Aujourd'hui je reçois un garçon que j'ai connu pour la fermeture du Doubs franco-suisse l'année dernière. Ce jeune homme représente un grand nombre de choses que j'aime dans la pêche et c'est pourquoi j'ai voulu vous le faire connaître un peu plus par le biais de cet interview. Si l'on devait le décrire avec deux mots, je choisirai discrétion et modestie, Simon deviendra au fil du temps un pêcheur hors normes mais vous ne le saurez jamais, ce n'est pas le genre de personne à se mettre en avant, d'ailleurs, les photos (issues uniquement de la saison en cours) qui vont illustrer cet entretien sont inédites, alors profitez bien, car par la suite, ce jeune pêcheur talentueux retournera dans l'ombre (à l'endroit même où l'on se fait le moins voir par les truites ;-) )

Nicolas : Salut Simon, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Simon : Yo Glampion !!!
Simon, tout juste 24 ans. Originaire de Haute-Saône, aujourd'hui à Annecy pour quelques mois après un petit passage par la capitale comtoise. Je ne sais que dire de plus. Sinon, je parle peu l'anglais et encore moins l'allemand et ..... ça va là ou bien ?

Simon, c'est lui 8-)
Simon

Nicolas: Ton pseudo sur mouche-fr est WolfDrive et la plupart du temps il est mal interprété, explique nous sa vraie signification

Simon: Non en fait, c'est wolfDrive. La vérité, c'est qu'il n'a pas vraiment de signification. Je m'étais inscrit chez mouche-fr juste pour répondre à un post. Il me fallait un pseudo rapidement ... "wolf", en référence à une zic de Radiohead (PUR groupe) qui devait tourner dans ma tête à ce moment-là. Mais "wolf", ça faisait maigre (en même temps ... ça m'allait bien ... et toujours), alors j'ai rajouté D-rive comme "des rives". C'est tout. Alors évidemment, tout de suite, j'ai été rebaptisé "loup qui conduit" par la chmoufrerie. Alors que c'est pas possible. J'ai jamais vu un loup conduire. Sont vraiment tordus les chmoufrs.

Nicolas : C’est une question qui revient souvent mais les réponses sont souvent différentes, donc racontes nous comment t'es venu le virus de la pêche ?

Simon : Parce que j'ai grandi dans un nid à virus, y'a pas de secret. J'ai habité jusqu'à mes 10 ans à 8 mètres de la rivière. La Lanterne, pour les autochtones hauts-saônois. Ouai ouai c'est ça, la maison rose derrière le pont , rive gauche. De là à tomber dedans, il n'y avait alors qu'un pas. Une dizaine tout au plus.
Mais ça m'a pris seulement vers mes 6 ou 8 ans, je ne sais plus trop. C'est mon grand-père qui était allé un jour m'acheter une gaule de 3 mètres à la quincaillerie du coin. J'y étais alors presque tous les jours, devant la maison, à essayer chaque soir de remplir mon sceau avec toujours plus de "poissons différents". Déjà à l'époque, je crois que j'étais mieux au bord de l'eau qu'à aller taper le ballon au club du village.
Et puis, mes premières parties de pêche avec mon oncle, pêcheur à la mouche et habitant à mi-distance entre Doubs franco-suisse et Dessoubre. Hummm, comme ça aide bien et comme c'est bizarre, un médecin qui m'a refilé une maladie incurable ...

Elle y est!!
Simon 2

Nicolas : Pourquoi avoir fait le choix de pêcher les rivières de Franche-Comté alors que tu es originaire de Haute Saône ?
Simon : Non mé hé hooo !!! Et toi Nico, pourquoi avoir fait le choix de pêcher la Belle et Haute Rivière d'Ain alors que tu es Jurôssien ? Euuuh j'crois la Haute-Saône c'est en Franche Comté...

