Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Truite fario

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 7 juillet 2021

David Grimardias, photographe talentueux.

Nous partons au travers ce billet à la découverte d'un photographe extrêmement talentueux. Mon invité, David Grimardias, est de plus passionné du monde halieutique. Si vous êtes en autres professionnels de la pêche, sachez qu'il est possible de s'attacher ses services. Bonne lecture. 

Nicolas : Salut David, très heureux de te recevoir sur mon blog. Peux-tu nous faire une petite présentation s’il plait ?

David : Bonjour Nicolas, et tout d’abord un immense merci de mettre en avant mon travail sur ton blog. C’est un grand honneur pour moi !

En quelques mots, vu que nous allons approfondir tout ça par la suite, je suis un amoureux des cours d’eau et des poissons qui les peuplent. « Amoureux de la nature » dans son ensemble pourrait être plus exact, mais les rivières ont toujours su attiser en moi un feu particulier (je sais que ça peut sembler paradoxal en parlant d’eau). Que ce soit par mes deux professions ou ma passion halieutique, c’est véritablement un écosystème dans lequel j’aime plonger et me perdre.
Dans le but de la protéger, j’en ai fait mon métier en tant qu’hydrobiologiste. Mais en tant que Photographe, j’ai également l’occasion de parler de Nature au public et aux enfants par l’intermédiaire de deux associations dont je suis membre : « Photographes pour la Préservation de la Nature » et « Géniale Nature ».

Et je suis en outre nouveau quadragénaire, fier mari d’une femme formidable et papa comblé d’une merveilleuse petite fille.

David, mon invité du jour.

Nicolas : Je t’ai invité pour parler avant tout de ton site internet que je trouve exceptionnel. Mais ce n’est pas tous les jours que je reçois un Docteur en écologie des populations piscicoles et écologie comportementale. Peux-tu nous en dire plus ?

David : Merci Nicolas pour ces mots à propos de mon site ; ça me touche beaucoup. Il est le fruit d’une longue réflexion et de passages par différentes versions au fil des années mais dont je n’étais jamais satisfait. Je suis très heureux d’avoir enfin en ligne un site qui me correspond mieux, qui me plait vraiment et reflète enfin mon travail photographique.

Mon métier principal n’est en effet pas lié directement à la photo, mais aux rivières et aux poissons. J’ai le titre universitaire de docteur en écologie des populations et écologie comportementale. En des termes plus simples (si j’ose dire), je suis un hydrobiologiste spécialisé dans le comportement des poissons d’eau douce et leur milieu de vie… Ou comme le dit adorablement ma fille de 5 ans, je suis « docteur des poissons » !

Cette activité principale, depuis maintenant 16 ans, me permet d’étudier et de protéger les poissons de rivière, comme le saumon, la truite, l’ombre commun, mais aussi des cyprinidés comme le barbeau ou le chevaine. Avec mon cursus et mon expérience, je suis actuellement plus spécialisé dans les impacts de l’hydroélectricité sur les populations piscicoles : évaluation du franchissement des barrages par les poissons (une passe est-elle réellement efficace ou pas ?), impacts des gestions sédimentaires (c’est à dire des vidanges et curages, etc.) et évaluations des peuplements et biomasses piscicoles dans les retenues. Je travaille dans un institut de recherche au sein d’une école d’ingénieur de Genève. Cela me permet non seulement de faire de la recherche appliquée, c’est-à-dire résoudre des problèmes réels auxquels sont confrontés les gestionnaires et exploitants, mais aussi de former nos étudiants : les gestionnaires et acteurs de l’environnement de demain !
Après un doctorat en recherche plus fondamentale, mon métier m’a entraîné vers la recherche appliquée. Beaucoup plus proche des problèmes actuels de nos rivières, celle-ci m’a permis de côtoyer beaucoup d’acteurs de l’environnement et du monde de la pêche, auprès de qui j’ai beaucoup appris… et avec qui j’apprends toujours !

Nicolas : Parmi tes passions il y a donc la photographie. Comment cela t’es venu et depuis combien de temps pratiques-tu ?

David : Tout comme la pêche, que m’a transmis feu mon grand-père, la photographie est aussi une histoire de famille. C’est mon père qui m’a initié à cet « art », et m’a transmis mon premier appareil digne de ce nom.

