières ! Elles nous donnent tant de bonheur et d'émotion à travers ces poissons fantastiques !

C'est parti pour 10 ans de truites...

  • 2010

Je me souviens de ce poisson comme si c'était hier. Le lieu précis, l'approche et la joie qu'il m'a donné. C'est surtout son caractère extrêmement sauvage qui m'a laissé un souvenir impérissable.

  • 2011

La photo n'est pas très belle. La truite posée sur le sable...pas terrible. J'ai évolué, heureusement. Ce poisson était un véritable bœuf en terme de puissance. Je l'avais capturé au petit jour. Je me souviens d'un combat où je ne voyais pas la fin. Incroyable poisson.

  • 2012

Compliqué car cette année là, j'ai pris deux "symboles" à mes yeux. Ce premier poisson qui est plus grand que le second (comme quoi les photos sont trompeuses) a été pris dans ce merveilleux et splendide parcours de la Papeterie. Un lieu où les truites étaient protégées jusqu'à ce 14 mars prochain. Toujours pas digéré cette décision.

2012 c'est aussi la capture de ma plus grande truite en sèche. Elle a d'ailleurs fait la couverture de mon livre. Un poisson pris en compagnie de mon ami Gaël. Cerise sur le gâteau, j'ai pris ce poisson à vue. Elle est venue gober ma SL-mai devant mes yeux ébahis. Immense souvenir !

  • 2013

Une saison de fou dans mes souvenirs. Ce poisson n'était pas zébré, presque sans point et d'un jaune vif dans l'eau ! Je le voyais arriver de très loin. Sa capture m'a rempli de joie car il m'a fallu quelques sorties pour concrétiser l'affaire.

  • 2014

Alors elle, j'en ai encore mal au bras ! Ce gabarit de poisson, en pleine possession de ses moyens, est un véritable tracteur. J'ai pris ce poisson en sortie de radier. J'ai quelques zones d'ombres dans ma mémoire sur la nymphe utilisée par exemple, mais pour le reste, c'est encore bien présent. Sacrée truite !

  • 2015

L'année de ma plus grande et grosse truite sur ma rivière de toujours (celles prises ailleurs comptent pour du beurre au final ;-) ) . Chaque détail est présent, quelque part dans ma mémoire, chaque geste, chaque réaction du poisson, chaque émotion...Je n'ai jamais recherché spécifiquement les gros poissons, je n'ai pas le tempérament pour cela, mais malgré tout, quel pied de tomber sur cette truite par hasard !

  • 2016

Une truite vue alors que je ne pouvais la pêcher où j'étais. Je suis retourné au même endroit le lendemain en changeant mon approche. Le poisson était toujours là. Grande truite...Fine...Mais superbe poisson sauvage !

  • 2017

Première année avec la Hardy. Laisser la GLX au placard n'a pas été simple ! Mais il faut croire que le bonhomme est plus important que le matériel ;-) . Grand souvenir avec cette truite que j'ai prise en déroulant un paquet de soie. Le ferrage à grande distance reste le summum de la nymphe à vue pour moi.

  • 2018

Une autre très belle truite prise en fin de saison après un été difficile. D'où le fait qui lui manque quelques grammes au compteur. Malgré ça, elle m'aura fait un combat dantesque. Très belle truite.

  • 2019

La seule à la robe non jurassienne de cette décennie. Mais je ne pouvais pas passer à côté. Quelle truite ! J'en tremble encore !

mercredi 22 janvier 2020

Toujours y croire !

Et pourtant, j'ai eu de nombreuses fois des passages à vide en pensant qu'il n'y avait pas d'issue. C'est toujours un peu le cas, car je pense toujours que la montée en température lors des prochaines années que cela soit dans l'air comme dans l'eau reste malheureusement d'actualité.

D'un autre côté, les truites sauvages de la rivière d'Ain me surprendront toujours. Ces animaux sont phénoménaux. Leur envie de survivre est hors normes ! Malgré tous les maux qui touchent leur habitat, ces truites continuent à nager dans les eaux de nos rivières jurassiennes avec vaillance. Vous l'aurez compris, au fond de moi, je sais que l'issue est inéluctable au rythme où ça va, mais malgré ce sentiment, j'ai envie d'y croire quand même car ces truites sauvages méritent tout simplement qu'on croit en elles !

Les truites sauvages de la rivière d'Ain doivent en grande partie "le maintien" des populations à leur formidable pouvoir d'adaptation et aussi, un tout petit peu aux quelques fous qui se battent pour les protéger des prélèvements irraisonnés. Car si on regarde un peu dans le rétroviseur, la rivière d'Ain est bien seule dans ce combat.