J'y ai pêché en Haute-Patate. J'ai même pris mon premier "bel" ombre à la mouche sur le Breuchin, en compagnie de mon pote de toujours (la maison blanche au-dessus du pont, rive gauche ...) et du "Sorcier du Creux Chêne". Un mec avec qui j'ai beaucoup appris, pas sur la pêche, mais le reste. Un mec capable de vous prendre en 18% un ombre matraqué dans les règles de l'art deux minutes auparavant. Enfin, un tas de choses improbables qui vous font un peu oublier les magazines à l'heure où c'est pratiquement votre seul moyen de locomotion (il y avait aussi bien sûr mes parents pour me déposer à droite à gauche, z'ont bien du en baver avec moi).

Sur les Vosges Saônoises (au Nord de la Haute-Saône), il y a de très beaux petits cours d'eau à truites (et ombres), aux eaux plutôt acides, et qui se prêtent parfaitement bien à la pêche en sèche. Les fishs sont d'une taille modeste, mais la pêche de l'eau de certains petits affluents est souvent très productive. En r'vanche sur les rivières de plus grandes importances, je veux parler du Breuchin ou de l'Ognon, la pêche est beaucoup plus aléatoire. A se demander si j'ai pêché les mêmes cours d'eau que le Sorcier vésulien. Bref, quoi qu'il arrive, en Haute Saône c'est l' archisèche et peu de surprises.

Et puis un jour, tu te retrouves en pays karstique. Et chaque poisson pris est le plus gros de ta vie. T'y prend vite goût. Enfin tu vois quoi. Cela dit, une belle truite haut-saônoise ça fait plaiz' aussi.
La différence c'est qu'en "Franche Comté", même si ce n'est a priori pas LE jour, que tu hésites à repartir, ben tu restes quand même parce que tu sais que tu peux te jeter à l'eau à tout moment. « Hé ouai mon pote ». Alors qu'en Haute Saône, ce genre de situation arrive, mais c'est involontaire.
Enfin je dis ça, je dis rien. Y'en a qui préfère se jeter dans la vase. Chacun son truc, vraiment.

Elles sont belles ces zébrées non?
Nymphe vaironnée

Nicolas : Le Doubs Franco Suisse reste ta préférence je crois, parle nous un peu de ce cours d’eau.
Simon : La vallée est magique. C'est là-bas que j'ai jeté ma première mouche. J'avais 10-12 ans. Mémorable ....... mon premier capot en sèche.
Des coups du soir à devenir fou. Ceux-là mêmes qui me relevaient la nuit au camping, la main droite tendue vers la toile de tente... (le ferrage était pourtant bon, dommage...). Ceux-là mêmes qui ont fait risquer la vie de ma canne sous les redoutables orages du Refrain.

Mais, comme presque partout des zones d'ombre. Un potentiel un peu sabré notamment par une gestion en éclusés et des apports en nutriments toujours trop importants (prolif algales).
Cependant, niveau pêche il reste très largement de quoi faire. Pour moi qui aime la pêche solitaire, un peu trop de monde à mon goût. Le parcours a l'avantage d'être grand et pas morcelé. Je pense que l'APP (la Franco-suisse et Gorges du Doubs) s'investi plus que la moyenne pour la qualité du milieu et de son peuplement piscicole. En même temps, ils ont de quoi (s')investir ... plus que la moyenne. Mais ce n'est pas chose simple que de faire face à des dysfonctionnements dont les APP n' ont finalement pas grand pouvoir à faire évoluer.

Le Doubs franco-suisse, ce n'est pas ma seule préférence.

Truite de la Loue
belle zébrée

Nicolas : Tu as choisi un métier en relation avec ta passion, peux-tu nous en dire deux mots ?
Simon : Oui. Oui. J'ai opté pour l'hydrobiologie (écologie des milieux aquatiques, des organismes aquatiques, en gros). Je ne sais tout simplement pas ce que j'aurais pu faire d'autre car à côté de cela, pas grand chose ne me tente.
Tout en restant "au pays", j'ai eu l'opportunité de pouvoir suivre les études qu'il fallait, avec peut-être le regret d'être né à peine tard et de n'avoir pu profiter des cours de Monsieur J.Verneaux.
Après quelques mois de galère (de pêche en fait ...), je commence tout juste dans le métier en tant que technicien. J'espère pouvoir poursuivre dans la même voie. J'ai beaucoup de chance de pouvoir me lever sans me dire "encore une p**ain de journée de m**de qui commence".
Depuis que je cotoie un peu ce monde (depuis le DESS je veux dire), j'ai pu croiser des gens vraiment très bien. Et mes actuels collègues sont vraiment top. Faut bien ça pour compenser avec les salopries qu'on peut prélever ....!!!!.....