C’est une passion que je pratique depuis plus de 15 ans et comme pour mon métier (rien n’arrive par hasard…), mon premier amour photographique a été Dame Nature. Puis j’ai petit à petit découvert de nouveaux domaines, comme la photographie de pêche à la mouche qui associe mes deux passions, ou la création de souvenirs avec ce qu’on appelle la photographie « Life », témoignage de nos vies de famille, avec une place particulière pour nos animaux de compagnie (dans le style « lifestyle » et avec lumières naturelles).

Nicolas : Tu as fini par en faire un métier. Quels sont les services que tu proposes ?

David : J’ai eu la chance d’avoir des proches qui m’ont permis de beaucoup voyager, de longuement côtoyer de grands photographes de nature qui m’ont beaucoup appris. J’y ai acquis des techniques assez poussées et ai pu réaliser des clichés qui ont été primés dans un grand festival dédié à la photo de nature.

De la photographie de nature, j’ai vraiment gardé l’amour des belles images, des belles compositions et lumières, pour mettre en avant mon sujet dans son élément, toujours dans une démarche artistique.

Avec la demande croissante de tirages photographiques et de reportages photo, j’ai décidé en 2018 de créer une activité professionnelle d’auteur photographe.
Les principales activités et services que je propose sont tout d’abord la vente de « tirage d’art » à partir d’images issues de ma production personnelle ou réalisées en collaboration avec le client. J’ai d’ailleurs en projet d’ouvrir sous peu une galerie de vente en ligne pour ces tirages sur mon site.

Je propose également la cession de droits de mes images pour des fins de communication (associative, éducative ou commerciale), qu’il s’agisse d’images issues de ma production personnelle ou d’une commande spécifique.

L'image d'accueil du site de David.

Nicolas : J’insiste sur un sujet puisque tu proposes donc tes services spécialement dans le domaine de la pêche à la mouche étant toi-même moucheur depuis de nombreuses années. Profites-en pour mettre en avant ton travail si des marques nous lisent !

David : Quand on a pour passion une activité comme la pêche à la mouche, probablement la plus artistique et visuelle du monde halieutique (NDLR : s’imaginer le déploiement de la soie au petit matin sur une rivière brumeuse… voilà, vous y êtes), il aurait été dommage de ne pas la photographier !

C’est donc naturellement que je me suis pas à pas tourné vers cette spécialisation. Il y a tout d’abord la démarche artistique par la collaboration avec des pêcheurs de tous horizons que j’ai la chance de rencontrer petit à petit par les réseaux sociaux ou mon réseau professionnel. Je peux ainsi expérimenter des cadrages, des situations mais parfois aussi des images que j’avais en tête initialement et que ces pêcheurs m’ont permis de réaliser, voire d’améliorer par leurs propres apports... Il y en aurait pas mal à citer, mais je ne peux pas m’empêcher d’avoir une pensée particulière pour un fabuleux pêcheur qui est devenu un véritable ami et dont le partage n’a d’égal que ses bons petits plats au bord de la rivière (il se reconnaîtra !).

Ma passion pour les belles lumières, la mise en avant du beau geste et l’immersion du sujet dans son environnement sont les compétences que je propose aujourd’hui aux professionnels de la PALM. Tout d’abord aux guides et moniteurs qui souhaiteraient communiquer efficacement sur leurs activités (quoi de mieux que de belles photos pour donner envie de les accompagner ?), mais aussi aux monteurs, gérant de magasins, associations de pêche et écoles, etc. Pour les marques de matériel de pêche, la mise en avant du matériel en pleine action est également un must.
Mais mes activités peuvent me conduire vers tout professionnel de la nature, que ce soient des associations d’éducation à l’environnement, des accompagnateurs en montagne, jusqu’aux sociétés d’aviation (j’ai toujours eu un petit faible pour ce qui vole !).

Nicolas : Peux-tu nous faire une petite sélection légendée de 5 de tes clichés préférés quel que soit le domaine, merci.

David : Toujours difficile de sélectionner des clichés « préférés » parmi toute ma photothèque… Je te propose cinq « images » qui sont parmi les plus importantes dans ma vie de photographe : les plus chargées d’histoire et d’émotion.

