Nicolas39 - Pêche à la mouche

La pêche à la mouche sur le blog de Nicolas Germain, un Jurassien amoureux de sa rivière, la Haute Rivière d'Ain.
Le poisson Voyageur, le rêve de pêche à votre mesure !

Accès au Fly Shop Signez le livre d'or Suivez-moi sur facebook Le Fly Shop sur facebook

Mot-clé - Matériel de pêche

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 25 février 2019

Retour sur le SANAMA 2019

Nous avions pris la décision avec Thibaut depuis quelques semaines d'aller au SANAMA à St-Étienne le dimanche 24. De une pour avoir moins de monde sur les routes, de deux pour avoir moins de monde dans les allées du salon, bingo ! Tout juste dans les deux cas. Alexandre et Victor nous ont fait le plaisir de nous accompagner. Nous sommes arrivés peu après l'ouverture des portes à 9 heures le matin afin de profiter pleinement de cette journée. J'avais quelques besoins bien particulier en terme de matériel de montage de mouches, les seuls petits achats que j'ai effectué au final. La base de ce déplacement hors de mes terres reste la possibilité de rencontrer des personnes que je vois jamais ou bien trop peu. Nous avons passé de très bons moments avec de nombreux amis. J'ai revu avec plaisir plein de monde et fait la connaissance de quelques autres.

Ce salon est vraiment une belle réussite. L'espace était spacieux et un grand nombre de professionnels étaient présents. Un petit Disneyland pour un passionné de la pêche à la mouche. Je vous fais maintenant un petit retour en images. 

A notre arrivée devant le salon avec Alexandre et Victor.

Très heureux d'avoir revu Claire, cela faisait longtemps ! Bien content d'apprendre sa réussite dans le groupe Pacific Pêche et d'avoir pu discuter un peu également avec Thibaut, Matthias et Florian.

Premier passage obligé sur le magnifique stand Hardy ! Content d'avoir revu l'ami Greg.

Un petit coucou chez Pierrot pour parler des patchs en cuir de Joël qui m'accompagneront cette saison.

Un coucou aux amis de chez JMC, Manu et Marc. Une fois de plus, le stand qui proposait la gamme la plus complète du salon. Un énorme choix en terme de quantité et de qualité.

Un autre passage obligé. Tellement content de revoir Raphaël du Domaine de Veirières lieu de notre pèlerinage annuel avec Thibaut. Vivement !

Moment partagé avec Jordan et son pote Guillaume. Bien cool !

Thibaut en test de la nouvelle canne de chez Hardy. Une nouveauté 100% "made in England". Tout comme le nouveau moulinet HBX. Pour la canne, nous situons l'action entre la Zéphrus et la Wraith. Un vrai bon produit !

Un petit tour comme à chaque SANAMA chez Florian, qualité et sérieux, comme toujours ! Top produits !

La Vila Baca, haut lieu de pêche en Slovénie. Un régal ce stand ! ;-)

PAC Voyages avec Piam bien sûr. Un immense plaisir de revoir Jean-Pierre, Martine et Marie.

On a trouvé notre grillon préféré qui passait par là...Il a presque pas beaucoup causé ! Je plaisante bien entendu. Un allié de poids pour Alexandre afin de défendre la Bienne au jour le jour.

Ce salon s'est terminé en queue de poisson avec la rencontre d'un dromois !

jeudi 21 février 2019

Pourquoi un thermomètre ?

Il va être temps de changer ses habitudes ne croyez-vous pas ? Si on fait le tour des accessoires du pêcheur, on trouvera un mètre dans la plupart des cas, parfois même un peson, mais le thermomètre encore trop rarement...

Si vous me permettez de donner mon avis, je trouve cela dommage. Oui, car les instruments de mesure si précieux au regard des pêcheurs pour mettre des chiffres sur les mensurations d'un poisson n'ont finalement aucune importance dans le respect de celui-ci. Qu'est-ce qui est important au final ? Connaitre la taille d'une truite après l'avoir capturé ou savoir si les conditions de pêche sont correctes sans porter atteinte au-delà des limites acceptables à la survie des poissons ? Vous pensez peut-être que je vais trop loin, je vous réponds, si c'est le cas, que vous avez tort.

Dans le Jura, ces trois derniers étés, nous avons subit de terribles sécheresses ainsi que des canicules sévères (ce qui n'est pas la même chose). Cela engendre une montée assez remarquable de la température de l'eau sur certains secteurs de la rivière d'Ain que je connais bien. Il me parait donc logique de prendre cette température en début de partie de pêche durant les périodes estivales. Je vais vous donner quelques chiffres afin de mieux comprendre où je veux en venir.