Près de 60 centimètres pris sur la Haute rivière d'Ain
60

Nicolas : On est tous passionnés de pêche à la mouche, mais toi tu es « un personnage », tu as une façon bien à toi de vivre ta passion, une philosophie de la pêche à la mouche à part !!
Simon : Si tu le dis je veux bien te croire.
Une question me tracasse là. Est-ce que c'est le fait que je parle le suisse, l'accent en moins, qui t'amène à cette question ?
Bref. A me lire écrire (à m'écouter parler si on veut), on a peut-être l'impression que la pêche est ce qu'il y a de plus important pour moi. C'est vrai et faux. Si important et tellement rien à la fois.
Je ne crois pas être un acharné de la palm, ou en tout cas, pas de la technique en elle-même. J'ai d'ailleurs la certitude que je ne serai jamais un bon pêcheur, peu importe. C'est juste que je trouve mon compte au bord de l'eau. J'y suis pas trop mal. Même bien.
Je ne sais pas si c'est la palm qui m'a éduqué ainsi ou bien si j'en suis venu à elle parce qu'elle me correspondait. Pour moi, la palm, c'est apprendre à ne pas se tordre le cerveau quand cela n'en vaut pas la peine, à laisser de côté les futilités, à apprécier les choses les plus simples, et savoir que ces choses là ne s'achètent pas (et que pour tout le reste il y a ...). Après, chacun sa version.

Simon dans son élément
Simon 3

Nicolas : A ce propos as-tu déjà fais un choix de vie ? Te vois-tu père de famille en sachant que tes jours de pêche en prendront un sacré coup
Simon : Euuuuh ....lol.
Parfois je me suis posé la question, mais je n'y pense pas plus que ça à vrai dire. Une telle éventualité me parait tellement loin dans le temps, et pourtant le temps passe vite, et tout ceci me parait de plus en plus improbable.
Enfin bon, un jour j'ai pris un chabot en sèche alors .... improbable n'est pas impossible, mais bon.
Et c'est vrai que pour le moment je ne conçois pas pouvoir diminuer ma dose hebdomadaire ...Mon choix de vie sera (est) plus ou moins celui de la fatalité, je n'ai aucun projet.

Simon avec une belle de début de saison
50

Nicolas : Bien sur la nymphe à vue reste ta technique favorite et tu en as vite compris les principes, tu as appris tout seul ?
Simon : Mouais, tu y vas peut-être un peu fort. Les principes c'est une chose, le reste s'en est une autre. Je le redis, je suis un piètre naveur. Oui favorite, parce que on est sans cesse en activité, même et surtout en se reposant au creux d'un arbre. Parce que les quelques secondes qui précèdent l'instant décisif n'ont pas d'équivalent.
Je suis resté longtemps archisècheur avec une nymphe parfois quand l'occasion se présentait. Je crois que le déclic NAV m'est venu lors d'une sortie Loue à laquelle j'avais sympathiquement été convié par Eric (Empereur chmoufr). Il y avait aussi là un genre de gros Monsieur qui parle beaucoup. Ce monsieur (Madame, pour les chmoufrs) m'avait donné une série de nymphes "légères". Le style de nymphes qui pourraient partir à 15 mètres en arbalète, et qui, ce jour là .... partaient réellement à 15 mètres ... en arbalète.
Quelques temps plus tard, je mettais au sec une vraie truite avec ces mêmes enclumes et la technique qui va avec. Y'en faut pas plus que ça.
Par la suite, j'ai appris tout seul, si on veut, dans le sens où je suis la plupart du temps seul au bord de l'eau. La réalité est que j'apprends doucement à mon niveau, en faisant la somme des observations personnelles et du savoir des collègues.