Je vais commencer non pas par une image, mais par une série de 4 :
Il s’agit d’une « image » que j’ai longtemps imaginé lors de mes voyages en Afrique, qui a su se faire attendre (je l’ai réalisée lors de mon dernier séjour au pays des grands félins), mais dont je suis assez fier vu qu’elle a été primée au Festival international de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der. Évidemment, on y trouve déjà l’eau comme élément omniprésent : car c’est bien l’eau qui a engendré ce comportement chez ce lion. J’aime énormément retranscrire le mouvement par ce média qui en théorie est plutôt censé figer un instant.

Parce que nous sommes sur ton blog, difficile de ne pas sélectionner des images de pêche. La seconde est une photo pas mal post-traitée j’en conviens, d’une magnifique bête capturée par un pêcheur non moins exceptionnel, lors d’un voyage de pêche que j’ai couvert photographiquement. J’aime cette image car elle illustre à merveille la beauté de ces poissons, mais aussi le comportement exemplaire envers le poisson capturé en le gardant dans l’eau et en lui offrant tout le respect qui lui est dû :

La troisième image est propre à ma passion des rivières, même sans pêcheur. C’est un magnifique cours d’eau qui coule au pied de chez moi. Cet aspect laiteux du mouvement de l’eau est obtenu grâce à une pose longue, avec une exposition de plusieurs secondes. Elles m’ont toujours attiré et j’aime les réaliser quand je me promène au bord de rivières sans matériel de pêche. C’était notre premier hiver dans cette vallée : je suis tombé amoureux de cette rivière ce jour-là.

La quatrième image, c’est une ambiance… Avec toujours cet ami fin pêcheur auquel j’ai fait référence plus tôt, nous avons comme projet de réaliser un petit film, non pas seulement de pêche, mais pour raconter une histoire : son histoire, qui m’a beaucoup touché. Il m’a ouvert les portes de son paradis pour cela, et y entrer fut un immense honneur, un rare bonheur et source d’une étrange sérénité. Alors que nous préparions le script du film, il m’a montré une image dont je suis tombé amoureux, et que je me suis mis en tête de réadapter à ma sauce pour réaliser « l’affiche » de ce film. En voici le résultat !

La dernière photo, c’est toujours la plus difficile à choisir, parce qu’en isoler une cinquième et dernière est quasiment mission impossible après 15 ans de pratique photo… Mais celle qui me vient à l’esprit en ce moment, c’est celle-ci. L’image d’un merveilleux chien que j’ai rencontré en même temps que mon épouse, qui a accompagné et illuminé toute notre vie de famille, et qui nous a quitté très récemment. On dit de nos vies amoureuses qu’on n’aura dans notre vie qu’une seule âme sœur, qu’un seul « partenaire d’une vie ». Ce chien a été « le chien d’une vie ». Il m’a permis d’apprendre beaucoup tant sur les chiens que sur leur photographie. Alors je lui dédie la dernière image de cette sélection.

Nicolas : Merci David pour la présentation de ton site. Je te souhaite pleine réussite et au plaisir de te croiser.

David : Un immense merci à toi pour l’intérêt que tu portes à mon travail, et pour cette mise en avant sur ton blog.  Au plaisir de lire encore longtemps tes mots sur ton blog ou ailleurs !

Pour tous renseignements, le site internet de David => David Grimardias

mercredi 16 juin 2021

Vidéo : Deux québécois en Nouvelle-Zélande.

Un sujet déjà vu en vidéo des dizaines de fois mais en compagnie de ces deux québécois, c'est quand même autre chose ! J'ai pris autant de plaisir à écouter leurs commentaires qu'à visualiser les images de ces truites hors normes. Bon visionnage !

Taraute from Karolane Brochu Ouellet on Vimeo.

dimanche 6 juin 2021

Faut-il achever un poisson malade ?

Voilà une question que je me suis moi-même posé de nombreuses fois. Une fois de plus, aucune réponse de ma part "scientifique", juste un retour de mon vécu. Plus jeune, et souvent de façon systématique, je tentais de retirer les poissons malades que je croisais pour les achever. J'avais en tête plusieurs raisons pour faire cela. La première était que je pensais le poisson souffrant et en agissant ainsi, je mettais fin à son calvaire. Dans en deuxième temps, j'avais un doute sur la contagion entre poissons et je préférais donc ne pas prendre ce risque. Les truites noires et aveugles ou encore pleine de mousse, toutes sur le terrain.