  • Un contrat de rivière devait voir le jour il y a quelques années. Le projet était bien avancé. Il portait en lui de nombreux espoirs de faire remonter au grand jour et aux élus les problématiques existantes sur cette rivière. Finalement, il est tombé aux oubliettes par je ne sais quel tour de passe-passe.
  • Des parcours No Kill ont été retirés du linéaire contre toutes logiques. Le plus récent en date, celui de Sirod en amont de la rivière d'Ain. Mais il est bon de rappeler que près de 7 kilomètres ont sauté entre Châtillon et l'aval de Montigny/Ain il y a quelques années. Un des parcours les plus faiblement peuplé de la rivière où à ce jour, chaque pêcheur est en droit de garder 3 truites/jour, une aberration ! Les prélèvements ont été de nouveau autorisés sur ces 7 bornes malgré une pêche électrique effectuée annuellement (sur Châtillon) donnant des résultats plus que médiocres. À se poser des questions sur l'utilité de ces pêches quand on voit cela.
  • Le plus aberrant, c'est que sur le linéaire cité plus haut, des rempoissonnements sont réalisés chaque année avec du poisson de pisciculture. Donc je résume si vous le voulez bien, on retire un No Kill de 7 kilomètres afin de pouvoir à nouveau prélever les poissons sauvages mais on remet des poissons de foire parce qu'il y en a plus assez ! Vous suivez ? Moi non ! Pour les chiffres, c'est 2 tonnes de poissons adultes (arc et fario) + 20 000 alevins. Et tout cela au milieu des poissons sauvages avec les risques que cela engendre. Au mieux, une concurrence alimentaire qui n'est pas une bonne chose avec la pénurie d'insectes par exemple, au pire un croisement génétique. Tellement triste comme situation car il en reste des poissons sauvages ! Voir la vidéo ci-dessous. J'en ai mal au ventre de ces mauvaises décisions et de ce laisser-faire !
  • Des systèmes d'épuration parfois défaillants. Des rejets connus non raccordés. Des poursuites en justice ont donné choux-blanc à chaque fois. Aucun résultat dans les tribunaux comme sur le terrain. Comme si de rien n'était au final. Pour information, tous les rejets filmés pour mon DVD à l'époque existent encore à ce jour. Tous !
  • Autour de 25 ans de fermeture de la pêche de l'ombre commun par arrêté préfectoral. Les populations n'évoluent pas. Les réponses aux questions sont absentes. Les actions pour faire évoluer les choses également. C'est devenu tellement la norme qu'on fini par l'oublier, mais c'est tout sauf normal comme situation !

Alors merci aux deux AAPPMA de la rivière d'Ain (Champagnole et Crotenay) de prendre conscience de la situation en mettant des linéaires protégés supplémentaires. Merci de prendre conscience que nous sommes seuls pour agir et que nous n'avons finalement que ce levier unique pour le faire. Celui du prélèvement. Que les grincheux le veuillent ou non. À ce jour, il n'y a que ça à faire puisque rien n'est fait dans les autres domaines.

Je vous dis tout ça parce que le potentiel existe encore en 2020 malgré tout. Rien à voir avec les populations de l'époque, bien entendu, mais les truites sauvages sont là, elles sont autonomes, elles se reproduisent. Il faut juste avoir conscience qu'elles sont peu nombreuses et qu'il faut les protéger. Pour cela, il faut passer du temps au bord de l'eau, 40 années de pêche ou une bardée de diplômes ne suffisent pas, c'est le vécu sur les berges de la rivière et les centaines d'heures d'observation qui comptent, rien d'autre. C'est avec ce vécu, comme par exemple un suivi des frayères chaque année, qui fait que l'on sait de quoi on parle. En tous les cas à mes yeux.

Alors croyez-y, motivez tous les pêcheurs autour de vous à comprendre que chaque poisson sauvage de cette rivière est important, motivez-vous pour les futures élections d'AAPPMA à l'automne pour améliorer la situation car elle peut l'être encore !

Bon visionnage de ma dernière vidéo où des scènes ont été filmées sur le parcours public. Linéaire où les gestionnaires pensent qu'il faut remettre des poissons adultes pour aider à la reproduction. Quand on voit ces images...On a envie de pleurer en pensant à ça. Dans cette vidéo, à partir de 1'10", il y a une scène avec une femelle au centre qui est protégée par un mâle dominant. J'estime la femelle à 40 centimètres...Je vous laisse deviner la taille du mâle et du coup je fais un petit clin d’œil à tous les instruits qui pensent que les grosses ne se reproduisent plus ! Observez, apprenez !

Cliquez sur HD pour une meilleure image.

Frai truites 2019 - Jura from Nicolas Germain Fly Shop on Vimeo.

samedi 7 décembre 2019

Les grosses truites se reproduisent aussi.

Je mets en ligne cette courte vidéo que j'ai réalisé cette année à l'attention des dirigeants d'AAPPMA qui pensent encore de nos jours, que les gros poissons font plus de mal que de bien. Oui, la croyance par là haut à travers veut que les grosses mangent les petites...Rhoo les vilaines ! Il se trouve pourtant que les gros poissons possèdent une empreinte génétique fabuleuse et qu'ils sont eux aussi très actifs sur une frayère...À l'inverse de certaines autres croyances...

Sur cette vidéo, la petite femelle doit faire d'après moi près de 40 centimètres...Je vous laisse deviner pour le mâle qui la protège jalousement de ses congénères ! Ne croyez pas, observez...Vous apprendrez !

- page 2 de 37 -