En plein combat et toujours serein
Simon 3

Nicolas : Parlons nymphes, à quoi ressemble la boite de Simon ?
Simon : Tout ce qu'il y a de plus banal. A mon image, très bordélique. Mes mouches sont plutôt très simples, parce que je n'aime pas particulièrement passer inutilement du temps devant l'étaux. Même la plus réaliste des imitations n'aura pas l'attitude exacte de la vraie bestiole donc je ne pense pas que ce soit là-dessus qu'il faille ruser à tout prix.
Toujours deux ou trois enclumes pour les poissons fatigués. Cela vaut le coup de tenter systématiquement les dormeuses parce que ces "bêtes préhistoriques" ont quelquefois des réactions assez folles.

Nicolas : Quand on parle de Simon, on parle aussi de son véhicule, cette relation qui vous unis à la pêche risque de se terminer bientôt, fait nous un petit come back sur ce duo !!!!
Simon : Arf, je crains le pire. Une photo par exemple...
Elle a fêté ses 20 ans en février dernier. J'ai débuté tout petit à l'arrière, puis copilote, puis conducteur. Mes parents l'appellent désormais "la caravane" ou "la poubelle", et je ne vois vraiment pas pourquoi. Bon c'est un peu vrai, elle est à l'image de ma boite de nymphe ...
Impossible d'oublier que c'est LA voiture préférée de mes amis les douaniers. De souvenir, pas moins d'une dizaine de fouilles en 3 ans .... et jamais une avant que je la pilote. C'est peut-être parce qu'elle commence à vieillir, non ? A moins que ...
C'est aussi LA voiture de l'imprévisible, et des WE prolongés. Clément comprendra de quoi je parle !!!
Mais c'est surtout LA voiture spacieuse qui permet d'éviter les détours par les campings, de dormir sur le spot du lendemain. Du 100% au bord de l'eau, du 100% bonheur. J'ai vite pris goût à ce confort et me verrais mal organiser mes WE ou séjours autrement.

Bon j'ai tout récemment (re)perdu la deuxième, c'est bien relou.

Pas de tof de ta caisse non lol!! Mais encore une belle truite ;-)
Simon 4

Nicolas : As-tu un but ultime à la pêche ?Une grosse truite, un voyage, un trip spécial ………
Simon : Un voyage? Non, pas spécialement. Enfin si, un jour je ferai un long voyage ..... en Franche Comté.
Une grosse truite ? Non plus. Disons, arrivera ce qui arrivera. Pour l'instant, je n'ai jamais épuisé de monstre et me satisfait largement de ce qui peut passer devant mes polas.
Un trip spécial ? Ouaip, peut être. Déjà, prendre une belle truite du Fier en nymphe à vue. Ensuite prendre une loche franche en sèche, c'est bien ça ? Et je pourrai ensuite envisager de prendre une truite en nymphe lochée.

Simon avec une jolie truite
totoche

Nicolas : Tu traque surtout les zébrées mais tu ne crache pas sur un bel ombre, est ce que ce poisson te plait autant que la truite ?
Simon : Zébrées ? Surtout oui, c'est pour cela que je vais quelquefois à Champagnole sur la HRA. On n'y meurt pas de faim (comprendrons ceux qui pourront).
J'aime bien voir les ombres naviguer. J'aime bien en prendre quelques-uns aussi, mais sans plus. D'ordinaire ça ne me dérange pas plus que cela qu'on se foute de ma gueule, mais les ombres ils abusent vraiment parfois. Dans ces cas là, je ne m'entête pas longtemps.
Bon si, sauf si c'est du lourd. Mais quand on y réfléchit, c'est comme pour les cyprins: les petits barbeaux par exemple, on les laisse peinards. C'est un peu comme un blanc en fait ce poisson ...
Suis-je bête C'EST un blanc.
Alors oui je préfère la truite parce que c'est farouche, c'est unique, et ça peut dormir, et ça se fou pas de la gueule du monde.