Aujourd'hui, et après avoir vécu plusieurs fois la même chose, notamment sur les poissons atteint de saprolégniose,  j'ai totalement changé d'avis. Ma dernière expérience en date a eu lieu il y a 15 jours. J'ai vu gober un poisson trois jours de suite. Les deux premiers, le niveau de la rivière m'empêchait de me positionner assez près du gobage pour le pêcher. Au troisième jour, c'était bien limite, mais possible. Si je suis retourné voir tous les jours ce gobage, c'est qu'il me donnait l'impression d'un très joli poisson dessous. Ça poussait de l'eau !

Une fois le niveau assez bas, j'ai pu rentrer dans l'eau pour venir me positionner au milieu de cette immense gravière à 12-15 mètres du gobage. La truite gobait environ toutes les 15-20 secondes, fallait voir se qu'elle se mettait depuis 3 jours ! Premier passage dans le bon axe et ma mouche fut aspirée. Combat lourd dans le courant mais sans obstacle à proximité, ce fut assez simple de la mettre dans la filoche. Le poisson était en léger déficit pondéral, je dirais qui lui manquait 300-400 grammes. Sinon, une belle robe...Avec une gueule de Frankenstein !

Quelle ne fut pas ma surprise de voir cette tête pleine de plaies ! Horrible ! Et pourtant, son comportement alimentaire, sa force, sa vivacité laissaient croire à un poisson en pleine forme. Je peux me tromper, bien entendu, mais je pense malgré tout que ce poisson était en phase de rétablissement. Que cette truite avait il y a quelques semaines la gueule toute moussue. Que ses plaies sont en cicatrisation. J'ai dû prendre ces 5 dernières années pas loin de 10 poissons avec ce genre de plaies. Si certaines truites trépassent face à la maladie, d'autres ont bien l'air de s'en tirer.

C'est pourquoi il me semble plus sage de laisser faire la nature et de ne pas décider pour les truites en les achevant même si parfois cela semble la bonne décision...Après, cela reste un avis personnel, en rien une vérité.  

La tête de cette folle gobeuse !

Le poisson en entier. Autour des 55 en longueur je dirais.

samedi 6 mars 2021

2 jours sans muselière. Vive Goumois, vive la pêche !

Le mot muselière est sans doute un peu fort, mais la perspective de passer deux jours sans mettre de masque me remplissait de joie ! Il en faut peu de nos jours pour rendre un homme heureux. Le spectre d'un futur confinement partiel ou plein a fini par me décider de prévoir un séjour sur Goumois pour faire mon ouverture. La dernière que j'ai fait sur les terres de la Franco-Suisse datait de 2013 en compagnie, en autre, de mon ami Michel Flénet. Il manquera tristement sur les berges du Doubs cette année et les suivantes, assurément.

C'est comme une veille d'ouverture et un peu comme un gosse que j'ai préparé mes affaires. J'avais un besoin fou de m'éloigner de mon quotidien et plus particulièrement de mon étau. Une immense envie de me retrouver seul canne à la main s'était emparée de moi. Les paysages de la vallée du Doubs étaient le cadre parfait pour palier mes envies de solitude en plein air.

Les fleurets au fond du sac et c'est parti !

Je vous avoue que malgré toutes les idées positives que j'avais en tête, le trajet pour me rendre sur Goumois m'a fait froid dans le dos. Je n'ai pas comptabilisé les parcelles noircies de lisier, mais c'était pas chouette à voir et accessoirement à sentir. Même dans nos rêves les plus joyeux, la réalité de nos vies nous rattrape inexorablement.

Arrivé le long du Doubs et pas encore équipé, je devine une silhouette de pêcheur tenant sa canne de la main gauche ! L'ami Alex était déjà en approche. Nous avons eu la même crainte d'un possible confinement. Il fallait pêcher, quoi qu'il en coûte ! J'ai abandonné Alex à ses petites affaires où il excelle comme personne pour attaquer un peu plus en aval. Je n'en crois pas mes yeux, le Doubs est somptueux ! La belle crue hivernale a fait le boulot. C'est splendide.