D'après de nombreux auteurs, on peut considérer qu'une truite peut vivre "normalement" dans une plage de températures allant de 4 degrés à 19 degrés. Une étude en laboratoire a été menée en faisant communiquer deux bassins dont la température de l'eau était différente d'un seul petit degré. C'est à dire que lorsqu'un bassin était à 13 degrés par exemple, l'autre affichait 14 degrés. L'étude a mis en évidence que jusqu'à 16 degrés, les truites allaient n'importe où sans avoir de réellement préférence. Mais qu'à partir de 16 degrés, les poissons restaient figés dans le bassin où la température était la plus froide.

Par exemple, avec deux bassins à 17 et 18 degrés, plus de mouvements de poissons, toutes les truites restaient dans le bassin à 17 degrés. Ensuite, passage à 18 et 19 degrés, pareil, plus de mouvements, tous les poissons dans le bassin à 18 degrés. Pour les personnes ayant déjà observé des truites sur une froidière en été, cela peut vous parler.

Cela donne donc une indication sur le confort des truites vis à vis de ce paramètre qui conditionne de plus en plus notre passion avec ce fameux réchauffement climatique. D'autres éléments qui peuvent intéresser le pêcheur sont ressortis. L'alimentation de la truite est optimum entre 12 et 14 degrés. C'est à dire que dans cette plage de températures, le moindre gramme de nourriture absorbé est converti au mieux en terme de besoin/croissance. Autour des 16 degrés, c'est là que la truite doit manger les plus grandes quantités afin de satisfaire ses besoins. Au-delà de cette température, une truite devrait encore plus manger pour au moins égaler ses besoins avec une température inférieure. Cela devient dangereux car on sait aussi qu'à partir de 18 degrés, on décèle chez certains individus des problèmes cardiaques.

De cette étude, il y a deux gros bémols à retenir. Le premier, et vous l'aurez noté, c'est que cela a été réalisé en laboratoire dans un milieu parfaitement sain. Le deuxième c'est que les poissons concernés par cette même étude sont des juvéniles. On est donc en droit d'imaginer que dans un milieu impacté comme nos rivières aujourd'hui et avec des poissons plus âgés, que ces chiffres peuvent être revus à la baisse.

Après, bien entendu, une truite peut survivre dans une eau qui monte à 21 degrés par exemple. Mais elle y paviendra uniquement si elle évite toutes formes de stress supplémentaires à cette donnée comme celles déjà présentes dans son milieu (pollution, prédation naturelle, etc...).

Vous l'aurez donc compris facilement, prendre 20 secondes en début de partie de pêche (cela concerne quelques semaines par an uniquement) pour s'assurer que les poissons capturés repartiront dans de bonnes conditions n'est pas déconnant, loin de là ! En tous les cas, tellement plus important que de savoir si le poisson pris fait 51 ou 52 centimètres...Surtout si cela est fait dans une flotte à 20 degrés et qu'il a toutes les chances d'aller crever quelques minutes après relâche parce que son cœur aura lâché...Vous voyez le truc ?

C'est dans cette logique que nous avons fait rajouter ceci dans le livret fédéral du département pour notre parcours. Celui-ci est fortement impacté lors de ces périodes de chaleurs car la rivière d'Ain devient plus lente et qu'en particulier sur notre partie aval, la végétation n'est pas assez dense pour contrer un trop important ensoleillement.

Merci de respecter notre demande.

De plus, ce petit outil de mesure n'est pas un investissement de fou quand on regarde un peu les kilomètres que peuvent faire certains pêcheurs pour pratiquer leur passion tous les ans. Vous trouverez facilement des thermomètres à moins de 10 euros tout à fait fonctionnels. Il me semble important lorsque l'on pratique nos rivières jurassiennes que ce geste devienne un reflexe.

Pour compléter cet article, je vous présente un modèle qui est au-dessus du budget ci-dessus. Après, comme tout accessoire, on est en droit de se faire plaisir avec des objets plus sympas que la moyenne. Qui plus est lorsqu'ils possèdent plusieurs fonctions. Voilà, pour 2019, j'aurais en permanence avec moi le themomètre C&F Design.  En plus d'être un outil de qualité qui me permettra d'être fiable, il possède une autre corde à son arc toute aussi importante à mes yeux. Il fait récupérateur de fil également. Vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, il y a une sorte de spirale sur le côté (flèche rouge) qui permet d'enrouler ses pointes de fil usagées autour du thermomètre en coinçant à chaque tour le fil dans les espaces dédiés de cette spirale. Une fois rentré à la maison, il suffit de glisser des ciseaux dans la rainure au dos de l'objet pour libérer le thermomètre du fil en le coupant avant de le jeter. 

On voit encore trop de fil de pêche dans la nature malheureusement...

Pour l’anecdote, il possède aussi un petit aimant au dos où l'on peut, en cas de changement précipité d'une mouche, laisser son imitation en attente. Mais là, oui, c'est de l'ordre du gadget.