Il en prends de temps en temps ;-)
Simon ombre

Nicolas : Merci Simon d’avoir participé à cet interview, ce fût un PUR plaisir !!! Je suis très heureux de te compter parmi mes amis, ne change rien, reste comme tu es.
Simon : C'est moi qui te remercie. J'ai cru à une blague quand tu m'as demandé cet inter, et ne comprends toujours pas. J'ai bien hésité quand même, c'est bien parce que c'est toi !!!
J'espère que tes weblecteurs t'excuseront pour ton manque d'inspiration sur ce coup. Tout ça pour taper le 1000ème post, pfffff.

Pour vous parler de Simon, j'ai choisi Clément (Taskienne sur les forums) avec qui il forme une bien belle doublette à la pêche. Ces deux jeunes pêcheurs se sont très vite compris et on une passion commune sans limite pour la nymphe à vue et les grosses truites. Je te laisse la parole Clément :-)

Clément n'est pas manchot non plus
clem

Ce soir de fermeture sur le Doubs franco-suisse, rien ne s’est passé comme prévu. Après une remonté de deux heures des gorges en pleine nuit, la voiture a refusé de démarrer. Et c’est le lendemain matin en faisant du stop devant une ferme que Simon s’est mis à parler. « Si le prochain qui passe il nous prend pas, je mets un billet de 10… ». Il faut voir Loup qui Conduit énervé…

Souvenir de cette virée à laquelle j'ai participé le deuxième jours ;-)
Chalet

Ce que j’apprécie chez Simon c’est sa discrétion, à la pêche il n’a pas besoin de parler pour se faire comprendre. Au début je n’ai pas tout de suite compris, mais Simon ne parle pas, il observe en silence. Et on attend bien souvent derrière un buisson un petit, « Elle a croqué… », suivi d’éclaboussures, d’un saut à l’eau et de l’épuisage d’une belle truite.

Avec Simon, j’ai beaucoup compris sur le fonctionnement de la nature et j’ai trouvé quelqu’un avec qui s’accorde ma vision de la pêche. Ce n’est pas bien difficile, la question du retour à la pêche le lendemain ne se pose jamais avec lui, quoi que… « Bon moi, tu vois quoi, avant 10h je me lève pas trop… »

Toi qui m’a fait découvrir la Franche-Comté et qui a partagé mes meilleurs instants de pêcheur. Tu as bien raison, « Nous vivons la belle époque !».

Merci Clément pour ton intervention qui refléte bien votre relation et merci à toi Simon pour avoir accepté ce genre d'exercice qui ne correspond pas forcément avec ta personnalité. Mais il bon , parfois, de rappeler que le talent ne se trouve pas forcément uniquement dans les magazines ou sur les DVD, tu fais parti de ces gens que j'apprécie et qui sont trop rare au bord de l'eau ;-). Je voudrais remercier aussi le forum mouche-fr qui m'a permis de te rencontrer et de te compter parmi mes amis, à bientôt Simon........

********************************************************************************************************************************************************************

Ce blog va passer en mode veille sur ce dernier article et ce jusqu'a la fin du mois d'août, vacances oblige!!!!
Durant cette période, je n'ai pas le temps et forcément l'envie de passer des heures sur le PC ;-) , je vous donne donc rendez vous à la fin de mes vacances :-)

Je vous laisse avec une série de liens sur le "best of" des articles parut sur ce blog dans l'année qui vient de s'écouler, pour certains ça sera l'occasion de les relire ou de les découvrir :-)

La meilleure audience le jour de la mise en ligne
Une journée chez "Sanso"

L'article le plus commenté
L'interview de Zarn

L'article le plus demandé selon les moteurs de recherche
Formules de bas de ligne

Mon coup de coeur ;-)
La nymphe à vue