Le fond du Doubs.

Cette vallée reste unique en son genre. On y respire l'esprit encore sauvage. Je le disais encore ce matin à mon ami Denis, la rivière d'Ain est magnifique, mais elle n'a pas cet aspect sauvage du Doubs. En tous les cas, je ne le retrouve pas personnellement. L'ambiance est totalement différente.

L’entrée du bois de la Saulsotte.

Les stigmates de la dernière crue !

La pêche dans tout ça. Il a fallu attendre patiemment l'ouverture légale de la truite pour les tenter de nouveau. Bien qu'ayant une deuxième catégorie à portée de voiture, je me refuse d'aller embêter les truites lors de leur période de repos bien méritée. Ces longs mois à attendre et enfin, le jour J est arrivé. J'ai débuté très fort ! J'étais monté en 16 centièmes et gammare JFD en 12. Je pensais débuter la saison chez moi. Pas vraiment conseillé pour le Doubs et ses truites hypers méfiantes du début de saison ma combinaison diamètre de fil taille de nymphe. Pourtant, sur la première truite vue, elle est venue prendre le gammare comme une fleur. Un beau poisson de 40-45 qui aurait pu être le premier. C'était sans compter sur un ferrage bien rouillé ! Manqué ! Je vois encore le blanc de la gueule, magnifique et tragique ! Je me suis marré tout seul tellement j'ai été mauvais !

Derrière, je repère une truite sous son caillou. Elle n'était pas calée, mais en poste tout en restant sous sa cache. J'ai passé mon gammare plusieurs fois sans réaction de sa part. Heureusement, j'avais les sparklers magiques de mon ami Julien Daguillanes. Premier passage assez près du caillou et la truite est sortie comme une folle furieuse pour s'emparer de ma guirlande ! Quelle scène !

Première truite de 2021.

J'ai passé un très bon moment. Le peu de connaissances que j'ai de ce parcours est très préjudiciable lorsque les truites sont si peu actives. Il faut connaitre les bonnes berges, les bons moments. J'ai eu l'impression de tout faire à l'envers mais là n'était pas l'essentiel. Non, le poisson n'est que la cerise sur le gâteau. Le fait de me trouver sur les berges du Doubs était amplement suffisant. J'ai eu le plaisir de croiser l'ami Marcel avec qui j'ai passé un agréable moment bien qu'il m'ait appris la disparition peu après Michel de notre ami commun Yvan. Un autre passionné du Doubs maintenant disparu. Pour les plus anciens et amateurs du forum Mouche-Fr, vous le connaissiez sous le pseudo Doubsrivière. Bien triste nouvelle.

J'ai aussi, pour mon plus grand plaisir, croisé la route de mon ami Bruno. Un homme et pêcheur incroyable connu alors que j'étais le tout jeune disciple d'André Terrier. Comme je sais qu'il t'arrive de me lire mon cher Bruno, j'ai été très heureux de te revoir. Merci pour ce bon moment passé en ta compagnie.

Après avoir promené la canne plusieurs heures, j'ai retrouvé un semblant de motivation alors que la pluie tombait. Je suis allé finir ma journée sur le pré Bourrassin vide de pêcheurs. Enfin si j'ose dire, car il y en a eu un paquet de passage durant cette journée. Heureusement pour moi, il m'ont laissé cette belle fario qui s'est laissée leurrer à distance par un petit gammare JFD en 16. Je suis descendu pour l'occasion en 13 centièmes.

Belle truite du Doubs.

Le lendemain matin, j'ai attaqué beaucoup plus tôt. Le Bourrasin était pour moi seul ! Ce lieu reste enchanteur. L'atmosphère y est particulière.

Le pré Bourrasin.

Les truites dehors étaient encore moins nombreuses que la veille. La journée s'annonçait compliquée. La seule truite vue sur la gravière s'est emparée de mon petit gammare noué la vieille. Pas capot, c'est déjà pas rien !

Truite prise en nymphe à vue.