Et si toutefois vous pratiquez des rivières qui ne sont pas impactées par des hausses de température, cet outil vous permettra sans doute de mieux comprendre les périodes de haute activité des truites de votre rivière. Chez nous, dans le Jura et particulièrement sur nos grandes rivières, c'est pour se donner une limite acceptable à la remise à l'eau des truites sauvages dans de bonnes conditions.

dimanche 10 février 2019

Ready to go fishing ?

Nous sommes à moins de 20 jours de l'ouverture de la franco-suisse, à un mois de l'ouverture générale, il est temps de penser à se préparer. Malgré une situation actuelle des plus compliquées, un état des rivières jurassiennes qui m'empêche de dormir de nombreuses nuits, j'ai toujours cette envie de me retrouver au bord de l'eau canne à pêche en main ! Que voulez-vous, je suis un pêcheur avant toute chose !

La première action à réaliser, c'est la prise de carte. C'est fait pour Thibaut et moi dans l'AAPPMA du village. Une saison à venir, où, quoi qu'il arrive, la priorité sera de partager un maximum de temps avec mon fils au bord de l'eau.

Une sacrée doublette !

Ensuite, il faut penser tri du matériel. Pas de grands bouleversements pour ma part. Uniquement un changement de gilet pour un ensemble C&F Design. Léger, pratique...Et j'avais tout simplement envie de changer. A voir si je vais m'y faire.

Modèle A-820

Pour les nymphes et les mouches, vous connaissez déjà la réponse. Et il y a ce qu'il faut, j'ai bien bossé durant l'hiver. Comme toutes ces dernières années, les gammares JFD et les cuivres seront mes favorites pour une réussite qui reste constante.

Quelques bestioles...

Et enfin, pour les touristes pêcheurs qui souhaiteraient venir dans le Jura en 2019, je vous conseille fortement le camping de Boÿse pour ses locations en particulier ses nombreux chalets. Il est idéalement placé au centre du Jura. L'accès à la rivière d'Ain peut se faire à pied et directement dans le parcours no kill. Et puis vous serez situés à une heure de la Bienne qui va rouvrir et moins d'une heure de la Loue. De quoi vous programmer un super séjour pêche et/ou famille !

Réservation sur le site internet.

lundi 4 février 2019

Nouvelles bobines Teklon, comment est-ce possible ?

C'est suite à une discution sur mon profil facebook avec les personnes qui me suivent que j'ai eu l'idée de rédiger cet article. Tout est dans le titre ! Comment peut-on avoir une idée aussi saugrenue ?

Cela ne vous à sans doute pas échappé, d'autant si comme moi vous êtes fan de ce nylon depuis des années, le changement de conditionnement du Teklon pose problème. Il y a quelques mois maintenant le Teklon est passé sur des bobines aux dimensions grotesques si on veut les transporter sur soi durant une partie de pêche. Effectivement, nous sommes passés sur des bobines qui font aujourd'hui 10 centimètres de Ø pour 2.5 centimètres de largeur. Alors que les anciennes bobines ne faisaient que 8 centimètres de Ø pour 1.5 centimètre de largeur. Bien entendu, tout cela pour une contenance identique, soit 100 mètres. Je vous avoue ne pas comprendre le choix marketing là...Il y a quelque chose qui m'échappe.

Deux bobines de 12 centièmes, la nouvelle à gauche. 

Mais ce n'est pas tout, car lorsqu'on y regarde de plus près, le fil n'est plus le même également. J'ai réalisé quelques mesures dans un local climatisé avec un micromètre étalonné. De plus, et cela tombe fort bien, je suis métrologue de métier. Parce qu'avoir les outils est une bonne chose, savoir les utiliser dans les conditions adéquates en est une autre. Vous trouverez mes résultats dans le tableau ci-dessous.

On peut remarquer que ce fil se rapproche du Ø de fil annoncé sur l'étiquette. Il était clairement surdimensionné sur les anciennes bobines, mais cela n'est pas important si on le sait dès le départ. Le principal pour moi, c'est que le fil actuel conserve son état de surface pour le traitement que je lui fais subir sur les gros Ø (du 50 au 20 centièmes). C'est le cas, donc je rassure de suite les fans des bas de ligne rouges, rien ne change ! Cela aurait pu être le contraire. Mon traitement ne prenant pas sur toutes les marques de fil, loin de là. 

Maintenant, avec ces grosses bobines, il est clair que cela le pénalise pour les pointes à cause de la place qu'elles prennent. Je me suis donc mis à la recherche d'un autre nylon depuis l'an passé pour mes pointes. Un nylon conditionné dans des bobines au format qui correspond le mieux à mon besoin avec les qualités similaires au Teklon. Une recherche identique à celle que j'avais fait lors de la disparition du fil Ashima à l'époque. Je vous ferais un retour sur mes investigations.

jeudi 25 octobre 2018

Journée montage de mouches à Jura Pêche.

Venez nombreux !

Lire la suite »

- page 2 de 20 -