Il y a eu, au contraire de la veille, une activité de surface vers 14 heures déclenchée par une éclosion de petites olives. J'ai vu quelques très beaux gobages mais je n'ai pas eu le courage de reprendre la voiture pour aller sur la berge suisse. De plus, j'ai vu un pêcheur pratiquer le long des zones boisées. Pour se placer correctement pour pêcher les gobages, il se positionnait à chaque fois dans l'eau. Et comme j'ai compris la phrase du règlement intérieur qui stipule l'interdiction de renter dans l'eau avant le 1er Juin, je me suis abstenu.

Malgré ça, j'ai pris une truite en sèche devant les blocs de l'ami Radix avec une passe-partout olive. J'ai décroché un autre poisson que j'ai fait monter à la limite de la distance à laquelle je pouvais propulser ma mouche. J'ai également pris deux méchants refus !

Le Doubs reste magnifique malgré les malheurs qui lui tombent sans arrêt sur la tête. Je suppose, un peu comme chez nous, que le fond de la rivière va se transformer dans les semaines à venir. Ce que j'ai vu dans les champs devrait finir dans la rivière. C'est inévitable et tellement triste.

Les perces-neige de la Franco-Suisse.

Si le lisier était le seul mal qui touche cette rivière à l'image des autres rivières du coin, mais non. Là, sur le plat de la Verrerie, 4 harles bièvres sur une frayère d'ombres (cliquez sur la photo pour l'agrandir). Je les ai vu faire. Un mâle et 3 femelles. Ils n'ont qu'à en manger un chacun par jour durant la période du frai...Je vous laisse faire le compte. Les ombres eux étaient en stress absolu. Un autre sujet à considérer sur les baisses de population, c'est indéniable.

Je suis rentré à la maison avec le plein de bol d'air. Qu'est qu'on respire mieux sans ce maudit masque ! Vive Goumois, vive la pêche !

samedi 19 décembre 2020

Vidéo : saison 2020

À la pêche, pour réussir à prendre du poisson, il y a 3 paramètres importants qui vont influer sur votre résultat final si tant est que nous parlions uniquement de poisson capturés (il y a tant autres choses qui font qu'une partie de pêche est réussie). Quoi qu'il en soit, je les classerais dans l'ordre suivant : 

  • Le temps de pêche (de très loin le plus important à mes yeux).
  • La connaissance des parcours pêchés.
  • La technique qui vient en dernier.

Lors de cette saison 2020, et même si j'en étais déjà quasiment convaincu, j'ai bien compris une bonne fois pour toute que le temps de pêche était LE facteur influent. Cette année, j'ai vu bien moins de poissons que les dernières saisons et pourtant, j'en ai rarement pris autant, sincèrement.

Depuis le 1er déconfinement, entre chômage partiel et non activité, j'ai passé mon temps à la rivière. J'ai parfois pêché tous les jours en multipliant les sorties sur des horaires différents. Le résultat en terme de poissons capturés est là. En toute logique, plus on y passe de temps, plus les chances de tomber sur des pleines périodes d'activités sont grandes. Et je peux vous dire que parfois, même avec une technique moyenne, ça passe !

Si j'ai un conseil à donner suite à cette saison c'est qu'il n'est pas nécessaire de réfléchir sur son matériel, sur les nymphes qui vont ou non fonctionner, sur la météo ou que sais-je encore. Non, soyez le plus souvent possible à la pêche et si en plus vous le faites sur des parcours que vous connaissez bien sans trop vous disperser, c'est le top. 

Je me souviendrais très longtemps de cette saison 2020. Il me sera impossible d'en refaire une comme ça. Tout d'abord parce que les populations ne cessent de baisser et parce que je n'aurais plus jamais un temps de pêche aussi gigantesque que Mai-Juin et Juillet 2020.

Dans la vidéo qui va suivre, il y a aussi quelques poissons de mon fils Thibaut. Il a pêché les 3 semaines de mai uniquement. Il n'a pas amusé le terrain ! 

Tous les poissons de la vidéo ont été pris avec les bas de ligne du Fly Shop ainsi qu'avec les nymphes et les sèches fabriquées de mes mains :  Fly Shop

Je vous laisse avec ces images en vous souhaitant de bonnes fêtes. Je laisse le blog de côte quelques jours. Merci pour votre fidélité à me lire depuis toutes ces années.

- page 2 de 40 -